Une Armée & une Démocratie ! À quelles fins ? [1]

| France | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

C’est peu de le dire : là où nous sommes militairement engagés les choses – en dépit des pertes sévères infligées à nos ennemis takfirî – ne se passent pas aussi bien qu’elles le devraient. En toute logique, on pourrait trouver, qu’entre nos fronts du djihâd extérieurs & celui d’Andalousie du Nord-Est… Pardon de France, notre État-Major des armées avait largement de quoi s’occuper. Il semblerait que non. Notre estimé CEMA, le général d’armée François Lecointre, hautement multirôle comme notre Rafale visiblement, a donc décidé de mettre son nez dans cette affaire de militaires (majoritairement retraités, semble-t-il) auteurs d’une lettre ouverte s’alarmant des périls menaçant & frappant notre pays. En toute franchise : était-ce bien le moment & était-ce bien son rôle ? Partie 1.

« Chef d’état-major des armées, le général Lecointre considère la tribune des généraux et officiers comme une ‘manipulation inacceptable’, et annonce des sanctions par un tribunal militaire. Lecointre est bien du même type de paillasson que son lointain prédécesseur Ailleret, massacreur des patriotes de la rue d’Isly, exécutant docile de la politique d’abandon, et responsable de la répression anti Algérie française dans l’armée ».
Jean-François Touzé, délégué général du Parti de la France.

« Je ne m’attendais pas à ce que Lecointre prenne une autre position que celle de sa ministre. Il s’est déshonoré à mes yeux. Je ne prétends pas qu’il devait soutenir ouvertement et publiquement ces militaires, mais au moins pouvait-il s’abstenir de faire de la surenchère en marchant dans les pas de quelques macronistes godillots qui vont disparaître du champ politique dans quelques mois. Il aurait pu, il aurait dû dire qu’il prenait acte qu’un certain nombre de militaires s’inquiète profondément du désastre en cours, et enchaîner par quelques éléments de langage. Là, il a pris le parti de LREM contre des milliers de camarades, comme un vulgaire porte-parole d’une macronie en déclin. Bien-sûr à ses yeux il s’agit de soutenir la légalité démocratique du régime, blabla, mais dans les faits cela revient à servir de caution et de passe-plat à une micro communauté de politicards vendus à l’anti-France, arrivés au pouvoir par la grâce d’un coup d’état médiatique ».
Jonathan Sturel.

« Le gouvernement et le chef de l’État ont un besoin existentiel de diaboliser. J’ai cru comprendre que le gouvernement était réactif dès l’instant où Marine Le Pen avait dit son approbation et en avait appelé à ce que les militaires la rejoignent. C’est surtout à ce moment-là qu’on a trouvé bien des péchés au texte des militaires. Quant à Mélenchon, il a beaucoup de problèmes existentiels et rue dans les brancards ».
Me. Gilles-William Goldnadel.

| Q. Mme. Parly qui prête à Marine Le Pen une, je cite : « méconnaissance grave de l’institution militaire ».

Jacques Borde. C’est du discours, de la cosmétique. La ministre des Armées, Florence Parly, essaie de sauver les meubles, les choses lui échappant passablement sur ce dossier.

Quant au fond, je vous dirai franchement que les propos de la présidente du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen, ne cassaient pas trois pattes à un canard1. Mais rien qui ne soit factieux, non plus. Rien, non plus, qui appelât à une telle montée au créneau. Parler ainsi de « méconnaissance grave de l’institution militaire », était totalement inapproprié. Donc, grotesque.

| Q. Et ces allusions à des aspirations golpistes ?

Charlotte Sawyer. Amusant de la part des gens qui n’ont de cesse de nous sortir qu’ils ne laisseront jamais Marine Le Pen arriver au pouvoir. Or, celle-ci n’a jamais fait qu’une chose : se présenter aux élections.

Jacques Borde. Pour reprendre Joseph-Félix Quiñones :

« C’est évidemment plus facile de sanctionner des citoyens honnêtes, eux payent leurs impôts, ne fraudent pas à l’assurance maladie, respectent les lois de la République.
« En 1917 Clemenceau arrivant à la Présidence du Conseil demanda aux Généraux de lui faire un point sur la situation : les Généraux lui répondirent qu’ils étaient sur une ligne défensive ; Clemenceau entra dans une colère dont il était coutumier et leur dit : ‘je ne vous demande pas d’être sur une ligne défensive mais sur une ligne offensive’. Nos dirigeants depuis des décennies sont sur la défensive, l’autoflagellation, le repentir,un ventre mou face à la déliquescence de nos Valeurs, de nos traditions de plus en plus malmenées par des francs-tireurs hostiles à notre Nation ; alors pour une fois que la grande Muette s’exprime avec gravité devant l’urgence de la situation on devrait s’en féliciter, espérer un réveil salutaire pour séparer le bon grain de l’ivraie ».

Comme je vois les choses, les putschistes (sic) ne sont justement pas ceux à qui l’on pense. En fait, je crois que le vrai message de tous ces militaires est que la Grande muette, comme on l’appelle parfois, ne laissera quiconque bloquer une arrivée légale et démocratique de la personne choisie par les électeurs pour gouverner le pays.

| Q. Et Lecointre ?

Jacques Borde. Je l’avoue, je suis particulièrement étonné de la prise de position du chef d’État-Major des armées (CEMA), le général d’armée François Lecointre, qui a vu dans la lettre en question un texte qui « ne reflète en rien l’état d’esprit des armées aujourd’hui. L’armée est républicaine, elle n’est pas politisée, combat tous les jours pour son pays. Elle est à l’image de la société française. Contrairement aux fantasmes que certains entretiennent, elle est très diverse socialement. C’est le billet de gens à la retraite, qui ont une vision décalée de la réalité de nos engagements : je leur dénie le droit de porter un jugement sur ce que nous sommes ! C’est une tentative de manipulation de l’armée inacceptable ».

Et, du coup, boum : des sanctions ! Bigre ! Comme l’a fait remarquer Éléonore Bez (RN) : « Si nous sanctionnions aussi vite les racailles que les militaires nos prisons seraient pleines et nos rues tranquilles ».

Je me permettrais également de rappeler au général Lecointre que prendre sa plume peut aussi être salutaire. Et que s’en prendre à ceux qui ne veulent plus se taire en leur âme et conscience c’est faire peu de cas de la France Libre et de ceux qui l’ont rejoint. Rappelons en effet que suite à l’Appel du 18 juin 1940, Charles de Gaulle, alors dans les rôles d’active, fut déclaré traître puis condamné à mort par Vichy. En un mot comme en cent, Macron (mais, lui, on a l’habitude), Parly et Lecointre sont en train de se couvrir de ridicule.

En fait, 18 militaires en activité signataires de la tribune dans Valeurs Actuelles ont été identifiés. Ils passeront « devant un conseil supérieur militaire », a fait savoir Lecointre.

| Q. Un peu trop, selon vous ?

Jacques Borde. Beaucoup trop même. Là, je partagerai assez l’avis du général de corps d’armée (2S), Bertrand de La Chesnais, lorsqu’il écrit sur Boulevard Voltaire qu’« On peut, évidemment, toujours discuter du ton et de la forme de la tribune qui n’est autre qu’un cri du cœur, mais ce n’est peut-être pas la peine d’en faire un fromage et d’attiser le débat déjà surchauffé par l’ambiance préélectorale et la crise sanitaire qui exacerbent les rancœurs. Je souhaiterais que les politiques de tous bords mettent un peu de réserve dans leur approche pour ne pas instrumentaliser les militaires, toujours au service de la nation, dans un débat qui n’est pas le leur ».

Charlotte Sawyer. J’ai, plus l’impression que Lecointre, qui est un homme votre sérail militaire et n’est pas un politique, fait semblant de ne pas comprendre. Il bouche les trous comme il peut ! Or, comme l’a noté un internaute dans son commentaire posté sur Valeurs Actuelles : « Les signataires n’ont jamais appelé à l’insurrection, ils disent simplement que si les choses continuent de cette manière, c’est l’État lui-même qui sera contraint de faire appel à l’armée pour rétablir l’ordre ; il n’y a là aucun appel à quoi que ce soit, au contraire, ils indiquent seulement quel est le risque pour l’État à ne pas prendre certaines mesures qui s’imposent ».

Jacques Borde. L’amusant dans un affaire qui, in fine, n’aura subjugué la Macronie, qu‘à partir du moment où :

1- Marine Le Pen y a mis son grain de sel. Donc, comme l’a souligné Breve Debar, sur sa page FB, il existe « Un déphasage total entre les affirmations des Français et la ridicule position de Macron et ses ministres qui déforment le texte original et nagent à contre courant de la réalité. Cette affaire confirme que Macron est hors sol et se moque totalement des Français (…). 84% des Français interrogés pensent que la violence augmente de jour en jour et 73% d’entre eux estiment que le pays se délite.En particulier sur la question de la sécurité : par exemple, 93% des Républicains et 94% des sympathisants du Rassemblement National pensent que les lois de la République ne s’appliquent pas dans certaines villes ».
2- le régime de Paris et ses idiots utiles ont jugé bon se rappeler que c’était le méchant mag de droaaaaaate Valeurs Actuelles qui avait publié l’appel.

Or, dans un entretien à la très spécialisée revue Mer & Marine, l’amiral Pierre Vandier2, – répondant à la question : Où y a-t-il le feu aujourd’hui ? Quelles sont les zones les plus sensibles actuellement ? – a tenu des propos géostratégiquement tout aussi inquiétants, voire plus, que l’alarme lancée dans les colonnes de Valeurs Actuelles :

Cf. Amiral Pierre Vandier : « Pour reprendre votre expression, je dirais qu’il y a le feu un peu partout… En Atlantique, nous avons retrouvé un niveau assez dur, avec le retour d’une rivalité sur et sous la surface de l’eau. En Méditerranée, nous surveillons de près la Libye, avec un conflit en voie de ‘somalisation ‘, et il y a eu également les tensions avec la Turquie. En Océan Indien, c’est notamment la question de l’avenir de l’Iran sur la question nucléaire, et dans la zone indo-pacifique il y a des enjeux géostratégiques considérables liés à la tension sino-américaine. La France, en tant que pays riverain de cette région avec un domaine maritime important lié à ses territoires ultramarins, où nous pesons par exemple dans la lutte contre les trafics et la pêche illégale, a un rôle de stabilité. Elle est légitime mais aussi écoutée ».

Et, là, bernique, nada, pas une ligne dans la presse, ni émoi dans les rédactions.

Comme quoi !…

[À suivre]

Notes

1 Cf. « Je vous invite à vous joindre à notre action pour prendre part à la bataille qui s’ouvre (…) qui est avant tout la bataille de la France (…). Comme citoyenne et comme femme politique, je souscris à vos analyses et partage votre affliction ».
2 Premier amiral de la Marine Nationale à avoir été pilote de Super Étendard Modernisé (SEM), de Rafale Marine et pacha du Charles-de-Gaulle.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

De l’Embargo imposé à l’Irak au Covid : En finir avec les peuples ? [1]

| Occident | Endkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Confusément, le …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer