De l’Embargo imposé à l’Irak au Covid : En finir avec les peuples ? [3]

| Occident | Endkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Confusément, le sort réservé par l’Occident à ses propres peuples – par son implacable manque de pitié, ses méthodes, ses modes de communication, le recours à des proxies – me rappelait quelque-chose. Une soirée à subir un pensum cinématographique pro-Deep State consacré au programme Pétrole Vs nourriture, manière sourde de rentabiliser plus encore le blocus génocidaire imposé aux peuple irakien dans la foulée de la 1ère Guerre du Golfe, aura fait germer cette pensée ô combien politiquement incorrecte sous ma boite crânienne : & si la géhenne du peuple irakien – pour faire simple un embargo se terminant avec 1,5 millions de civils littéralement exterminés – n’était pas autre chose qu’un galop d’essai pré-pandémique ? Partie 3.

« Incroyable ! À Gênes, le procureur a découvert au moins 500 immigrants qui ont demandé et obtenu le revenu de la nationalité sans y avoir droit. Beaucoup d’entre eux se trouvent dans nos frontières juste par passage, mais prennent et envoient l’argent dans leur pays d’origine. Il s’agit de plusieurs millions qui sortent des caisses de l’État italien et qui finissent souvent à la merci de n’importe qui. Au visage des nombreux Italiens honnêtes qui travaillent et payent des impôts parmi mille sacrifices ».
Giorgia Meloni.

« Reculer sur cette affaire [Halimi], se taire, c’est très directement se comporter en complices des Merah, des Coulibaly, des Fofana, et pis de ceux qui les arment aux plans religieux et idéologique et leur désignent les cibles. La justice en la matière est de punir sévèrement le coupable matériel, de dénoncer les maîtres à penser mais aussi et surtout d’agir fermement pour faire reculer l’idéologie qui fabrique aujourd’hui de l’antisémitisme au grand jour, en masse, et en toute légitimité ».
Boualem Sansal, Alger.

« #Macron veut ‘déconstruire notre propre #histoire’ : quand on veut détruire un peuple, on commence toujours par détruire son passé ! Il faut vraiment espérer que ce président ne reste pas dans les annales ! ».
Me. Gilbert Collard.

« En fait, il faut se préparer à la réoufermeture des bars et à la fermouvrance des écoles, tout en restant prochloin des autres. C’est le condéfnement. Décomprenne qui ne pourra! ».
Isabelle Douna.

« Les mêmes mots répétés. Mais la réalité est crue. La haine anti-flics est une haine anti-France enkystée profondément dans certains esprits. Le réarmement sécuritaire est important, mais sans une révolution idéologique pour démasquer les alliés soumis à l’islamisme, ce sera vain ».
Sonia Mabrouk.

| Q. Judiciairement parlant, un curieux dossier, l’Affaire Halimi, non ?

Jacques Borde. Oui, sur de nombreux points. À commencer par la clôture des investigations. Nous sommes, là, en présence d’un magistrat refusant la reconstitution de l’assassinat de Sarah Halimi afin d’éviter l’implication de par leur inaction des 28 policiers présents ce soir-là.

Sur ce point, certains argueront que le juge, Anne Ihuellou, aurait commis un faux en écriture publique.

D’une certaine manière, il ne sert à rien de se focaliser sur la responsabilité pénale de Kobili Traoré, la vraie (ir)responsabilité est ailleurs : si les 28 policiers étaient intervenus l’assassinat de Sarah Halimi n’aurait tout simplement pas eu lieu.

| Q. Et l’irresponsabilité des politiques, vous en pensez quoi ?

Jacques Borde. Difficile d’évacuer le sujet, même si ça plairait au cloaca mediatica maxima et au régime de Paris.

C’est, effectivement, peu de dire que la politique se retrouve trop souvent entre les mains de personnes peu recommandables et dont on se demande bien ce qu’elles y font.

Un exemple : à Saint-Priest (69), le candidat La France insoumise (LFI) aux municipales de 2020, le sieur Mohammed Djeffal, en garde-à-vue après une fusillade, a été mis en examen, ainsi que son frangin, pour tentative d’assassinat.

À propos des irresponsabilité françaises, Pierre Duriot, d’y voir, « Une politique inique et dangereuse ». Dans la mesure où, écrit-l : « Il est à craindre que payer un tribut annuel en vies de policiers aux cris de Allah-Akbar ne soit pas considéré comme acceptable pour les fonctionnaires de la République. Plus qu’un drame, l’affaire confirme ce que nous savions déjà, avec le profil de ce tueur tunisien. Le terrorisme islamique est lié à l’immigration et nos services ne peuvent suivre tout le monde, puisque celui-là était inconnu de l’administration. Ils sont donc vraisemblablement nombreux comme celui-ci, constituant une véritable cinquième colonne, chez nous, et dont les agissements spontanés, individuels, ou même concertés, sont largement prévisibles. Plus loin, dans notre politique d’immigration, on a de la peine à comprendre pourquoi la France accueille et régularise durablement ce genre de personne arrivant en situation irrégulière d’un pays qui n’est pas en guerre. Plus globalement, on perçoit largement l’iniquité et la dangerosité de cette politique qui se traduit par l’accueil de contingents constitués très majoritairement d’hommes musulmans, issus de pays en paix : pour quoi faire ? La France doit en revenir à une immigration de travail, sous forme de contrats à durée déterminée, supprimer le regroupement familial et instaurer la venue en France à ses frais ».

Ne me dites pas qu’en être arrivé là est normal. Remarquez, cette irresponsabilité n’est pas que française.

| Q. Là, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. À, entre autres, l’auteur de cette phrase qui fera date :

« Italie sans préparation et Plans d’urgence obsolètes »1. Il s’agit du Presidente del Consiglio dei Ministri2, Mario Draghi. Si c’est lui qui le dit !…

| Q. À vous entendre, nous sommes entourés d’irresponsables ?

Jacques Borde. C’est assez vrai. Mais quelques voix restent encore audibles.

À Tokyo, a eu lieu une très intéressante conférence du pdg de Toyota, Akio Toyoda :
Il ne croit pas à la voiture électrique, dont le coût est prohibitif et le restera longtemps. Seuls les plus riches sur terre pourront s’en acheter. Ça ne peut être un marché de masse, mais seulement de niche. Sans parler des pays pauvres ou émergents où 99% de la population ne pourra jamais s’en payer.

Second point soulevé : comment fait-on l’électricité ?

Au Japon, 75% de l’énergie produite l’est à partir de charbon ou de gaz naturel. Idem dans beaucoup de pays (Allemagne, Pologne, Pays de l’est en général). Une voiture électrique ne fait donc que déplacer la pollution.

Toyota continuera à construire des hybrides qui optimisent le fonctionnement d’un véhicule, mais ne basculera pas vers le tout électrique comme semble le faire VW.

| Q. Confirmez-vous la prééminence des femmes parmi les musulmans qui combattent ce que vous nommez la doxa takfirî ?

Charlotte Sawyer. En Occident, probablement. Et encore. Mais, au Levant, ce sont bien majoritairement, des hommes qui combattent Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)3, Al-Qaïda, et autres groupes du Takfir.

Au premier rang, Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)4.

À propos de la Syrie et de l’AAS, comment ne pas vous citer ces propos de Dear Henry :

« J’ai beaucoup étudié sur la Syrie. Elle possède une gigantesque infrastructure, la médecine est gratuite, l’éducation est presque gratuite, leur stock de blé suffit pour 5 ans, mais ce qui m’a le plus surpris c’ est la cohésion de leur armée ! Nos données sur ceux qui ont fait défection ou ont fui, sont juste 1.500 soldats sur 500.000 ».

| Q. Dear Henry, vous pouvez préciser ?

Charlotte Sawyer. Oui, bien sûr. Je parle là du Dr. Henry Kissinger, né Heinz Alfred Kissinger, surnommé tant par ses détracteurs que soutiens Dear Henry, notre 56th US Secretary of State. Interprète, fait assez peu connu pour qu’on le rappelle, pour l’Office of Strategic Services (OSS)5, en Europe. Qu’on l’aime ou pas, un des maîtres de la pensée géostratégique étasunienne.

Jacques Borde. N’oublions pas nos alliés et amis de l’Armée nationale tchadienne (ANT) qui n’ont pas démérité face aux groupes inspirés ou liés à Boko Haram6, également. En France, ceci posé, je vous concède la forte présence de personnalités féminines mobilisés contre la terreur takfirî, dans le désordre :

-Sonia Mabrouk,
-Najwa El Haïté,
-Zineb El Rhazoui,
-Fatiha Agag-Boudjahlat,
-Dana Manouchehri,
-Malika Sorel-Sutter,
-Rachel Khan,
-Jeannette Bougrab,
-Linda Guirous,
-Linda Kebbab,
-Zohra Bitan.

Que celles que j’oublie me pardonnent.

N’oublions pas davantage la Police nationale et la Gendarmerie nationale, en première ligne contre les Unlawful combatants7 takfirî projetés sur le sol national par Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH) & co., corps où le personnel masculin dépasse toujours largement le personnel féminin.

À noter encore que le dernier élément des Forces de l’ordre (FDO) égorgé par un terroriste nazislamiste, lors de son attaque visant le Commissariat de Rambouillet, est une fonctionnaire administrative de 49 ans, maman de 2 enfants, Stéphanie. RIP !…

Notes

1 « Italia impreparata e Piani d’emergenza obsoleti ».
2 Ou Premier ministre italien.
3 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
4 Ou Armée arabe syrienne.
5 Ou Bureau des Services stratégiques, SR américains durant la 2ème Guerre mondiale. L’ancêtre de la CIA, en fait.
6 Ou Groupe sunnite pour la prédication & le djihâd.
7 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

D’Erdogan à Évian : Bienvenue au Dhimmīland européiste !…[2]

| Kulturkampf | Questions & Jacques Borde | L’Europe, ou plutôt ce qu’il en reste, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer