Military made in France : Entre Excellence & Déficits (trop) humains !… [2]

| France | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Mai 2021 : avec, d’un côté, la grotesque chasse aux sorcières néo-vichyste visant les signataires d’une simple Tribune (reprise sur Valeurs Actuelles & commenté par… Marine Le Pen, d’où le choc & l’effroi du régime de Paris) & de l’autre le carton désormais bien rempli des commandes de l’avion de combat de Dassault Aviation, l’Omnirôle Rafale, nous avons ce que le Made in France peut nous offrir : l’excellence d’un outil industriel, pour ce qui nous en reste, mais, également, les déficits, la vacuité & l’incompétence des hommes. Partie 2.

« Je ne minimise pas du tout cet acte délibéré, celui qui a consisté à violer le devoir de réserve au mépris de leur propre condition militaire (…). Un militaire n’est pas un militant. Les armées ne sont pas là pour faire des campagnes politiques, mais pour protéger les Français. Quiconque aurait un avis différent déshonorerait nos armées, mais aussi notre République ».
Florence Parly, ministre des Armées.

« Encore un policier tué après avoir été criblé de balles lors d’un contrôle anti-drogue à Avignon.Le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin parle de ‘guerre’… Une guerre est faite pour exterminer l’ennemi et le bouter hors de notre sol. Quand la police fera dix fois, vingt fois, cent fois plus de morts parmi l’adversaire qu’elle n’aura de perte, quand le reflux allogène aura commencé, la guerre sera, non pas finie, mais en bonne voie d’être gagnée. Pour le moment c’est une guéguerre de bac à sable ».
Jean-François Touzé.

« Faites votre devoir, comme le fit la police en 1942, (au Vél’d’Hiv, pour qui l’ignore). Privez-moi des droits statutaires que me confère ma carrière, vous ne me priverez pas de mon histoire qui n’a jamais failli à la devise ‘honneur et patrie’. Laquelle continue de me guider dans le temps présent. Dans le désastre, il y a deux catégories de caractères, les résistants et les collaborateurs. J’ai choisi mon camp et ne reviendrai pas sur ce choix. Vous dirai-je donc qu’en outre votre sanction m’honorera ? ».
Roland Mantré, général de Brigade Aérienne.

| Q. Passons aux bonnes nouvelles : plutôt en vogue le Rafale ?

Jacques Borde. Oui, Dassault et le Caire ont, enfin, confirmé, le 4 mai 2021, l’achat de 30 avions de combat Rafale. 30+24=54. Bien !

« L’Égypte et la France ont signé un contrat de fourniture de 30 avions Rafale », a fait savoir l’Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya1, par voix de communiqué.

Comme pour la première tranche, c’est un site d’informations Disclose, qui a mangé le morceau, le 3 mai 2021, évoquant un montant de 3,95 Md€. Simple rappel, pour la 1ère tranche, c’est nous – je veux dire bforborde.com – qui avions lâché l’info, mais avec une avance de plusieurs semaines.

Côté égyptien, le colonel Tamer Al-Réfaï a parlé d’« Un contrat qui s’inscrit dans le cadre de l’intérêt accordé par l’État au renforcement des capacités du pays ». Ce afin de « moderniser son armée de l’Air, ayant un rôle primordial dans la sécurisation des intérêts nationaux de l’Égypte ». Le Rafale ayant « des capacités de combat élevées, dont la capacité d’effectuer des tâches à longue portée, ils sont équipés d’un système d’armement sophistiqué qui leur donne une plus grande manœuvrabilité. Le Rafale se caractérise aussi par son système de guerre électronique avancé qui lui permet d’accomplir toutes les missions avec une grande performance ».

| Q. Donc, après des années de galère, le Rafale se vend bien ?

Jacques Borde. Oui. Après des années de méventes plutôt, je vous rappelle que :

Primo, nous avons eu, en l’espèce, l’un des pires VRP qui soit : Nicolas Sarkozy, qui, entre autres crétineries, aura échoué à placer le bel oiseau auprès de l’Al-Qūwāt al-Malakiyyah al-Jawwīyä al-Maghribiya2.

Secundo, pas de véritable exploit de notre part pour la 1ère tranche de Rafale placée au Caire, c’est le président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī, qui était demandeur et faisait le forcing auprès de Paris.

Encore aujourd’hui, nous sommes dans la continuité de cette géopolitique égyptienne qui se caractérise par la volonté du Caire de s’affranchir de la tutelle américaine en diversifiant ses sources d’armements.

Déjà en 2015, notait Salah Gouda, président du Centre du Caire pour les Études économiques : « Cette situation problématique a commencé avec la première livraison d’armes soviétiques via la Tchécoslovaquie en 1955. Depuis cette date et jusqu’en 1978, notre équipement en armement était assuré par l’ex-Union soviétique. Ensuite, avec la signature des accords de Camp David en 1978, l’ex-président Anouar Sadate s’est tourné vers les États-Unis ». Une situation faisant de l’Égypte « l’otage » d’un autre pays. « Un pays qui connaît toutes les capacités militaires de l’Égypte, qui peut l’asphyxier à tout moment, et qui, dans le cas des États-Unis, faisait toujours en sorte de préserver la supériorité d’Israël ».

De son côté, expliquait Gamal Salama, président du Département des Sciences politiques à l’Université de Suez, « … le fait de signer un contrat de cette taille avec un pays occidental, comme la France, est une décision politique intelligente. Cela réfute la thèse d’un retour au bercail soviétique et montre plutôt que l’Égypte cherche à assurer un certain équilibre dans ses relations étrangères ». Et, « C’est sans doute aussi un message aux États-Unis, surtout que la France est connue pour l’indépendance de sa politique étrangère par rapport à d’autres pays européens », estimait-il.

Là, ça nous fait l’Égypte (54 appareils), plus :

-36 pour l’Al-Quwwāt al-Jawiyya al-Imārātiyya al-Qatariya (QEAF)3.
-36 pour la Bhāratīya Vayu Sēnā4.
-24 (dont 12 d’occasion) pour la Polemikí Aeroporía5 au compteur.

| Q. Trente Rafale de plus, Le Caire a les moyens ?

Jacques Borde. L‘Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya précise que l’achat se fera par un prêt sur dix ans. Paris s’est porté garant de 85% du montant de l’emprunt fait par Le Caire auprès des banques françaises.

Désormais, parmi les appareils, disons de 4e génération +, le Rafale vient de rafler la pole position avec 168 exemplaires commandés, devant :

-le Typhoon (123 commandes).
-le F/18 Super Hornet (EA-18 Growler inclus), avec 119 commandes.
-le F16 Block 70 Viper (129).
-le Saab JAS 39E/F Gripen (98).
-le Su-35 (64). Au passage : les Su-35 qu’alignent les Égyptiens sont des Su-35SE.

| Q. Et pas d’inquiétude quant au financement ?

Jacques Borde. Non, dans la mesure où les paiements s’échelonneront au cours des livraisons. La France est donc sûre et certaine d’encaisser 1,5 Md€ sur les 3,95 Md€. Ajoutons que Le Caire dispose d’importants gisements gaziers au large de la Méditerranée (dont celui de Zhor) et ne nous a pas fait défaut financièrement dans ses achats d’armements.

Ensuite, et c’est important de le dire : le contrat égyptien offre aussi l’avantage de maintenir ouverte la chaîne du Rafale, et donc ses 7.000 emplois directs et 11.000 emplois indirects pendant plus de 3 ans. Autre effet induit, augmentant le parc global de Rafale, le contrat égyptien va permettre d’en optimiser et d’en réduire les coûts, dont ceux de maintenance, rendant l’appareil encore plus performant en France et à l’export.

| Q. D’autres contrats en vue ?

Jacques Borde. Du domaine du possible. Le Rafale est en compétition auprès :

-des Forces aériennes suisses/Schweizer Luftwaffe/Forze aeree svizzere/Aviatica militare svizra6 (36 à 40 appareils).
-de la Suomen ilmavoimat7 (jusqu’à 64), qui souhaite remplacer son parc de McDonnell-Douglas F/A-18C/D Hornet (63). Mais la concurrence s’annonce rude entre le Typhoon, le F/A-18E/F Super Hornet, le F-35A Lightning II, et le Saab JAS 39E/F Gripen.
-de la Hrvatsko ratno zrakoplovstvo i protuzračna obrana (HRZ i PZO)8, avec 12 appareils d’occasion qui seraient prélevés sur le parc de l’armée de l’Air & de l’Espace (aAE), comme cela a été fait pour les Grecs.
-l’Al-Quwwāt al-Jawwīyä al-Imārātiyya (UAEF)9, et la Tentara Nasional Indonesia-Angkatan Udara (TNI-AU)10 marquent aussi un intérêt appuyé pour le Rafale.

Donc, Inch’Allah, en quelque sorte !

| Q. Mais, même si nous sommes certains d’encaisser 2 Md€, ça n’est pas un peu sportif (sic) de garantir, en quelque sorte, le prêt du client avec lequel il va payer ses nouveaux jouets ?

Jacques Borde. Un peu, mais :

Primo, la pratique est courante. C’est exactement ce qui s’est passé pour la 1ère tranche de Rafale vendue au Caire.

Secundo, on a rien sans rien. Si vous croyez que tous les deals FMS passés pour faire plaisir au complexe militaro-industriel étasunien ont tous été honorés rubis sur l’ongle…

La géopolitique a toujours eu un coup, mais aussi des avantages.

Ici, en alignant de la seconde flotte de Rafale au monde après notre armée de l’Air & de l’Espace (aAE), Le Caire :

1- donne un assise supplémentaire à ses ambitions régionales.
2- muscle passablement l’Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya.
3- offre à la filière aéronautique française une dynamique nouvelle. Si personne ne nous commande d’appareils, les chaînes ferment, c’est aussi simple que ça.
4- éloigne (sic), en quelque sorte, la concurrence.

Dans la pratique, les livraisons du lot actuel commenceront dans trois ans et demi. Sans impact conséquence sur les appareils destinés à l’armée de l’Air & de l’Espace (aAE) donc. À lire Air & Cosmos, « Trente avions assurent l’équivalent d’un peu moins de trois années d’activité minimale annuelle de la chaîne (11 avions) : la chaîne les produira entre 2024 et 2026 ».

| Q. L’Égypte, seconde flotte de Rafale. Quelqu’un peut mieux faire ?

Jacques Borde. Le challenge va être difficile à relever. Ce d’autant qu’une troisième commande égyptienne n’est pas, non plus, à exclure.

Seuls les Indiens pourraient être tentés de faire mieux. Mais, n’oublions pas que la Bhāratīya Vayu Sēnā a aussi sous le coude son monoplace de conception nationale, le Tejas. L’appareil :

1- corrige peu à peu ses défauts de jeunesse.
2- est 100% made in India.
3- coûte moins cher que notre Rafale.

Ensuite, au fur et à mesure, des versions, le Rafale se bonifie. Et, ça, ça aide vraiment.

| Q. Comment ?

Jacques Borde. À ses débuts, le Rafale, développé pour s’opposer aux appareils soviéto-russes, avait, malgré ses indéniables qualités un côté vilain petit canard. Qui avait vraiment besoin du Rafale ? Puis, le bel oiseau, une fois en parc, a eu sa vie propre. Et des engagements remarquables et remarqués.

Aujourd’hui, écrit encore Air & Cosmos, « La visibilité actuelle du Rafale (que ce soit via Skyros, mais aussi récemment en Grèce à Iniochos) ont un effet notable sur la carrière de l’appareil, qui est sans doute actuellement le plus mature du marché, avec un capital opérationnel évident, derrière lequel le F-35 (plus récent, mais aussi désormais très controversé) ou le Typhoon courent. Les pilotes de l’armée de l’Air croisés récemment à Iniochos insistaient précisément sur ce niveau de maturité du système F3R ».

| Q. Pas en combat aérien. Quid de la suprématie aérienne confié à une machine qui n’a abattu personne ?

Jacques Borde. Vrai. Mais, récemment, c’est le cas de tout avion de combat. Aucun appareil de 4e, 4e++, 5e génération n’a, pour de vrai, abattu un de ses pairs en combat aérien. Que ce soit en BVR ou en Dog-fight.

| Q. Vous pouvez préciser les termes ?

Jacques Borde. BVR=Beyond Visual Range. Hors de portée visuelle : donc un tir de missile air/air à longue distance.

Dog-fight=combat aérien tournoyant. À l’ancienne, quoi. Le terme savant en vigueur est Within Visual Range (WVR), à portée visuelle.

À ce jour aucun F-22A Raptor n’a à son tableau de chasse un Su-57 Felon ou même un
Su-35. Et inversement. Mais, ni le Rafale, ni le Su-35, ni le F-35 Lightining II, ni les versions les plus récentes des F-16, F-18, non plus. !

Ce que l’on sait, c’est que le Rafale, participant à des exercices aériens, les fameux Red Flag, Maple Flag notamment, a (virtuellement) abattu des F-22A Raptor en combat aérien, à ces occasions.

Après…

[À suivre]

Notes

1 Ou armée de l’Air égyptienne.
2 Ou armée de l’Air marocaine.
3 Qatar Emiri Air Force, Force aérienne de l’Émirat du Qatar.
4 Ou armée de l’Air indienne.
5 Ou armée de l’Air grecque.
6 Ex-Troupe aérienne suisse.
7 Ou armée de l’Air finlandaise.
8 Ou Aviation militaire & Défense aérienne croates.
9 United Arab Emirates Air Force, Force aérienne des Émirats Arabes Unis.
10 Ou Force aérienne indonésienne.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer