Ankara, Athènes, etc. : Ami(s), Ennemi(s), Client(s) ?… [2]

| Occident | Géostratégie(s) | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Dans le monde Biden-Harris regnante, un certain nombre de choses ont, ou sont en train de changer. Dans ce que beaucoup ont appelé la Méditerranée des puissances, notamment. Qui y fait quoi ? Comment ? Pourquoi ? &, surtout avec qui ? Pour l’instant, il semble bien qu’Erdoğan bénéficie d’un blanc seing du faiseur de pluie US, qui ne voit guère de raisons de fourrer particulièrement son nez dans ce qui – vu des rives éloignées du Potomac – ressemble à des querelles de clocher entre Otano-Européistes mal-lunés. Ce laisser-faire, assez peu dans les us géostratégiques de l’hêgêmon thalassocratique étasunien, a-t-il des chances de durer ? Partie 2.

« L’arrivée à la Maison-Blanche de Joe Biden a un mérite : celui de mettre fin à l’illusion qu’entretenaient certains nationaux à l’égard de l’administration précédente. À l’occasion de son premier discours de politique étrangère, ce jeudi, le nouveau Président a, quant à lui, mis les points sur les i. Son mandat sera celui du retour de l’activisme diplomatique et militaire, de la guerre froide, de la pression sur les nations et les peuples, et d’un redémarrage du leadership yankee de droit biblique. Trump voulait une Amérique forte mais eut le bon goût de ne pas — sauf sur les questions commerciales où il fut un adversaire redoutable de l’Europe — cultiver l’interventionnisme. Avec Biden la foutue mâchoire américaine sur le monde va se resserrer. Wilson et Roosevelt sont de retour. l’Empire entend bien retrouver l’entièreté de ce qu’il considère comme ses droits sur la planète ».
Jean-François Touzé.

« M. Macron, vous n’avez pas fini d’avoir des ennuis avec moi ».
Reccep Tayyip Erdoğan.

| Q. Sinon, comment expliquez-vous le peu de cas fait par l’administration Biden-Harris quant à ce qui se passe en Méditerranée ?

Charlotte Sawyer. D’abord, disons que ce manque d’intérêt n’est pas propre à l’administration actuelle.

Dans ce que beaucoup d’Historiens ont appelé la Méditerranée des puissances, pour l’instant, il semble bien que le Cumhurbaşkanı1, le très Naqshbandi2 Reccep Tayyip Erdoğan, bénéficie d’un blanc seing du faiseur de pluie US, qui ne voit guère de raisons de fourrer particulièrement son nez dans ce qui – vu des rives éloignées de notre Potomac – ressemble à des querelles de clocher entre Otano-Européistes mal-lunés. Au-delà, ce laisser-faire, assez peu dans les us géostratégiques de l’hêgêmon thalassocratique étasunien, a-t-il des chances de durer ? En fait cela dépendra de plusieurs facteurs géopolitiques et géostratégiques. Donc plus simplement : qui y fait quoi ? Comment ? Pourquoi ? &, surtout avec qui ?

Car désolé MM. Les Européens, vous ne pouvez pas – enfin, certains d’entre vous –, « en même temps » comme dit votre Macron :

1- réclamer la tête du Sultan ;
2- le laisser liquider à votre place certains miliciens takfirî dont vous ne voulez plus entendre parler.
3- lui vendre une partie des armes avec lesquelles il vous menace et vient désormais chasser sur vos terre et vous narguer dans votre Mare Nostrum.

En fait, votre autre souci, c’est que, malgré ses beaux (mais faux) discours, l’Europe des 27 n’a pas de position commune vis-à-vis d’Ankara et de ses agissements en Méditerranée.

| Q. Je suppose que vous avez quelques biscuits pour tenir ces propos ?

Charlotte Sawyer. Un premier exemple, tout simple à comprendre : la Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)3 vient, le 11 décembre 2020, de mettre en service son nouvel aéronef de patrouille maritime, l’ATR P-72/ATR 72-600T MPA Meltem III. Sous cette désignation un peu biscornue et longuette4, je vous l’accorde, se cache la version turquisée de l’ATR 72-6005 du GIE franco-italien ATR6, un programme de six unités.

Donc peu ou prou, les mêmes bêtes de guerre équipées par l’italien Leonardo pour Rome.

Jacques Borde. Cela serait déjà ubuesque en soi si seul Leonardo avait collaboré, conjointement avec les entreprises turques TAI, Aselsan, Haveslon et Milsoft au programme Meltem III. Mais, alors que Macron cherche force poux dans la tête d’Erdoğan, il est presque comique de constater que le 100% français Thales a, lui aussi, activement participé au développement et à l’installation des systèmes de mission et de combat des Meltem III.

Charlotte Sawyer. Plus généralement, la liste des pays européens contribuant à l’armement de la Turquie est impressionnante :

-Allemagne ;
-Royaume-Uni ;
-Italie ;
-France ;
-Espagne ;
-Pays-Bas ;
-Norvège. Et, en plus, je dois en oublier quelques-uns.

| Q. Et, ça pose problème ?

Jacques Borde. Un peu oui. Faisons un peu d’uchcronie, si vous le voulez bien. Lorsque le IIIe Reich entame son réarmement, il le fait à l’insu de ses probables et futurs adversaires.

Ainsi :

1- les futurs as de la Luftwaffe, tel Adolf Galland, font leurs classes sur des planeurs.
2- la Lufthansa se retrouve en parc avec des Heinkel He-111 qui iront bombarder Londres durant la Bataille d’Angleterre. Vous imaginez des Mirage IV avec des marquages Air France !
3- son seul vrai avion de ligne, le Condor, sera son meilleur avion de patrouille maritime. Son Meltem III, pourrait-on dire. Mais, tout ça reste à 95% du made in IIIe Reich.

Charlotte Sawyer. Si vous voulez, c’est comme si, à partir de 1940, les Allemands nous avez attaqué avec des Spitfire et bombardé avec des Lancaster.

| Q. Et, les Turcs sont autonomes ?

Jacques Borde. De plus en plus. Si vous parlez des matériels terrestres, exceptés les chars lourds (type MBT) qui sont encore occidentaux – Leopard 2 NG allemands (329)7 et Sabra III (170) qui sont des M60T optimisés par les Israéliens – le soldat turc monte à bord de matériels roulants turcs, majoritairement des produits Otokar pour faire simple. Et l’hélicoptère de combat qui le survolera est… italien : la version turquisée du TAI/AgustaWestland, le T129 ATAK.

Quant aux MBT, Ankara a lancé le programme Altay T1 (250 ), livraison encore à venir, le programme a pris un sacré retard.

Aujourd’hui, c’est au plan de l’aviation de combat qu’Ankara reste encore tributaire des matériels occidentaux. D’où un parc impressionnant de plus de 200 F-16C/D. Soit :

-29 Block 50+ ;
-72 Block 50TM ;-
-102 Block 40TM ;
-36 Block 30TM.

Mais aussi 48 F-4E 2020 Terminator, modernisé par IAI, qui auraient dû être remplacés par le F-35 Lightning II. Le TAI TF-X est un projet d’avion de chasse de 5ème génération, lancé le 15 décembre 2010. Un contrat pour le développement de l’avionique était signé avec BAE Systems en janvier 2017, mais les négociations n’ont pas abouti. Mais il n’est pas exclu des ententes autour du projet Tempest développé par les Britanniques. Là, on comprend pourquoi Londres n’est plus tenté par un remake de son West Africa Squadron8.

| Q. C’est donc pour ça que nous sommes si impuissants face à la Sublime porte (Ankara) ?

Jacques Borde. Business is business ! Outre les causes géopolitiques et géostratégiques déjà traitées à de nombreuses reprises sur ce blog, un client ça se ménage. Or, la Turquie est aussi un partenaire commercial. Pas le plus important, mais pas le plus petit, non plus.

| Q. Et, donc, nous avons besoin de ce client ?

Jacques Borde. Eh, oui. Le souci est qu’innover, inventer et produire ne suffit pas. Après, il faut vendre.

Charlotte Sawyer. Sans parler de choses développées qui n’ont jamais eu une grande utilité. L’esprit créatif occidental est aussi parsemé d’aventures qui ont été, à des degrés divers, de belles illusions. Un exemple qui parlera à tout le monde : l’A380 d’Airbus. Alors étonnez-vous que le franco-italien ATR soit si empressé à choyer la Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)9, qui, quoi qu’on pense géopolitiquement de Reccep Tayyip Erdoğan et de ses ambitions néo-ottomanes, est un excellent client avec son ATR 72-600T MPA Meltem III.

| Q. À ce point là ?

Jacques Borde. Oui, et les grandes illusions technologiques se payent cher…

| Q. Un petit exemple ?

Jacques Borde. Si vous voulez. Prenez l’un des grands espoirs de l’industrie aéronautique : le décollage vertical. Au bout du bout, ça a donné quoi ? Déjà, le Vertical Take-off, pour des raisons pratiques est vite devenu le V/Short Take-off & Landing. Avec comme appareils sur le marché :

-15 Kestrel ;
-275 Harrier ;
-98 Sea Harrier ;
-363 Harrier II ;
-230 Yakovlev Yak-36, Yak-38 et Yak-41.

Reste l’aventure du F-35 Lightning II, mais qui est un gouffre financier, pour une machine qui, à ce jour, n’a rien prouvé du tout.

Seul produit notablement efficace : l’appareil de transport V/Short Take-off & Landing V-22 Osprey. Mais produit à seulement à 400 exemplaires avec seulement deux clients au compteur. Ce même si acheteurs potentiels se sont manifestés à ce jour.

| Q. Qui, au juste ?

Jacques Borde. La Corée du Sud, l’Inde, l’Indonésie, Israël, les Émirats arabes unis (UAE). Quant au deux vrais clients, outre les États-Unis, le second est le Japon.

Côté US, au total, 458 exemplaires sont prévus pour équiper l’US Marine Corps (USMC), l’US Air Force et l‘US Navy. En juin 2010, 108 ont été livrés à l‘US Marine Corps et 12 à l’US Air Force. En mars 2014, environ 150 sont en service dans l’USMC, 25 dans l’USAF.

Côté nippon, le Bōei-shō10 prévoit d’acheter 17 V-22 Osprey pour équiper sa Rikujō Jieitai (JGSDF)11 selon le plan quinquennal 2014/2019.

| Q. Et comme succès militaire récent, en ce bas monde ?

Jacques Borde. Un seul à noter : la victoire turque – eh, oui, encore eux – sur les Arménies, si je puis m’exprimer ainsi. Avec comme opérateur déterminant dans cette courte guerre la flotte de drones made in Turkey. Soit 107 drones Bayraktar TB2 Block I / II, 22 TAI Anka Block A/B, 140 mini drones Bayraktar.

[À suivre]

Notes

1 Ou président de la République de Turquie.
2 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
3 Ou marine de guerre turque.
4 Mais complète.
5 Ou ATR-72MP dans l’inventaire de l’Aeronautica militare.
6 Formé par Airbus (ex-Airbus Group, ex-EADS, ex-Aerospatiale) et Leonardo SPA (ex-Alenia Aermacchi, ex-Aeritalia) chacun ayant 50 % des parts du GIE.
7 Modèles allemands qui ont totalement contreperformé en Syrie.
8 Ou Escadre de l’Afrique de l’Ouest.
9 Ou marine de guerre turque.
10 Ou ministère japonais de la Défense.
11 Ou Force terrestre d’autodéfense japonaise.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Quel Occident pour quelle puissance ? [2]

| Occident | Endkmapf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Qu’est aujourd’hui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer