De Biden en Harris & de Kamala en Tarpéia ? [1]

| Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

De prime abord, le duo Biden-Harris, mais surtout la 49th Vice President of the United States (VPOTUS), Kamala Devi Harris1, a le boulevard de ses ambitions politiques ouvert devant elle. Sauf que, de se fissurer, le Trumpisme, loin de faiblir, se renforce. Plus gênant encore, la Boite de Pandore des impeachments à répétition pourrait ne pas se refermer de sitôt & les Républicains d’en user avec la même intensité que leurs prédécesseurs (dans l’opposition) démocrates. Quant à l’efficacité, seul l’avenir nous permettra d’en juger. Mais, tout bon latiniste sait pertinemment que le Capitole n’est jamais bien loin de la Roche Tarpéienne. Partie 1.

« L’arbre de la liberté doit être revivifié de temps en temps par le sang des patriotes et des tyrans ».
Thomas Jefferson, Lettre à W. S. Smith, 13 novembre 1787.

« Le 15 février 1989, la Russie achevait le retrait de ses troupes d’Afghanistan. Quelques mois plus tard, revenant sur cet événement, j’écrivais dans mon premier éditorial d’Espace Nouveau, le mensuel que nous venions de fonder Roland Hélie et moi, ma certitude que ce départ était une mauvaise nouvelle pour le monde blanc car il laissait la place au pire ennemi de l’Europe: l’islamisme. Obnubilés par la menace soviétique pourtant déclinante — cette menace que nous avions si longtemps et si légitimement combattue de toutes nos forces militantes — ne percevant pas encore que l’emprise communiste sur notre civilisation était en passe, non de disparaître mais de se perpétuer sous une autre forme et sous d’autres masques — ceux du progressisme, des droits de l’homme et d’un nouvel internationalisme — instrumentalisés par la propagande américaine, intoxiqués par la CIA, influencés par un certain air du temps où se mêlaient archéo-atlantisme de la droite et néo-antistalinisme bien tardif des intellectuels ex maoïstes devenus révisionnistes de la cause des peuples et glorificateurs des moujahidines, ossifiés dans le conformisme de la Guerre froide sans voir que le monde était en plein bouleversement, un certain nombre de nos amis me reprochèrent cet article qui établissait pourtant clairement les risques à venir, définissait les enjeux et montrait les intentions à long terme de Washington. J’avais pourtant raison. La suite l’a malheureusement montré ».
Jean-François Touzé.

« J’ai poussé le président Clinton pour qu’il lance des frappes aériennes contre les positions militaires serbes au Kosovo et à Belgrade. Je n’arrêtais pas de dire qu’il fallait aller de l’avant, que l’opinion publique en Europe était contre Milosevic. Mais c’était facile à dire pour moi ; c’est Clinton qui a dû supporter le fardeau ».
Joe Biden.

| Q. Toujours aussi Covido-sceptique ?

Jacques Borde. Ah, jolie expression. Oui, de plus en plus même. En fait, pour reprendre Olivier Cazabonne :

« Il n’y a jamais eu de 2ème vague de COVID-19. La courbe suit exactement la courbe de la grippe, c’est la vague grippale de 2020-2021. La courbe ne baisse pas à cause du couvre-feu. C’est la même courbe partout sur la planète au même moment et il n’y a aucune exception à cette règle. La mascarade commence a s’effondrer et l’heure des comptes a maintenant sonné... ».

Espérons-le, en tout cas.

| Q. Mais ou le bât blesse-t-il ?

Jacques Borde. La supposée pandémie n’en est pas une. Eh oui, dixit TF1, le COVID-19, en France, c’est 90 cas pour 100.000 habitants. Ce qui fait 0.09 %. Et c’est pour ça qu’on met à genoux un pays, qu’on tue restaurants et cafés, qu’on ruine les stations de skis etc., etc. !

En fait, votre pandémie (sic) n’est pas sanitaire, mais politique et géopolitique. Elle sert aux establishment politiques en place à, justement :

1- se maintenir en place ;
2- à maintenir sous tutelle(s) leur(s) population(s) en repoussant (ou en truquant : les Rigged elections US) les échéances électorales qui remettraient, qui sait, en cause leurs avantages.

Quelques exemples :

1- l’Italie : une fois encore son Presidente del Consiglio dei Ministri2, Mario Draghi (quels que puissent être ses mérites éventuels) n’a été élu par personne. En fait, tout change (en apparence), mais rien ne change.
2- la France : le Parlement a adopté définitivement dans la soirée du mardi 16 février 2021, par un ultime vote à main levée au Sénat, le report de mars à juin 2021 des élections départementales et régionales en raison de l’épidémie (sic).

Comme disaient les Anciens Romains : Is fecit cui prodest.

| Q. Et pour les non-Latinistes ?

Jacques Borde. Littéralement : Celui-là est celui à qui le crime profite.

| Q. USA : les Démocrates qui affirment vouloir éradiquer les discours de haine dans l’espace public et sur la Toile ?

Charlotte Sawyer. C’est, en effet, ce qu’ils prétendent. Sauf que, là aussi, c’est faux. Entendez par-là que ce qu’ils ont l’intention de faire disparaître : c’est la parole libre de leurs adversaires politiques ou, encore plus radicalement, celle de tous ceux qui ne pensent pas comme eux.

Quant au Hate speech, comme nous l’appelons, c’est le cache-sexe d’une chasse aux sorcières ne visant que ceux qui s’opposent à eux et épargnant les prêcheurs de haine de leur propre camp.

Jacques Borde. À ce sujet, lisez donc ce qu’a posté Eber Haddad :

« Il y a eu des dizaines de milliers de tweets se réjouissant de la mort d’un opposant politique [le Républicain Rush Limbaugh, NdlR] et ça en dit plus long sur ceux qui les ont commis. Si des personnes sur Twitter s’étaient réjouis de la sorte de la mort de Nancy Pelosi, leurs comptes auraient été supprimés mais le ‘hate speech’ (les discours de haine) ne sont pas condamnables quand il viennent de gauche. J’ai gardé de tweet pour illustrer la formidable déficience mentale des Démocrates, quand on pense que cette personne [Scott Shapiro] est professeur de droit à Yale Law School… il précise que ça l’a rendu euphorique ».

Charlotte Sawyer. Le compte Instagram de Robert F. Kennedy junior a été supprimé il y a plus d’une semaine. Ça devient inquiétant. Quelles sont les limites des GAFAM ?

| Q. Semble-t-il, Kamala Harris s’empare des commandes ?

Charlotte Sawyer. More or less. Plus ou moins, je veux dire.

Le fait est que la 49th Vice President of the United States (VPOTUS), Kamala Devi Harris, activiste forcenée de l’avortement, coche des fonctions régaliennes et présidentielles dès les tous débuts de l’administration Biden. Harris passe, notamment, des appels auprès de chefs d’État étrangers pour traiter avec eux. Le fait est qu’il est inhabituel que le vice-président des États-Unis se chargeât d’une telle tâche, surtout au début d’une nouvelle administration. Il y a donc anguille sous roche.

Laquelle, me direz-vous ?

La réponse toute simple, le président des États-Unis en titre, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., est de moins en moins apte à remplir ses fonctions et Kamala Harris est tout simplement, dans la pratique, en train de le remplacer avant sans doute de s’y substituer en invoquant quelque chose comme le 25th Amendment.

| Q. Un avenir serein pour la dame ?

Jacques Borde. À voir.

| Q. Comment ça, à voir ?

Jacques Borde. Parce que, tout simplement, le Sénateur républicain de Caroline du Sud, Lindsey O. Graham, a menacé de mettre en accusation Kamala Devi Harris en cas de contrôle républicain de la House of Representatives3, après les Midterms de 2022, les élections de mi-mandat, si vous préférez.

« Nous avons ouvert la boîte de Pandore pour les futurs présidents avec le procès de Donald Trump après la fin de sa présidence », a averti Graham, « Si on suit ce modèle, je ne vois pas comment Kamala Harris ne sera pas mise en accusation si les Républicains reprennent la Chambre, car elle a littéralement payé la caution d’émeutiers et l’un d’eux est retourné manifester et a fracassé le crâne de quelqu’un ».

Charlotte Sawyer. Sans trop préjuger de l’avenir, le même sort pourrait atteindre Nancy Antoinette P. Pelosi, Speaker of the US House of Representatives4, pour à peu près les mêmes motifs.

[À suivre]

Notes

1 1ère femme, ainsi que 1ère Asio-américaine (indo-américaine), élue à la vice-présidence des États-Unis.
2 Ou Premier ministre italien.
3 Ou Chambre des Représentants.
4 Présidente (et chef de la majorité démocrate) à la Chambre des Représentants.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Washington, Rome, Trappes : Quid des territoires perdus de l’Occident ? [3]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | De Washington …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer