En Merah, fais ce qu’il te plaît ! Avec April, sois antisémite !… [2]

| France | Kulturkampf | Questions à Jacques Borde |

Les nazislamistes & leurs voyous utiles de la gauche financiarisée antisémite nous en avaient déjà fait pas mal voir en matière de Kulturkampf pour nous imposer des vues que l’on pensait passées au rouleau compresseur des forces ayant écrasé l’Axe en 1945. Qui aurait cru un seul instant que l’anodin – mais emblématique, donc héraldiste Miss. France allait leur permettre de remettre le couvert en s’en prenant à la magnifique April Benayoum, interdite d’être couronnée parce que juive ? Clairement, nous sommes en plein dans le beruf verboten du Reich, troisième du nom & les lois raciales de Vichy ? Simple question : jusqu’à quand le régime de Paris tolérera ce genre de dérives ? Partie 2.

« Père juif, mère chrétienne serbo-croate. Son papa, Didier, est adjudant chef de gendarmerie à Martigues. Pour moi, elle méritait de gagner, car plus femme dans ses formes et plus belle que la gagnante, à qui, néanmoins, je souhaite bonne chance. Quand on analyse les résultats finaux, les deux finalistes ont le même nombre de points. Le jury, composé d’anciennes Miss. France, a préféré Miss. Provence, mais le public a mieux classé Miss. Normandie. Or, la règle est que dans ce cas de figure, c’est le choix du public qui est prédominant. Perso, j’ai voté 5 fois pour Miss. Provence, à la fin ».
William Fitoussi.

« Comme pour Mila ce sont toujours les mêmes professionnels de la pleurniche ceux qui se la jouent ‘victime’ d’islamophobie imaginaire, ils ne sont pas ‘Charlie’ ils sont Latriq Ramadan, ce sont les mêmes qui pensent que Charlie et Samuel Paty l’ont mérité, ils sont encouragés par des Rokhaya Ouin Ouin, Houria Broutelajoie et autres Kaka Traoré des ‘Indigestes de la République’ ou ‘France Insoumise’ dont le racisme est leur fond de commerce. Ils sont aussi protégés par la presse toujours frileuse dès qu’il s’agit de nommer les faits mais jamais en manque d’inspiration pour vilipender Israël et faire la promotion du terrorisme islamique quand celui-ci tue des Juifs ! Ce sont les mêmes qui applaudissent quand Mireille Knoll, Sarah Halimi sont assassinées par leurs co-religionnaires, ce sont les mêmes qui s’en prennent et menacent Hassen Chalgoumy qu’ils nomment ‘l’imam des Juifs’ (…). Pendant ce temps les pouvoirs publics font les vierges innocentes et surprises ! ».
David Chillé van Hoorn.

« Samedi soir, toute la vermine antisémite du pays a craché sa haine sur cette jeune femme, April Benayoum, Miss Provence 2020. Trop belle, trop Juive, trop Française pour cette racaille qui souille notre pays, avec la bénédiction de ses dirigeants ».
Christian Hausslein, sur sa page Facebook.

« Sérieusement ? Cette ministre croit que la haine déversée sur Miss. Provence est liée à sa région ? À la discrimination envers la lavande ? Non, on a affaire à de la haine #antisémite. À l’état pur. Quand on est trop lâche pour dire le réel, on n’est pas ministre. #antisémitisme ».
Céline Pina, sur sa page Facebook.

| Q. Et, où se placent les limites ?

Jacques Borde. C’est souvent là le problème. Je pense à cette enseignante de l‘Université de droit d’Aix-Marseille, qui, après tout un ramdam organisé contre elle, se retrouve sous le coup d’une plainte de la LDH pour avoir injurié l’islam (sic) en parlant, de manière imagée, de « religions sexuellement transmissibles » au sujet du judaïsme et de l’islam.

Au-delà de la charge ironique et irrespectueuse que comporte, de toute évidence, cette expression, son propos est factuellement exact :

1- dans le judaïsme, on devient juif par la mère.
2- dans l’islam, on devient musulman par le père.

Contrairement au christianisme où on devient chrétien par le… baptême. Ce que certains adeptes de la doxa takfirî semble oublier.

| Q. Comme qui ?

Jacques Borde. Notamment la fondatrice du Parti des indigènes de la République (PIR), Houria Bouteldja, pour qui si insultes antisémites il y a eu, ce n’était que l’expression « d’un anti-juifisme confus, à mi-chemin entre l’antisémitisme gaulois (fruit de leur grande intégration) et l’anti-israélisme (fruit de leur spontanéité anti-coloniale) ».

Quant à Miss. Provence, elle serait donc entièrement « responsable » de son identité israélienne, car elle « porte un fardeau dont elle n’est pas responsable mais comme Sartre le rappelle, elle jouit de sa liberté pleine et entière. Elle peut donc être la fille d’un israélien et se positionner contre le fait colonial israélien. Car on ne peut pas être Israélien innocemment ».

Il est symptomatique et révélateur de voir surgir dans la bouche de Mme. Bouteldja le terme d’anti-juifisme, pendant de celui de juifisme, né de l’imagination des proxies de la Gauche financiarisée antisémite pour éviter des actions pénales à leur endroit. Terme qui, pour la petite histoire, sera aussi utilisé par certains candidats de la Liste antisioniste conduite en Île-de-France par l’humoriste Dieudonné et l’essayiste franco-suisse Alain Soral lors des élections européennes de juin 2009.

Pour finir, rappelons aux oublieux que Houria Bouteldja est l’auteur de cette phrase : « Mohammed Merah, c’est moi »1.

Qu’ajouter de plus ?

| Q. Beruf Verboten, c’est l’interdiction professionnelle imposée aux Juifs ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait. Sous le IIIe Reich, fut promulguée toute une batterie d’interdictions faites au Juifs de continuer d’exercer certaines professions.

C’est ce qu’on appelle communément les Nürnberger Gesetze, ou lois de Nuremberg. Trois textes principalement adoptés par le Reichstag, lors d’une session du parlement tenue à Nuremberg à l’occasion du 7ème Congrès annuel du NSDAP, le 15 septembre 1935.

En fait, dès mars 1933, le nouveau gouvernement lance la mise au pas de la société allemande, ou Gleichschaltung. Après le boycott des commerces juifs, organisé par Julius Streicher et mis en œuvre par la SA, le 1er avril 1933, l’antisémitisme connaît une première traduction dans l’appareil législatif via la Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums (GWB, loi sur la Restauration de la fonction publique), promulguée le 7 avril 1933, qui permet de destituer les fonctionnaires juifs ou considérés comme politiquement hostiles. Élaborée sous la direction du ministre de l’Intérieur, Wilhelm Frick, elle fut, avec la Gesetz über die Zulassung zur Rechtsanwaltschaft (loi sur la réglementation de l’accès au barreau), promulguée le même jour, à la fois la première disposition législative à portée antisémite.

À noter qu’a contrario, la Gesetz zur Ordnung der nationalen Arbeit vom 20. Januar 1934, dite loi d’organisation du travail ou Arbeitsordnungsgesetz (AOG) fait des patrons des grandes entreprises allemandes les Führer de leur firme où est interdit le droit de grève. Certains, en attendant le pire pour eux, n’ont plus le droit de travailler, les autres n’ont plus le droit d’arrêter de travailler !…

À son tour, le régime de Vichy va pondre plusieurs lois sur le statut des Juifs, faisant de ces derniers une catégorie à part de la population. L’article 9 du Statut des Juifs d’octobre 1940 et l’article 11 du même Statut de juin 1941 spécifient que la présente loi est applicable à l’Algérie, aux colonies, pays de protectorat et territoires sous mandat. Ces lois étaient différentes suivant que la zone était annexée par l’Allemagne, occupée ou dépendante du régime de Vichy. En zone libre, le régime différait aussi selon la nationalité des personnes entre les ressortissants des pays annexés par le Reich (Pologne, Tchécoslovaquie, Autriche, etc.), les simples étrangers et les Français.

Les ordonnances prises en zone occupée étaient presque identiques à celles prises en Allemagne, et celles prises par Vichy s’en inspiraient et étaient beaucoup plus rigoureuses que celles de l’Italie fasciste qui régissaient le comté de Nice.

| Q. Et quel rapport avec notre Miss. Provence ?

Jacques Borde. Celui-ci, assez simple : les tenants de la doxa takfirî estiment que sa seule judéité interdit à April Benayoum d’accéder au titre de Miss. France. C’est donc bien un diktat antisémite prononcé à son endroit.

En espérant que les choses s’arrêtent là. En effet, en tant que Miss. Provence, April Benayoum a souscrit à un certain nombre d’obligations. Il est donc à souhaiter que le régime de Paris (sic) songe à assurer sa sécurité et son intégrité physique là où ses obligations la conduiront. Mais, même là, je crains que l’État, ou du moins ce qu’il en reste, ne soit en mesure d’assurer le rôle qui est le sien. On a vu ce qu’il en a été avec la jeune Mila.

Au-delà, estime Barbara Lefebvre : « L’antisémitisme est toujours le signal d’une démocratie en train de se perdre ».

Et, ce renoncement ne date pas d’hier.

| Q. De quand, alors ?

Jacques Borde. Toujours selon Barbara Lefebvre : « L’assassinat d’Ilan Halimi, en 2006 », que la plupart des observateurs, moi en tête [Jacques Borde, NdlR], ont sous-évalué, « a marqué le basculement dans le passage à l’acte extrêmement violent de cet antisémitisme débridé que nous constations auprès d’une certaine population dans les quartiers dits sensibles ».

De fait, « L’antisémitisme est devenu un code culturel généralisé en France. On parle des Juifs de manière décomplexée et agressive (…). La parole des pouvoirs publics sur le devoir de mémoire est aujourd’hui inopérante face aux déversements de haine sur les réseaux sociaux, non pas de néo-nazis, mais de jeunes animés par une puissante haine anti-juive, haine dont ils sont aussi les héritiers, le travail d’histoire dans le monde arabe sur ce que fut la condition juive avant la colonisation n’existe pas.
« Ces sociétés sont maintenues dans le culte victimaire et ici, en France, les Indigènes de la République en sont l’illustration ».

Quant à l’onanisme des janissaires de plume du régime de Paris, stigmatisant, une fois encore l’extrême-droite, laissons, une dernière fois, la parole à Barbara Lefebvre, qui nous rappelle que « Si les Juifs quittent la France aujourd’hui, ce n’est pas à cause des vieillards de Rivarol2 ».

| Q. Mais ça n’est pas la première fois qu’en France, on ostracise pour son appartenance ou sa proximité avec le judaïsme ?

Jacques Borde. Non, effectivement. On peut parler de l’Affaire Amir Haddad.

[À suivre]

Notes

1 Terroriste nazislamiste ayant perpétré les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban. En trois expéditions, dont l’attaque résolument antisémite du Collège-lycée juif Otzar Hatorah, Merah assassine sept personnes dont trois enfants juifs et fait six blessés. Il est finalement abattu au terme d’une tentative d’interpellation qui a duré 32 heures.
2 Référence à l’hebdomadaire d’extrême-droite fondé en 1951 par René Malliavin. Selon Nicolas Lebourg, « Rivarol détient le record de procès successifs pour offense au président de la République : un procès en 1962, huit en 1963 et un en 1964 ».

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Biden Vs Trump : & en attendant janvier 2021 ?… [3]

| É-U | Présidentielles 2020 | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Rien …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer