Tarte à Tain : Le Syndrome de l’ “Observatoire” ? [1]

| France | Ridiculkampf | Ils ont dit | BforBORDE |

De quoi le soufflet de Tain est-il le reflet ? Pour être respecté, encore faut-il être respectable. Tout ceci à, surtout, le fumet bien connu du théâtre politique. Ou, plus franchement, ce cinoche téléphoné pue le pâté à cent coudées & pas qu’un peu. Partie 1.

| Semis & récolte.
« En temps normal j’aurais trouvé abject qu’une personne gifle le président de la république, quels que soient les sentiments qu’on lui porte. Cette fonction est sacrée, représente la nation toute entière et la gifle est reçue par tous. Mais qui a désacralisé cette fonction en s’affichant de manière impudique et sans dignité aucune tant à l’Élysée qu’à travers ses différentes pérégrinations, de la région parisienne à Saint Martin ? Qui se comporte de façon aussi peu présidentielle avec des blogueurs, des rappeurs ou des personnes qui n’osent pas traverser la rue ? Il faudrait rappeler au président Macron que c’était à lui d’imposer le respect de sa fonction et de sa personne, il n’a pas su y faire, il a récolté ce qu’il a semé ».
Eber Haddad.

| À toutes fins utiles…
« –Les Bretons ? «La mafia française».
-Les contestataires des Vosges : «Des gens qui décident d’être contre tout».
-Les ouvriers corréziens ceux «qui foutent le bordel».
-Les Français qui s’opposent à ses réformes ? Des «fainéants», des «cyniques», des «extrêmes».
-Les Français en transit dans les gares : «Ceux qui ne sont rien».
-Les hommes du Pas-de-Calais ? «Dans ce bassin minier, (…) il y a beaucoup de tabagisme et d’alcoolisme».
-Les femmes d’un abattoir de Bretagne ? «Elles sont pour beaucoup illettrées».
-Jonathan, horticulteur : “traverse la rue pour trouver du travail”.
-VLAN... ».
Pierre Duriot.

| Ultra-quoi ?
« Je ne voudrais pas que des individus isolés ou des gens qui vont vers les extrêmes puissent, en quelque sorte, faire oublier le reste. (…) Sur le principe, je serai intraitable, mais ne laissons pas des faits isolés, des individus ultra-violents, comme il y en a toujours quelques-uns dans les manifestations aussi, prendre possession du débat public : ils ne le méritent pas ».
Emmanuel Macron.

| Conséquences.
« Quand on n’est pas respectable, et que l’on ne respecte ni les gens, ni le pays dont on a la charge, ni sa propre fonction, on n’est pas respecté.
Quand on participe aussi activement au délitement du pays pierre par pierre avec une pareille assiduité, on se prend dans la tronche les conséquences.
Vous êtes surpris que le président se prenne une gifle et trouvez cela indigne ? Moi, je suis surpris qu’il ne se soit pas déjà pris une balle vu l’état réel du pays et sa participation active à son délitement.
Je ne dis pas que j’approuve. Je dis simplement qu’on ne peut honnêtement s’étonner des conséquences ».
Sam Uel.

| Bonne question.
« Quand tu peux te prendre une baffounette en étant entouré de la crème des gardes-du-corps est ce que tu peux commencer à envisager l’état d’esprit de Gontran de la Bistouquette Carrée, quand il change de RER à St-Denis-Basilique ? ».
François Galvaire.

| Du ridicule aux urnes.
« Quel que soit son ridicule, un #président de la République ne doit pas devenir une tête à claques. Cette #torgnole présidentielle est insupportable. La seule #gifle tolérable est la gifle électorale qu’il recevra en #2022 ! Condamnation de cette violence. #Macron ».
Me. Gilbert Collard.

| Relativisons.
« Pas très républicain, c’est vrai ! Mais ce n’est pas non plus le Petit-Clamart ».
Jean-François Touzé, sur sa page Facebook.

| Résumons.
« Bon, on va récapituler…. 1) Le V.I.P s’enfuit en courant de la voiture en laissant derrière lui le staff du SPHP. 2) Le staff essaie de le rattraper mollement…3) il ‘shake’ 2 ou 3 mains avant d’arriver ver le chevelu. 4) il lui agrippe le bras. 5) il assure sa prise de jambe, pendant que sa tête part de son coté droit puis il la ramène… Il est donc déjà dans l’esquive. Il sait qu’il va la prendre… Mais la main droit de l’individu n’est toujours pas ‘armée’…… J’oubliais, un journaleux essaie d’interviewer le ‘souffleteur’, car il s’agit quand même bien d’un soufflet et non d’une gifle, qui ne dis rien…. Ouvrez les yeux... ».
Philippe Le Breut.

| & Mila.
« … Ces gens ne retrouvent la parole que si un des leurs est touché ? Comme Mélenchon, ils ne s’indignent que si cela leur permet de se victimiser au passage? Elles sont où toutes ces grandes consciences quand il s’agit de défendre Mila? Une jeune fille de 16 ans, menacée de mort, qui n’a plus de vie et se désespère en revanche ne suscite que peu de mobilisation et peu de discours sur cette violence qui s’étend dans la société. Comment croire alors que l’on n’est pas une fois encore dans la posture et dans l’imposture (…). Difficile de respecter des personnes qui se soucient très fort de leur petite personne, mais n’exercent pas leurs devoirs de protection vis à vis de leur peuple. c’est cela que l’affaire Mila raconte aussi. Emmanuel Macron vient de connaître quelques secondes de violence et de solitude. Mais il croule sous les soutiens. Pour Mila cela fait deux ans que cela dure. une partie de la classe politique l’a enfoncé. quant au Président, il n’a pas eu un mot et encore moins un geste ».
Céline Pina.

| Soufflet non-virtuel.
« Monsieur le garde des Sceaux, peut-on parler de ‘sentiment de gifle’ ? »
Corrine Zemmour, sur sa page Facebook.

| Théâtre politique ?…
« Nouveau coup dur pour Jean-Luc Mélenchon : dès le lendemain de sa pitoyable tentative pour devenir le martyr de la République, le président Macron en personne se prend une gifle lors d’un déplacement, coupant ainsi l’herbe sous le pied du pitre islamo-gauchiste qui s’imaginait occuper l’actualité pendant des jours et des jours. Raté ».
Jonathan Sturel.

| Intolérable.
« Si le débat démocratique peut être âpre, il ne saurait en aucun cas tolérer la violence physique. Je condamne fermement l’agression physique intolérable qui a visé le président de la République ».
Marine Le Pen.

| Une question de doigté ?…
« A Tain, nouvelle forme de ‘Street Art’ : l’impressionisme… facial ! ».
Jacques Borde, sur sa page Facebook.

| Méluche VS Jupi….
« Mélenchon fait partie de ces républicains qui considèrent que la République a remplacé la France et que le patriotisme n’est que constitutionnel. Il se sert même de la République pour détruire la France via l’immigration musulmane. Il n’a pas de problème avec les remplacements locaux de populations et la mise en place progressive de biotopes culturels comparables aux pays du Maghreb ou d’Afrique Subsaharienne. Ces biotopes favorisant le communautarisme et l’islamisme. Ça lui est égal que l’on devienne étrangers dans notre quartier, notre ville, notre pays. C’est l’écume des jours pour lui. C’est même l’occasion de faire la démonstration que la République peut se réaliser en dehors de son socle de civilisation à l’épreuve de l’islam ».
David Duquesne.

| Coïncidence… frappante.
« Amusant, Quelques jours après que Mélenchon ait parlé de risques d’attentats et autres conneries, le président (et la république), se fait agresser et se prends une baffe. Un pur hasard ? ».
Patrick Bessaud.

| Sélectifs.
« Les bisounours qui s’insurgent de la baffe: je ne vous ai pas trop entendu sur les mutilations des Gilets jaunes... ».
Jean-Bruno Tondini.

| Raison garder.
« Non Mr Joffrin…! C’est une ‘Gifle’ et non un Attentat... ».
Roland Nabet

| Écran de fumée.
« Une habile diversion face au pass nazitaire... ».
Jean-Marc Michali.

| Savoir… Observer.
« La gifle est un coup monté au moment ou Macron n’ existe plus dans les sondages , tout est calculé avec Macron, ne soyez pas dupe ».
Michel Dalmasso.

 

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Renouer avec la puissance. [2]

| France | Défense| Gavrochemedia.fr | Questions au général V. Desportes | Vincent Desportes est …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer