Le Coup d’État permanent [2]

| Présidentielles 2020 | États-Unis | Eber Haddad |

Les bonnes choses n’ont pas de fin. L’excellent Eber Haddad, que nous sommes heureux de retrouver en pleine forme, a repris ses analyses sur les Affaires intérieures étasuniennes. Ce texte a été écrit avant les tragiques incidents & provocations sises à Capitol Hill. Partie 2

Les élections sénatoriales de Géorgie vont déterminer l’avenir des États-Unis, de sa Constitution et de son système politique pour les décennies à venir. Si Biden l’emporte, les Démocrates auront le pouvoir exécutif, et le législatif, Chambre des Représentants et Sénat, ce qui leur permettra de faire à peu près tout ce qu’il voudront et de passer les lois qu’ils souhaitent quand ils veulent et comme ils veulent, d’autant plus qu’ils entendent supprimer les mécanismes permettant de contester et de pousser aux compromis tel le « filibuster ».

Il ne manquera plus alors aux Démocrates que le pouvoir judiciaire, la Cour Suprême, pour contrôler toutes les branches du gouvernement fédéral. Celle-ci a une faible majorité de sympathisants Républicains, 5 contre 4, mais qui ne votent pas forcément la ligne du parti. Les Démocrates, parti otage de l’extrême-gauche, et qui entendent avoir une majorité absolue vont faire, et ils l’ont proclamé haut et fort, à plusieurs reprises, ce qu’aucun parti ou gouvernement n’a jamais osé faire auparavant. Ils vont « pack the court », ce qui veut dire qu’ils vont élargir la Cour Suprême à 15 juges au lieu de 9 et nommer les 6 autres en ayant la majorité au Sénat. Ils seront, bien sûr, tous Démocrates et feront basculer, puisque les juges sont nommé à vie, le pouvoir judiciaire en leur faveur pour plusieurs décennies.

Une fois qu’ils contrôleront, l’exécutif, le législatif et le judiciaire, ils pourront compter sans aucun problème sur les media à 95% Démocrates, les réseaux sociaux totalement de leur côté et qui ont exercé ces quatre dernières années une censure de fer, et même le show-business qui distille insidieusement leurs idées. Il faut rappeler également que « Academia » ou le système éducatif qui va du jardin d’enfants aux universités est entièrement sous contrôle de la gauche et souvent des plus radicaux. C’est d’ailleurs une des raisons principales de l’attrait pour le socialisme des jeunes Américains, assez incultes il faut le préciser, et qui est un système qu’ils ne connaissent pas et dont ils n’ont pas la moindre expérience. Quand tous les pouvoirs sont aux mains d’un même parti, ça s’appelle une dictature.

Pour assurer leur pérennité au pouvoir les Démocrates ont l’intention d’accorder le statut d’Etat à Washington DC et se donner ainsi d’avantage de Grands Électeurs dans le Collège Électoral. Ils donneront aussi, c’est tout à fait leur intention et ils ne s’en cachent pas, le statut d’Etat à Puerto Rico où l’assistanat et la corruption sont tels que ce sera 7 ou 8 délégués Démocrates de plus. Puerto Rico n’est pour le moment qu’un « Etat libre associé » des États-Unis et bénéficie d’un statut particulier (Estado Libre Associado ou Commonwealth of Puerto Rico) et ne vote pas aux présidentielles. C’en sera alors terminé de la philosophie constitutionnelle de « Check and Balance », (à tout pouvoir correspond un contre-pouvoir) qui a assuré la stabilité et une véritable démocratie à ce pays. Ce sera la fin des États-Unis qu’on a connus et très probablement le début d’une sécession. Ça s’est déjà produit il y a 155 ans.

Même au Venezuela la dictature bolivarienne n’a jamais réussi à obtenir le contrôle absolu puisqu’une partie du judiciaire et des media lui échappent à ce jour. Rares sont les pays occidentaux où un seul parti a eu tous les pouvoirs et a pu étendre son hégémonie à tout le pays. Le seul qui me vient en tête est l’Allemagne hitlérienne.

Les États-Unis vont illustrer ce qu’ils reprochaient aux dictatures depuis longtemps. Le principe était, « one person, one vote » et va devenir « one person, one vote, one time »…

Ce sont les réels enjeux de ces élections.

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Biden & ses Faucons : Une administration belliciste ?

| É-U | Présidentielles 2020 | Deep-News.media | Maxime Chaix | Très bon regard porté …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer