Accueil / Verbatim / Levant & Orient(s) : la Croisée des Doxa ?…

Levant & Orient(s) : la Croisée des Doxa ?…

| Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

En peu de temps, beaucoup de choses ont changé dans cet Orient compliqué dont nous parlait le général : 1- les deux capitales de DA’ECH sont tombées ; 2- Salmān d’Arabie Séoudite – qui ne voit plus dans le départ de Bachar el-Assad un préalable à la paix – a jugé opportun d’aller voir Vladimir V. Poutine à Moscou ; 3- les ennemis jurés du camp palestinien se ré-embrassent sur la bouche, etc., etc. ! Seul Paris semble naviguer diplomatiquement (à vue) à l’aide de son vieux logiciel hollando-fabuisien teinté de doxa gauchiste. Changer de discours & de cap (comme semblent le croire Emmanuel Macron & son ministre des Armées, Florence Parly) semble de plus en urgent. Alors, camarade président encore un effort pour être révolutionnaire !…

| Q. Vous parlez de doxa1. Mais vous n’avez pas l’impression de jeter de l’huile sur le feu, en parlant d’Après-midi de cristal à propos des émeutes de Sarcelles ou en demandant sans cesse aux musulmans de se justifier à propos du terrorisme ?

Jacques Borde. Non, pas du tout. D’abord, je ne vois pas en quoi demander à qui que ce soit de se prononcer contre le terrorisme, même de manière répétée, serait insultant ou offensant ? Exprimer sa doxa (ou opinion, parlons simple) est tout à fait naturel et élémentaire comme action. Ce que que font la plupart des gens raisonnables assez régulièrement et ad minimo à chaque bain de sang nazislamiste. Serait que ceux qui ne le font guère n’en ont pas – ou pire, préfèrent dissimuler ce qu’ils pensent réellement – dès que la terreur takfirî nous frappe ?

Ensuite, concernant le second point, je ne parle pas de l’ensemble des musulmans mais de ceux qui, en diaspora :

1- affirment parler au nom de l’Islam et des musulmans, sans qu’on sache d’où ils tiennent cette délégation à s’exprimer au nom du plus grand nombre. Le cas le plus emblématique de cette mouvance étant Tarid Ramadan, aujourd’hui rattrapée par la justice dans plusieurs affaires de viol.
2- ont toujours du mal à trouver les mots pour condamner la terreur takfirî. Ce alors que celle-ci est combattue les armes à la main par les armées égyptienne, irakienne, libanaise et syrienne, etc., pour ne parler, là, que des forces régulières luttant comme des possédés contre Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)2, Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām3, Al-Jayš al-Fateh (Armée de la conquête)4 et autres.

Sur le premier point, où est l’exagération lorsque vous lisez sur la Toile des commentaires à propos des pauvres enfants assassinés par Mohamed Merah à Toulouse, soulignant qu’« Ils ont une kippa sur la tête ces fils de pute ou je rêve ? » ?

Allons plus loin : où sont les modérateurs censés purger la Toile de propos condamnables et/ou discriminatoires ? Pourquoi sont-ils si absents ? Parce que autant d’entre eux sont originaires et opèrent à partir de pays où la question de l’antisémitisme est jugée comme secondaire par une partie des intelligentsia et de la société (dite) civile ?

| Q. Mais être secondaire est-ce si fondamental vu l’ampleur et la réalité de nos défis géostratégiques ?

Jacques Borde. Justement, plus qu’on le croit. À chaque fois que se pose la question de notre engagement contre le terrorisme, arrive sur la table notre difficulté à nommer les choses. À nommer l’ennemi.

Or, non seulement une partie de la gauche historique n’arrive pas à nommer la terreur takfirî et ceux qui y recourent comme étant l’ennemi de ce que nous sommes. Mais pire, par une sorte de romantisme tiers-mondiste, elle n’arrive pas à avoir une position claire vis-à-vis de l’antisémitisme. Ce que la droite, dite nationale, a réussi à faire depuis un certain temps déjà. Et, bien sûr, je ne vous parles pas des gaullistes pour qui ce combat a toujours été essentiel.

| Q. Puisque nous en sommes à évoquer des personnes mues par des logiciels visiblement dépassés : avez-vous suivi ce débat sur la Toile accusant ceux qui prennent la défense de Harvey Weinstein d’être des… sionistes ?

Jacques Borde. Oui. J’ai vu. Cela confirme ce que je viens de vous dire. Encore un débat alimenté par des personnalités (sic) de l’ultra-gauche et qui, une fois encore lorsque ces gens-là apparaissent, ne vole pas très haut. Ah, oui : détail qui me semble important, c’est autant, voire plus, le fait que des défenseurs de Weinstein soient juifs et pas seulement sionistes qui semblent agacer certains. Là, nous sommes bien dans l’antisémitisme brut de fonderie.

| Q. Mais de quoi s’agit-il ?

Jacques Borde. Je vous passe les délires compulsifs de quelques-uns, à propos de qui on s’interrogera sur le fait de savoir s’ils ont bien compris que :

1- la 2ème Guerre mondiale était bien terminée depuis un certain temps (1945, pour être précis).
2- que les Nazis l’avaient perdu. Et avec eux leurs kollabos de gauche, omniprésents à Vichy. Parfois, on pourrait se poser la question.

Sinon, deux prises de position ont surtout attiré l’attention.

| Q. Lesquelles ?

Jacques Borde. La toute première émane de Sihame Assbague, militante politique (sic) se voulant « féministe intersectionnelle »5, mais surtout proche du, ô combien controversé, Parti des Indigènes de la République, qui a retweeté un article de Libération titrant Woody Allen se dit « triste » pour Harvey Weinstein. Allen voyant dans l’affaire « une chasse aux sorcières ». Commentaire sibyllin de Sihame Assbague : « le communautarisme ».

On aimerait bien savoir ce que sous-entend ainsi Sihame Assbague. De quel communautarisme parle-t-elle ?

Tout ce que Harvey Weinstein et Woody Allen semblent avoir en commun c’est d’être de parfaits dégueulasses. Le reste à des relents de sur-interprétation malvenue. C’est le moins qu’on puisse dire…

| Q. Et le second cas ?

Jacques Borde. Oui. Il s’agit du journaliste militant, par ailleurs ancien président d’Actu Up, Didier Lestrade, pour qui « ceux qui défendent #Weinstein (comme DSK avant) ont l’air d’avoir des affinités sionistes ». Et, il ajoute : « c’est quand même drôle ».

Outre que l’aspect drolatique de la chose m’échappe, j’en déduis que le sieur Lestrade n’est pas un lecteur (ou assez peu assidu) de mon blog BforBORDE.

En effet, il aurait pu y lire les reproches incendiaires faits à Harvey Weinstein par des plumes comme Eber Haddad et Alain Attal, pour ne citer qu’eux, dont l’attachement à Israël semble difficilement contestable.

Plus sérieusement, nous sommes là dans le délire le plus complet. Visiblement Lestrade ne lit pas non plus la presse israélienne qui, comme bien d’autres, n’a guère épargné le tycoon Weinstein.

| Q. Pensez-vous comme qu’il y ait, comme le dit Nicolas Bay du FN, « urgence » à protéger la communauté juive ?

Jacques Borde. Il n’est pas certain que ces propos aient bien été tenus par ce vice-président du FN. Mais oui, quant au fond, la protection de nos compatriotes juifs doit être garantie et assurée. Ce d’autant plus que cet antisémitisme les visant est une des pierres angulaires de :

1- la terreur takfirî qu’elle vienne d’Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH) et/ou d’Al-Qaïda.
2- le terrorisme d’ultra-gauche qui, sous couvert d’antisionisme justement, en fait de plus en plus son fond de commerce.

| Q. Sur ces question de nommer qui et comment, considérez-vous que les Séoudiens revoient aussi leur copie ? Ou, plus simplement, peut-on les croire lorsqu’ils adoucissent leur discours ?

Jacques Borde. C’est bien là la problème : rien n’est moins sûr.

Certes, le roi d’Arabie Séoudite, Salmān Ibn-ʻAbd al-ʻAzīz Āl-Séʻūd, s’en est allé à Moscou, tournant le dos à Ankara-la-frériste et tient, depuis quelques temps déjà, des propos extrêmement mesurés vis-à-à-vis d’Israël. Mais, posons-nous sérieusement la question : avec quelles implications et pour combien de temps ?

Car, comme l’a souligné Olivier Ypsilantis sur Times of Israel, « Il y a peu », le Grand Mufti d’Arabie Séoudite « dénonçait une alliance entre Juifs et Iraniens contre les Musulmans – comprenez, les Sunnites. Mais aujourd’hui, les Séoudiens se rapprochent d’Israël ; ils sont tout tremblants et souillés »6.

De là, à croire que la dyarchie wahhabî est l’ami de trente ans et pour toujours de Jérusalem, beaucoup en doutent sincèrement. Moi le premier.

« Je comprends qu’Israël s’allie aux Séoudiens (pour cause de danger iranien) dans cette partie d’échecs », note de son côté Olivier Ypsilantis, « mais j’espère que ce rapprochement sera de courte durée car, enfin, il n’est pas bon de s’attarder auprès d’un ‘ami’ stupide »7.

Souvenez-vous que la fable de La Fontaine, L’Ours & l’Amateur des Jardins, se termine ainsi : « Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi »8, conclut Ypsilantis à propos des… Iraniens, dont a contrario il souligne l’expertise diplomatique.

Une manière de nous dire, qu’au fond, l’Orient est toujours aussi compliqué et les Séoudiens toujours aussi peu fiables. Comme le proclamait (sans être beaucoup entendu, y compris, mea culpa, par votre serviteur) Alexandre Adler dès septembre 2001…

Notes

1 Du grec δόξα. Désigne tout simplement (selon dictionnaire Bailly) l’« opinion », l’« avis » ou le « jugement ». Le mot tire son origine du grec dokéo (δοκέῶ) qui signifie « sembler », « paraître » ou « avoir l’apparence ». Selon Pierre Jacerme, doxa trouverait son origine dans le terme grec dokein, qui désigne le fait de briller, de se refléter dans quelque chose. Selon Hermann Diels et Walther Kranz, le terme de doxa se traduit bien par opinion (Meinung en allemand) et s’opposerait à l’alètheia (ἀλήθεια), c’est-à-dire la vérité dans son dévoilement.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
4 Coalition articulée autour d‘an-Nusrah li-Ahl ach-Chām (Front Al-Nosra), le bras armé d’Al-Qaïda en Syrie. Se compose, pour être complet, de : Ahrār ach-Chām (Mouvement islamique des hommes libres du Cham), Jund al-Aqsa (Les soldats de Jérusalem), Liwāʾ al-Haqq, Jayš al-Sunna, Ajnad ach-Chām et de la Légion de Cham.
5 Si une bonne âme peut me dire ce que cela veut dire, que je ne meure pas idiot.
6 Times of Israel .
7 Times of Israel .
8 Times of Israel .

 

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le Poids des mots, le Choc des formules ! & après ?…

| Ordo rerum | Questions à Jacques Borde | Air du temps, les principaux acteurs …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer