Washington, Rome, Trappes : Quid des territoires perdus de l’Occident ? [3]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

De Washington à Trappes, en passant, par Rome, où les affaires (sic) seront désormais conduites par l’ex-boss de la BCE, Draghi, lige avéré de Goldman Sachs, que reste-t-il des territoires des républiques de ce vaste monde. Ou du moins de son Occident ? Poser la question, c’est, un peu y répondre, non ?. Partie 3.

« Quand Marine le Pen tweete contre l’État islamique, elle est traînée en justice. Quand ce sont des milliers de comptes qui propagent sur les réseaux la propagande islamiste ou des messages de haine, là les procureurs regardent ailleurs ».
Julien Odoul.

« Pendant que la France hésite à commémorer Napoléon, la Russie honore les Grognards de 1812 ».
Joseph-Félix Quiñones.

« Il y a 20 ans, tout a commencé avec l’incendie de la synagogue et il n’y a plus eu de juifs à Trappes. Maintenant, ce sont les athées et les musulmans modérés qui partent. les intégristes sont en train de réussir leur processus de purification (…) Beaucoup d’enfants ont été élevées dans la haine de la France. on n’a plus beaucoup de temps avant que ça dégénère ».
Didier Lemaire.

« Nos adversaires et ennemis font preuve de noblesse. Cf le Renard du désert1 rendant hommage aux combattants de Bir Hakeim.C est sans doute cela l avenir de notre Pays,la mémoire entretenue par nos ex ennemis alors que nous auront disparu… ».
Arnaud Froger.

« Pour nous la parole donnée aux Italiens vaut plus que quelques poltrone ».
Calogero Pisano.

| Q. Le gouvernement Draghi, maintenant opérationnel, vous nous en dites quoi ?

Jacques Borde. Opérationnel ? Vous allez vite en besogne. À part l’empilement partitocratique, si l’on peut dire, et un énième coup d’État blanc (sic) avec un Presidente del Consiglio dei Ministri2, Mario Draghi, toujours non-élu, une question rhétorique : pourquoi tant de ministères avec des doubles emplois ?

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Simple :

-Économie + développement économique = ministère de l’économie ;
-Éducation + Université = ministère de l’éducation ;
-Travail + Agriculture = ministère du travail et de l’agriculture ;
-Culture + Tourisme = ministère de la culture et du tourisme
-Affaires régionales + Sud = ministère régional des affaires régionales ;
-Handicap + égalité des chances = ministère de l’égalité des chances.

Trois ne servent à rien (transition x 2 + relations avec le Parlement) et doivent être éliminés. Comme ça 23 ministères deviennent comme ça 14.

Actuellement, ça donne exactement ceci :

-Ministère de l’Intérieur : Luciana Lamorgese (technicien) ;
-Ministère de la Justice : Marta Cartabia (technicien) ;
-Ministère de la Défense : Lorenzo Guerini (Partito Democratico) ;
-Ministère de l’Économie : Daniele Franco (technicien) ;
-Ministère du Développement économique : Giancarlo Giorgetti (Lega) ;
-Ministère des Affaires étrangères : Luigi Di Maio (M5s) ;
-Ministère de l’Éducation : Patrizio Bianchi (technicien) ;
-Ministère de l’Université : Cristina Messa ;
-Ministère du Travail : Andrea Orlando (Partito Democratico) ;
-ministère de l’Agriculture : Stefano Patuanelli (M5s) ;
-Ministère des Infrastructures & des transports : Enrico Giovannini (technicien) ;
-Ministère de la Santé : Roberto Espoir (LeU) ;
-Ministère de la Culture : Dario Franceschini (Partito Democratico) ;
-Ministère du Tourisme : Massimo Garavaglia (Lega) ;
-Ministère de la Jeunesse : Fabiana Dadone (M5s) ;
-Ministère des Affaires régionales : Mariastella Gelmini (Forza Italia) ;
-Ministère de l’Administration publique : Renato Brunetta (Forza Italia) ;
-Ministère des Handicaps : Erika Stefani (Lega) ;
-Ministère de l’Égalité des chances : Elena Bonetti (LeU) ;
-Ministère du Sud : Mara Carfagna (Forza Italia) ;
-Ministère de la Transition écologique : Roberto Cingolani (technicien) ;
-Ministère de la Transition numérique : Vittorio Colao (technicien) ;
-Ministère des Relations avec le Parlement : Federico D’Incà (M5s).

En toute franchise, pourraient être supprimés les portefeuilles suivants :

Affaires régionales, Développement économique, Culture, Égalité des chances, Université, Sud, Jeunesse, Transition écologique, Transition numérique, Relations avec le Parlement.

Soit dix au total, qui ne sont que des poltrone pour (re)caser du politicien. Aucun intérêt.

| Q. BCE, Bundesbank, etc., les grandes banques, ça n’est pas vraiment votre truc, dites-moi ?

Charlotte Sawyer. Comme vous le dites ! À parler banque, puisque nous y sommes, je vous conseille de voir (ou revoir) The International, parce que le film3 est bien fait et que, scénariquement parlant, une bataille rangée à grandes rafales de PM B&T au Musée Guggenheim4, fallait y penser.

Pour la petite histoire, on rappellera qu’en décembre 1992, les sénateurs John F. Kerry et Hank Brown (Républicain du Colorado), publient leur rapport qui fera date : The BCCI Affair5, qui prouve que la Bank of Credit & Commerce International (BCCI) était liée à des organisations terroristes et, plus généralement, au terrorisme international. Elle évoque, côté américain, l’implication dans le dossier du Department of Justice (DoJ), du Trésor Public, des Douanes et de la Banque Fédérale, ainsi que de lobbyistes influents et, bien sûr, de la… CIA.

Dans leur rapport, Kerry et Brown mettaient directement en cause l’administration de George W. Bush. Et notamment… Robert S. Mueller, alors procureur général, pour son manque de rapidité (sic) dans le traitement de l’affaire. John Kerry, de son côté, fut critiqué pour :

1- n’avoir pas dénoncé de façon plus soutenus les Démocrates impliqués dans l’affaire ;
2- par les Démocrates pour avoir dénoncé certains d’entre leurs membres.

| Q. C’est tout ?

Charlotte Sawyer. Non. Vous aurez, évidemment, noté qu’apparaissent dans ce dossier de la BCCI, à la fois :

1- l’ancien ex-directeur du FBI et Special counsel for the US Department of Justice, Robert S. Mueller III, qui fut l’inquisiteur impénitent mais raté chargé de faire tomber Trump pour le Russiagate.
2- John F. Kerry, ancien US Secretary of State de B. Hussein Obama, et, désormais Special Presidential Envoy for Climate au sein de l’Executive Office of the President of the United States Biden.

Ah, oui, Quelques-uns des clients les plus connus (sic) de la BCCI :

-Saddam Hussein ;
-Abu Nidal6 ;
-Manuel Noriega ;
-la CIA (notamment pour le financement des Contras, et pour des ventes d’armes à l’Irak, à l’Iran et aux Moudjahiddin afghans ;
-Pablo Escobar ;
-Ferdinand Marcos ;
-Adnan Kashoggi ;
-Oussāma Bin-Mohammed Bin-Awad Bin-Lāden. Etc. !

Que du beau linge quoi. La BCCI ne s’en relèvera pas.

| Q. Le débat sur l’insécurité de certaines minorités, telle que souligné par Assa Traoré, ça vous inspire quelque-chose ?

Jacques Borde. Dixit Assa Traoré : « Les hommes noirs et arabes ne sont pas en sécurité en France ».

J’ai envie de répondre par l’ironie et de lui parler de ces minorités racisées (sic), pour reprendre une terminologie branchouille, qui, sans être prisonnières en France, arrivent à être sur-représentées dans les prisons françaises.

À la fin, on se demande bien pourquoi.

À la suite de sa tribune assurant que « les hommes noirs et arabes ne sont pas en sécurité en France », Mila lui a rappelé sur Twitter….. « Les jeunes filles blanches non plus (je sais de quoi je parle) ».

La violoniste Zhang Zhang, de son côté, a tancé Assa Traoré, lui rappelant que si « Les Asiatiques de France ne se sentent pas en sécurité en raison de la criminalité croissante qui les vise, mais cette violence anti-asiatique ne vient pas de la Police ».

Comme le dit Pierre Duriot :

« Assa Traoré : ‘Les Noirs et les Arabes ne sont pas en sécurité en France’. C’est intéressant ce que dit Assa Traoré. Quand n’importe qui d’autre et en particulier Éric Zemmour, parle nommément des ‘noirs et des arabes’, pour un truc ou un autre, les séparant ainsi de la société française, il est condamné. Par contre, pour se plaindre, ça a l’air autorisé. Ou alors, le fait d’être noire lui permet d’évoquer tout haut des considérations interdites aux autres. Le problème est que si l’on se réfère à des vidéos issues des caméras de surveillance, dans les quartiers sensibles, à la population majoritaire dans les prisons et aux victimes habituelles des violences sur la voie publique, on pourrait penser qu’au contraire, ce sont les Blancs qui ne sont pas en sécurité dans ce pays, le penser seulement, mais pas le dire. Reste qu’Assa Traoré a raison, il faut absolument savoir de quoi il retourne et donc instaurer les statistiques ethniques généralisées, un problème n’étant jamais si bien résolu que quand il est bien énoncé. Qui commet et qui subit chez les Noirs, les Blancs et les Arabes. Et puisque Assa a l’air d’avoir le droit de dire ce qu’elle veut, qu’elle en fasse officiellement la demande auprès de ce gouvernement que l’on sait prompt à venir en aide à la diversité ».

Au stade où nous en somme, je partage l’analyse de Jordan Bardella, lorsqu’il bous dit qu’« Aujourd’hui, en France, un certain nombre de quartiers ne ressemblent plus à la République française, mais à des républiques islamiques en miniature. Nous devons les reconquérir ».

C ‘est aussi le cas pour des métropoles comme Seattle et Portland.

Notes

1 Le Generalfeldmarschall Erwin Johannes Eugen Rommel, surnommé le Wüstenfuchs (lRenard du Désert) pour son passage à la tête du Deutsches Afrikakorps (DAK).
2 Ou Premier ministre italien.
3 Ou L’Enquête, film américano-britannico-français-allemand réalisé par Tom Tykwer, sorti en 2009, s’inspire du scandale de la Bank of Credit & Commerce International (BCCI).
4 Musée d’art moderne situé sur la 5th avenue dans l’Upper East Side à New York.
5 The BCCI Affair, Report to the Committee on Foreign Relations, United States Senate, Senator (D) John Kerry & Senator (R) Hank Brown, december 1992-102nd Congress 2nd Session Senate Print 102-140.
6 Pour l’état civil Sabri Khalil al-Banna, fondateur du Fatah-Majlis al Thawri/Fatah-Conseil Révolutionnaire (FCR).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer