Paris/Jérusalem : Entre Je t’aime & moi non plus ? [1]

| France / Israël | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

On ne peut pas dire que les relations France-Israël aient été topissimes, Nétanyahu regnante. Qu’attendre de celles avec l’administration Bennett ? Qui, vu des coursives du Niais d’Orsay, semble, déjà, être affligée du tort d’être trop à droite. Un comble venant d’un régime de Paris plus européiste & munichois, alors que fondée par le général de Gaulle !… Partie 1.

« Nachrichtendienst ist Herrendienst » (Le Renseignement est un métier de seigneur),

Reichskanzler Otto von Bismarck.

| Q. L’arrivée de l’ultra-conservateur Raïssi, ça va bouleverser la donne, dans ce grand jeu entre puissances ?

Jacques Borde. Oui et non.

Oui, évidemment. Le Rayis Jomhur-é Irān1, le Sayyed Ebrahim Raïssi2, qui prendra ses fonctions en août 2021, a déjà indiqué que sa priorité, conformément à la ligne fixée par le Rahbar-é Enqelâb3 (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî, était d’obtenir la levée de ces sanctions pour sortir le pays de l’ornière.

Non. Son élection ne devrait donc pas avoir d’effet sur les négociations en cours pour sauver ce qui peut être sauvé de l’accord sur le nucléaire iranien ou Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA)4 Barnāme-é Jāme-é Eqdāme Moshtarak (BARJAM) pour les Iraniens – signé à Vienne le 14 juillet 2015.

1- la solution passe, a priori, par la levée des sanctions US demandées par l’Iran en échange du retour de Téhéran à l’application pleine et entière de l’accord, la République islamique ayant abandonné en riposte au blocus américain la plupart des garde-fous limitant ses activités nucléaires pourtant acceptés à Vienne.
2- il n’est même pas certain que Raïssi lui-même ait son mot à dire sur le sujet. Autrement que des prises de positions, présidentielles, formelles et médiatiques. L’écume des mots, quoi…
3- ce me semble l’équipe des négociateurs iraniens ne devrait pas beaucoup changer. Voire pas du tout.
4- sur ce ce dossier, la ligne de conduite vient donc de l’équipe de Khâmeneî. Et comme l’a souligné le Pr. Nanis Abdel-Qader Fahmi, « Bien qu’il soit ultraconservateur et anti-américain et qu’il soit considéré comme un possible successeur de Khomeynī, Raïssi va poursuivre les négociations concernant l’accord sur le nucléaire en s’intéressant plus au côté technique, il ne devra donc pas s’y opposer clairement, puisque c’est le guide suprême qui donne le ton de ces négociations pour finalement arriver à la levée des sanctions ».

En revanche, ce dossier du JCPoA ne va pas adoucir (sic) les relations Paris/Jérusalem. La France se retrouvant quasiment sur la même ligne que Téhéran.

| Q. Au fait, les relations entre SR israéliens et français, ça existe, et ça donne quoi ?

Jacques Borde. (Sourire) L’échange entre SR, qu’importe les politiques – les lignes et les hommes politiques, je veux dire – est une des mamelles du Renseignement.

Oubliez le cinéma, les gens du Renseignements se parlent beaucoup plus qu’ils ne se tirent dessus. Je ne sais plus si les rencontres qui se tenaient à Netanya sur les questions de terrorisme ont toujours lieu. Mais les Français y participaient. Mais, je ne vous dirai pas les noms de ces participants…

| Q. Que vous connaissez ?

Jacques Borde. (Sourire) Certains.

| Q. Indépendamment des politiques les relations entre Barbouzes. Ça ne vous choque pas ?

Jacques Borde. Non. Nachrichtendienst ist Herrendienst (Le Renseignement est un métier de seigneur), aurait dit le Reichskanzler Otto von Bismarck. Mais qui a aussi affirmé que « Les lois c’est comme les saucisses, il vaut mieux ne pas être là quand elles sont faites »5.

Alors.

Plus sérieusement, je pense que (quelque soient les SR) que beaucoup de drames ont été évités, et pas seulement en l’Orient compliqué, parce que les professionnels des Renseignements se connaissent, savent encore échanger et se parler entre eux.

| Q. Plus généralement, diriez-vous que les relations Paris/Jérusalem sont difficiles ?

Jacques Borde. Pas plus que d’autres, mais pas mieux que d’autres.

Le souci pour Paris est que les pitrerie du Niais d’Orsay ou de l’Élysée ne font plus rire grand-monde. Que ce soit à Jérusalem ou ailleurs.

Pour avoir croisé quelques (sic) responsables de l’industrie d’armements israélienne, j’ai surtout le sentiment que la confiance, géopolitiquement parlant, n’est plus vraiment de mise entre Jérusalem et Paris. Donc, de ce fait, il est évident que Paris a perdu toute possibilité de jouer les honest brokers6 au Levant entre les parties en conflit. Les échanges entre professionnels, c’est légèrement différent, parce qu’il est délicat de s’en passer complètement.

| Q. Et, avec la communauté juive de France ?

Jacques Borde. Nos compatriotes juifs font comme tous les autres Français, ils encaissent les coups de la terreur takfirî, tout en se demandant pourquoi le régime de Paris :

-fait si peu pour nous défendre ;
-fait autant pour le Sahel, à des milliers de kilomètres. Ce au péril de la vie de nos soldats.

À noter, un ami vient de m’en faire la remarque, que le grand rabbin de France – d’ailleurs, ancien aumônier aux armées – « a fait ajouter une attention pour nos soldats en OPEX dans la prière lue tous les vendredis dans toutes les synagogues de France… Quand nos putain de curés feront de même ils m’épateront… ».

Pour être complet, Haïm Korsia a été ou est encore :

-ancien aumônier en chef du Culte israélite des armées ;
-aumônier de l’École polytechnique ;
-administrateur du Souvenir français. Le Souvenir français est l’association créée en 1887 qui garde le souvenir des soldats morts pour la France par l’entretien de tombes et de monuments commémoratifs.

Quid, au passage, des mosquées ?

| Q. Selon vous, elles devraient être solidaire ?

Jacques Borde. Les mosquées de France ? Bien sûr que oui.

Ne serait-ce que par solidarité avec les militaires et les paramilitaires (qui au-delà des nôtres) majoritairement musulmans, qui au Levant combattent sans relâche les Unlawful combatants7 d’ Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)8, de Al-Jayš al-Fateh (Armée de la conquête)9 & co.

Ensuite, des musulmans sont aussi victimes de ce terrorisme, en France. Serait-ce, alors, que pour les tenanciers (sic) de ces mosquées, il existe de bons et de mauvais musulmans ? Si c’est cela : le tri se fait comment ?

| Q. Que faire ?

Jacques Borde. Soyons-clair et direct si ces mosquées, généralement salafistes, se taisent c’est soit :

-qu’elles sont elles-mêmes d‘obédience takfirî. Le Takfir est plus radical et ne compte pas de branche ou courant piétiste comme la Salafiyyâ, qui n’est pas automatiquement adepte de l’épuration ethnico-religieuse, que certains nomment grand remplacement.
-qu’elles sont sous le joug de fidèles d‘obédience takfirî et ne contrôlent plus rien.

Elles doivent donc être fermées d’urgence, rasées si possible. Ses prédicateurs de haine sectaire – et, par là, complices du terrorisme takfirî hors hexagone – doivent être livrés sans tarder aux justices des pays où cette terreur s’est exercée, les Trois I, comme j’aime les nommer : Irak, Iran, Israël10, déjà. J’y ajouterai, sans difficulté, des pays comme la Jordanie et l’Algérie, vieux routiers de la lutte contre le terrorisme nazislamiste. Dans la mesure, bien évidemment, où ces livraisons (sic) ne mettent pas en cause nos propres opérations.

La plaisanterie a assez duré.

[À suivre]

Notes

1 Ou président de la République islamique d’Iran (RII).
2 Ancien directeur du Bonyad Astan-é Qods-é Razavi, ex-chef du Système judiciaire iranien et vice-président du Majles-é Khobregān, ou Assemblée des experts.
3 Aussi appelé Rahbar-é Moazzam (guide suprême, pas une titulature officielle).
4 En français Plan d’action global commun (PAGC).
5 Ou « Gesetze sind wie Würste, man sollte besser nicht dabei sein, wenn sie gemacht werden ».
6 Ou honnête intermédiaire.
Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
8 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
9 Coalition articulée autour d’an-Nusrah li-Ahl ach-Chām (Front Al-Nosra), le bras armé d’Al-Qaïda en Syrie. Se compose, pour être complet, de : Ahrār ach-Chām (Mouvement islamique des hommes libres du Cham), Jund al-Aqsa (Les soldats de Jérusalem), Liwāʾ al-Haqq, Jayš al-Sunna, Ajnad ach-Chām et de la Légion de Cham.
10 Ordre alphabétique, tout simplement. Celui qui met ces pays sur la même travée d’une réunion interparlementaire à l’UNESCO.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

La (4ème) Guerre de Gaza n’a pas eu lieu ! [3]

| Israël / HAMAS | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Historiquement quelque-chose d’inattendu …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer