Military made in France : Entre Excellence & Déficits (trop) humains !… [3]

| France | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Mai 2021 : avec, d’un côté, la grotesque chasse aux sorcières néo-vichyste visant les signataire d’une simple Tribune (reprise sur Valeurs Actuelles & commenté par… Marine Le Pen, d’où le choc & l’effroi du régime de Paris) & de l’autre le carton désormais bien rempli des commandes de l’avion de combat de Dassault Aviation, l’Omnirôle Rafale, nous avons ce que le Made in France peut nous offrir : l’excellence d’un outil industriel, pour ce qui nous en reste, mais, également, les déficits & la vacuité & l’incompétence des hommes. Partie 3.

« Cette nouvelle commande est la preuve du lien indéfectible qui unit l’Égypte, premier utilisateur export du Rafale comme elle l’a été pour le Mirage 2000, à Dassault Aviation depuis près de 50 ans. Elle témoigne également de la qualité opérationnelle du Rafale, puisque pour la seconde fois un client export fait le choix de commander des avions supplémentaires. Dassault Aviation et ses partenaires remercient les Autorités égyptiennes de cette nouvelle marque de confiance et les assurent de leur engagement total à satisfaire une nouvelle fois leurs attentes ».
Éric Trappier, pdg de Dassault Aviation.

« … ce texte ne recèle en effet pas en lui-même de provocations à commettre des infractions pas plus qu’il ne contient d’appel à la haine, à la discrimination ou à la violence (…). Le crime de provocation à des rassemblements d’insurgés et le délit de provocation à la désobéissance des militaires ou des assujettis à toute forme du service national, prévus par le code pénal, ne paraissent pas davantage pouvoir trouver à s’appliquer aux développements figurant dans cette tribune (…). Si l’appréciation d’une éventuelle qualification disciplinaire des propos concernés, au regard du Code de la Défense, relève des autorités compétentes, il doit être constaté qu’aucune suite judiciaire ou pénale ne peut en l’état être réservée à ceux-ci ».
Rémy Heitz, procureur de Paris.

| Q. Rafale : Tout le monde est content, alors ?

Jacques Borde. Oui, mais, avant tout, j’aimerai vous faire part d’une nouvelle de la première importance : Yves Bonnet, ancien directeur de la Direction de la Surveillance du territoire (DST, notre SR intérieur, l’équivalent du FBI et du Sherut ha’Bitaron ha’Klali, SHABAK1) de 1982 à 1985, ex-préfet et député UDF, a annoncé rejoindre le Rassemblement National (RN). Il sera candidat aux Régionales avec Nicolas Bay en Normandie.

Très mauvaise nouvelle pour tous les idiots utiles du régime de Paris qui prétendent que le parti de Marine Le Pen n’a pas de capacités à gouverner et ne peut attirer à lui de grands serviteur de l’État. Je le dis avant d’autant moins de flagornerie qu’il m’est arrivé à plusieurs reprises de ne pas partager les analyses d’Yves Bonnet.

Yves Bonnet, le grand serviteur d’une grande maison.

Autre nouvelle qui ravira la Macronie : 74% des policiers en activité, croit savoir, le Cevipof, ont l’intention de voter pour Marine Le Pen en 2022.

Quant à ceux qui sont contents de la vente de Rafale à l’Égypte : Le Caire et Paris, en tout cas.

Le ministère français des Armées a salué bien bas ce contrat, qui « renforce encore le partenariat stratégique et militaire entre la France et l’Égypte (…). Ce contrat illustre le caractère stratégique du partenariat que la France entretient avec l’Égypte, alors que nos deux pays sont engagés résolument dans la lutte contre le terrorisme et œuvrent à la stabilité dans leur environnement régional ».

Dans un autre communiqué, le pdg de Dassault Aviation, Éric Trappier, a indiqué que ce nouveau contrat était une « preuve du lien indéfectible qui unit l’Égypte (…) à Dassault Aviation depuis près de 50 ans ».

« Cette nouvelle commande vient compléter la première acquisition de 24 Rafale signée en 2015 et portera alors à 54 le nombre de Rafale aux couleurs égyptiennes, faisant ainsi de l’armée de l’Air égyptienne la seconde au monde après l’armée de l’Air et de l’Espace française, à opérer une telle flotte de Rafale », a ajouté Dassault Aviation.

| Q. Paris qui parle de « lutte contre le terrorisme » et de « stabilité dans [leur] environnement régional ». Géopolitique. Donc Le Caire et Paris ont quelqu’un dans le nez, d’une certaine manière ?

Jacques Borde. Oui, bien sûr : la Turquie de Reccep Tayyip Erdoğan. Mais à des degrés divers. Et, au-delà, n’oublions pas que la Turquie reste aussi un client régulier de nos industries, d’armement notamment…

Là, indubitablement, l’acquisition de ces 30 Rafale va considérablement renforcer le potentiel de l’Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya2 en Méditerranée Orientale, où la Turquie (décidément) s’agite beaucoup géostratégiquement.

Comme le souligne Air & Cosmos :

« Première force aérienne Arabe de la région avec l’Algérie, l’Egyptian Air Force a su profondément renouveler son ordre de bataille au cours des dernières années. Exit les obsolètes Mirage V, Chengdu F-7 et autres Phantom F-4. Fidèle à sa politique de diversification, l’EAF a décidé d’équiper sa flotte avec 4 types d’appareils de quatrième génération : 54 Rafale, 46 Mig29M/M2, 24 F-16 Block 50/52 et 24 Su-35SE ont été commandés ces dernières années. Ces appareils qui formeront l’ossature des forces égyptiennes à l’horizon 2030 sont complétés par une centaine de F-16C/D Block 15/32/40 et une petite dizaine de Mirage 2000 EM. Importante numériquement, la flotte de l’EAF souffre néanmoins de certains trous capacitaires comme l’absence d’avions ravitailleurs destinés à assurer sa projection, ainsi que d’avions ISR devenus un discriminant indispensable dans le cadre des opérations de contre-terrorisme. Mais là aussi la France peut apporter son aide avec le MRTT ou l’ALSR ».

| Q. Donc, c’est bien Ankara qui est visé ?

Jacques Borde. Aucun doute possible. Là, Le Caire prend de l’avance sur son rival turc qui doit attendre la remise à niveau (retrofit) de son parc, âgé, de quelques 239 F-16C/D Block 50+ (incluant modernisation CCIP par la TAI, et dont seuls 158 seraient opérationnels, selon certaines sources) :

-29 Block 50+.
-72 Block 50TM.
-102 Block 40TM.
-36 Block 30TM.

Air & Cosmos parlant d’une décennie. Mais sur quel appareil ?

À noter que les pilotes égyptiens connaissent bien les F-16 turcs. En effet, 46 de ceux équipant leur Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya sont des appareils assemblés par l’avionneur turc TAI, arrivés en Égypte dans le cadre du programme Peace Vector IV (1993–1995).

En attendant, côté égyptien, « les Rafale pourraient être utilisés pour mener des frappes de hautes précisions grâce au nouveau pod de désignation Talios qui offre, en plus de nouvelles innovations opérationnelles, la capacité de déjouer certaines techniques de camouflage. Mais également grâce au standard F3R et au couple radar RBE2/Meteor d’assurer une capacité de supériorité aérienne inédite dans la région ».

Dernier point, nos estimés confrères n’oublient pas la rivalité (sic) qui oppose Paris et Rome.

Et Air & Cosmos de rappeler combien « … l’achat par l’Égypte de deux frégates FREMM en 2020 à l’Italie, appelait la concrétisation imminente d’un contrat d’armement majeur avec la France pour maintenir le statu quo diplomatique entre les deux grands parrains européens du Caire. Or le seul contrat en lice, après les FREMM (françaises) était le Rafale ».

| Q. Paris reprend la main vis-à-vis de Rome, alors ?

Jacques Borde. Oui et non. Les choses restent assez équilibrées entre ces deux-là.
Reste encore le marché des avions de patrouille maritime (PATMAR), secteur ou ATR pourrait faire un carton.

Rome ayant, en l’espèce, une certaine expertise avec la Türk Deniz Kuvvetleri (TDK)3, qui a, le 11 décembre 2020, mis en service son nouvel aéronef de patrouille maritime, l’ATR P-72/ATR 72-600T MPA Meltem III. En fait la version turquisée de l’ATR 72-6004 du GIE franco-italien ATR5, un programme de six unités.

À préciser aussi que, quant à l’armement embarqué sur tout ce qui part chez les Turcs, MBDA, qui est une filiale commune d’Airbus (37,5%), de BAE Systems (37,5%) et de Leonardo (25%), tient la part du lion.

Pour la forme, rappelons que les Leonardo P-72A qui équipent désormais le 41e Stormo Antisom de l’Aeronautica militare, prennent le relais des Bréguet Br.1150 Atlantic, retirés du service le 22 novembre 207. Pourquoi pas d’appareil made in France en lice ? Eh bien, la France (comme pour l’armement léger et les munitions qui vont avec) a décidé de ne plus avoir quoi que ce soit d’équivalent en catalogue.

Idem pour l’entraînement et l’appui feu où l’offre sera difficilement française.

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Parce que Paris, là aussi, a renoncé à se donner un successeur au Dassault-Dornier TA-501 Alphajet. Or l‘Al-Qūwāt al-Gawwīyä al-Misrīya est un utilisateur de l’Alpha Jet MS1/ MS2 à concurrence d’une quarantaine d’appareils. Trente (30) Alpha Jet MS1 (26 assemblés par l’AOI6 à Hélouan) et 15 MS2 (11 assemblés en Égypte) ont été réceptionnés à partir de 1978 afin de remplacer les L-29, MiG-15 et MiG-17. Afin d’améliorer leur capacité d’attaque au sol, les appareils ont été équipés d’une avionique améliorée. Les Alpha Jet MS1/ MS2 égyptiens ont été affectés à des missions d’interdiction navale. Ils sont aujourd’hui passés dans la réserve.

| Q. Un bon appareil pour l’attaque au sol l’Alphajet  ?

Jacques Borde. Oui. Au point que 25 Alphajet ont été rachetés à l’Allemagne, en 1999, par la Kong Thab Akat Thai7. Ils ont remplacé les OV-10 Bronco dans la surveillance des frontières thaïlandaises au sein du 231e Escadron d’Attaque de la 23e Escadre.

Soit dit en passant, avec encore un peu plus de 160 Alphajet encore en dotation dans le monde, une version armée de l’appareil aurait été une alternative intelligente pour couvrir le Sahel. Ce d’autant qu’une partie des ces Alphajet sont déjà des machines aptes à l’appui-feu. Avantage, nous éviterions d’y essorer nos Rafale comme nous le faisons actuellement. Un Rafale pour casser une poignée de Technicals8 takfirî, est-ce, franchement, raisonnable ?

Actuellement, la mode est plus dans les versions armées de Turboprops. Ainsi, l’US Air Force (USAF) a perçu son premier Beechcraft AT-6E Wolverine.

| Q. Et, à terme, quelle machine pour remplacer les Alpha Jet MS1/ MS2 égyptiens ?

Jacques Borde. Rien de français, bien évidemment. Offre zéro=zéro commande. Personnellement, je mettrai les Italiens en pole position. Leonardo ayant, à lui seul, deux concurrents (sic) en catalogue :

-l’Aermacchi M-345HET9, biplace d’entraînement militaire avancé, fabriqué par la division aéronautique de Leonardo. Le bestiau dérive de l’Aermacchi M-311. Les deux premiers d’une commande totale théorique de 45 appareils ont été livrés à l’Aeronautica Militare (AM)10, le 23 décembre 2020. Leonardo a, par ailleurs, décidé de le proposer au Canada, pour remplacer ses CT-114 Tutor, dans le cadre de son programme Future Aircrew Training (FACT). Pour l’occasion, le M-345HET sera rebaptisé M-345 Tutor II. On n’a rien sans rien !…
-l’Aermacchi M-346 Master. Il a été commandé à 18 exemplaires par l’Aeronautica Militare (AM), où il est entré en service au sein du 212º Gruppo (Lecce-Galatina), sous le dénomination de T-346A.

Même si l’option du M-345 HET semble plus raisonnable pour la trésorerie du Caire, une raison bien précise pourrait pousser les Égyptiens à opter, finalement, pour le M-346 Master.

En effet, 30 M-346I Lavi ont été commandés par l’Heyl Ha’Avir Ve’Hahalal (HAA)11 pour remplacer ses antiques Douglas A-4 Skyhawk. Le contrat a été signé le 19 juillet 2012 pour un montant de 1 milliard de dollars. Cet achat étant compensé par la vente à l’Italie de matériels militaires dont deux appareils d’alerte avancée G550 CAEW. Les premiers M-346I Lavi ont été réceptionnés en juillet 2014 sur la Base aérienne de Hatzerim. Les appareils ont été rebaptisés Lavi (lionceau en hébreu).

Par cet achat, les Égyptiens arriveraient à une sorte de parité (sic) avec leur voisin. Mais, nous n’en sommes pas encore là.

| Q. Nos amis italiens semblent plus rigoureux quant à la préservation de leur outil militaro-industriel. Je me trompe ?

Jacques Borde. Non, effectivement. Ils ont, en outre, une presse spécialisée plus à l’affût et moins ronronnante que la nôtre.

Ainsi, nos estimés confrères de Aeronautica & Difesa12, de s’élever (à raison) contre la « fascination à acheter du made in USA ». Mais, aussi, de dénoncer les faiblesses de Rome vis-à-vis de Paris sur de nombreux dossiers, à chaque fois que cela leur semble nécessaire.

Chez nous, qui ne l’a pas noté, la presse spécialisée à plutôt tendance à rester dans les clous…

Notes

1 Sherut ha’Bitaron ha’Klali. Ou Shin-Beth (SHABAK étant l’acronyme), Le terme qui était tombé en désuétude semble avoir de nouveau la ferveur des media.
2 Ou Armée de l’Air égyptienne.
3 Ou marine de guerre turque.
4 Ou ATR-72MP dans l’inventaire de l’Aeronautica militare.
5 Formé par Airbus et Leonardo SPA, chacun ayant 50 % des parts du GIE.
6 Ou Arab Organization for Industrialization.
7 Ou armée de l’Air thaïlandaise.
8 4X4 armés, selon le terme usité en Somalie.
9 Ou T-345A dans l’inventaire de l’Aeronautica militare.
10 Ou Armée de l’Air italienne.
11 Armée de l’Air israélienne, anciennement dénommée Sherut’Avir.
12 Aeronautica & Difesa, n°415 (mai 2021) : « … il fascino del ‘made in USA’ ».

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer