Ankara, Athènes, etc. : Ami(s), Ennemi(s), Client(s) ?… [3]

| Occident | Géostratégie(s) | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Dans le monde Biden-Harris regnante, un certain nombre de choses ont, ou sont en train de changer. Dans ce que beaucoup ont appelé la Méditerranée des puissances, notamment. Qui y fait quoi ? Comment ? Pourquoi ? &, surtout avec qui ? Pour l’instant, il semble bien qu’Erdoğan bénéficie d’un blanc seing du faiseur de pluie US, qui ne voit guère de raisons de fourrer particulièrement son nez dans ce qui – vu des rives éloignées du Potomac – ressemble à des querelles de clocher entre Otano-Européistes mal-lunés. Ce laisser-faire, assez peu dans les us géostratégiques de l’hêgêmon thalassocratique étasunien, a-t-il des chances de durer ? Partie 3.

« Je suis contre les armes nucléaires, qu’elles soient entre les mains de l’Iran, d’Israël ou de tout autre pays occidental. Mais de toute évidence, certains États sont autorisés à avoir des armes de destruction massive tandis que d’autres ne le sont pas ».
Reccep Tayyip Erdoğan.

« Vous ne pouvez pas mettre les femmes et les hommes sur un pied d’égalité. C’est contre nature. Ils ont été créés différemment. Leur nature est différente. Elle ne doit pas rire fort devant tout le monde et doit préserver sa décence devant tout moment ».
Reccep Tayyip Erdoğan.

« Il n’y a pas d’islam modéré ou immodéré. L’Islam est l’Islam et c’est tout ».
Reccep Tayyip Erdoğan.

| Q. Et, nous ne sommes pas un peu bloqués vis-à-vis des Turcs ?

Jacques Borde. Totalement, même. Soyons sérieux, vu d’Ankara, notre en même temps (sic) est imbuvable.

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Nous ne pouvons demander à la Turquie, à la fois :

1- de nous acheter des outils de puissance maritime : les fameux ATR 72-600T MPA Meltem III.
2- de ne pas s’en servir, en Méditerranée. Enfin, où voulez-vous que la Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)1 les déploie ? En terre Adélie ? Zut ! Là non plus, nous y sommes aussi…

| Q. Rome est un bon vendeur à son ami turc ?

Jacques Borde. Pas seulement la Turquie à proprement parler. Dans l’hinterland turc également, si je puis m’exprimer ainsi.

Charlotte Sawyer. Cette Asie turque (sic) est un excellent terrain de chasse pour les entreprises italiennes. Dernier exemple : a été vu en vol un exemplaire de C-27 Spartan Next Generation à Torino-Caselle. Vue la livrée arborée, cette fois-ci, le client serait le Turkménistan.

| Q. Vous évoquiez des retards dans le programme Altay. Vous pouvez nous en dire plus ?

Jacques Borde. En fait, les Turcs rencontrent de sérieux problèmes de motorisation, de transmission et de blindage. Ce qui, pour un blindé lourd, est embarrassant, vous en conviendrez.

| Q. Des raisons particulières ?

Jacques Borde. Oui l’état des relations turques avec certains de ses partenaires.

Pour la motorisation, et la transmission, c’est Berlin qui se fait tirer l’oreille. Le moteur, qui devait être un bon vieux MTU, est sous l’embargo qui vise les matériels militaires qui pourraient être utilisés en Syrie. Berlin suit les injonctions internationales by the book.

Charlotte Sawyer. Plus profondément, les parlementaires allemands ont de très mauvais souvenirs dans la rétine : ceux de ces militants kurdes du Partiya Karkerên Kurdistan (PKK)2 capturés par la Türk Silahli Kuvvetleri (TSK)3 et se faisant passer dessus, alignés sur le bord d’une route, par des Leopard 2 NG livrés par l’Allemagne. Si ma mémoire ne me fait pas défaut quant au modèle…

Jacques Borde. Question blindage, c’est Paris qui bloque l’affaire. Là, en raison des relations exécrables entre Emmanuel Macron et son homologue turc, le très Naqshbandi4 Reccep Tayyip Erdoğan. Ankara est bien en discussion avec Séoul, qui produit notamment l’obusier autopropulsé de calibre 155 mm K9 Thunder, dont l’une des variantes est le T-155 Fırtına turc (300 en dotation).

En fait, une partie de la technologie de l’Altay turc est celle du blindé lourd sud-coréen K2 Black Panther. Un accord de 540 M$US ayant été signé avec la Corée du Sud, pour les transferts de technologie. Mais, pas de chance, le K2 Black Panther souffre de défauts de jeunesse importants. Et, par ricochet, l’Altay, en novembre 2020, se retrouve dans une impasse quasi totale (motorisation, transmission et blindage, voir plus haut), dont seul un pays étranger pourrait le sortir. Du coup, le projet est en train de devenir un motif d’inquiétudes financières importantes pour l’administration Erdoğan.

Charlotte Sawyer. Pour parer au plus pressé, Aselsan, qui travaille sur la nouvelle tourelle de l’Altay, s’est occupé du renforcement des Leopard 2 NG, qui, du coup, auraient pris 7 tonnes et dont désormais la propulsion est une peu légère.

| Q. Vous me disiez qu’au au plan de l’aviation de combat, Ankara est toujours tributaire des matériels occidentaux ?

Jacques Borde. Oui, et là aussi, il va s’agir de parer au plus pressé.

| Q. Comment ?

Jacques Borde. La Türk Hava Kuvvetleri (THK)5, a annoncé par l’intermédiaire du CEO de la Savunma Sanayii Başkanlığı (SSB)6, le Dr. İsmail Demir, son intention de moderniser son parc de F-16, l’épine dorsale de la THK, en fait.

Or, la THK malgré une quantité importante d’aéronefs ne peut cacher son infériorité opérationnelle, tant à cause des effets de la purge sur ses cadres militaires suite à la tentative de coup d’État de 2016, qu’en raison du vieillissement de ses appareils.

| Q. Et le TF-X, vu au Bourget, en 2019 ?

Jacques Borde. Sa maquette, vous voulez dire. Pas demain la veille que le bel oiseau prenne son envol.

L’avion furtif de 5e génération a, en théorie du moins, son premier vol prévu d’ici à 2025. Mais comme l’ont écrit nos confrères d’Air & Cosmos, « les tensions avec les partenaires de l’OTAN et l’arrêt des coopérations industrielles avec ceux-ci risquent de compliquer le développement d’un appareil dont le design et les composants essentiels (moteur, électronique embarqué, armement) provenaient de Grande-Bretagne et des États-Unis ».

Charlotte Sawyer. Reste l’option russe, une des raisons pour lesquelles, le Prezident Rossiyskoy Federatsii7, Vladimir V. Poutine, reste si cauteleux avec son ami Erdoğan.

| Q. Option russe ?

Charlotte Sawyer. Oui, le Felon

| Q. Pardon ?

Jacques Borde. Le nom donné par l’OTAN à l’avion de combat de 5e génération russe : le Sukhoi Su-57 Felon.

Or, « Si la volonté de poursuivre le programme TF-X est indéniable », note Air & Cosmos, « l’importance du gap technologique à franchir pourraient avoir raison de cet ambitieux projet. Et ce même si Ankara a réalisé des progrès spectaculaires dans le domaine des drones armés, de l’ISR, et des systèmes d’armes. Or La Russie, désormais liée à la Turquie par la vente de son système sol-air S-400, cherche à profiter de ce contexte favorable pour proposer à Ankara la mise en place d’un ‘joint-venture’ sur son avion de 5e génération le Sukhoi Su-57 Felon. Erdoğan avait en effet montré tout son intérêt pour cet avion de combat lors du salon russe ARMY 2020 de l’été dernier. La Turquie, l’Algérie, l’Indonésie et l’Iran constituent en effet les marchés les plus sérieux de la version export du Sukhoi 57 ».

Et, là aussi, s’expliquent bien des prudences européennes vis-à-vis de toute cette clientèle. Car, si vendre à Téhéran semble exclu pour tout le monde, en matière d’armements, les pays ci-dessus sont courtisés par tous.

Le souci géostratégique est que, pour les Européens que nous restons, ni l’Indonésie ni l’Iran n’ont l’intention d’aller barboter en Méditerranée. On en dira, hélas, pas autant du très Naqshbandi Reccep Tayyip Erdoğan…

Charlotte Sawyer. Reste l’Algérie. Mais en dépit de ses grognements, Alger est toujours resté un acteur géostratégique plutôt tranquille et, mieux encore, très mal disposé à l’endroit de la doxa takfirî et de ses locuteurs, qu’il s’agisse d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)8, de Boko Haram9 et consorts.

| Q. Comment expliquez-vous le peu de cas que semble faire Jérusalem des ambitions turques ?

Jacques Borde. Au-delà du fait que la Turquie et Israël  :

1- sont, aussi, des partenaires commerciaux. Notamment dans le domaine militaire ;
2- sont tous les deux, quelque part, des liges de l’hêgêmon thalassocratique étasunien.

J’avoue être, malgré tout, un peu surpris par le manque de réactivé de Jérusalem quant aux ambitions régionales, et pas seulement méditerranéennes, de la Turquie.

Quant aux Israéliens eux-mêmes, je leur laisse méditer ces deux pensées (sic) de leur partenaire (sic) Erdoğan  :

« Israël n’a ni conscience ni honneur, ni fierté. Ils maudissent Hitler jour et nuit mais l’ont surpassé en barbarie ».

« Dites-moi, quelle est la différence entre les opérations israéliennes et celles des nazis et d’Hitler ? ».

Notes

1 Ou marine de guerre turque.
2 Parti des travailleurs du Kurdistan.
3 Armée de terre turque.
4 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
5 Ou Armée de l’air turque.
6 Ou Presidency of Defense Industries, ex-Undersecretariat for Defence Industries.
7 Ou président de la Fédération de Russie (Президент Российской Федерации).
8 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
9 Ou Groupe sunnite pour la prédication & le djihâd.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer