Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°6 [6]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Les combats qui ont opposé le HAMAS & le JIP à Tsahal étaient-ils constitutifs de la 4ème Guerre de Gaza ? À voir. Ce qui est certain c’est que des deux côtés du Limes séparant les deux camps ont été, plus ou moins, exprimés des buts de guerre. Ont-ils étés atteints & par qui. 6ème RETour d’EXpérience (RETEX) autour de l’Opération Shomer Ha’Homot1.

« Il s’agit pour moi de témoigner de notre solidarité avec ceux et celles qui craignent pour leur vie jour et nuit ou même qui pleurent leurs proches. L’Allemagne est fidèle à son amitié inconditionnelle avec Israël, qui doit se défendre contre la terreur des roquettes du Hamas. Et notre soutien humanitaire aux Palestiniens a toujours été constant, même dans les périodes difficiles ».
Heiko Maas, Staatsminister de l’Auswärtiges Amt (AA)2.

| Q. Ces sources qui affirment que les Israéliens auraient tiré plus de 10.000 missiles Tamir sans que le volume de feu de Gaza se réduise ?

Jacques Borde. (Soupir) Décidément, l’onanisme levantin n’a plus de limites. Le Tamir, qui est, en fait, le sol/air tiré par Kipat Barzel3, coûte à produire 100.000 $US. Prenez une calculette, histoire de rire cinq minutes !

Ajoutons que, de leur aveu même, les Palestiniens ont tiré 4.300 sol/sol au total, donc :

-seule une partie d’entre eux nécessitait qu’on les interceptât.
-entre 600 et 900 engins tirés sont retombés à Gaza même.
-Iron Dome n’est pas le seul système à être entré en lice.
-non seulement le volume de tir a été réduit, mais les tirs en profondeur plus encore.

| Q. Le Caire se tient aux côtés du HAMAS, ou pas ?

Jacques Borde. Tout dépend de ce que vous entendez par là. Le Caire joue sa carte géopolitique. Le président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī, n’a jamais eu beaucoup d’affect pour les radicaux style Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)4.

La diplomatie cairote assure donc un programme minimum de solidarité avec les Palestiniens. Ainsi, lors de la réunion ministérielle urgente de la Ligue arabe5 tenue par visioconférence, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Hassan Choukri, s’est limité à dire que « Les tentatives continues visant à changer l’identité de Jérusalem et à priver ses habitants arabes de leurs droits ne passeront pas sous silence ».

Al-Azhar, a été plus incisif, Cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb, 44e Imam de la Mosquée al-Azhar, sur son compte Facebook, appelant « les peuples du monde et leurs dirigeants à soutenir le peuple palestinien dans sa cause légitime et juste pour récupérer ses droits, ses territoires et ses lieux saints ».

Mais, Al-Azhar combien de divisions ?

| Q. Certains n’ont pas cette retenue dans les propos ?

Jacques Borde. Je ne sais trop si le terme de retenue est le plus approprié. D’autres, effectivement, ont le verbe plus haut, tout en n’ayant – c’est fondamental de le rappeler – pas bougé le petit doigt pendant les 11 jours de tirs de part et d’autres.

| Q. Là, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. Là, notamment au Sêpah-é Pâsdâran-é Enqelâb-é Eslâmi6, pour qui :

« La tumeur cancéreuse qu’est Israël est sur la voie de l’extinction et de la disparition, et les occupants sont bien conscients qu’ils ne pourront plus continuer la violence et le meurtre de femmes, d’hommes et d’enfants palestiniens sans défense et répéter leurs aventurismes brutaux et médiévaux. Désormais, ils doivent réfléchir attentivement et avec crainte à leurs scénarios criminels en Palestine, car les groupes palestiniens ne feront plus attention à leurs menaces creuses ».

| Q. Ces propos ne vous alarment pas ?

Jacques Borde. Pas plus que ça. Tenons-nous en aux faits :

-trois guerres de Gaza : aucun soutien militaire du Hezbollah et du Hizb as-Sūrī al-Qawmī al-Ijtimā`ī (PSNS)7, pour espérer alléger la pression sur le Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS), et surtout le Harakat al-Jihâd al-Islami fi Filastīn (JIP)8, qui est pourtant, l’asset de Téhéran.
4ème (non) Guerre de Gaza : six missiles tirés à partir du Liban.

| Q. Mais une large partie des missiles et roquettes tirés à partir de Gaza sont bien made in Iran ?

Jacques Borde. Oui, mais :

1- je pense que nous sommes là dans la limite haute de l’engagement des Iraniens auprès des Gazaouis.
2- militairement, les Iraniens font ce que toute puissance militaire fait : ils testent un certain nombre de leurs matériels. C’est aussi à ça que servent les guerres chez les autres.

Retirez le verbe et contentez vous des actes : Téhéran agit en acteur du grand jeu en l’Orient compliqué. À peu près autant qu’Ankara que les Israéliens ne devraient pas négliger, selon moi. Sa projection en Méditerranée orientale notamment…

| Q. Pourquoi, pour Israël, ne pas être entré à Gaza ?

Jacques Borde. Le Premier ministre israélien, Binyamin Bibi9 Nétanyahu10, s’est exprimé sur le sujet, lors de sa conférence de presse du 21 mai 2021. Autant lui laisser la parole :

« Si je l’avais jugée nécessaire, je l’aurais ordonnée (…). Il y aura aussi des critiques mais nous avons agi avec détermination, avec sagesse et avec une responsabilité suprême… Je considère qu’il est de ma responsabilité de protéger les mères, les fils, nos soldats et d’éviter les pertes de vie inutiles (…). Par conséquent, nous avons causé un maximum de pertes au HAMAS tout en minimisant les pertes israéliennes ».

Et d’affirmer qu’Israël a tué plus de 200 terroristes, « dont 25 hauts responsables » (sic). « Et ceux qui ne sont pas morts savent aujourd’hui que nous pouvons les atteindre partout – au-dessus ou au-dessous du sol ».

Plus généralement, a estimé Bibi Nétanyahu :

« La plupart des capacités du HAMAS ont été mises à mal – bien plus sérieusement que ce que les commandants du HAMAS imaginaient. Le HAMAS pensait qu’il pouvait tirer sur Jérusalem et les villes d’Israël, et que nous réagirions en faisant comme d’habitude ».

Au lieu de cela, verbatim Nétanyahu, le HAMAS a été pilonné « pendant 11 jours », et « Les règles du jeu ont été modifiées… Nous avons changé la règle du jeu non seulement en ce qui concerne l’opération, mais aussi en ce qui concerne l’avenir. Si le HAMAS pense que nous tolérerons une ‘bruine’ de roquettes, il se trompe. Nous répondrons avec un tout nouveau niveau de force à chaque cas d’agression contre les communautés de l’enveloppe de Gaza ou de tout autre endroit en Israël. Le passé est révolu, le futur sera différent ».

À noter qu’à cette occasion, Nétanyahu était entouré du gratin des questions de sécurité & de Défense, à savoir :

-du Sar Ha’Bitaron11, le brigadier-général Benyamin Benny Gantz.
-du 22ème Rosh Ha’Mateh Ha’Klali12, le Rav Alouf13 Aviv Kokhavi14.
-du directeur du Sherut Ha’Bitaron Ha’Klali (SHABAK)15, Nadav Argaman16.

À noter le scepticisme d’une partie des media hiérosolymitains17. Ainsi, pour Avi Issacharoff « A un niveau tactique, le HAMAS n’a pas enregistré de gains significatifs. La majorité des roquettes ont été interceptées ou elles ont raté leurs cibles et les efforts livrés par le groupe terroriste, visant à lancer d’autres attaques plus dévastatrices, ont échoué. Et pourtant, le HAMAS qui a commencé sa mini-guerre en envoyant un barrage de roquettes, le 10 mai [2021], en direction de Jérusalem, a réussi bien au-delà de ses propres attentes au niveau stratégique ». Et « est parvenu à créer l’illusion dans le monde entier qu’Israël était à l’origine de l’agression, que le pays avait initié les combats ».

Question : une illusion est-elle vraiment une victoire ?

| Q. Je vous sens sceptique ?

Jacques Borde. Oui, plutôt. Pour plusieurs raisons :

1- une victoire avec neuf morts (dont une majorité de civils), présentez-moi ça comme vous voudrez : désolé, je n’y crois pas.
2- « l’illusion dans le monde entier », pour peu qu’ Avi Issacharoff ait raison sur ce point, ce dont je doute grandement, je pense que c’est le dernier des soucis de Jérusalem et de Tsahal.
3- « monde entier » ? citez-moi un pays arabe qui ait jeté aux orties les Accords d’Abraham !…

Il y aura d’autres affrontements avec le HAMAS et le JIP ? Qui a dit le contraire ? Certainement pas moi, hélas.

Quant à l’économie, pour l’agence de notation Moody’s Investor Service, même si le dernier choc avec le HAMAS est « l’une des pires flambées de violence de ces dernières années », cela aura « des implications économiques limitées ».

Car, « Étant donné la résistance traditionnelle de l’économie israélienne aux développements géopolitiques, nous nous attendons à ce que l’intensification du conflit n’ait qu’un impact modeste sur la reprise économique du pays après la pandémie et sur les paramètres budgétaires à court terme du gouvernement ».

| Q. Qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans ce conflit ?

Jacques Borde. Le déficit d’images et de sources indépendantes réellement référençables.

À comparer avec les trois vraies guerres de Gaza ou la Guerre de 33 Jours (2006) avec le Hezbollah. Ces derniers dix jours, beaucoup (trop) d’images d’archives, mais peu de documents probants. Principalement quant aux dégâts infligés à Tsahal et à son outil militaire. À peu près la même chose à propos des dommages économiques.

Notes

1 Ou Gardien des murailles.
2 Ministre allemand des Affaires étrangères.
3 Ou Dôme de fer, Iron Dome, en anglais.
4 Ou Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
5 Ou plutôt la, officiellement, Jāmiʻah ad-Duwal al-ʻArabīyah (Ligue des États arabes).
6 Ou Corps des Gardiens de la révolution islamique.
7 Parti social national syrien, connu aussi sous le nom donné par la France de Parti populaire syrien, PPS, ou de Parti saadiste ou encore au Liban de Parti nationaliste.
8 Ou Jihâd islamique palestinien.
9 Surnom donné, tant par ses adversaires que ses partisans, à Binyamin Nétanyahu, et peu apprécie par celui-ci, dit-on. Qui se consolera en se disant que feu le maître-espion, Rafaël Eitan Hanitman, plus connu sous le nom de Rafi Eitan, lors de son passage dans la Pal’Mach, suite à sa chute malencontreuse dans un trou d’égouts, reçut, à cette mémorable occasion, le surnom de Rafi, le puant. Surnom dont il ne réussira jamais à se défaire.
10 Commence véritablement sa carrière politique en chapeautant le Yonathan Institute for the Study of Terrorism (portant le nom de son frère, le seul mort israélien du raid d’Entebbe) et qui avait pour but de sensibiliser l’opinion publique sur les questions de sécurité qui touchent Israël.
11 Ministre israélien de la Défense.
12 Ra’Mat’Kal, chef d’état-major israélien.
13 Lieutenant-général.
14 Considéré comme un faucon face à l’Iran notamment, jugeant inéluctable une « prochaine guerre » avec Téhéran. Le général Kokhavi est également opposé au Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA), signé à Vienne le 14 juillet 2015.
15 Ou Shin-Beth (SHABAK étant l’acronyme), Le terme qui était tombé en désuétude semble avoir de nouveau la ferveur des media.
16 Précédemment n°2 du SHABAK et chef de la division des Opérations. Nommé par le Premier ministre Nétanyahu le 11 février 2016 et a pris ses fonctions en mai 2016.
17 Du latin Hierosolymitanus.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°7 [7]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer