D’Erdogan à Évian : Bienvenue au Dhimmīland européiste !…[3]

| Kulturkampf | Questions & Jacques Borde |

L’Europe, ou plutôt ce qu’il en reste, est une entité géopolitiquement hémorroïdaire. Je m’explique : Incapable de gérer ses contractions & ses lâchetés permanentes, elle en est, d’un côté – par la voix du plus Latin crétin de ses Latins crétins – à insulter le Cumhurbaşkanı Reccep Tayyip Erdoğan (ce qui ne sert à rien, si l’on ne fait que ça) &, de l’autre, à s’excuser (l’Affaire d’Évian) d’avoir osé demandé à des internautes de « RT [RT pour retweeter] si vous avez déjà bu 1L aujourd’hui ». Ainsi, écartelée entre l’alpha & l’oméga de postures de moins en moins conciliables & plus débiles les unes que les autres, l’Europe, qui fut celle des puissances, est, petit à petit, en train de devenir celle des Dhimmī. À se demander s’il ne serait pas temps de déplacer le siège des instances kollaboratrices des 27 de Bruxelles (& Strasbourg) à… Vichy ? Partie 3.

« Sans vouloir froisser les habitants de cette jolie ville thermale de Haute Savoie, nous autres Nationaux savons depuis mars 1962 que rien de bon ne peut être attaché au nom d’Évian ».
Jean-François Touzé.

« La marque Évian s’excuse et évoque une ‘maladresse’ pour un tweet le premier jour du Ramadan, en France, en 2021. L’exemple frappant des petites soumissions du quotidien à l’islamisme et à ses sbires qui tentent de nous imposer leurs vues ».
Virginie Joron.

« La décision de justice de l’affaire des policiers brûlés de Viry-Châtillon est une humiliation pour l’ensemble de nos forces de l’ordre. Le message renvoyé est gravissime. La justice ne protège pas les représentants de la République chargés de la sécurité des Français mais conforte les racailles et les délinquants ».
Julien Odoul.

« Jusqu’où ira le terrorisme intellectuel du quotidien ? À cause du #Ramadan, la marque #Évian s’excuse après avoir demandé à ses abonnés s’ils avaient bu un litre d’eau dans la journée : les nouveaux accords d’Évian… ».
Gilbert Collard.

| Q. Le pire en cette affaire, ça n’est pas l’attitude d’Évian ?

Jacques Borde. Quelque part, oui, la marque ne sort pas grandie de cette affaire. Mais, dans un pays où l’État lui-même fuit ses responsabilités et où son a-justice systémique kollabore ouvertement avec les adeptes de la doxa takfirî, ne demandons pas une entreprise privée de se substituer aux Munichois – qu’ils soient ministériels et préfectoraux – qui président à nos destinées. À l’impossible, nul n’est tenu.

Au-delà, deux remarques venant de la Toile :

Primo, Breve Debar qui note que « La marque Évian cède au chantage d’un groupuscule d’islamistes qui lui reproche une publicité incitant à boire de l’eau et cela le premier jour du ramadan. La marque s’est vivement excusée ! Le problème n’est pas ce que vous buvez, mais ce que vous acceptez. Au train où l’Islamisme politique avance en France avec la complicité des Écolos, de la France insoumise et de l’extrême gauche en général avec des exemples comme la mosquée de Strasbourg, les écoles Coraniques, les repas Allah des cantines lyonnaises (…). Cette soumission à l’islamisme politique est inadmissible, l’accepter c’est accepter que dans dix ou vingt ans la France soit une république Islamique ».

Secundo, Nathalie Bianco pour qui « C’est pour cela que le plus consternant dans cette affaire, c’est la réaction de la société Évian, qui a cru bon de se justifier. Mais les montagnes, derrière leur logo, c’est pourtant bien les Alpes françaises non ? Ce ne sont pas celles de l’Iran ou de l’Afghanistan ? Jusqu’à nouvel ordre, on a le droit de boire, de manger ce qu’on veut, et quand on veut dans notre pays, sans avoir besoin de l’assentiment des religieux. Cette soumission larvée, cette déférence empressée, que ce soit pour des calculs marketing, par paresse ou par manque de courage est insupportable. Si ‘l’équilibre ça se voit’ comme disait un des slogans publicitaires d’Évian, la lâcheté aussi, ça se voit ».

Quant à la lâcheté de ceux qui nous gouvernent, elle crève les yeux…

| Q. Vous dîtes lâcheté. Mais jusqu’où ?

Jacques Borde. En seulement deux semaines, on apprend qu’en France :

1- on peut torturer, agonir d’insultes antisémites et défenestrer une vielle dame d’un balcon sans aucune répercussion pénale ;
2- on peut égorger 2 jeunes femmes à la Gare Saint-Charles et être blanchi par l’a-justice ;
3- on peut brûler vif des policiers dans leurs voitures et être acquitté ;
4- on peut pousser une femme dans les escaliers d’un métro et trouver des circonstances atténuantes à celui qui l’a poussé.

En fait, on peut continuer à peu près tout ce qu’on veut, tant qu’on est adoubé par la Gauche financiarisée antisémite et ses sbires !…

| Q. À propos d’irresponsabilité, vous me disiez, avant qu’on ne commence, ce sont vos propres mots, que, pour vous, les Verts se foutent de notre gueule. C’est bien ça ?

Jacques Borde. Tout à fait. Je suis, je vous l’avoue, assez surpris par cette préoccupation ô combien radicale des Khmers Verts à propos de l’aérien. Il fut un temps où leur engeance se montrait moins pointilleuse sur ce terrain.

| Q. Et quand ?

Jacques Borde. Si ma mémoire ne me fait pas défaut : l’existence d’avions de combat français n’a pas beaucoup gêné les Verts lorsqu’il s’est agi d’aller bombarder la Serbie, l’Irak ou la Libye !

À l’époque, il est vrai, il s’agissait de s’aligner sur les consignes du camp du bien otano-centré et du Deep state d’un hêgêmon thalassocratique étasunien dictant ses ordres au reste du monde. Et, là, nos Khmers Verts ont fait comme les autres, il se sont couchés sur le tapis du salon et, après quelques simagrées d’usage, ont écarté les cuisses. Bon on ne peut pas être et avoir été.

| Q. Facebook qui considère qu’un commentaire faisant de la Russie est un État terroriste n’est pas une Fake news ?

Jacques Borde. Comme quoi, il n’y pas – voir la première partie de cet entretien – que le Presidente del Consiglio dei Ministri1, Mario Draghi, à dire n’importe quoi !

Sans doute, les Politruk2 de FB, pourraient-ils nous éclairer dans leurs si brillants et indispensables commentaires sur le rôle de la CIA étasunienne ou du MI6 britannique dans le recrutement d’anciens nazis afin de les utiliser, entre autres, dans les réseaux Stay behind.

Quid, tant que nous y sommes, du rôle peu clair de l’ami américain (sic) au sujet d’un certain Klaus Barbie ?

| Q. À propos de l’Affaire Hamili, cet élu Vert qui tance la communauté juive pour son émoi ?

Jacques Borde. Décidément, les Verts me donnent de plus en plus envie de vomir.

Ainsi, Julien Bayou, rien de moins que Secrétaire national de EELV, s’exprimant sur un plateau-TV de nous sortir que « Je comprends l’émoi de la communauté juive, mais on doit conserver ce principe : ‘On ne juge pas les fous’ (…). La Justice, ce n’est pas la vengeance ».

Hélas, M. le Khmer vert, désolé de vous le rappeler, mais l’émoi (sic) qui a saisi tant de Français en cette affaire n’est pas celui de la « communauté juive ». Il est celui de toute personne qui se soucie de notre humanité menacée et massacrée par la barbarie nazislamiste.

Il y a quelque-chose de rance, dans votre propos. À la manière de ces activistes indigénistes qui racisent à tout-va, pourquoi tenez-vous tant à stigmatiser et mettre de côté nos compatriotes juifs, qui, selon vous, rechercheraient la seule vengeance ?

Faut-il s’occuper (sic) à ce point de ces derniers, les tenir à l’écart, bien évidemment, des autres de nos compatriotes, au motif qu’ils ne seraient pas assez versés dans la bien-pensance et le tropisme à l’endroit de la doxa takfirî ?

Est-ce donc à cela que Julien Bayou ramène tout un pan de notre population ?

À ce stade, pourquoi pas un Commissariat général aux questions juives (CGQJ)3, tant que nous y sommes ? Il préviendrait efficacement à l’émoi, trop spécifique et intempestif, de nos compatriotes juifs. Vichy s’y est essayé avec, hélas, un certain, succès.

Au fait, simple question, qui a parlé de vengeance, à part notre Khmer vert de service ? Dernier point : l’attrait d’un certain électorat (sic) ne serait-il pas pour quelque-chose dans votre propre émoi ?

Notes

1 Ou Premier ministre italien.
2 Mot composé : Polititskyi-rukovoditel, soit commissaire-politique. Présents dans les unités militaires de l‘Union soviétique.
3 Comprenait principalement deux services : la Direction de l’aryanisation économique (DAE) et la Police aux questions juives (PQJ), qui devient en juillet 1942 la Section d’enquête & de contrôle (SEC).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Returnees, Revenants, Fichés S,etc. : & Si on allait au plus simple ? [2]

| France | Terrorisme & Kulturkampf | Questions à Jacques Borde | Sorte de marronnier1 …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer