Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°4 [4]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Les combats qui opposent actuellement le HAMAS & le JIP à Tsahal sont-ils constitutifs de la 4ème Guerre de Gaza ? À voir. Ce qui est certain c’est que des deux côtés du Limes séparant les deux camps ont été, plus ou moins, exprimés des buts de guerre. Ont-ils étés atteints & par qui. 4ème RETour d’EXpérience (RETEX) autour de l’Opération Shomer Ha’Homot1.

« Quant aux media occidentaux où œuvrent des journalistes souvent malhonnêtes, qui se disent ‘progressistes’, ou sont tout simplement corrompus, ils sont la lie de l’humanité et ne méritent au mieux que notre mépris et éventuellement nos insultes, nos malédictions et nos crachats. Ces media, ou la plupart d’entre eux, ont décidé de jouer la carte de l’émotionnel partial plutôt que du rationnel objectif qu’ils sont supposés pratiquer dans leur profession et se gardent de réellement informer ou de dire les vérités qui fâchent. Ils se rangent ainsi du même côté que ces organisations terroristes qui sont en train de vassaliser l’Europe, de commettre des attentats à répétitions et y fomenter une guerre civile, pour l’instant de basse intensité, mais déjà commencée dans certains pays ».
Eber Haddad.

| Q. À quand un cessez-le-feu ?

Jacques Borde. C’est le grand sujet de discussion du jour. Pas pour l’instant, les parties en repoussent encore l’applicabilité. Au onzième jour d’un conflit qui a fait 227 victimes côté palestinien, et 12 morts côté israélien, Tsahal prend son temps et dit étudier le « moment opportun pour un cessez-le-feu ». Quant au Premier ministre israélien, Binyamin Bibi2 Nétanyahu3, il se dit « déterminé à continuer cette opération jusqu’à son objectif : rétablir le calme et la paix ».

Du côté du HAMAS, on renvoie la balle dans le camp israélien.

« Tout cela se heurte à la position israélienne et à leur pratique. Sur le terrain, il y a des contacts continus afin de parvenir au calme, mais la situation se heurte à l’obstination des sionistes et à leur détermination à commettre des crimes », a déclaré le porte-parole du HAMAS Hazem Qassem.

Le passage à retenir étant évidemment que « Sur le terrain, il y a des contacts continus afin de parvenir au calme ».

Techniquement parlant, le Cabinet de Sécurité israélien se réunit ce soir (20 mai 2021) afin de discuter de ce possible cessez-le-feu. Cette réunion, à laquelle ne participe pas l’ensemble du cabinet, réunit autour du Premier ministre des visages connus. On y retrouvera :

-le Sar Ha’Bitaron4, le brigadier-général Benyamin Benny Gantz.
-Gabriel Gabi Ashkenazi5, l’actuel titulaire du Misrad Ha’Hutz6.
-le 22ème Rosh Ha’Mateh Ha’Klali7, le Rav Alouf8 Aviv Kokhavi9.

| Q. Beaucoup de militaires, dites-moi ?

Jacques Borde. Oui. La présence du chef de la diplomatie à ce genre de réunion n’est d’ailleurs pas systématique. Mais vu le profil d’Ashkenazi… Suivant les besoins et les dossiers participent à ces cabinets restreints les patrons des SR, MOSSAD, SHABAK. A’MAN.

| Q. Des contacts avec qui, de l’autre côté ?

Jacques Borde. Probablement avec le primus inter pares du Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)10, Ismaël Haniyeh. Se trouvent à Doha, il doit être assez joignable, malgré des mesures de sécurité destinées à éviter une opération Homo du Kidon, le service-action du Ha’Mosad Ley’Modi’in Ley Tafkidim Méyuh’Adim (MOSSAD)11, sur sa personne.

Selon un source sécuritaire (sic) citée par le Figaro, l’état-major israélien n’exclut pas un cessez-le-feu à court terme. Affirmant que « Nous n’atteindrons jamais la totalité de nos objectifs, mais nous sommes proches du point où le HAMAS aura perdu des atouts importants et sera significativement affaibli, dit la source officielle. C’est une course-poursuite et nous n’allons pas abandonner, nous la gagnerons ».

Au Caire, on mise également sur un cessez-le-feu à court terme.

Pour le Pr. Mona Soliman : « Tout porte à croire que l’on se dirige vers un cessez-le-feu dans les jours qui viennent. L’Égypte devrait réussir à obtenir un cessez-le-feu et une trêve. Ces événements constituent une occasion historique de relancer les négociations de paix, afin de parvenir à une solution globale au conflit du siècle ».

| Q. Un arrêt des hostilités, sous tutelle égyptienne alors ?

Jacques Borde. Le Wall Street Journal défend cette hypothèse, estimant que les médiateurs égyptiens ont progressé dans les pourparlers avec le HAMAS, et qu’Israël a « concédé en privé » être sur le point d’atteindre ses objectifs militaires.

Également à noter la position extrêmement prudente de Berlin sur ce conflit qui appuie toutefois l’initiative égyptienne, et aimerait bien que Jérusalem fasse aussi appel à ses services. Il y a eu des propos assez alambiqués de la Bundeskanzlerin12, Angela D. Merkel, sur le sujet.

Le Staatsminister de l’Auswärtiges Amt (AA)13, Heiko Maas, lors d’une conférence de presse conjointe à Tel-Aviv, avec son homologue israélien Gabriel Gabi Ashkenazi, a déclaré que « Nous considérons que ce que fait Israël [dans la Bande de Gaza, NdlR] est couvert par le droit d’autodéfense ».

| Q. Et si le feu s’arrête, qui sera le vainqueur ?

Jacques Borde. Personne et tout le monde.

Côté HAMAS, contrairement au narratif que ses responsables tentent de faire passer auprès des media, on aura causé assez peu de dégâts et laissé beaucoup de plumes en cette affaire. Notamment du côté du Métro de Gaza (sic), où les Katā’ib Izz al-Din al-Qassam14 ont encaissé des pertes hallucinantes, sans quasiment en causer aucune à Tsva Haganah Ley’Israel (IDF)15.

Mais, le Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS) aura sauvé l’essentiel. Même si cela ne faisait pas partie des buts de guerre de ces deux semaines d’affrontements.

| Q. Et cet essentiel, selon vous ?

Jacques Borde. La peau de ses dirigeants, tout simplement :

-Ismaël Haniyeh.
-Mohammed Deïf, le patron des Katā’ib Izz al-Din al-Qassam.
-Yahya Sinwar, chef du gouvernement Gaza, le deuxième plus puissant personnage au sein du HAMAS.

| Q. Là, un échec pour Jérusalem ?

Jacques Borde. Pas si sûr, en fait.

Certes, une certaine amertume est perceptible dans les propos de Binyamin Bibi Nétanyahu lorsqu’il déclare qu’« Il n’y a que deux possibilités de les affronter, soit vous en venez à bout – et c’est toujours une possibilité – soit vous les dissuadez et nous sommes actuellement engagés dans une dissuasion ferme (…). Ce que nous essayons de faire est précisément ceci : diminuer leurs capacités, leurs moyens terroristes, et diminuer leur détermination ».

De toute évidence, Jérusalem, en cette affaire, n’est pas venu « à bout », du HAMAS et des ses trois principaux dirigeants. Mais, à propos des Katā’ib :

1- leurs capacités, voire leur « détermination », à frapper Israël en profondeur n’ont pas duré bien longtemps.
2- l’appareil militaire israélien – quelque part l’ennemi désigné des Katā’ib, à moins que… – n’a jamais été aussi peu affecté par deux semaines de combat, depuis qu’Israël existe et affronte ses voisins.

| Q. La trêve pour la fin de cette semaine ?

Jacques Borde. À voir. Nétanyahu, a aussi affirmé que « nous n’avons pas les yeux rivés sur un chrono. Nous tentons d’atteindre minutieusement les objectifs fixés pour cette opération ».

| Q. Diriez-vous que le HAMAS a progressé militairement parlant ?

Jacques Borde. Là encore, oui et non.

-en termes capacitaires, indubitablement oui. Comme l’a noté l’International Crisis Group (ICG) : « La puissance de feu du HAMAS, à la fois en termes de nombre de roquettes et de portée, excède de loin les incidents précédents ».
-en termes de réussite sur le terrain, non. Autant de sol/sol tirés pour aussi peu de résultats. Là, l’échec est patent.

Mais, parfois, certaines nouvelles prêtent à sourire…

| Q. Comme ?

Jacques Borde. Info I24 News : L’ONU demanderait à Israël d’installer un Iron Dome à… Gaza, au motif que beaucoup de roquettes lancées depuis Gaza retombent à Gaza. Ceci dit, il est parfaitement exact qu’une partie non-négligeable des sol/sol tirés par les Katā’ib retombent à Gaza : 400 sur 1.500 tirés, selon les chiffres d’il y a peu. Près d’un tiers tout de même.

Quant à l’utilité de liquider toute la direction du camp ennemi, nous en discuterons une prochaine fois.

| Q. Vous parlez d’Israël ?

Jacques Borde. Bien évidemment, en dépit de sa nuée de missiles, jamais le HAMAS – pas plus que le Harakat al-Jihâd al-Islami fi Filastīn (JIP)16, d’ailleurs – n’a été en mesure de taper à la tête l’entité sioniste (sic) comme il nomme son ennemi.

C’est là, pour une entité en guerre, l’une de ses principales faiblesses !…

Notes

1 Ou Gardien des murailles.
2 Surnom donné, tant par ses adversaires que ses partisans, à Binyamin Nétanyahu, et peu apprécie par celui-ci, dit-on. Qui se consolera en se disant que feu le maître-espion, Rafaël Eitan Hanitman, plus connu sous le nom de Rafi Eitan, lors de son passage dans la Pal’Mach, suite à sa chute malencontreuse dans un trou d’égouts, reçut, à cette mémorable occasion, le surnom de Rafi, le puant. Surnom dont il ne réussira jamais à se défaire.
3 Commence véritablement sa carrière politique en chapeautant le Yonathan Institute for the Study of Terrorism (portant le nom de son frère, le seul mort israélien du raid d’Entebbe) et qui avait pour but de sensibiliser l’opinion publique sur les questions de sécurité qui touchent Israël.
4 Ministre israélien de la Défense.
5 Qui fut le 19ème Ra’Mat’Kal (chef d’état-major de Tsahal).
6 Ou ministère israélien des Affaires étrangères.
7 Ra’Mat’Kal, chef d’état-major israélien.
8 Lieutenant-général.
9 Considéré comme un faucon face à l’Iran notamment, jugeant inéluctable une « prochaine guerre » avec Téhéran. Le général Kokhavi est également opposé au Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA), signé à Vienne le 14 juillet 2015.
10 Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
11 Ou Institut Central de Renseignements & des Opérations Spéciales, Mossad signifiant l’Institut).
12 Chancelière fédérale.
13 Ministre allemand des Affaires étrangères.
14 Ou Brigades Ezzedine Al-Qassam, anciennement Al-Moujahidoun al-Philistiniyoun, les Combattants palestiniens, en français.
15 Ou צְבָא הַהֲגָנָה לְיִשְׂרָאֵל; acronyme Tsahal, צה”ל, en anglais, Israel Defense Forces.
16 Ou Jihâd islamique palestinien.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer