Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°3 [3]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Les combats qui opposent actuellement le HAMAS & le JIP à Tsahal sont-ils constitutifs de la 4ème Guerre de Gaza ? À voir. Ce qui est certain c’est que des deux côtés du Limes séparant les deux camps ont été, plus ou moins, exprimés des buts de guerre. Ont-ils étés atteints & par qui. 3ème RETour d’EXpérience (RETEX) autour de l’Opération Shomer Ha’Homot1.

« Personne ne désarmera le HAMAS à moins que nous ne le fassions nous-mêmes en utilisant la force (…) Il sera impossible d’éviter de reprendre le contrôle temporaire, un jour, de la Bande de Gaza (…). Ce jour n’est pas arrivé pour toutes sortes de raisons. Je pense que ce jour viendra – et si ce n’est pas aujourd’hui, ce sera dans les prochaines années ».
Yuval Steinitz, ministre israélien de l’Énergie.

« Si vous m’acculez et que vous me demandez ce qui peut être raisonnablement considéré comme une réussite, je dirais au moins cinq années de calme et même plus (…). Je pense que ceux qui se sont trompés plus que tous les autres ont été [le leader du HAMAS à Gaza] Yahya Sinwar et [le chef militaire du HAMAS] Muhammad Deif. Ils ont cru qu’ils pourraient ouvrir le feu sur Jérusalem et que cela n’entraînerait qu’une réponse limitée de l’armée et de l’État israéliens. Ils repenseront à cette décision en se disant que cela a été une erreur significative ».
Major-général (Aluf), Aharon Haliva, patron du Agaf Ha’Mivtza’im2.

| Q. Vous n’êtes guère tendre lorsque vous évoquer les bombardements de Belgrade ?

Jacques Borde. La via factis otanienne, vous voulez dire.

Apparemment, je ne suis pas le seul à ne pas oublier ces temps de honte géopolitique : le Prezident České republiky3, Miloš Zeman, vient de demander pardon au peuple serbe pour la participation de l’armée tchèque à l’agression de la Serbie par l’OTAN en 1999. Il a précisé que cette agression était « pire qu’un crime ».

A l’époque, sous les bombes, le qualificatif de plus aimable pour nommer les pays de l’Alliance atlantique était OTANazie. C’est tout dire !…

| Q. Justifié, selon vous ?

Jacques Borde. Le terme n’a rien de choquant, si c’est là le sens de votre question. Quand vous tapez sur des gens, vous n’attendez pas à ce qu’ils vous embrassent sur la bouche. Et je précise que j’ai pas mal d’amis qui ont fait les guerres de Yougoslavie.

| Q. L’impact économique sur Israël ?

Jacques Borde. Indubitablement, l’Opération Seïf al-Qods lancée par le HAMAS a causé des dégâts. À ce jour, importants, mais gérables :

-28% de pertes sur le marché boursier de Tel-Aviv.
-26% des usines à proximité de la Bande de Gaza ont complètement fermé leurs portes. Donc 74% des entreprises de la partie du pays la plus touchée par les sol/sol du HAMAS poursuivent leurs activités.
-dans le reste du pays17% n’ont que partiellement suspendu leurs opérations. Ce qui signifie que 83% d’entre elles fonctionnent normalement.

| Q. À propos de nommer les choses : que pensez-vous du terme de guerre civile à propos de la crise actuelle ?

Jacques Borde. Pourquoi pas, c’est une analyse qui en vaut bien d’autres. Dans la mesure où les Arabes-Israéliens font, entre autres, partie du corps électoral en Israël. Mais, si j’étais le primus inter pares du Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)4, Ismaël Haniyeh, je serais prudent dans le rôle d’opposition de l’intérieur qu’il entend faire jouer aux Arabes-Israéliens.

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Parce que de son exil à Doha, Haniyeh semble oublier les capacités préemptives de Jérusalem qui, à un moment donné, pourrait prendre les devants.

| Q. Que voulez vous dire par là ?

Jacques Borde. Il y a eu une première Naqba, il pourrait y en avoir une autre. C’est aussi simple et basique que ça.

| Q. C’est du domaine du possible ?

Jacques Borde. Les guerres, asymétriques ou classiques, on sait toujours (enfin, à peu près) comment ça commence. Après…

Je pense que si j’avais écrit pendant les Jeux Olympiques de Sarajevo que, quelques années après, cette même ville connaîtrait un siège en règle, ce dans la cadre de l’éclatement de la Yougoslavie, j’aurai fini dans une camisole de force.

Et vous, vous auriez parié sur l’issue de la tentative du Harakah al-Yaqin-ARSA5, d’imposer sa Charia takfirî à Yangoon, son peuple et son armée, Tatmadaw6 ? Qui croit encore que les Rohingyas reviendront de leur Naqba ? À titre personnel, je trouve que Ismaël Haniyeh et son équipe jouent là un jeu extrêmement dangereux.

| Q. Et, vous ne croyez pas aux capacités militaires du HAMAS ?

Jacques Borde. Je crois plus aux chiffres. Onze jours : 11 morts et 3 à 5 véhicules blindés détruits pour plus de 3.800 sol/sol de tous types, le ratio reste, admettez-le, plutôt faible. Le reste c’est du verbe. Ne serait-ce que parce que les Katā’ib Izz al-Din al-Qassam7 n’ont aucune profondeur stratégique. Et que, comme à chaque fois, personne ne vient prendre les armes aux côtés du HAMAS.

Notez également qu’à ce jour, Tsahal n’a quasiment pas fait appel à sa réserve, moins de 8.000 personnels rappelés.

| Q. Comment expliquez-vous que Iron Dome n’intercepte pas tous les sol/sol tirés par les Katā’ib ?

Jacques Borde. Parce que, tout simplement, ça n’est pas comme ça que ça fonctionne. Sinon, si vous vous avez un système de Défense efficace à 100%, déposez un brevet, vous allez être riche à millions.

Effectivement, prenons un exemple ce sera plus clair : sur les quatre roquettes dernièrement tirées depuis le Liban, seules deux ont été interceptées, les deux autres ont terminé leur course dans des zones ouvertes, comme disent les Israéliens.

Pourquoi – et nous ne parlerons, ici, que de Kipat Barzel8, qui est un système de défense multi-couches, l’ensemble de la Défense anti-aérienne israélienne comprend d’autres armements, notamment le Kéla David9 – parce que Iron Dome est un dispositif discriminant qui ne sélectionne et n’abat que les engins représentant une menace.

| Q. Et, ce déficit analytique, ça vous surprend ?

Jacques Borde. Plus ou moins.

L’erreur que commettent trop de supposés spécialistes, c’est d’analyser le comportement d‘Iron Dome isolément des autres composantes d’une Défense anti-aérienne multi-couches. Que le HAMAS tienne ce discours qui l’avantage n’a rien d’étonnant et c’est, somme toute, normal. De bonne guerre, pour reprendre l’expression populaire.C’est qui l’est moins c’est que tant de personnes le tiennent pour acquis, sans se poser la moindre question.

Vous savez, ça n’est pas très drôle, mais certains, avant de pondre leurs âneries à répétition, seraient mieux inspirés d’aller consulter quelques fiches techniques. En plus, c’est gratuit.

| Q. Le HAMAS indique avoir visé, et atteint, plusieurs bases aériennes israéliennes ?

Jacques Borde. C’est ce que dit leur communiqué, qui précise que les bases visées par les Katā’ib Izz al-Din al-Qassam étaient « Hatzor, Hatzerim, Nevatim, Tel Nof, Palmachim et Ramon ».

Certes. Mais en dépit des salves de sol/sol Qassem, Ayyash-250 et Badr-3, toujours aucun appareil de l’Heyl Ha’Avir Ve’Hahalal (HAA)10 de détruit ou d’endommagé.

En revanche, lors d’un raid qui a eu lieu le 18 mai 2021, plus de 50 appareils israéliens chargés de plus de 120 bombes ont, à nouveau, frappé un réseau de tunnels au sud de Gaza, détruisant « environ 12 kilomètres de ses couloirs en 25 minutes », a fait savoir le patron du Dover Tsahal (Dotz)11, le brigadier-général Hidai Zilberman.

C’est la cinquième série de frappes aériennes menées par la HAA contre les structures souterraines du HAMAS.

Dernier point, dans leur lyrisme (sic), plusieurs sites – dont, par charité chrétienne, je tairai le nom – relayant le discours12 du HAMAS, viennent d’inventer deux nouveaux appareils de combat made in Israel. Bravo, Messieurs.

Mais désolé, ni le B-200/T/CT Tzofit (un Beechcraft Super King Air, en fait) ni le T-6A Efroni (Beechcraft T-6 Texan II) ne sont des appareils de combat style F-16I Soufa.

Ah, oui, au fait, j’ai sur mon ordi, l’inventaire complet du parc aérien de l’Heyl Ha’Avir Ve’Hahalal (HAA).

Notes

1 Ou Gardien des murailles.
2 Ou Israeli Operations Directorate (אגף המבצעים‎), soit chef des Opérations de Tsahal.
3 Ou président de la République tchèque.
4 Ou Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
5 Ou Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), mouvement terroriste takfirî lié à DA’ECH et dirigé par Ataullah Abou Ammar Jununi.
6 Ou Forces armées de la République de l’Union du Myanmar. Placées sous l’autorité du ministère birman de la Défense, elles se composent comme suit : Tatmadaw Kyee (armée de Terre), Tatmadaw Yay (marine), Tatmadaw Lei (armée de l’Air), Myanmar Yae Tat Phwe (police militaire), et Na Sa Kha (Forces frontalières).
7 Ou Brigades Ezzedine Al-Qassam, anciennement Al-Moujahidoun al-Philistiniyoun, les Combattants palestiniens, en français.
8 Ou Dôme de fer.
9 Ou Fronde de David, en service depuis 2014.
10 Ou armée de l’Air israélienne, anciennement dénommée Sherut’Avir.
11 L’unité regroupant les porte-paroles de l’armée.
12 Qui, de son point de vue, a du sens.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer