Biden : 1er Faux pas en l’Orient (trop) compliqué ! [2]

| États-Unis / Afghanistan | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

De toute évidence, l’Orient compliqué (comme l’appelait le Général) sera le plat de résistance qui attend au tournant l’administration Biden-Harris en matière de relations internationales. Beaucoup de ceux qui ont noté les faibles capacités du président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., à regagner Air force One par ses propres moyens, auront aussi apprécié (sic) son 1er Faux pas (afghan) en un Orient (trop) compliqué pour lui. Si l’on était facétieux (ou distrait), on pourrait sourire aux aléas qui attendent Washington. Sauf qu’en Afghanistan, les Américains ne sont pas seuls & comme pour les animaux malades de la peste du fabuliste, tous les liges à cette nouvelle lice seront atteints à un moment ou à un autre. Partie 2.

« Pour ceux qui nous font la morale à trois balles au sujet de la chute de Biden, du genre ‘on ne se moque pas d’un monsieur âgé qui tombe’ et autres mièvreries, sachez que je ne suis pas très jeune moi-même et qu’il m’arrive de glisser et de me ramasser, mais là on ne parle pas de n’importe quel ‘vieux monsieur’, on parle du Président des États-Unis, celui qui a le doigt sur le bouton nucléaire, qui est responsable de la première puissance du monde et dont les décisions affectent des milliards de personnes sur la planète. On s’inquiète de sa santé physique et mentale et de sa vulnérabilité à cause de sa fonction et on ironise sur le fait qu’on ait propulsé cet homme de paille à un tel poste alors qu’il aurait dû prendre tranquillement sa retraite ».
Eber Haddad.

« On aurait dû se retirer militairement après Serval, se replacer en possibilité d’intervention. Il faut savoir s’arrêter. Empiriquement, il ne faut pas qu’une opération extérieure dure plus de trois ans. Si c’est plus, on aura beaucoup de mal à en sortir. Quitte à revenir après, quand on nous appelle au secours. L’empilement de structures dans la bande sahélo-saharienne (ONU, Minusma, G5, etc…), dont la France est la clef de voûte, explique aussi cette difficulté à partir. En 2021, il n’y a toujours que Barkhane qui combat efficacement les organisations djihâdistes. Si on retire Barkhane, c’est tout le mikado qui s’effondre ».
Michel Goya.

« Nos belles armées ont d’immenses qualités, dont celle de l’excellence. Elles ont quelques défauts, le moindre n’étant pas leur manque d’épaisseur, donc leur manque de résilience et de capacité à durer dès lors que les opérations changeraient de nature, de volume et de rythme.Mais elles ont un autre défaut, beaucoup plus grave. Le système de forces est organisé sur un modèle dépassé, dont l’économie générale n’a pas varié depuis un quart de siècle. L’environnement, lui, a changé, profondément. Les risques ont grandi et muté, drastiquement. Pourtant, le modèle d’armée est resté identique, ne subissant que de marginales évolutions, techniques et non stratégiques ».
Général (2s) Vincent Desportes.

| Q. Et, en Afghanistan, ça sera pareil pour les coalisés  ?

Jacques Borde. Mais, c’est déjà pareil. Et, là, je pense que les avertissements de Michel Goya ou du général (2s) Vincent Desportes, même s’ils n’ont pas été énoncés précisément pour l’Afghanistan mais à propos de la Syrie, gardent toute leur pertinence.

C’est aussi pour ça que Trump et Pompeo ont eu raison de traiter avec les Tāliban1. À noter que ces derniers ont déjà réagi aux annonces de l’administration Biden-Harris les concernant.

Charlotte Sawyer. Autre chose que les jeux de mots approximatifs du Prezident Rossiyskoy Federatsii2, Vladimir V. Poutine, les Tāliban – le Da Afghanistan Islami Amarat3, en fait –, ont menacé, le 17 mars 2021, de « conséquences » (sic) si les États-Unis ne procédaient pas au retrait de leurs troupes d’Afghanistan à la date butoir du 1er mai 2021, après que le président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., ait affirmé qu’il sera « difficile » de tenir ce calendrier.

« Les Américains devraient mettre fin à leur occupation conformément à l’Accord de Doha et retirer l’ensemble de leurs troupes d’Afghanistan d’ici au 1er mai » 2021, a rappelé le porte-parole des Tāliban, Ẕabīḥullāh Mujāhid4, « S’ils ne le font pas (…), ils seront responsables des conséquences », a-t-il averti.

Une déclaration à ne pas prendre à la légère pour Washington. Ne serait-ce que parce que les Américains n’ont plus d’Alliance du Nord, ou Jabha-yi Muttahid-i Islami-yi Milli bara-yi Nijat-i Afghanistan5, mais des alliés peu fiables et prêts à tourner casaque, pour faire le sale boulot à leurs côtés.

| Q. Mais, tout va se jouer autour de Kaboul, non ?

Charlotte Sawyer. Non justement, les Tāliban vont éreinter et essorer leurs adversaires partout où ils le pourront. Une forme de guerre asymétrique qu’ils maîtrisent parfaitement.

| Q. Mais Kaboul sera tenue et préservée ?

Jacques Borde. Mais elle l’était déjà. Prenez l’Irak, tenir Bagdad et sa zone verte n’a pas empêché, à un moment donné, l’irruption d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)6 sur l’échiquier irakien.

Charlotte Sawyer. « Ce n’est pas la hauteur des murs qui fait la force de la cité, mais la valeur des Hommes qui la défendent », disait Thucydide (460 av.J-C – 400 av.J-C). Et, concernant l’Afghanistan, fors la capitale et quelques points forts traditionnels, que tient réellement le pouvoir central ?

Notez également la fiction de l’unité irakienne actuelle – et en Afghanistan, c’est pire – une partie du terrain est aux mains d’ennemis avérés de l’Amérique : les Hachd al-Chaabi (PMU)7, qui font officiellement partie des Forces armées irakiennes. L‘Orient compliqué

L’autre souci, c’est qu’à juger du long passé dans les allées du pouvoir de Joe Biden et ses acolytes – je pense là, notamment à la calamiteuse Nancy Antoinette P. Pelosi, Speaker of the US House of Representatives8 – ces gens-là n’ont pas spécialement brillé dans les questions d’Orient, il y a donc de quoi s’interroger sur leurs capacités analytiques et décisionnaires.

Par défaut, nous laisserons encore le bénéfice du doute quant à la dame aux Kamalias !

Jacques Borde. Remarquez, en France, sommes-nous mieux gâtés ? Nous confondons tout et sous-évaluons les dangers. Or, Hannibal ad portas

| Q. À propos de confusion : l’amalgame entre du port du voile & coiffe de religieuse, ça a un sens ?

Jacques Borde. Un Everest de stupidité. C’est la dernière forgerie des adeptes et idiots utiles de la doxa takfirî. Cet amalgame est, surtout, une énième confirmation de l’ignorance crasse de ces porteurs de valises de la Gauche financiarisée antisémite.

En fait, dixit Céline Pina :

« … cette comparaison est fausse tout autant que stupide.
-La religieuse exerce un sacerdoce. Cet habit est son uniforme. Il est la marque de sa fonction. Les autres chrétiennes ne sont pas censées s’habiller ainsi. Pour cette raison, personne ne croise aucune fillette habillée en religieuse dans la rue et une religieuse n’exerce aucune pression sur les femmes pour les inciter à s’habiller comme elle.
-Le voile est en revanche destiné à ensevelir toutes les femmes. Il est un marqueur qui distingue la bonne musulmane de la pute occidentalisée. La femme qui le porte fait office, qu’elle en soit consciente ou non, de rappel à l’ordre pour les femmes d’origine arabo-musulmane. Les islamistes recommandent de le faire porter aux enfants pour les ‘habituer’. Enfin ce vêtement est un signe : il est le marqueur de la place de la femme dans la société islamique: les femmes sont inférieures aux hommes, leurs droits sont moindres ».

Ajoutons que le monachisme classique ne rencontre que chez les Chrétiens. On n’en trouve aucune manifestation, sous cette forme, ni dans le Judaïsme ni dans l’Islam.

En Islam, Mahomet, dans un hadith dont l’authenticité est toujours discutée, aurait précisé qu’il n’y « pas de monachisme en islam ». Cf. Lā rahbāniyya fī l-islām. Même si la rahbāniyya (continence et solitude) des croyants est prescrite.

Des vœux de chasteté et d’un total abandon de soi à Dieu (islām), dans l’imitation du Jésus coranique, marquèrent toutefois les débuts du soufisme avec l’apparition de confréries (Turuq), dans le désir d’une perfection intérieure collective plus que dans la fondation de communautés monastiques au sens strict et telles que rencontrées dans le Christianisme.

Dernière précision ô combien importante : les voies soufies sont toutes condamnées – et férocement combattues – par la doxa takfirî, telle qu’appliquée par Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH), Al-Qaïda, Boko Haram9, Jamā’at Anṣār al-Furqān in Bilād as-Chām (JAFBS)10 et leurs semblables.

Charlotte Sawyer. Seule bonne nouvelle pour Washington, Riyad vient de proposer un cesser-le-feu aux Houthis. À moins que…

[À suivre]

Notes

1 Littéralement : Ceux qui exigent [le savoir], pluriel de Talib (Taliban s’écrit donc sans ‘s’ final) terme pour désigner des étudiants en religion. À traduire plus classiquement par Séminaristes.
2 Ou président de la Fédération de Russie (Президент Российской Федерации).
3 Ou Émirat islamique d’Afghanistan. Dont la devise est classiquement la Aš-šahāda (Chahada) : Lā ʾilāha ʾillà l-Lāh, Muḥammadun rasūlu l-Lāh (Il n’est point de divinité si ce n’est Dieu, Muhammad est le messager de Dieu). Ne se récite qu’en arabe classique.
4 En fait, sont deux à occuper le poste, l’autre étant Qari Mohammad Yousef Ahmadi.
6 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
7 Ou Popular Mobilisation Unit/Unité de mobilisation populaire.
8 Présidente (et chef de la majorité démocrate) à la Chambre des Représentants.
9 Ou Groupe sunnite pour la prédication & le djihâd.
10 Ou Groupe des Partisans du discernement au pays du Levant, la branche d’Al-Qaïda en Syrie. Très théoriquement placée sous l’autorité de Hamza Bin-Lāden, le fils cadet du fondateur du Al-Jabhah al-Islamiyah al-Alamiyah li-Qital al-Yahud wal-Salibiyyin, feu Oussāma Bin-Mohammed Bin-Awad Bin-Lāden.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer