Ottawa à l’heure des Choix !…

| Canada | Défense | Jacques Borde |

Ottawa va devoir trancher & se choisir un nouvel appareil de combat. Sur ce dossier, trois avionneurs restent en lice. Entre Américains & européen : Quelle piste possible ?

Trois aéronefs sont toujours en lice pour remplacer au sein de l’Aviation royale canadienne (ARC)/Royal Canadian Air Force (RCAF) le vénérable CF-188 Hornet : le F-35 A Lightning II de Lockheed-Martin, le F-18 E Super Hornet de Boeing, et, venu d’Europe, le JAS 39 Gripen de SAAB.

À lire Le Devoir, le coût du projet sans tenir compte de l’entretien, de la formation et des pièces de rechange, était initialement estimé de 4 à 8 milliards de dollars canadiens. Boeing avançant que son F/A-18E/F Super Hornet, un dérivé du Hornet F/A-18, serait une alternative moins coûteuse à un coût estimé à 4 milliards de dollars.

Comme d’habitude l’hêgêmon thalassocratique étasunien va peser de tout son poids dans la décision finale.

En juillet 2010, le gouvernement canadien annonçait que le remplaçant du CF-188 serait le F-35 Lightning II. Argument de poids, le Canada étant partenaire du programme Joint Strike Fighter (JSF) à partir de 1997 et un partenaire-tiers du programme F-35 Lightning II depuis 2002.

L’ARC/RCAF comptait avoir en parc 65 F-35A avec des livraisons à partir de 2016. Le contrat, estimé à une valeur de 9 milliards de dollars canadiens comprenant les appareils, les systèmes d’armes associés, l’infrastructure, des pièces de rechange initiales, les simulateurs de formation, fonds de réserve et les frais de fonctionnement.

Sauf que, 65 appareils, ça n’est pas assez pour équiper trois escadrons complets et que le F-35A n’est pas du tout adapté aux patrouilles en Arctique car doté d’un seul moteur. En novembre 2015, le nouveau gouvernement canadien annulait la décision et annonce un appel d’offres pour le remplacement des CF-188.

En 2018, Ottawa espèrait l’arrivée des nouveaux chasseurs à partir de 2025, la flotte de CF-188 Hornet étant donnée pour durer au maximum jusqu’en 2032. Pour améliorer la situation, 25 F/A-18A/B de la Royal Australian Air Force (RAAF) filaient au Canada à partir de février 2019, sept devant servir de pièces de rechanges pour un coût de 471 millions de dollars canadiens plus une prévision de 558 millions pour les rendre opérationnels jusqu’en 2032.

Du coup, qui choisir ? Pour notre estimé confrère Stéphane Légaré du blog Aviation de combat & forces aériennes du monde: Passé/ Présent/ Futur :

« Le choix logique et économique pour remplacer les vieux CF-18 au Canada serait de mettre la furtivité moins au goût du jour et d’y aller avec le JAS-39E/F Gripen de 4eme + génération. Le Smartfighter est performant avec son moteur GE 414 et conçu pour les conditions nordiques. Il resterait juste a rendre la compatibilité avec le NORAD le système de défense de l’Amérique du Nord ».

Avis que tempère fortement Jean-Marc Decluny qui, se son côté, écrit :

« Du F-18E/F block III et on en parle plus. Jamais les Canadiens n’achèteront Français because le NORAD1… Pour le Gripen E, c’est compliqué car beaucoup de composants US dont le réacteur, donc si la Maison-Blanche toussait, ce serait niet… Et puis de toutes façons leur premier partenaire économique, c’est bien l’Oncle Sam, si celui-ci éternue, le Canada s’enrhume, le reste c’est du blabla pour les enfants crédules… ».

Et le F-35 A Lightning II de Lockheed-Martin, toujours en lice en l’affaire ?

Pour notre confère Roger Boivin, le dossier n’est pas commode du fait des immenses – et, pour beaucoup pas réglés et de loin – défauts de l’oiseau.

« En fait, la principale faiblesse du F-35 », écrivait Roger Boivin, « réside dans le fait qu’il s’agit d’un avion extrêmement capricieux, qui est affectés par un nombre incroyable de problèmes techniques, dont plusieurs sont toujours non résolus à ce jour. Il en résulte, qu’en moyenne, au moins 50 % des F-35 livrés ne peuvent voler, étant en révision/réparation. Ce taux de non-disponibilité est l’un des plus élevé de tous les avions militaires existants et il questionne fortement la capacité réelle de cet avion à livrer ses performances théoriques »2.

Ne pas passer au F-35A, alors ? L’autre américain étant le F-18 E Super Hornet de Boeing. Avec comme principal travers d’être, justement, américain. Car nous rappelait Roger Boivin :

« … souvenons-nous que le Super Hornet est fabriqué par Boeing, la même compagnie qui a réussi à faire imposer des droits compensatoires de 219% aux Série C de Bombardier destinées aux États-Unis. Cela a précipité la chute de la division aéronautique du fleuron québécois, tout en lui faisant perdre 7 milliards de $ (dont 2 provenaient du Gouvernement du Québec). Le Gripen de SAAB est d’origine Européenne. Ne pas toujours être dépendant des Américains, ça aussi, c’est défendre la souveraineté du Canada ! »3.

Retour donc sur le JAS 39 Gripen de SAAB. À son propos, Roger Boivin ne tarissait pas d’éloge, notant que :

« Cet appareil est aussi le plus rapide des trois, le plus maniable, celui qui a le meilleur rayon d’action et est le meilleur en terme de combat aérien. Par contre, la capacité du Gripen d’opérer avec les autres avions américains est questionnée. Pourtant, cet avion effectue régulièrement des missions conjointes avec ceux des autres pays de l’OTAN et il a été déclaré admissible à tous les appels d’offres de remplacement des CF-18 »4.

Cela suffira-il ? Rien n’est moins sûr. D’autant que passation de pouvoir à Washington, le président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., est au mieux avec le Premier Trudeau.

Alors…

Notes

1 Paris s’est retiré de la lice.
2 Informeaffaires.com,

3 Informeaffaires.com.
4 Informeaffaires.com.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Lâcheté(s) !…

| France | Endkampf | Céline Pina | Réponse de Céline Pina à Darmanin. Court, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer