Des Brits à la MINUSMA…

| Mali | MINUSMA | La Rédaction |

Décembre 2020, un premier contingent de Britanniques est arrivé en Mali pour soutenir et renforcer la contribution de la MINUSMA à la protection des civils de la région de Gao. Une goutte d’eau cependant dans l’océan des sacrifices consentis par la France & le Tchad, dans cette partie du Sahel…

En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, Londres s’est engagé à un déploiement de trois ans dans le cadre de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), rejoignant ainsi les 59 autres nations qui contribuent déjà à la Mission.

Le groupement tactique britannique compte 250 soldats, (dont 16 femmes) d’infanteries, de troupes de cavalerie légère, d’experts spécialisés en explosif, de pilotes de systèmes aériens pilotés à distance et de personnels médical. Cette contribution à la Force de la MINUSMA lui fournit des capacités supplémentaires pour renforcer ses efforts de protection des civils dans la région. Après son installation dans le secteur Est de Gao, faisant suite à l’observance d’une période de quarantaine due à la pandémie de la COVID-19, le groupe a désormais entrepris ses opérations sur le terrain.

Le déploiement dans le cadre de MINUSMA n’est pas sans risque. Les forces britanniques  ont suivi une préparation et un entraînement spécialisé en haute sécurité humaine, pour aider à « reconnaître, répondre, renvoyer et reporter » les problèmes pendant les patrouilles et à réussir dans l’environnement opérationnel complexe du Mali.

« Nous nous sommes entraînés durement au cours de l’année dernière pour nous assurer d’être prêts pour cette mission de soutien aux populations maliennes », a expliqué e lieutenant-colonel Tom Robinson, précisant que « en tant que contingent de la MINUSMA, nous augmentons le nombre de patrouilles dans la région de Gao. Ces patrouilles ont comme objectif de supporter les forces de sécurité du Mali dans la région et d’augmenter la présence de forces de sécurité pour protéger la population locale. Nous travaillons aussi avec le pilier civil des Nations-unies pour supporter le retour des autorités gouvernementales à la région de Gao ».

« Nous sommes fiers d’être les premiers soldats britanniques à se joindre à cet effort d’équipe pour aider à combattre l’instabilité au Sahel », conclut-il.

Mieux que rien, en tout cas.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Trump : Impeachement tué dans l’oeuf ?

| États-Unis | Géopolitique | Eber Haddad | Aux dernières nouvelles postées par Eber Haddd, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer