Golpe à Capitol Hill ? Mais de qui & pourquoi ? [3]

| États-Unis | Présidentielles 2020 | Ils ont dit | BforBORDE |

6 janvier 2021, Il s’est passé quelque chose de grave & de fondamental À Washington. Alors qu’il suffisait à Mike Pence d’assumer son rôle de vice-président des États-Unis. Au cours d’une tragique pantomime (orchestrée par qui, au juste?) qui fera date dans l’histoire de ce pays, Mike Pence a préféré (restons aimable) s’aligner sur les oukases du Deep State étasunien. Alors Golpe à Capitol Hill ? Mais de qui & pourquoi, au juste… Partie 3.

| Hystérie & guerres à venir.
« Les ‘guerres du XXIe siècle’, lancées sous Bush et élargies sous Obama, ont tué plus d’un million de personnes et chassé des millions de personnes de leurs foyers, ce qui a provoqué le pire désastre de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Le ‘pivot vers l’Asie’ d’Obama a enflammé les tensions de la Mer de Chine méridionale à l’Inde et au Pakistan. Le président actuel quittera la Maison-Blanche alors que les troupes de l’OTAN se déploient en Europe de l’Est sur fond d’une hystérie belliqueuse anti-russe alimentée par les media et le Parti démocrate ».
Mahieu Pierre.

| Censure.
« #Twitter suspend le compte de #Trump de façon permanente : dans l’ordre des atteintes portées à la liberté d’expression dans une ‘démocratie’, c’est la plus grave jamais commise. Attention ! Le bâillon de l’un peut devenir la muselière de l’autre ! Battons-nous contre la censure ! »
Me. Gilbert Collard.

| Rome n’est plus dans Rome.
« Le fait que des plate-formes numériques telles que Twitter et Facebook suspendent le compte du président de la République américaine, quoi que l’on puisse penser par ailleurs dudit président, est tout de même un fait ahurissant qui révèle la transformation profonde de notre société, et notamment le BASCULEMENT DU POUVOIR des institutions politiques démocratiques vers les entreprises privées, en particulier les entreprises du numérique qui révèlent par là leur puissance supérieure à celle des États – fût-ce l’État le plus puissant de la planète ».
Jcrp Waza.

| Lynchage moderne.
« Ce type qui a été sans doute l’un des plus grands présidents des États-Unis est chassé de la vie sociale par les partis politiques, par les media, par les réseaux sociaux et par les universités qui lui retirent les diplômes honoris causa qu’elles lui avaient décerné. C’est un lynchage moderne. Suffocant ! ».
Yves Mamou.

| Droit.
« On peut combattre Trump et le chaos qu’il a entraîné mais refuser de se réjouir de voir les GAFA décider seuls, sans contrôle du juge, sans recours possible, quel président en exercice a le droit d’avoir un compte ou non sur Twitter ».
Aurore Bergé, députée LREM.

| Coup de force.
« Trump a été interdit alors que tout était fini. Il a été interdit alors qu’il appelait les manifestants à rentrer chez eux. Le prétexte à l’interdiction a été qu’il déclarait une fois de plus qu’il y avait eu tricherie. En fait, les GAFA ont eu beau jeu, pour pas cher, de donner un coup de gourdin au vaincu, et il faut s’interroger surtout sur l’utilité pour elles dans cette opération : faire un précédent, faire en sorte que cela soit admis de tous que Twitter ou Facebook puissent en toute liberté, agir sans avoir à en référer à la loi. C’est un coup de force, cette fois bien réel, que les réseaux sociaux ont magistralement réussi avec la complicité de tous les idiots utiles de l’anti-trumpisme ».
Armel Dromain.

| Logique.
« En 2016, dès l’élection de Trump, les media vent debout ont contesté la légitimité de son élection, ont contesté la légitimité de la présidence Trump. Dès son élection se mettait en branle une enquête sur une ingérence russe de l’élection de Trump, qui aurait ainsi été entaché d’illégitimité. Trump aurait manipulé l’électorat via un appui russe sur les réseaux sociaux. Cette enquête qui a bénéficié d’un budget de plus de 100 millions de dollars a brisé des carrières et des vies, ruiné un grand nombre d’innocents. Cette enquête a de mémoire duré plus de deux ans pendant lesquels les mots d’impeachment et de destitution de Trump ont été prononcé tous les jours. L’establishment démocrate a refusé à Trump la légitimité de son élection pendant plus de deux ans sur la base d’une ingérence russe qui s’est avérée inexistante lors de la pitoyable présentation de son rapport par Mueller. Puis, la suite a été prise par l’ingérence ukrainienne et une nouvelle procédure d’impeachment finissant elle aussi par un flop retentissant au sénat, les démocrates échouant à convaincre le moindre républicain de la trahison de Trump.
Dans le même temps, les medias n’ont eu de cesse de se déchaîner quotidiennement et de manière permanente contre Trump, de façon ‘incendiaire’ propre à enflammer les esprits d’une partie de l’électorat démocrate. » DL Et on s’étonne que Trump n’ait pas reconnu sa défaite pendant deux mois ? Tsss… ».
Chris Roma.

| Le moment est venu.
« Le moment est venu pour ceux qui ont voté pour ce président de voir la réalité de ce qu’ils ont soutenu – et de dénoncer publiquement et fortement lui, et les actes de cette foule. Le moment est venu pour les entreprises de la Silicon Valley de cesser d’autoriser ce comportement monstrueux – et d’aller encore plus loin qu’elles ne l’ont déjà fait en interdisant définitivement cet homme de leurs plates-formes et en mettant en place des politiques pour empêcher que leur technologie ne soit utilisée par les dirigeants du pays pour alimenter l’insurrection ».
Michelle Obama.

| A-Démocratie.
« La gauche médiatique qui chantait hier encore l’air de la liberté en est toute enchantée. Je signale, en passant, que le compte de l’ayatollah Khamenei qui souhaite la destruction d’un Etat, est lui, grand ouvert. Elle est belle la démocratie des GAFA ».
Me. Gilles-William Goldnadel.

| GAFAM+Avia.
« Que l’on soit pro Trump ou non, l’attitude des GAFAM dans cette élection américaine doit nous alerter sur ce qui risque de se profiler en Europe. Si ils sont capables de censurer le Président des États-Unis en exercice voire de supprimer définitivement le compte du Président sortant, jusqu’où seront-ils capables d’aller pour influencer une élection en Europe ? Il est grand temps que les nations européennes et l’UE prennent ce problème de la régulation des GAFAM à bras le corps que ce soit sur le plan fiscal, de la protection des données personnelles ou de la concurrence. A l’inverse, le gouvernement français, au travers de la loi AVIA, a cherché à renforcer encore encore le rôle de censeur des réseaux sociaux… ».
Marion Maréchal.

| Listes noires.
« Qui sera le prochain à être réduit au silence ? ».
Me. Rudolph William Louis Rudy Giuliani III.

| Olygarchie .
« Pourquoi une poignée de milliardaires de la Silicon Valley devrait avoir le monopole sur le discours politique ? ».
Rafael Edward Ted Cruz, sénateur du Texas.

| En résumé.
« Donc on résume… Quand l’élue démocrate à la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez demandait à ce que le mouvement BLM se durcisse malgré toutes leurs exactions, magasins incendiés, meurtres, et j’en passe… Là pour la presse-tituée tout allait bien… Tout était normal… Par contre quand c’est l’inverse comme au Capitole, là d’un coup ce serait inacceptable… C’te farce… ».
Bernard Floriot.

| Golpe… démocrate.
« Pour résumer… Quand les Américains vont se coucher à 1 heure du mat’ le 4 novembre 2020, Trump est réélu… Puis quand ils se réveillent, c’est Sleepy Joe qui serait vainqueur avec des centaines de milliers de votes apparus en une minute pour lui, juste quand les vérificateurs républicains ont été renvoyé chez eux… Mais à part ça, il parait qu’il y aurait eu une tentative de ‘coup d’état’ hier… C’te farce… ».
Bernard Floriot.

| Tout pour (dé)plaire.
« La démocratie à été abattue le 4 novembre 2020… On nous a mis un gars qui confond sa petite-fille avec son fils, corrompu jusqu’à la moelle et dont l’attitude perverse avec les jeunes filles est à vomir… ».
Bernard Floriot.

| Purges.
« Même le WSJ qui n’a pas spécialement d’affinités avec Donald Trump s’inquiète de la ‘purge’ (type années 30 en Union soviétique) engagée par les Démocrates et ses alliés GAFA qui attentent à la liberté d’expression et à la constitution américaine. Les Démocrates et les Républicains vont se fracturer très vite au fur et à mesure que les différents courants qui les composent vont s’affronter entre eux sur les sujets qui fâchent : la Chine, la Russie, l’immigration…. La défaite électorale de Trump pourrait s’avérer sa plus grande victoire… par ivresse de ses vainqueurs ».
Yves Mamou.

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Terrorisme !…

| États-Unis | Endkampf | L’Objecteur Médiatique | Sorte de Bilan des (4) années Trump : …