Accueil / Verbatim / Derrière l’Arbre Weinstein la forêt… démocrate ?

Derrière l’Arbre Weinstein la forêt… démocrate ?

| États-Unis | Politique & 7e Art | Questions à Jacques Borde |

Après le choc thermonucléaire, l’onde électromagnétique & les radiations. À l’évidence, la bombe de l’Affaire Weinstein ne se résume pas aux seules foucades sexuelles du tycoon du 7e Art qui vient de tomber de son piédestal. Eh, oui ! À peine levé le lièvre des perversités propres à Harvey Scissorhands Weinstein, se profilent des implications plus politiques & politiciennes. Avec un élément dominant : toutes impliquent les sphères dirigeantes du camp démocrate & lui seul. Étonnant, non ?

| Q. Dites-moi, l’affaire Weinstein prend de l’ampleur ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait. C’est l’effet Boite de Pandore, une fois qu’elle est ouverte…

| Q. Mais, pourquoi y avoir consacré un papier avec Charlotte Sawyer ? Ça n’est pas un peu hors sujet pour BforBORDE ?

Jacques Borde. Cela pourrait. Mais non, en fait. Rappelons que cette affaire, comme bien d’autres, pourrait mouiller quelques-uns de nos media mainstream. Sans parler du cloaca maxima democratica.

| Q. Vous croyez ?

Jacques Borde. À qui fera-t-on, croire, alors que, de tous côtés, des voix s’élèvent pour nous dire que tout le monde était au courant, la belle machine démocrate ne savait pas à qui elle s’adressait lorsque le sieur Harvey Scissorhands Weinstein s’apprêtait à refiler ses 35 millions de dollars pour la campagne présidentielle. Elle aurait bien été la seule.

Ou, alors, le Federal Bureau of Investigation (FBI) de ce bon James B. Comey a encore été en dessous de tout. Une habitude, semble-t-il, à chaque fois qu’apparaissent des turpitudes de l’administration Obama/Clinton.

| Q. Là, vous pensez à de la complaisance ou à de la complicité ?

Jacques Borde. Les deux mon colonel ! Comment ne pas noter l’effarante complaisance et/ou (c’est selon) complicité des media. Y compris vis-à-vis de la sphère politique.

Ou pour être plus clair, disons que la soumission des media, des deux côtés de l’Atlantique, vis-à-vis du marais politique démocrate prend désormais un tout autre sens.

Comme l’écrit Eber Haddad, « Fatigué d’expliquer les tenants et les aboutissants de l’Affaire Weinstein. Si le monde politique (de gauche) n’avait pas été impliqué d’une façon aussi importante, si les dizaines de millions de dollars distribués généreusement par Weinstein n’avaient pas fait élire deux présidents et presqu’une troisième et des centaines de parlementaires, si les protagonistes ne s’étaient pas prévalus de la supériorité morale, s’ils ne s’étaient pas érigés en défenseurs absolus et uniques des droits des femmes, s’ils n’avaient pas condamné leurs adversaires politiques pour moins que ça en fabriquant des affaires inexistantes, si la presse n’avait pas tu cette affaire en aidant à en fabriquer d’autres pour discréditer ses adversaires politiques et si l’omerta n’avait pas été de mise depuis des décennies, cette affaire n’aurait eu aucune importance. Ce serait une affaire salace de plus dans la rubrique des faits divers ou dans la section ‘pipole’ des magazines dont c’est la spécialité. Pour ceux qui n’ont pas compris cela, on passe à autre chose ».

| Q. Donc pour vous l’affaire ne fait que commencer ?

Jacques Borde. Oui, je crois. Il est évident que la classe politique étasunienne :

1- savait ;
2- se taisait ;
3- dans le cas des Démocrates, passait avidement à la caisse. Ce sans trop d’états d’âme.

| Q. Une affaire seulement américaine ?

Jacques Borde. Il semblerait que non. Les témoignages commencent à affluer, notamment de la part d’actrices, de journalistes, de cinéastes, etc. : l’hypersexualité prédatrice de Scissorhands Weinstein était, en France également, un secret de polichinelle, concernant les agressions sexuelles commises par celui qui à Cannes était surnommé « le Porc » !

En fait, le monde du cinéma savait.

Plus précisément, « Tout le monde savait ce que Harvey faisait et personne n’a rien fait. Il est incroyable qu’il ait pu agir comme ça pendant des décennies et garder sa carrière. C’est seulement possible parce qu’il a énormément de pouvoir », comme le dénonce aujourd’hui Léa Seydoux, elle-même confronté aux assiduités du porc.

Idem pour Emma De Caunes qui a déclaré au New Yorker, « Je sais que tout le monde – et je dis bien tout le monde – à Hollywood, est au courant de ce qui se passe (…). Il ne se cache même pas vraiment. Je veux dire, la façon dont il le fait, tant de personnes sont impliquées et voient ce qui se passe. Mais tout le monde a trop peur de dire quoi que ce soit ».

De son côté, Pierre Lescure1, lui-même tycoon médiatique de premier plan, semble découvrir l’eau tiède. À l’impossible nul n’est tenu…

| Q. Vous n’avez guère d’indulgence…

Jacques Borde. Et pour qui devrais-je en avoir, dites-moi ?

Comme l’a si justement souligné Alain Attal sur Facebook, Harvey Weinstein « est un des plus grands bailleurs de fonds des Démocrates, à commencer par les Clinton et Obama. Il a été couvert par le tout Hollywood et toute la presse démocrate US depuis deux décennies. Qui le brûle désormais à dessein. Pour essayer de se défausser bien tardivement de leurs monstrueuses complicités. À commencer par les Clooney, Meryl Streep, Damon, Crowe, Afleck2, etc…. Bref, toute les pleureuses qui viennent à chaque Amy Award, cracher sur l’infréquentable Monsieur Trump… ».

La boucle est bouclée, non ?

| Q. Partagez-vous l’avis de ceux qui parlent de relations incestueuses entre la presse, le 7e Art et le pouvoir ?

Jacques Borde. Oh, je me contente simplement de noter quelques faits :

1- Chelsea Clinton a œuvré – la pauvresse ! – comme documentaliste (sic) à NBC. Ce pour le modeste salaire de 600.000 $US par an, plus les avantages.
2- Malia Obama a également travaillé pour Weinstein Co. pour un salaire aussi mirobolant (200.000 dollars annoncent certaines sources) sans aucun diplôme qui plus est.
3- l’ancienne National Security Advisor (2013-2017) d’Obama, Susan E. Rice, est mariée à l’ex-producteur de télévision Yan Cameron.
4- l’ex-Deputy National Security Advisor for Strategic Communications d’Obama, Benjamin J. Ben Rhodes est le frère du président de… CBS, David Rhodes.
5- l’ex-White House Press Secretary d’Obama, James Jay Carney, est le mari de Claire Shipman présentatrice de l’émission phare quotidienne Good Morning America.

| Q. Donc vous insistez sur l’aspect politique de l’affaire Weinstein ?

Jacques Borde. Oui, pour deux raisons, en fait.

Primo, parce que, comme vous le souligniez en début de cet entretien, l’aspect 7eArt du dossier serait quelque peu hors sujet pour BforBORDE.

Secundo, par ce que, comme le dit mieux que moi, Eber Haddad, « Cette affaire Harvey Weinstein, qu’on dit suicidaire et déprimé, n’est pas importante parce qu’elle se passe à Hollywood, elle l’est parce qu’elle a débordé sur le plan politique chez ce faiseur de rois, coqueluche des bobos et des Démocrates envers qui il était d’une générosité sans limite. Ces mêmes bobos, gauchos et démocrates qui se prévalent de la supériorité morale, de la cause des femmes et de la justice sociale, concepts qu’ils n’appliquent pas à eux-mêmes, pour qui tout est permis, étaient tout a fait au courant de ces agissements mais ne pouvaient résister à l’attrait de la corruption. Si les Démocrates avaient un sens de la morale et de la dignité ils rembourseraient toutes ces donations abondantes en offrant ces montants à des charités. Mais allez demander à Obama ou aux Clinton de rembourser des dizaines de millions de Dollars non taxés, c’est comme leur retirer la peau sur les os. Quelques sénateurs et députés l’ont fait mais les sommes étaient minimes. Ça leur a permis de s’acheter une bonne conscience ‘low cost’… et tout ce joli monde qui a encaissé les dividendes de sa discrétion n’était, bien entendu, pas au courant des comportements salaces de leur sponsor! Ce secret de Polichinelle était pourtant connu de tout le monde particulièrement des donneurs de leçons qui veulent nous apprendre à vivre, moralement, écologiquement et socialement. Money talks ».

| Q. Mais Hillary Clinton a dit que l’argent qu’elle a touché serait reversé à des institutions et fondations ?

Jacques Borde. (Rire) Laquelle ? La sienne… Ou l’une de celles qui pullulent dans l’environnement du Parti démocrate ? Notez que la Fondation Clinton (fromage géré par la pauvresse Chelsea) a, d’ores et déjà annoncé qu’elle ne rembourserait pas un cent.

Comme l’a noté le Senior Counselor de Donald Trump, Kellyanne E. Conway, s’il n’a fallu à Hillary R. Clinton que cinq minutes pour accabler d’opprobre la NRA à propos de la tragédie de Las Vegas, il lui aura fallu cinq jours pour réagir à l’Affaire Weinstein. Idem pour Obama, comme l’a fait remarquer Howard Alan Howie Kurtz sur Fox News.

Comme le disait Edgar Faure : « Les promesses n’engagent que ceux à qui elles sont faites ».

Nous verrons bien. Mais évitons de prendre des vessies pour des lanternes. Et, au-delà posons-nous la question l’amitié, acquises par le biais d’espèces sonnantes et trébuchante, et, par là, la bienveillance des élus démocrates les plus puissants, ont-elles protégé Weinstein du zèle des journalistes ?

| Q. Ce que vous suggérez est assez grave…

Jacques Borde. Certes, mais comme l’a rappelé le Wall Street Journal, Harvey Scissorhands Weinstein a été reçu treize fois à la Maison-Blanche sous Obama dont il finançait aussi les campagnes.

Là encore, notons qu’il aura fallu à Michelle3 et Barack Obama quatre jours pour réagir au scandale. Hillary R. Clinton, qui a profité à concurrence de 35 M$US des levées de fonds et de la générosité (sic) de Harvey Weinstein, a encore plus tardivement réagi pour le condamner. HiLIARY aussi semble découvrir (sic) ce que tant de monde savait.

Curieux, tout de même.

Pendant ce temps-là, heureusement, le jeudi 12 octobre 2017 le Dow Jones Industrial Average, et le S&P 500 ont, une fois encore, clôturé à des sommets jamais atteints à Wall Street. Soit la 48ème hausse record sous le mandat de Donald J. Trump.

Ouf !

Notes

1 Président du Festival de Cannes depuis 2014.
2 Lui-même mis en cause pour des faits de harcèlement.
3 Ancienne First Lady dont on rappellera ces propos (publics) : « Harvey Weinstein est un être merveilleux »…

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le Poids des mots, le Choc des formules ! & après ?…

| Ordo rerum | Questions à Jacques Borde | Air du temps, les principaux acteurs …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer