Biden & de Quelques faux amis ! [1]

| États-Unis | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Fors le dossier afghan, abordé en dépit du bon sens, le président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., a, internationalement parlant, du pain sur la planche. Son principal souci étant la complexité de cet Orient & de ses acteurs. Ainsi, simple exemple parmi tant d’autres, le Hachd al-Chaabi (PMU)1, adversaire déclaré de l’Oncle Sam, fait – « en même temps » dirait Macron – officiellement partie de ces forces armées irakiennes, partenaires de Washington. Ahhhh, l’Orient compliqué !… Partie 1.

« ’80 millions’ d’électeurs auraient voté pour quelqu’un qui ne peut pas monter une passerelle… qui se ridiculise devant Poutine, la Chine et la Corée du Nord, qui appelle le Mexique ‘au secours’ pour régler la crise qu’il a provoquée à leur frontière commune, les suppliant d’intervenir pour arrêter la horde de migrants, plus de 120.000 en moins d’un mois, et qui revient sur la plupart de ses promesses électorales ! ».
Eber Haddad.

« La vice-présidente Kamala Harris a ri en répondant à une question d’une journaliste qui lui a demandé lundi si elle visiterait la frontière pendant la crise croissante des migrants ».
Fox News.

| Q. Soyons direct : selon vous la tuerie de Boulder est-elle un attentat terroriste, ou pas. Beaucoup semblent en douter…

Charlotte Sawyer. Oui. C’est même un attentat antisémite. D’où – cause à effet ? – la chute immédiate d’intérêt de la part des proxies, médiatiques ou non, de la Gauche financiarisée antisémite.

| Q. C’est certain ?

Charlotte Sawyer. À vous de voir, mais, comme l’a relevé notre consœur républicaine Laura Loomer, le terroriste, Ahmad Al-Aliwi Alissa, a bien cherché à prendre pour cible un « magasin juif ». Eh, oui : l’épicerie King Soopers, ciblée par celui qui s’avère par la force des choses être un Jound al-Khilafah2, est connue comme un « magasin juif » avec une clientèle très largement juive en raison de la grande quantité d’articles casher, donc juifs, que le magasin propose.

Jacques Borde. Pour être précis sur ce point (la nature antisémite de l’attentat) :

-Le site de King Soopers présente la chaîne d’épicerie comme « Your One-Stop Shop For Kosher Groceries ».
-Les magasins de la chaîne King Soopers figurent sur la liste des établissements qui proposent des articles casher établie par le Vaad Hakashrus de Denver.
-Existe bien le King Soopers Store # 61, répertorié par le Vaad Hakashrus of Denver pour ses activités de casherout3, sis, soyons précis, au 1650 30th St., Boulder, CO 80301.
-Outre, King Soopers dispose d’un site en ligne, dédié à ses activités casher.

Autant d’éléments tous occultés par le cloaca mediatica maxima.

Charlotte Sawyer. Cet aspect spécifiquement antisémite du dossier a immédiatement allumé des lumière rouges dans mon cortex, mais ça n’est pas le cas des media mainsteeam. Ni du procureur Michael Dougherty, d’ailleurs. Ce qui semblera plus qu’étrange compte tenu des circonstances…

Jacques Borde. Circonstances aggravantes : Ahmad Al-Aliwi Alissa a choisi de frapper au moment même des fêtes de Pessa’h4, sachant pertinemment que la clientèle juive serait plus présente chez King Soopers en cette période de la Pâque juive.

Enfin, s’il en fallait plus, citant une source des forces de l’ordre de Boulder, Laura Loomer a déclaré au National File que le terroriste aurait prêté allégeance à Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)5 avant l’attaque :

« Une source me dit que le tireur a mené son attaque au nom de DA’ECH. L’administration Biden a déjà donné l’ordre de garder l’affaire secrète pour éviter toute conversation dans les médias sur le terrorisme islamique et l’annulation de l’interdiction de voyager de Trump, à laquelle le terroriste était opposé », a écrit Loomer sur Telegram. « Voyez-vous cela : un islamiste radical, membre de DA’ECH, fait un détour de 40 km pour se rendre dans ce magasin afin de tirer sur tout le monde. Pourtant, pas un seul média grand public ne veut parler du fait que le lieu de l’attaque est un magasin juif, avec une clientèle majoritairement juive ».

Mais, à part ça, dormez bien brave gens.

| Q. Collatéralement (si l’on peut dire) : Si le front du djihâd étasunien se réchauffe, en revanche où en est-on de la tension entre Damas et Washington ?

Jacques Borde. Typiquement dans la tension dialectique qui oppose deux camps opposés.

Charlotte Sawyer. Or, cette tension entre les administrations étasuniennes (là, la couleur politique importe moins qu’ailleurs) et Assad a connu et connaît plusieurs formes. Outre la question du sud, qui préoccupe Washington parce qu’elle implique l’allié hiérosolymitain, mais qui a parfaitement les moyens de pousser ses pions sans l’aide de personne, se pose le dossier des Hêzên Sûriya Demokratîk (HSD)6, qui n’ont pas disparu de l’équation, même s’ils font plutôt profil bas depuis quelques temps.

Jacques Borde. Tout ça n’est pas nouveau, hélas. Dans son entretien à Russia Today, le président syrien, le Dr. Bachar el-Assad, avait bien rappelé que « le seul problème qui reste aujourd’hui en Syrie, c’est les Forces démocratiques syriennes (…). Nous avons deux options pour régler ce problème : nous avons d’abord ouvert la voie à des négociations car la majorité des membres (des FDS) sont des Syriens. Si cela ne marche pas, nous allons libérer nos territoires par la force. Nous n’avons pas d’autre choix »7.

Et d’ajouter que « L’armée syrienne sera contrainte de libérer les zones occupées par les FDS, qu’il y ait ou pas des Américains (…). C’est notre territoire, notre droit, notre devoir de libérer (ces régions), et les Américains devraient partir. D’une manière ou d’une autre, ils partiront »8.

La réponse de l’Oncle Sam n’avait pas tardé. Au cours d’un point de presse, quelques heures après les déclarations d’Assad, le Director of the Joint Staff (DJS), le lieutenant-général Kenneth F. McKenzie Jr., avait eu ces mots : « Toute partie impliquée en Syrie doit comprendre que s’attaquer aux forces armées des États-Unis ou à nos partenaires de la coalition serait une très mauvaise politique ».

| Q. Des propos plutôt fermes ?

Jacques Borde. Oui. Mais il s’agit aussi de les lire entre les lignes. La partie qui compte le plus n’est pas celle où McKenzie parlait de « s’attaquer aux forces armées des États-Unis ». Mais, celle où, il évoque des « partenaires de la coalition ».

La vraie question est donc de savoir qui était inclus dans ce concept de « partenaires de la coalition ».

S’agissait-il (seulement) d’alliés arabes, comme les Séoudiens ? Pas sûr. Pour l’instant, les Séoudiens se tiennent à distance respectueuse de l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)9 et de leurs alliés du Hezbollah ou du Hizb as-Sūrī al-Qawmī al-Ijtimā`ī (PSNS)10 ?

McKenzie avait-il une pensée pour ses petits camarades des forces spéciales françaises ?

Charlotte Sawyer. Interrogation plus actuelle : le successeur de McKenzie aura-t-il également quelque souci des contingents européens (dont français) qui vont se retrouver au beau milieu de la nouvelle via factis de l’hêgêmon thalassocratique étasunien enclenchée par Biden et son administration en Afghanistan ?

Jacques Borde. McKenzie est un homme de terrain, ex-patron du 22nd Marine Expeditionary Unit (MEU) des Marines qu’il a commandé en Irak et en Afghanistan. Parlait-il aussi des Yekîneyên Parastina Gel (YPG)11, le bras armé des des Hêzên Sûriya Demokratîk (HSD) kurdes, qui sont toujours dans la boucle décisionnaire de leurs mentors-employeurs occidentaux ?

En pareil cas, il serait probable que nous restions dans le domaine du discours. S’engager motu proprio aux côtés du YPG serait un pas en avant énorme qui irait a contrario de l’accord de principe que les Américains ont conclu avec l’administration Erdoğan.

Pour vous parler franchement, j’y crois assez peu. D’ailleurs, une colonne de véhicules blindés (type Humvee principalement) US se retrouvant nez-à-nez avec l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS) avait préféré rebrousser chemin.

Charlotte Sawyer. À ce stade, nous en sommes là. L’Amérique considère les YPG comme ses proxies, mais pas au point d’aller au contact à leur place. Pour l’instant. Mais, avec Biden-Harris aux commandes, il s’agit d’être encore plus attentifs que précédemment.

Après son premier faux pas en Afghanistan, que va nous sortir de son Stetson12 l’administration Biden-Harris concernant la Syrie et l’Irak ?

[À suivre]

Notes

1 Ou Popular Mobilisation Unit/Unité de mobilisation populaire.
2 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
3 Ou kashrout (en hébreu : כשרות המטבח והמאכלים kashrout hamitba’h véhamaakhalim, soit « convenance de la cuisine et des aliments »), code alimentaire prescrit aux Juifs dans la Bible hébraïque. Elle constitue l’un des principaux fondements de la Loi, de la pensée et de la culture juives.
4 Ou Pâque juive. Une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme prescrites par la Bible hébraïque, au cours de laquelle on célèbre l’Exode hors d’Égypte et le début de la saison de la moisson de l’orge qui inaugure le cycle agricole annuel. Observé par le judaïsme, le karaïsme et le samaritanisme.
5 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
6 Ou Forces démocratiques syriennes (FDS) en français.
7 Russia Today (31 mai 2018).
8 Russia Today (31 mai 2018).
9 Armée arabe syrienne.
10 Parti social national syrien, connu aussi sous le nom donné par la France de Parti populaire syrien (PPS), ou de Parti saadiste ou encore au Liban de Parti nationaliste.
11 Unités de protection du peuple.
12 Chapeau de bouvier (cow-boy) étasunien.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer