Accueil / Actu / Irak, Syrie, Togo

Irak, Syrie, Togo

| Quai d’Orsay | Points de presse du 24 & 25 octobre 2017 | Extraits |

Comme cela nous a été suggéré par quelques lecteurs historiques du blog, Nous reprenons une vieille habitude : reposter les Q&R du Point de presse quotidien, tenu au Quai d’Orsay. Ces reprises seront faites sans commentaire de notre part. Bonne lecture à tous.

(…)

| Q. Votre commentaire suite à la décision prise hier par le président de la Fédération de Russie de confier la mission d’ambassadeur en France à M. Alexeï Mechkov ?

R. Il s’agit d’une décision des autorités russes qui a reçu l’agrément du gouvernement français.

Il est de tradition entre nos deux pays, tous deux membres permanents du conseil de sécurité et qui entretiennent des relations denses dans tous les domaines, de nommer des diplomates expérimentés à la tête de nos ambassades respectives à Moscou et à Paris.

(…)

| Q. Au vu des développements dans le dossier syrien – veto de Moscou au renouvellement du JIM, situation humanitaire dans la Ghouta soumise au blocus du régime – comment envisagez-vous la collaboration avec la Russie ? La stratégie de « dialogue exigeant » prônée par Paris n’est-elle pas un échec ?

R. La France regrette que la Russie ait opposé son veto au projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations-unies unies visant à renouveler le mandat du mécanisme d’enquête conjoint (JIM) de l’ONU et de l’OIAC.

Le rapport des experts du JIM sera rendu public demain. Le dialogue devra être poursuivi avec la Russie pour prévenir la répétition des crimes chimiques en Syrie.

Nous aurons l’occasion de nous exprimer à nouveau sur ce sujet.

| Q. Quelle est votre réaction à l’annonce du Kurdistan irakien annonçant qu’il était prêt à geler les résultats du référendum ?

R. La France a plusieurs fois appelé au dialogue et à la retenue, en vue d’une sortie de crise qui préserve l’unité et l’intégrité de l’Irak dans le respect de sa constitution et des droits légitimes des Kurdes.

La proposition du gouvernement régional du Kurdistan d’ouvrir un dialogue avec le gouvernement fédéral, dans le cadre constitutionnel irakien, est un geste positif auquel nous souhaitons que les autorités de Bagdad puissent donner suite.

Nous soutenons les efforts de médiation du représentant spécial du secrétaire général des Nations-unies, M. Jan Kubis.

| Q. La crise politique au Togo est loin de s’apaiser. L’opposant Tikpi Atchadam a récemment appelé la France à intervenir pour trouver une solution. Que lui répondez-vous ?

R. La France reste attentive à l’évolution de la situation au Togo. Nous condamnons les violences qui y ont été observées. Nous sommes préoccupés par les rapports sur la présence d’hommes en civil aux côtés des forces de l’ordre, pouvant s’apparenter à des milices. Nous souhaitons que le gouvernement togolais respecte le droit de manifester. Les manifestations doivent s’exprimer de façon pacifique.

Dans ce contexte, la France appelle à l’ouverture d’un dialogue immédiat qui doit mener aux réformes politiques attendues, en particulier la révision de la constitution prévoyant la limitation à deux mandats présidentiels et l’instauration d’un scrutin présidentiel à deux tours. Nous soutenons les initiatives régionales visant à établir le dialogue entre les différentes parties.

 

A Propos Quai d'Orsay

Consulter aussi

Afrique, Levant,

| Quai d’Orsay | Point de presse du 14 novembre 2017 | Extraits | Comme …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer