Mort d’un Géant, Rush Limbaugh !…

| États-Unis | Kulturkampf | Eber Haddad |

Rush Limbaugh. Ce nom me disait, malgré tout, quelque-chose. Mais je ne l’écoutais quasiment pas, sauf par ricochet, manquant déjà de temps pour tout ce se dit (& s’écrit) en Français. Comme le monte la citation ci-dessous, l’homme était la cible d’une campagne de haine sectaire de la part du lisier démocrate & de la bien-pensance issue de la Gauche financiarisée antisémite.

« Il y a eu des dizaines de milliers de tweets se réjouissant de la mort d’un opposant politique et ça en dit plus long sur ceux qui les ont commis. Si des personnes sur Twitter s’étaient réjouis de la sorte de la mort de Nancy Pelosi, leurs comptes auraient été supprimés mais le ‘hate speech’ (les discours de haine) ne sont pas condamnables quand il viennent de gauche. J’ai gardé de tweet pour illustrer la formidable déficience mentale des Démocrates, quand on pense que cette personne [Scott Shapiro] est professeur de droit à Yale Law School… il précise que ça l’a rendu euphorique ».
Eber Haddad.

Rush Limbaugh est mort aujourd’hui. Ce nom ne dit pas grand chose aux Français. C’est un des journalistes, non seulement les plus connus aux États-Unis, mais aussi un pionnier du talk radio dont il est l’inventeur. Le format de ses émissions radiophoniques a depuis été repris partout ailleurs dans le monde. Ce sont ce genre d’émissions qui permettent de mener des discussions approfondies sur un sujet, avec interventions des auditeurs en direct pouvant poser des questions ou exprimer leurs opinions. D’une intelligence analytique rare, très vif, connaissant parfaitement tous les sujets qu’il abordait, Rush Limbaugh, que la presse de gauche aimait caricaturer alors et dont la plupart des journalistes de celle-ci ne lui arrivaient pas à la cheville, possédait une énorme audience, des dizaines de millions de personnes tous les jours, lors d’émissions fleuves, en direct, qui duraient 4 à 5 heures parfois et qui réunissaient un public allant de professeurs d’universités, à qui il s’opposait la plupart du temps, aux petits agriculteurs, en passant par toutes les classes sociales notamment les classes populaires les plus défavorisées. C’était un conservateur « pur jus » mais qui débattait et échangeait avec tous les auditeurs, sans discrimination, et sans jamais montrer le moindre mépris à n’importe lequel d’entre-eux.

Atteint d’un cancer incurable il y a deux ans, auquel il a fait face avec courage et dignité, il a travaillé jusqu’à il y a quelques jours. La gauche, de la manière la plus indécente, jubile de sa mort comme si cet aboutissement qui nous touchera tous pouvait être considéré comme une défaite.

De manière anecdotique, je n’avais pas une grande estime pour Rush Limbaugh, que je ne connaissais pas vraiment, les premières années de mon arrivée aux États-Unis. Je m’étais basé sur ce que disait la presse traditionnelle et les gaucho-bobos du show business sur lui et l’avais jugé « fasciste » sans jamais l’avoir écouté. Je débarquais avec mes préjugés de Français aux idées toutes faites, qui avaient presque force de loi à l’époque, de même que maintenant, et auxquelles je ne dérogeais pas. Un jour, je suis monté dans la camionnette d’un des petits entrepreneurs avec qui je travaillais et dès le démarrage de son véhicule la radio s’est mise à le retransmettre. Mon entrepreneur l’écoutait religieusement tous les jours, le volume presqu’au maximum pour ne pas en rater un mot, et j’en ai profité pour faire connaissance avec Rush Limbaugh, que j’entendais en fait pour la première fois. C’est là que je me suis rendu compte de toutes mes idées préconçues à son sujet, qu’elles étaient, pour la plupart, erronées et je m’étais complaisamment contenté de reproduire ce que je lisais sur le New York Times, Newsweek, Time magazine, etc… ou que j’écoutais sur NBC News, CNN et autres mainstream media qui, déjà, couvraient d’opprobre tous ceux qui ne pensaient pas comme eux.

C’était un géant et sa voix manquera.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Washington, Rome, Trappes : Quid des territoires perdus de l’Occident ? [2]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | De Washington …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer