Biden & l’Orient : Louvoiements, forgeries & conneries [1]

| É-U / Orient compliqué | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer &Jacques Borde |

Ayant de la suite dans ses (quelques) idées – davantage celles d’Obama que les siennes, d’ailleurs – Joe Biden, se lançant, à son tour, dans le grand jeu en l’Orient compliqué, a commencé à y déplacer des pions & y jeter ses dés. Profitant de cette (inespérée sous Trump) fenêtre d’opportunité, le patron du HAMAS à Gaza, Yahya Sinwar, d’en faire autant. Jusqu’où iront les initiatives de l’administration Biden-Harris en cette partie agitée du monde ? Être, de jure, l’hêgêmon thalassocratique étasunien, & par là, le faiseur de pluie au Levant, est une chose. En avoir la stature & y semer la paix, comme d’autres le grain, en est une autre. Partie 1.

« Je serais intéressé d’entendre comment il [le Dôme de fer] s’en est sorti à Gaza récemment. J’ai lu les commentaires dans la presse sur sa performance, mais cela m’intéresserait d’en apprendre plus ».
Yousef al-Otaiba, ambassadeur des Émirats arabes unis (EAU) aux États-Unis.

« Qui sème le grain, sème la sainteté ».
Upanishad.

| Q. Notre habituelle question d’échauffement : le Rafale sous couleurs philippines ?

Jacques Borde. A priori, pourquoi pas. C’est le chiffre qui rend l’annonce peu crédible : 72 Rafale pour la Hukbong Panghimpapawid ng Pilipinas1. Simple question : qui va payer une somme pareille ? Dommage, les nazislamos locaux auraient passé un mauvais quart d’heure.

| Q. Et toujours convaincu de la pertinence du Dôme de fer ?

Jacques Borde. À voir les vraies données qui circulent : plus que jamais.

Un exemple, les tirs contre Tel-Aviv ont eu lieu, majoritairement, de nuit, lorsque les gens dormaient. Donc, matériellement pas le temps pour l’essentiel de la population de la ville de gagner les abris.

Charlotte Sawyer. En plus, là oui, pour les tirs sur Tel-Aviv, nous avons les images.

Jacques Borde. Résumons, sans Kipat Barzel2, les victimes auraient été nettement plus nombreuses. Donc, Iron Dome ça fonctionne.

Au passage, j’attends toujours celles [les images, NdlR] des colonnes de Merkava Mk IV4M, partant se mettre à l’abri de peur des Kornet-E des Katā’ib Izz al-Din al-Qassam3, comme le prétendait un site connu des internautes férus des questions du Levant.

Bis repetitas, rappelons encore que :

1- les Kornet-E du Hezbollah ont particulièrement performé en 2006 lors de la Guerre des 33 Jours.
2- lors de la Guerre de Gaza de 2014, la plupart des mêmes Kornet-E ont été leurrés par le système Trophy, qui, désolé de le rappeler, équipe tous les Merkava Mk IV4M Meil Ruach, qui sont les modèles déployés en première ligne.

| Q. Pas de nouveauté dans cette éternelle guerre projectile Vs bouclier ?

Jacques Borde. J’ai bien lu quelque-chose, grammaticalement écrit avec les pieds, sur un autre site francophone parlant d’une version optimisée du RPG, baptisée RPG-90 ce me semble, made in Iran et destinée aux forces spéciales du Nirouy-é Ghods4. Un truc à charge en tandem, voire triple charge rayant, dixit l’article, Trophy, de la « carte du temps » militaire. Le souci est que :

1- les charges en tandem étaient déjà arrêtées en 2014.
2- comparant, mais je ne suis pas un ingénieur spécialisé dans les armes antichars, les données dispo du RPG-90 et du Trophy, je ne vois pas en quoi le RPG-90 règle le problème (défensif) posé par le Trophy.

| Q. Parlons de Biden et de ses initiatives : pourquoi retirer les Houthis de la liste des organisations terroristes ?

Jacques Borde. L’administration Biden a récemment retiré les miliciens du mouvement Al-Ḥūthīyūn5 de la liste des organisations terroristes. Dans la foulée, les Houthis ont attaqué un port séoudien, une installation pétrolière séoudienne et un système antimissile MIM-104 également en territoire séoudien. Les États-Unis n’ont pas réagi.

| Q. Là encore, pourquoi ?

Charlotte Sawyer. Plusieurs raisons qui se rejoignent.

Primo, parallèlement à ces échanges plus que musclés, les Houthis, Riyad (et, en coulisses, Téhéran, qui a besoin de donner des gages dans le cadre de ses propres discussions sur l’accord sur le nucléaire iranien ou Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA)6Barnāme-é Jāme-é Eqdāme Moshtarak (BARJAM) pour les Iraniens – signé à Vienne le 14 juillet 2015, par les pays du 5+1, ainsi que l’Union européenne), négocient en vue d’une cessation des hostilités au Yémen, donc Washington nous la joue wait and see. Ce que fait, de son côté, Al-Ḥūthīyūn est assez classique : engranger des points sur le terrain avant (voire pendant, après) les pourparlers.

Secundo, comme négociations il y a, retirer Al-Ḥūthīyūn de la liste des bad guys est un moyen commode de faciliter des négociations entre les parties. Si elles capotent, il sera toujours possible de remettre les Houthis sur ladite liste. Je sais, c’est extrêmement brouillon. Mais vous vous attendiez à quoi avec Biden-Harris et leur US Secretary of State, Antony Tony Blinken7, aux commandes ?

Tertio, c’est un secret de polichinelle : S.A.R Mohamed MBS Ibn-Salmān Āl-Séʻūd, prince héritier d’Arabie Séoudite et ministre séoudien de la Défense, n’est pas dans les petits papier de l’administration Biden-Harris.

| Q. Et, ceux qui pensent que l’administration Biden retourne un peu sa veste sur la question israélo-palestinienne ?

Charlotte Sawyer. Si je suis assez d’accord avec la Sénatrice du Tennesse, Marsha Blackburn8, lorsqu’elle a tweeté, le 11 mai 2021, que « Le conflit en Israël », comprendre les 11 jours de confrontation HAMAS/Tsahal « n’aurait pas lieu si le Président Trump était au pouvoir », le contexte est à préciser.

C’est une évidence, tout ceci fait partie du retour aux errements géopolitiques de l’ère Obama, qui furent d’une rare inutilité. Côté HAMAS, on nomme ça une fenêtre de tir ou d’opportunité. Un moment plus propice qu’un autre. D’où ces 11 jours de démonstration de force et de victoire divine (sic).

Jacques Borde. Mais, c’est tout. Pour le reste, ces changements étaient attendus. Le curseur des intérêts de l’hêgêmon thalassocratique étasunien est reparti légèrement en arrière. Et, je dis bien légèrement en arrière. Je me demande là si le Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)9, et Sinwar ne surinterprètent pas trop des signaux, somme toute limités, lancés urbi (Washington) et orbi.

| Q. Comme ?

Charlotte Sawyer. La nomination au poste de Deputy Assistant Secretary for Israeli & Palestinian Affairs au Department of State de Hady Amr10, qui a, par ailleurs, accusé Israël de « nettoyage ethnique » et « d’apartheid », et s’est dit « inspiré par l’Intifada ».

Jacques Borde. Mais, concrètement, à part avoir le verbe haut, Amr n’a fait que rencontrer à Ramallah le Premier ministre de l’As-Solta al-Wataniya al-Filastiniya (ANP)11, le Dr. Mohammad Shtayyeh12, aux fins de négocier l’utilisation de l’aide financière US à l’ANP, pas au HAMAS. Donc n’extrapolons pas trop à partir de formules à l’emporte-pièces. Par ailleurs, je ne suis pas certain que le Dr. Shtayyeh soit particulièrement dupe de propos surtout tenus en vue de l’amadouer diplomatiquement.

Charlotte Sawyer. Évidemment, faire ça pendant qu’Israël était sous les tirs de missiles était, au point de la forme, d’une rare ambiguïté. Petit couac de dernière minute : ces images de Palestiniens brûlant un drapeau US vont faire des ravages dans nos Chambres dès qu’on va y aborder nos aides financières à accorder à Ramallah. Même si les images semblent avoir été prises à Gaza.

Jacques Borde. D’un point de vie régional, le vrai curseur à surveiller de près est ailleurs…

| Q. Où donc, selon vous ?

Charlotte Sawyer. L’idée de base, née sous la présidence de B. Hussein Obama, est celle de « créer un nouvel ordre au Moyen-Orient ». Visiblement, Biden regnante, elle semble être de nouveau d’actualité.

Jacques Borde. Un projet – assez fumeux, et même dangereux, comme tout ce que les Démocrates nous pondent depuis toujours pour le Proche et Moyen-Orient – qui vise, notamment, à torpiller les Accords d’Abraham. Sauf que ses signataires, c’est ballot, sont d’un tout autre avis.

À suivre]

Notes

1 Ou armée de l’Air des Philippines.
2 Ou Dôme de fer, Iron Dome, en anglais.
3 Ou Brigades Ezzedine Al-Qassam, anciennement Al-Moujahidoun al-Philistiniyoun, les Combattants palestiniens, en français.
4 Ou Force de Jérusalem, une branche à part entière du Sêpah-é Pâsdâran-é Enqelâb-é Eslâmi (en français Corps des Gardiens de la révolution islamique). Force spéciale en charge des opérations extérieures dévolues aux Pâsdâran. Elle dépend exclusivement du Rahbar-é Enqelâb (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî (et non du président), un peu comme le Kidon du Mossad reçoit ses ordres du seul Premier ministre israélien (la ressemblance s’arrêtant là).
5 Officiellement ʾAnṣār Allāh, أَنْصَار ٱللَّٰه, issu du Forum des jeunes croyants, organisation religieuse zaïdite (donc chî’îte) culturelle co-fondée en 1992 par Hussein Badreddine al-Houthi et Mohamad Azzane. Leur devise est « Dieu est le plus grand, Mort à l’Amérique, Mort à Israël, Maudits soient les juifs, Victoire à l’islam ».
6 En français Plan d’action global commun (PAGC).
7 Précédemment 18th Deputy Secretary of State.
8 Une dure (sic). L‘American Conservative Union (ACU) lui donne un score de 96 sur 100 sur l’ensemble de sa carrière. Elle est opposée à l’avortement et ne croit ni au réchauffement climatique, ni à la théorie de l’évolution.
9 Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
10 A aussi été Senior Advisor au Department of Homeland Security (DHS), et Deputy Special Envoy for Israeli-Palestinian Negotiations (2014–2017).
11 Ou Autorité nationale palestinienne.
12 Régulièrement cité comme possible successeur de Mahmoud Abbas.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Opération Shomer Ha’Homot : RETEX N°13 [13]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Les combats qui …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer