Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°9 [9]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Les combats qui ont opposé le HAMAS & le JIP à Tsahal étaient-ils pour autant constitutifs de la 4ème Guerre de Gaza ? À voir. Ce qui est certain c’est que des deux côtés du Limes séparant les deux camps ont été, plus ou moins, exprimés des buts de guerre. Ont-ils étés atteints & par qui. 9ème RETour d’EXpérience (RETEX) autour de l’Opération Shomer Ha’Homot1.

« Les premières attaques de Juifs en France ont eu lieu en 2000, à l’occasion de la première Intifada. Tout le monde a interprété ces agressions comme une importation du conflit israélo-palestinien. Mais en réalité, les attaques de juifs ont continué (une école juive à Toulouse, Mireille Knoll, Sarah Halimi…), en totale déconnexion du conflit israélo-palestinien. Aujourd’hui, ces mêmes musulmans, mi délinquants-mi-djihâdistes, qui ont attaqué des Juifs en France, ont élargi leur champ d’action. Ils égorgent également des profs, des curés et des policiers. Plus que les Juifs aujourd’hui, les policiers sont le cœur de cible du djihâd narco-salafiste. En fait, le djihâd mondial se passe très bien du conflit israélo-palestinien. Ou plutôt, la guerre menée par le HAMAS contre Israël n’est qu’une facette du djihâd mondial contre les non-musulmans ».
Yves Mamou.

« Les Israéliens doivent comprendre que la violation de la Ville Sainte et de la mosquée et des sanctuaires d’Al-Aqsa aura des conséquences bien plus importantes que la résistance gazaouie (…). Qui dit Jérusalem dit guerre régionale. Les mouvements de résistance ne peuvent pas rester passifs alors que la ville sainte est en réel et grave danger ».
Sayyed Hassan Nasrallâh, secrétaire général du Hebzbollah.

| Q. Vous nous confirmez que le Hezbollah, n’est pas intervenu ?

Jacques Borde. Oui. Pas plus que lors des trois guerres de Gaza, je vous le rappelle.

Ce que confirme également Times of Israel qui souligne que si « L’ombre du Hezbollah a pesé sur Israël tout au long du conflit de 11 jours qui a opposé l’État hébreu et le groupe terroriste palestinien du HAMAS à Gaza, avec la menace que le groupe terroriste puisse utiliser son arsenal de missiles – bien plus puissant que celui du HAMAS – pour venir en aide aux terroristes palestiniens. Mais le groupe, soutenu par l’Iran, est resté à l’écart. Si quelques roquettes ont été tirées sur Israël depuis le Liban, la plupart n’ont pas réussi à atteindre Israël – et le Hezbollah ne les a pas revendiquées ».

Mais faut-il tant que cela s’en étonner ?

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Que si vous lisez avec attention la citation du secrétaire général du Hebzbollah, Sayyed Hassan Nasrallâh – Cf. « Les Israéliens doivent comprendre que la violation de la Ville Sainte et de la mosquée et des sanctuaires d’Al-Aqsa aura des conséquences bien plus importantes que la résistance gazaouie » – vous y noterez que le Hezb, par la voix de son chef, n’accorde qu’une importance, somme toute limitée, aux habitants de Gaza.

À se poser la question qui dérangera certains : comme pour 99% des chancelleries arabo-musulmanes, les Palestiniens ne seraient-ils pour le Hezb, qu’une variable d’ajustement de leur propre géopolitique ?

| Q. Vous insistez toujours sur les non-dits, c’est volontaire ?

Jacques Borde. Fondamental. En l’Orient compliqué, il faut arriver à lire entre les lignes. Prenons un exemple :

-d’un côté, vous avez Jérusalem qui fait mention d’un taux de réussite de 90%. Ce qu’il faut, bien sûr, comprendre, c’est que le maillage multi-couches – et non Kipat Barzel2 à lui tout seul – de la défense anti-missiles israélienne a un taux de réussite de 90%.
-que ce taux de réussite s’applique seulement aux engins sol/sol qu’il était nécessaire d’intercepter et non la totalité de ceux lancés par les Katā’ib Izz al-Din al-Qassam3, et le Harakat al-Jihâd al-Islami fi Filastīn (JIP)4.
-côté HAMAS (sources iraniennes et libanaises, je précise), ce taux d’interception est ramené à 53%. Autrement dit, l’ensemble des engins tirés à partir de Gaza.

| Q. Comment expliquez-vous une telle différence ?

Jacques Borde. Assez simple à comprendre, en fait.

Le dispositif anti-missiles israélien, je crois vous l’avoir déjà dit, sont des systèmes discriminants. Ce qui veut dire qu’ils n’abattent les engins sol/sol ennemis que si ceux-ci sont analysés comme représentant une réelle menace.

| Q. Et, ça n’est pas le cas de tous les missiles ?

Jacques Borde. Évidemment que non. C’est aussi pour ça qu’il est important de savoir nommer les choses. Prenez le terrorisme, par exemple, ça semble simple à définir : il y a les méchants et nous (les gentils).

Sauf que plus de dix ans après le 11 Septembre :

-le FBI avait sa propre définition du terrorisme.
-le US Department of State (les Affaires étrangères US) avait sa propre définition du terrorisme.
-la CIA avait sa propre définition du terrorisme.
-et, je vous fiche mon billet que le US Department of Homeland Security (DHS)5 lui aussi avait sa définition du terrorisme.

Et, prenez la France : tout le monde occidental tenait (officiellement, du moins) Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām6, pour des terroristes purs et durs. Sauf notre ministre de des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui trouvait qu’ils faisaient du « bon travail ».

| Q. Bon, revenons à nos missiles…

Jacques Borde. Oui. À lire le Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)7, 300 de ses engins sol/sol sont retombés sur Gaza. Hormis le fait que je pense que le chiffre exact de ces ratés est plus proche de 900, vous pensez bien que Kipat Barzel, ne leur a pas tiré dessus. Un Tamir8 à 100.000 $US la bête, ça s’économise.

Idem pour ceux identifiés comme sans danger ou retombant dans des zones dépeuplées.

| Q. Apparemment, la police israélienne, suite aux événements de l’Esplanade des mosquées à lancé un vaste campagne d’arrestation. Pourtant le Hezbollah n’a toujours pas réagi…

Jacques Borde. Effectivement, depuis hier ce me semble, la Mishtera Yisrael9, a commencé a interpeller des Arabes-Israliens. Et, au moment où j’écris ces lignes, le Hezb n’a toujours pas réagi. Ce qui ne veut pas, non plus dire, qu’il ne le fera pas.

Mais, sur ce point relisez mes commentaires sur les propos du secrétaire général du Hebzbollah. Le Parti de Dieu semble, lui aussi, très discriminant quant à ses ripostes.

Ensuite, quoi qu’ils en disent, Téhéran et ses alliés ont un problème au moins aussi urgent sur le feu.

| Q. Lequel ?

Jacques Borde. Obtenir de l’administration Biden-Harris des concessions et des aménagements des sanctions contre la RI d’Iran. Or, le 71st US Secretary of State, Antony Tony Blinken10, prenant la parole sur CNN, n’a pas fait dans la nuance dans ses derniers propos sur l’Iran, estimant que « La question à laquelle nous n’avons pas encore de réponse est de savoir si l’Iran, en fin de compte, est prêt à faire le nécessaire pour se conformer de nouveau à l’accord ».

Là, vous comprenez mieux ce que j’entends par variable d’ajustement, lorsque je parle des Palestiniens et des Gazaouis en particulier.

| Q. Pas de guerre à l’horizon ?

Jacques Borde. Vous plaisantez, tout ça peut repartir à tout moment. Mais plus violemment, je le crains.

| Q. Pourquoi ?

Jacques Borde. Plusieurs raisons. Assez liées entre elles.

À se considérer tellement vainqueur de « l’entité sioniste », comme ils l’appellent, le HAMAS et le JIP pourraient être tentés de remettre le couvert.

Côté israélien, deux points sont à noter :

Primo, l’opposition tire à boulets rouges sur le Premier ministre israélien, Binyamin Bibi11 Nétanyahu12, à qui il est amèrement reproché de ne pas avoir fini le travail.

Secundo, Tsva Haganah Ley’Israel (IDF)13, également, aurait préféré l’option d’une 4ème Guerre de Gaza.

Alors, en attendant notre prochain RETEX, croisons les doigts

Notes

1 Ou Gardien des murailles.
2 Ou Dôme de fer, Iron Dome, en anglais.
3 Ou Brigades Ezzedine Al-Qassam, anciennement Al-Moujahidoun al-Philistiniyoun, les Combattants palestiniens, en français.
4 Ou Jihâd islamique palestinien.
5 Créé officiellement le 27 novembre 2002 par le Homeland Security Act (Loi sur la sécurité intérieure) à l’initiative du président George W. Bush, en réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Son objectif est d’organiser et d’assurer la sécurité intérieure du pays. Il regroupe 22 agences fédérales liées à la sécurité du pays, notamment la US Coast Guard, le Secret Service, la Federal Emergency Management Agency (FEMA, Agence fédérale des situations d’urgence), la Transportation Security Administration (TSA, Administration de sécurité du transport, le US Customs & Border Protection (CBP, à la fois les douanes & les gardes-frontières)…
6 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
7 Ou Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
8 Le missile qui arme Iron Dome.
9 Ou police israélienne.
10 Précédemment 18th Deputy Secretary of State.
11 Surnom donné, tant par ses adversaires que ses partisans, à Binyamin Nétanyahu, et peu apprécie par celui-ci, dit-on. Qui se consolera en se disant que feu le maître-espion, Rafaël Eitan Hanitman, plus connu sous le nom de Rafi Eitan, lors de son passage dans la Pal’Mach, suite à sa chute malencontreuse dans un trou d’égouts, reçut, à cette mémorable occasion, le surnom de Rafi, le puant. Surnom dont il ne réussira jamais à se défaire.
12 Commence véritablement sa carrière politique en chapeautant le Yonathan Institute for the Study of Terrorism (portant le nom de son frère, le seul mort israélien du raid d’Entebbe) et qui avait pour but de sensibiliser l’opinion publique sur les questions de sécurité qui touchent Israël.
13 Ou צְבָא הַהֲגָנָה לְיִשְׂרָאֵל; acronyme Tsahal, צה”ל, en anglais, Israel Defense Forces.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°6 [6]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer