Biden & de Quelques faux amis ! [4]

| États-Unis | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Fors le dossier afghan, abordé en dépit du bon sens, le président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr., a, internationalement parlant, du pain sur la planche. Son principal souci étant la complexité de cet Orient & de ses acteurs. Ainsi, simple exemple parmi tant d’autres, le Hachd al-Chaabi (PMU)1, adversaire déclaré de l’Oncle Sam, fait – « en même temps » dirait Macron – officiellement partie de ces forces armées irakiennes, partenaires de Washington. Ahhhh, l’Orient compliqué !… Partie 4.

« Avec fierté, nous avons livré à l’administration Biden la frontière la plus sûre de l’histoire. Tout ce qu’ils avaient à faire était de maintenir ce système de course lisse sur le pilote automatique. Au lieu de cela, en quelques semaines, l’administration Biden a transformé un triomphe national en catastrophe nationale. Ils sont au milieu de leur tête et prennent de l’eau rapidement ».
Donald J. Teflon Trump.

« L’enseignement de la haine débouche tôt ou tard sur la violence : Si on laisse les minorités tyranniques francophobes paranoïser et fanatiser musulmans et Noirs contre les ‘Blancs judéo-chrétiens’, cela finira dans un bain de sang. Les vrais néofascistes sont les indigénistes et les islamogauchistes, rouges-verts »
Alexandre Del Valle.

« C’est ainsi que lundi dernier à Boulder, Colorado, un massacre de masse a été commis tel qu’il n’en avait pas été perpétré depuis deux années aux États-Unis. Dix personnes dans un supermarché ont été assassinées. L’événement a été grandement minoré aux États-Unis et totalement ignoré en France. C’est ainsi que, par exemple, la radio de service publique France Inter n’en a pas soufflé mot dans ses éditions du lendemain matin (..).. On comparera avec la tuerie de Charlottesville, Virginie, où la mort d’une militante antiraciste en août 2017, écrasée par un camion conduit par un blanc nostalgique de la sécession sudiste avait inspiré des millions de mots ».
Me. Gilles-William Goldnadel.

« Avis de recherche :Cherche désespérément mes ‘amis’ qui ont brocardé Trump pendant 4 ans, nous ont promis le nirvâna avec les Démocrates et sont à présent d’un mutisme assourdissant ! ».
Eber Haddad.

| Q. Mais comment les fonctionnaires US prennent-ils tout ce, disons, désordre ?

Jacques Borde. Ce foutoir, plutôt ? Ça dépend. Nombre de ceux qui arrivent dans les bagages de Biden et Harris, sont souvent des hardliners, des partisans de la ligne dure rêvée par l’aile gauche du camp démocrate et/ou des idiots utiles – pour reprendre la formule marxiste – de la Gauche financiarisée antisémite. Avec ceux-là, pour l’instant, ça ne se passe pas trop mal ; le duo Biden-Harris allant plutôt dans leur sens.

Charlotte Sawyer. En revanche, pour d’autres, ayant compris le précipice vers lequel nous emmène l’administration Biden-Harris, la pilule ne passe pas.

Ainsi, l’ex-Acting Director de l’US Immigration & Customs Enforcement (ICE), Tom D. Homan, – commentant la décision du président des États-Unis de refiler le dossier de la crise à notre frontière sud à sa Vice President of the United States (VPOTUS), Kamala Devi Harris2,– a estimé que Kamala Harris, était le « pire choix » possible pour y répondre.

« Je vous confie une tâche difficile » a reconnu, de son côté, Joe Biden, lors d’une réunion à la Maison-Blanche.

Jacques Borde. À propos de Kamala Devi Harris, celle-ci n’en rate décidément pas une : la dame comptant même s’entretenir à propos de « l’autonomisation des femmes et des filles » avec l’ancien président, William J. Zipper Happy Clinton, pourtant accusé de comportements inappropriés (sic) par de nombreuses femmes.

Besoin d’un avis d’expert (sic) peut-être ?…

| Q. À propos de promoteurs du terrorisme islamiste : Que répondez-vous à ceux de vos confrères qui absolvent les Séoudiens de toute implication dans ce terrorisme ?

Jacques Borde. Outre que ces gens-là sont tout ce qu’on voudra sauf mes confrères, rappelons que Riyad n’a jamais nié que des Soudiens eussent été impliqués dans la terreur takfirî ! Ce que l’administration séoudo-wahhabî dirigée par S.A.R Mohamed MBS Ibn-Salmān Āl-Séʻūd, prince héritier d’Arabie Séoudite et ministre séoudien de la Défense, affirme c’est que :

1- cette implication n’a rien à voir avec le Royaume en tant qu’instance étatique ;
2- Riyad, au sens strict des finances de l’État, ne soutient ni Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)3, ni Al-Qaïda, ni le désormais Jamā’at Anṣār al-Furqān in Bilād as-Chām (JAFBS)4.

Charlotte Sawyer. Affirmations dont, évidemment, il faut laisser l’entière responsabilité à l’administration Salmān.

Jacques Borde. Quant aux ressortissants séoudiens eux-mêmes – sans oublier ceux impliqués dans le 11 Septembre – rappelons, ici, les propos du général Mansour al-Turki, lorsqu’il était le porte-parole du ministère séoudien de l’Intérieur :

« Les Séoudiens dont il a été prouvé qu’ils se trouvent actuellement dans des zones de conflit sont au nombre de 2.093 (…). Plus de 70% de [ces] Séoudiens ayant rejoint des groupes terroristes se trouvent en Syrie, soit 1.540 personnes ».

Et d’ajouter que 147 autres djihâdistes séoudiens étaient présents au Yémen, 31 en Afghanistan et au Pakistan, et seulement cinq en Irak. Par ailleurs, 73 Séoudiens étaient alors détenus à l’étranger pour des affaires « liées à des actes terroristes ». Donc, verbatim Riyad, il y a bien des Séoudiens ayant les rangers bien ancrés dans le terrorisme takfirî.

Décidément, entre nos Sortants, Revenants, Fichés S et ces amis de nos amis wahhabî, c’est à se demander de qui nous sommes réellement proches en ce vaste monde. Et tout particulièrement en cet Orient compliqué dont nous parlait le Général ?…

| Q. Question proximité : que vous inspire la tuerie d’Atlanta ?

Charlotte Sawyer. D’abord de sincères condoléances pour les familles des victimes et la communauté asio-américaine durement touchée.

Ensuite, on notera que les membres de la la communauté asiatique ont oublié (sic), eux, de casser et de piller le centre ville d’Atlanta. Ce qui est la réaction quasi-spontanée des suprémacistes africanistes et de leurs alliés de la Gauche financiarisée antisémite.

Mais, le vrai problème en toutes ces affaires, c’est le double langage du camp démocrate.

| Q. Comment ?

Jacques Borde. Oh, c’est bien simple. Comme l’a résumé Drieu Godefridi :

« Deux tueries de masse cette semaine aux États-Unis : la première à Atlanta, la seconde à Boulder. Il y a quatre jours un homme (blanc) tuait six femmes (d’origine asiatique) à Atlanta ».

Du coup, sans la moindre once de pudeur et de déontologie, « l’intégralité de la presse démocrate — 90% de la presse US classique — ne jurait que par la race de l’auteur et des victimes. La race, la race, la race, infinie obsession, profondément perverse et haineuse, de la Gauche contemporaine. Hier à Boulder les premières images du tueur, apparemment blanc, n’étaient pas plus tôt publiées sur les réseaux qu’immédiatement — dans la minute — l’impressionnante machinerie médiatique démocrate entonnait derechef son couplet raciste, déplorant qu’une fois de plus, lorsque l’auteur est ‘blanc’, la police ne l’abat pas, mais se contente de l’arrêter (sic). Il n’est pas jusqu’à la nièce de la vice-présidente Harris qui se répandait aussitôt sur les réseaux en abjectes diatribes racistes sur ‘le terrorisme des hommes blancs’. Trente minutes plus tard, les premières informations factuelles étaient publiées : l’auteur Ahmad al-Issa est un réfugié syrien né à Raqqa, Syrie, qui a bénéficié des programmes d’immigration Obama; ses comptes ‘sociaux’ sont constellés de messages haineux à l’égard de Trump, d’Israël, des Juifs et des ‘sionistes’; célébrant l’islam et ‘la pureté de l’islam’, condamnant ‘l’islamophobie’ ».

Notons, la coupable et invraisemblable incurie des SR intérieurs étasuniens ! En effett, Ahmad al-Issa « était connu du FBI, qui a échoué à le neutraliser ».

Décidément.

Notes

1 Ou Popular Mobilisation Unit/Unité de mobilisation populaire.
2 1ère femme, ainsi que 1ère Asio-américaine (indo-américaine), élue à la vice-présidence des États-Unis.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Ou Groupe des Partisans du discernement au pays du Levant, la branche d’Al-Qaïda en Syrie. Très théoriquement placée sous l’autorité de Hamza Bin-Lāden, le fils cadet du fondateur du Jabhah al-Islamiyah al-Alamiyah li-Qital al-Yahud wal-Salibiyyin, feu Oussāma Bin-Mohammed Bin-Awad Bin-Lāden.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Biden : 1er Faux pas en l’Orient (trop) compliqué ! [4]

| États-Unis / Afghanistan | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer