Une Armée & une Démocratie ! À quelles fins ? [2]

| France | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

C’est peu de le dire : là où nous sommes militairement engagés les choses – en dépit des pertes sévères infligées à nos ennemis takfirî – ne se passent pas aussi bien qu’elles le devraient. En toute logique, on pourrait trouver, qu’entre nos fronts du djihâd extérieurs & celui d’Andalousie du Nord-Est… Pardon de France, notre État-Major des armées avait largement de quoi s’occuper. Il semblerait que non. Notre estimé CEMA, le général d’armée François Lecointre, hautement multirôle comme notre Rafale visiblement, a donc décidé de mettre son nez dans cette affaire de militaires (majoritairement retraités, semble-t-il) auteurs d’une lettre ouverte s’alarmant des périls menaçant & frappant notre pays. En toute franchise : était-ce bien le moment & était-ce bien son rôle ? Partie 2.

« Apparemment, en France, il est beaucoup plus simple et rapide de sucrer la retraite d’un militaire qui a servi la France pendant 40 ans, pour avoir signé une tribune libre, que de supprimer les allocations d’un djihâdiste parti s’entraîner en Syrie ».
Caroline Allain.

« #Mélenchon s’indigne de l’extradition des terroristes des #BrigadesRouges mais s’acharne contre la #TribuneDesGénéraux : avec Mélenchon, il vaut mieux appartenir aux brigades rouges qui assassinent qu’aux brigades de l’Armée française qui défendent la patrie... ».
Me. Gilbert Collard.

« Sur le plan moral, il n’est pas absolument interdit à un soldat de se lamenter sur le devenir de sa patrie. Même publiquement, contrairement à ce que se figurent des juristes de circonstances qui se plaisent à croire que sous prétexte que l’on ferait partie de la Grande Muette on serait tenu au mutisme absolu. Hélas pour eux, la jurisprudence la plus récente autorise le militaire à s’exprimer pour autant qu’il le fasse sans injure ni violence. C’est d’ailleurs dans le cadre de ce régime de liberté encadrée que le général Lecointre en personne, qui aujourd’hui veut guerroyer contre ces militaires qui s’expriment… les invitait il n’y a pas si longtemps à s’exprimer. Ainsi, en 2018, il dénonçait le ‘mutisme militaire’ dans lequel les hommes de la Grande Muette s’étaient ‘enfermés’. Convaincu que ‘les armées ont disparu du bruit de fond de la société’, il souhaitait lors d’une rencontre à l’École Militaire, que les militaires actifs prennent la plume, sans se cantonner aux aspects ‘techniques’ de leur métier ».
Me. Gilles-William Goldnadel.

| Q. Et, ça ira loin cette affaire ?

Jacques Borde. Difficile à dire. Sans compter qu’il peut y avoir des rebondissements à tout moment. Mais, comme le dit Charles Borromée :

« Lecointre ne fait qu’obéir aux ordres de Jupiter [Macron, NdlR]. À mon avis ça n’ira pas très loin en termes de sanctions. Le risque potentiel est une chose, la réalité en est une autre. Cette Tribune fut écrite bien avant sa parution dans Valeurs Actuelles et ce qui a surtout fait bouillir Jupiter et son gouvernement, c’est la réaction/déclaration immédiate de Marine Le Pen. La plupart du gouvernement n’avait pas vu cette tribune avant de couiner. Jupiter a les nerfs fragiles à dix mois des présidentielles ».

Concrètement, Lecointre souhaite « la radiation, donc la mise à la retraite d’office » des signataires.

Simple question en passant :

enlisement plus que durable au Sahel ;
nouvelle donne au Tchad ;
grand jeu étasunien en Afghanistan : où le retrait des troupes, qui aurait débuté le 1er mai 20211, se fera, en effet, sous l’égide de bombardiers B-52H Stratofortress du 5th Bomb Wing positionnés sur la base aérienne d’Al-Udeid (Qatar). Les B-52H seront utilisés en cas d’attaque contre les troupes durant le retrait et les combats continuent, malgré les négociations entre parties. Plus Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)2 qui fera tout mettre en difficulté les Tāliban3. À savoir que le retrait des troupes occidentales ne s’achèvera que le 11 septembre 2021, et que :

1- des Français, même si notre présence militaire appartient au passé, sont encore, à des titres divers et variés, en Afghanistan.
2- que s’en prendre, par linkage, à des Français ailleurs est aussi une carte à la disposition de DA’ECH.

djihâd en Andalousie du Nord-Est...4 Pardon en France.

Franchement, le général François Lecointre n’a pas autre chose à faire ?

| Q. C’est à ce point-là ?

Jacques Borde. Oui.

Pire. Un exemple parlant : autour 5.000 Jound al-Khilafah5 européens (entendez, par là, titulaires de passeports européens), trop souvent francophones hélas, sont partis combattre en Syrie – sous les ordres de feu le Calife Rolex Ibrahim6, opportunément « rayé de la carte du temps » (comme disent les Iraniens) Trump regnante –. Beaucoup, et c’est très bien comme ça, y ont laissé leur peau. Mais, les volontaires pour un djihâd dans un pays aussi ouvert (sic) et peu préemptif que la France, ça n’est pas ce qui manque.

Charlotte Sawyer. A contrario, ceux qui ont survécu sont les plus entraînés à la guerre asymétrique et aux meurtres de masse. Ils auraient même fait « du bon boulot » à en croire certains de vos politiques à la belle époque d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH) et Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām7.

Jacques Borde. Comme l’a dit un internaute-ami sur sa page Facebook : « s’ils s’avisent de continuer le ‘bon boulot’ en France une fois qu’ils vont être rapatriés, ça va être Falloujah-sur-Seine ».

| Q. Pourquoi dites-vous « trop souvent francophones hélas » ?

Jacques Borde. Parce que pour le membre d’une 5e colonne takfirî, débarquant – merci les navires-passeurs du Crime organisé immigrationniste et le laxisme sur ce point du gouvernement du Presidente del Consiglio dei Ministri8, Mario Draghi – sur le sol de la Vielle Europe, mieux vaut parler la langue pratiquée sur le front du djihâd où l’on est projeté.

| Q. Retour à la Tribune parue sur Valeurs Actuelles : Quid de la réaction du régime de Paris & de ses relais ?

Jacques Borde. Prévisibles et méprisables à la fois.

À raison, Pierre Duriot parle de politiciens indignes. Estimant que « Les réactions à la suite de la publication de la lettre signée par 900 officiers supérieurs français sont injustes et terriblement dures. Et les arguments utilisés par les cercles néolibéraux et de gauche, sont scandaleux. Les soldats à la retraite ne sont ils pas des citoyens libres ? Un soldat à la retraite n’aurait pas le droit d’exprimer son opinion à un moment où le pays s’engage sur une voie dangereuse et prend une direction qui peut s’avérer désastreuse à long terme ? Le communiste Jean Luc Mélenchon parle de ‘déshonneur des généraux’ alors que quelques mois en arrière, il appelait au renversement du gouvernement et à la révolution. Aujourd’hui, être un patriote qui prend soin de son pays, doit être considéré comme une anomalie et compris comme une préparation à un coup d’État militaire ? Allons donc. En tant qu’ancien soldat et citoyen, j’ai le droit et même l’obligation de parler du départ de France des éternelles valeurs catholiques de sa civilisation, du danger des islamistes radicaux, de la scandaleuse politique d’immigration. Ces élus qui n’admettent pas la critique, en vérité, ne sont pas dignes leurs fonctions. Cette liberté est inscrite dans la constitution du pays et dans sa devise ».

Concernant les plus de 50 généraux désormais qui appellent Macron à défendre le pays, ce qui est, tout de même, son devoir de chef de l’État et des armées. Je vous fais également suivre le commentaire de Philippe Dubois :

« Je suis officier en retraite après 28 ans de services.
Les militaires en retraite, qu’ils soient anciens caporaux-chefs ou anciens généraux, sont des citoyens français comme vous et moi.
À ce titre, ils bénéficient de tous les droits et de toutes les garanties liés à cette qualité, dont la liberté d’association et la liberté d’expression (avec bien évidemment les limites liées à la protection du secret et à la discrétion professionnelle concernant leurs précédentes fonctions).
Concernant les généraux en deuxième section, c’est différent : ils sont toujours théoriquement à la disposition du ministre.
Au nom de quel principe des personnes qui ont passé toute ou partie de leur vie active à servir la France seraient interdits de parole ?
D’autant que les militaires d’active sont autorisés à être candidat à toutes les élections : ils sont alors placés en disponibilité pendant la campagne et pendant la durée de leur mandat s’ils sont élus.
Mme. Parly ne s’offusque d’ailleurs pas du cas de Madame Laetitia Saint-Paul, députée LREM et officier de l’armée de Terre quand elle a mené campagne.
Sur le fond, ces militaires ont raison.
L’état hobbesien ne remplit plus son rôle premier qui est d’éviter la guerre de tous contre tous en assurant la sécurité des personnes et des biens..
Et ils n’appellent pas à un putsch, ils envisage l’hypothèse d’une intervention de l’armée pour mettre fin aux troubles liés à l’abandon par l’état de ses fonctions régaliennes ».

| Q. Au fait, ces militaires sont populaires ?

Jacques Borde. Il semble bien que oui.

1- selon un sondage LCI, 58% des Français seraient favorables aux termes de cette fameuse lettre ;
2- autre sondage, de RTL : 80% des votants sont contre une sanction des militaires qui dénoncent le délitement de la France.

Ces sondage valent ce qu’ils valent, mais quand même, cela voudrait dire qu’une majorité de Français se rend compte que le pays en matière de Défense nationale et de sécurité au quotidien n’est plus tenu et que ce délitement de la société, contre lequel nous avertissent nos militaires, est bien en cours.

[À suivre]

Notes

1 Verbatim le président des États-Unis, Joseph Joe Robinette Biden, Jr. : « Les États-Unis vont débuter leur retrait final (…) le 1er mai de cette année. Nous n’allons pas effectuer une sortie précipitée. Nous allons le faire de manière responsable, délibérée et sécuritaire, et nous le ferons en totale coordination avec nos alliés et partenaires, lesquels ont désormais plus de soldats que nous en Afghanistan ».
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Littéralement : Ceux qui exigent [le savoir], pluriel de Talib (Taliban s’écrit donc sans ‘s’ final) terme pour désigner des étudiants en religion. À traduire plus classiquement par Séminaristes.
4 C’est ainsi que DA’ECH désigne la France.
5 Ou Soldats du califat. Terme officiel de DA’ECH pour qualifier ses combattants armés. Vient en droite ligne de Jound al-Khilafah fi Ard al-Jazair, groupe armé terroriste salafiste, qui s’est fait connaître par l’assassinat d’Hervé Gourdel. A fait scission d’AQMI (officiellement en septembre 2014) et prêté allégeance à DA’ECH.
6 Ibrahim Awad Ibrahim Ali al-Badri, dit Abou Bakr al-Baghdadi al-Husseini al-Qurashi. Il succède en 2010 à Hamid Daoud Muhammad Khalil al-Zawi à la tête de ISIS/DA’ECH, le 29 juin 2014, premier jour du mois de Ramadan, il se proclame calife de l’État islamique.
7 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
8 Ou Premier ministre italien.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer