Military made in France : Entre Excellence & Déficits (trop) humains !… [1]

| France | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Mai 2021 : avec, d’un côté, la grotesque chasse aux sorcières néo-vichyste visant les signataire d’une simple Tribune (reprise sur Valeurs Actuelles & commenté par… Marine Le Pen, d’où le choc & l’effroi du régime de Paris) & de l’autre le carton désormais bien rempli des commandes de l’avion de combat de Dassault Aviation, l’Omnirôle Rafale, nous avons ce que le Made in France peut nous offrir : l’excellence d’un outil industriel, pour ce qui nous en reste, mais, également, les déficits, la vacuité & l’incompétence des hommes. Partie 1.

« Ce que je trouve profondément injuste, c’est que la virulence avec laquelle le gouvernement s’attaque aujourd’hui à l’armée et à ces militaires, qui disent au passage la même chose que ce qu’avait pu décrire le général de Villiers lorsqu’il a écrit son bouquin et lorsqu’il a quitté l’armée quelques mois après l’élection d’Emmanuel Macron, les délinquants, les voyous, les criminels, eux n’ont pas cette même haine, cette même vivacité, cette même énergie dans le discours (…). La France d’Emmanuel Macron ressemble de plus en plus à une dictature, enfin de moins en moins à une démocratie (…). La vérité, c’est qu’on ne peut plus rien dire, que l’opposition est sommée de se taire ».
Jordan Bardella.

« La ‘réinsertion sociale’ des terroristes. Vous ne rêvez pas, c’est l’annonce de Dupond-Moretti. Imaginez à Nuremberg ou les juges auraient déclaré aux Nazis, on va tenter de vous réinsérer… ».
Patricia Martin.

« Macron, si prompt à dénoncer les ‘violences policières’, n’a pas eu un mot de compassion pour le policier assassiné à Avignon dans l’exercice de ses fonctions. Il faudra y penser au moment de glisser son bulletin de vote dans l’urne ».
Eber Haddad.

« Mélenchon a annoncé que, s’il était élu, il allait purger tous les ‘factieux’ de l’armée. Voilà de quoi lui donner un peu plus de travail, puisque 2.000 militaires d’active, dans la continuité de la première tribune impulsée par le capitaine de gendarmerie Jean-Pierre Fabre-Bernadac, prennent à leur tour la plume. Et le moins qu’on puisse dire est qu’ils sont à la hauteur des attentes suscitées. Une nouvelle étape est franchie, au service de la France ».
Pierre Jallamion.

« Agnès Pannier-Runacher nous a dit que nous étions des gens en charentaises (…) mais pendant 20 à 40 ans d’une vie, nous avons été en rangers (…). Je pense qu’elle pantouflera plus vite que nous ».
Jean-Pierre Fabre-Bernadac, capitaine de gendarmerie à la retraite, dans #HDPros.

« Le quarteron se monte maintenant à plus de 22.000 militaires. Il en dit quoi, le locataire de l’Élysée ? ».
Marina Du Pont.

| Q. Les Grecs encore partant pour du Rafale, nous dit-on ?

Jacques Borde. Tout à fait. L’info nous vient de l’Athens News Agency-Macedonian Press Agency1, Athènes va commander six nouveaux Rafale, mais au standard Rafale F3R.

| Q. Encore du Rafale, alors ?

Jacques Borde. Eh oui. Du côté du Pirée, beaucoup préfèrent voir la Polemikí Aeroporía2 faire ami-ami avec Dassault et son chasseur omnirôle qu’avec Lockheed-Martin et son F-35A Lightning II qui, soit dit en passant, est un véritable râteau payé au prix du caviar.

À rappeler aussi qu’existe en Grèce, un fort penchant d’anti-américanisme qui se réveille assez facilement. Y compris à droite, contrairement à une idée reçue.

| Q. Et à quel prix nos Rafale F3R ?

Jacques Borde. L’addition pour ces six (6) Rafale F3R supplémentaires devrait tourner autour de 800 M€. Mais probablement légèrement plus, dans la mesure où, cette fois, il s’agira uniquement d’appareils neufs.

Un peu cher, diront quelques grincheux. Mais vingt-quatre (24) Rafale, au total, seront un argument de poids face aux tentations hégémonistes de la Turquie de Reccep Tayyip Erdoğan. Sans parler, bien sûr les F-16 Block 72 Viper, aussi en dotation côté grec..

| Q. Un Lecointre.1 en 2018 et un Lecointre.2 en 2021, si je comprends bien…

Jacques Borde. (Sourire) En quelque sorte. Et c’est bien là une partie du problème.

Car, effectivement, dans les colonnes du Parisien, le chef d’État-Major des armées (CEMA), le général d’armée François Lecointre, réagissant à la Tribune publiée dans Valeurs Actuelles, a, ni plus ni moins, dénié à ses signataires « le droit de porter un jugement sur ce que nous sommes ».

Pourquoi pas, direz-vous ? Sauf que, en janvier 2018, le même Lecointre – déjà CEMA depuis le 19 juillet 2017, et c’est bien là où le bât blesse – se fendait, lui aussi, d’une Tribune (Bin, oui : lui il a le droit, c’est le big boss, non?) dans Le Figaro, où, lisez bien les lignes qui suivent, il invitait civils ET militaires à exprimer leurs opinions et à débattre, y regrettant « l’effacement de la parole du soldat », depuis le traumatisme de 1940 et la Guerre d’Algérie. Plutôt que d’être « résignés au mutisme », Lecointre enjoignait donc ses pairs (les militaires) à écrire et à « développer la réflexion sous toutes ses formes et dans toutes les dimensions ».

Objectif, dixit Lecointre, « Que les consciences s’éveillent à la centralité des thèmes relatifs à la confrontation et au fait guerrier », pour sortir de « l’illusion des dividendes de la paix ».

Trois ans plus tard, son vœu de chef d’État-Major des armées a donc été pleinement exaucé dans Valeurs Actuelles, où la Tribune3 (ont-ils le droit, ce ne sont que des porteurs de charentaises, après tout?) signée par plus de 23.000 militaires met en garde le pays contre la probabilité d’une « guerre civile ».

Les signataires, in fine, ne faisant que suivre, un peu tard peut-être, les consignes de leur patron et/ou ex-patron.

Traîner en justice ceux qui vous ont écouté et ont suivi vos conseils de CEMA : les plaidoiries, surtout si elles sont le fait de ténors comme Me. Gilles-William Goldnadel, vont être croquignolesques à entendre. À ajouter que le syndicat France Police–Policiers en colère vient, lui aussi, d’adresser une lettre ouverte au président de la République.

| Q. Bon. Et, très concrètement, que va-t-il se passer au juste pour ces militaires d’active épinglés ?

Jacques Borde. Laissons la parole au chef d’État-Major des armées (CEMA), le général d’armée François Lecointre, qui s’est exprimé sur ce point :

« Ces officiers généraux vont passer chacun devant un conseil supérieur militaire. Au terme de cette procédure, c’est le président de la République qui signe un décret de radiation (…). Je souhaite que leur mise à la retraite d’office soit décidée ».

Or, outre que, je le répète, c’est le CEMA en personne qui, en 2018 demandait aux personnels sous ses ordres de à « développer la réflexion sous toutes ses formes et dans toutes les dimensions », Jean Paul Garraud de nous rappeler que « Le militaire a aussi une conscience. C’est un être humain, il doit apprécier un certain nombre de situations. Les signataires de la tribune sont des lanceurs d’alerte, pas des factieux ».

| Q. Lecointre semble assez peu populaire sur les réseaux sociaux. Vous avez une explication ?

Jacques Borde. Plusieurs, en fait. D’entrée, il est avéré que les personnes s’exprimant sur ces réseaux ont généralement des opinions bien tranchées.

Donc, c’est un peu la rançon de la gloire (sic) pour l’actuel CEMA. Le général François Lecointre, en bon soldat de la Macronie, est monté au créneau sur un terrain où il aurait pu fort bien ne pas s’aventurer. Rien ne l’y forçait vraiment. Il en paye le prix médiatique aujourd’hui.

Le pire, c’est qu’en cas de besoin, Emmanuel Jupi-Atlas4 Macron n’hésitera probablement pas à le sacrifier.

| Q. Mais que lui reproche-t-on au juste ?

Jacques Borde. Sur les réseaux sociaux ? Entre autres reproches, Lecointre se voit accusé d’être, je cite, un « porte-médaille de collection, usurpateur de titre en plus… » (Alain Helstroffer).

Sinon, Stéphane Hry, si je ne me trompe pas, s’est insurgé sur le port de brevet para par Lecointre. Explication : « Tout simplement parce qu’il n’a pas effectué le stage d’obtention du brevet para, il a effectué le stage BIP (brevet d’initiation para). Son brevet para », affirme Hry, « il lui doit de la MinDéf qui a donné les ordres à Pau de lui délivrer… ».

L’histoire semble étrange, mais bon, je vous la livre telle que reçue. À ce jour et à ma connaissance, elle n’a fait l’objet d’aucun commentaire ou démenti officiel. Ce qui ne la valide ou l’invalide pour autant.

| Q. Anecdotique, si vrai, non ?

Jacques Borde. (Froncement de sourcils). Pas tant que ça. Cela refléterait, si l’épisode se vérifiait, un manque de respect pour ceux qui ont réellement passé ledit brevet – sans parler de ceux qui ont perdu la vie lors d’un saut, pour l’obtenir. « Sauter par la portière », comme le dit la chanson, n’est pas donné à tout le monde et peut aussi mal finir. Donc pas très classe le CEMA. Quant à savoir, si c’est la ministre des Armées, Florence Parly, ou autre, qui se soit chargé de la chose, l’élégance eût voulu que Lecointre refusât, non ?

Bon, je vais vous raconter une petite histoire perso. Ado, j’ai décidé de faire comme mes copains de l’époque : faire ma PMP (Préparation militaire parachutiste) avec l’idée de faire mon service dans les Paras !

Hélas, peu avant ma PMP, j’ai eu un grave accident de la route, si on peut dire (2 morts, 1 blessé grave). Donc ni PMP ni service militaire non plus, vue la quantité (honorable) de visserie chirurgicale sur mes membres inférieurs.

Donc, pas de soucis : le brevet para, on peut vivre sans et même fréquenter des tas de gens qui l’ont sans que ceux-ci vous toisent de haut. En tout cas, jamais ne m’est venu l’idée de m’en coller un à la boutonnière. Ça aussi s’appelle du respect.

[À suivre]

Notes

1 Née de la fusion de l’Athens News Agency (ANA) de Macedonian Press Agency (MPA).
2 Ou armée de l’Air grecque ?
3 Désormais, suivie d’une autre, reprise in extenso sur fborborde.com.
4 Selon les surnoms que, selon la légende élyséo-macronienne, que lui aurait trouvé sa moitié, dame Brigitte.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer