Paris/Jérusalem : Entre Je t’aime & moi non plus ? [3]

| France / Israël | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

On ne peut pas dire que les relations France-Israël aient été topissimes, Netanyahu regnante. Qu’attendre de celles avec l’administration Bennett ? Qui, vu des coursives du Niais d’Orsay, semble, déjà, être affligée du tort d’être trop à droite. Un comble venant d’un régime de Paris plus européiste & munichois, alors que fondée par le général de Gaulle !… Partie 3.

« Tandis que le CRIF prône le front républicain contre le RN à Marseille, il tolère l’alliance intolérable de la gauche avec l’extrême-gauche en Île de France. Pas étonnant qu’il ait perdu la confiance des juifs français qui savent d’où vient le danger ».
Me. Gilles-William Goldnadel.

| Q. Encore de la place pour Paris au Levant ?

Jacques Borde. On se le demande.

Laura-Maï Gaveriaux a eu des mots lapidaires sur ce qu’est le Proche-Orient aujourd’hui, affirmant sur son compte Twitter que :

« Cette visite de Yair Lapid #Israël aux #EAU est un signal, mais rien que nous ne savions déjà : à savoir que les #Emirats n’ont pas été gênés par la guerre de mai (euphémisme).
Les #AccordsAbraham restent la bascule géopolitique majeure ».

Par ailleurs, le Rosh Ha’Memshala1, Naftali Bennett2, et le président égyptien, ‘Abdu l-Fattāḥ Sa‘īd Ḥusayn Khalīl as-Sīssī, ont convenu d’une prochaine rencontre.

| Q. Gênant pour nos affaires avec Le Caire ?

Jacques Borde. Non, l’essentiel des équipements que nous proposons à l’Égypte ne sont pas au catalogue de Jérusalem. En revanche, méfions-nous de Washington et, surtout, de Berlin qui sont prêts à tous les coups tordus pour nous piquer des parts de marché. Le comportement de l’administration Merkel à l’endroit de le France est une véritable honte.

| Q. Au fait, il paraît qu’une partie non-négligeable de l’aide à la reconstruction de la Bande de Gaza est encore bloquée ?

Jacques Borde. Encore bloquée à ce jour ? Aucune idée. Une question inter-arabe, en tout cas. Une réunion, particulièrement décisive, qui devait se ternir au Caire le 10 juin 2021, avait été annulée au dernier moment.

Cela a dû en faire sourire plus d’un à Jérusalem.

| Q. Pour quelle raison ce blocage ?

Jacques Borde. Parce que ni le Harakat al-Muqâwama al-‘islâmiya (HAMAS)3, ni la As-Solta al-Wataniya al-Filastiniya (ANP)4, ne voulaient faire de concessions :

-l’ANP exigeant d’être seule en charge de la reconstruction de Gaza avec contrôle des fonds par ses services.
-le HAMAS, de son côté, réclamait que l’aide internationale lui soit versée directement.

Une situation que le Dr. Mohammed Yousef a résumé en ces termes :

« Ils [les donateurs] ne font pas confiance au HAMAS qui a une longue tradition de corruption et de discriminations au détriment des habitants de Gaza. Les habitants savent aussi que l’argent finira sur les comptes [bancaires] secrets du HAMAS et de ses dirigeants. Quant à l’Autorité palestinienne, qui est très corrompue, elle aussi cherche à contrôler l’argent de la reconstruction ».

Tout ce petit monde se refusant à la moindre concessions, les Égyptiens ont préféré botter en touche. Comme toujours en pareil cas, un seul perdant : des civils largement innocents et n’y pouvant guère.

| Q. Revenons un peu en arrière : les Foreign fighters à Beyrouth ?

Jacques Borde. Disons que ces brigadistes internationaux, généralement issus de la mouvance trotskyste, n’auront pas brillé par une grande efficacité. Lorsqu’ils n’étaient des taupes de tel ou tel SR.

Le Renseignement est un métier de seigneur. Mais pas que !…

| Q. Ces brigadistes made in France, ça n’a pas impacté nos relations avec Jérusalem ?

Jacques Borde. Sur le fond, pas que je sache. Mais n’oubliez pas ce que je vous ai dit :

1- ces brigadistes internationaux n’ont jamais bouleversé la donne sur le terrain. Ils n’étaient pas vraiment un problème. Rien à voir, par exemple, avec les 4.000 et plus Afghans, formés par la CIA contre les Chouravi5.
2- combien de taupes du Ha’Mosad Ley’Modi’in Ley Tafkidim Méyuh’Adim (MOSSAD)6, et de l’Agaf Ha’Modi’in (A’MAN)7, en leur sein ?

Ensuite, en ces temps géostratégiquement anciens, la France tenait un rôle important en cet Orient compliqué. Du même rang que Moscou et Washington. Même si à Beyrouth, le prix du sang fut élevé. Beaucoup de ceux qui lisent ce blog savent trop bien de quoi je parle. Je leur tire un salut mérité.

Mais, qui, autre que la France saura faire accepter et organiser l’exfiltration de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP)8, de ses chefs et de ses hommes ? Sans accrocs ni dommages, Paris était écouté et savait se faire respecter. O tempora, o mores !…

| Q. Et l’extrême-droite, elle a été présente également ?

Jacques Borde. Au Liban ? À ma connaissance, en ces années de stratégie de la tension, moins de dix fachos (sic) ont fait le choix du camp palestinien.

L’un deux, que je connaissais très bien (emporté par la maladie, il y a quelques années), sera un sniper très efficace dans les rangs du Fatah. Il m’avait dit qu’au moment de choisir son arme, il avait opté pour un Garand, fusil US de la 2ème Guerre mondiale, à la grande surprise des Palestiniens.

| Q. Surprenant, non ?

Jacques Borde. Pas du tout. Pas trop lourd, maniable, semi-auto, précis. Si bien entretenu comme toutes les armes.

Notez que son descendant, le M14, chambré en 7,62×51 mm, a longtemps été la seule arme de sniping des tireurs d’élite de Tsahal.

| Q. Mais, il y eu davantage de militants d’extrême-droite du côté des Phalanges libanaises ?

Jacques Borde. Tout à fait, plusieurs dizaines au moins.

Du Groupe union droit (GUD). Mais aussi du Groupe action jeunesse (GAJ), qui se sont illustrés à Beyrouth, aux débuts de la guerre civile libanaise, en 1976.

À ce stade, comme ne pas vous parlez de Stéphane Zannettacci (1954-1976) tombé les armes à la main aux côtés des Numūr al-Ahrar (Tigres), la milice du Hizbu-l-wataniyyīni-l-ahrār (PNL)9 de Camille Chamoun, lors d’une attaque du camp de Tel-al-Zaatar,

Comme l’a rappelé Charles Saint-Prot, « le camp de Tel al-Zaatar est assiégé par les milices maronites avec l’aide de l’armée syrienne »10, de sorte que le divorce sera consommé à ce moment entre Hafez el-Assad et l’OLP. Charles Saint-Prot rappelle également qu’à la même époque, jusqu’en octobre 1976, la Syrie s’opposait militairement aux forces palestiniennes dans d’autres régions libanaises : la Bekaa, au Sud et dans le Chouf.

À ce moment-là, nous retrouvons ce rôle de variable d’ajustement des Palestiniens ad usum Arabi. Yasser Arafat11 commentera ainsi le silence arabe lors de l’oraison funèbre des victimes de Tel-al-Zaatar :

« Le monde arabe se trouve aujourd’hui à l’un des degrés les plus bas de son histoire. Aucun pays ne s’est porté à notre aide. C’est une honte ! Voilà pourquoi le peuple palestinien a besoin d’un État indépendant afin de pouvoir se défendre ».

| Q. À propos de Stéphane Zannettacci Vous le connaissiez ?

Jacques Borde. Oui. Stéphane, était repassé par Paris, avant de repartir au Liban. Lors d’une visite de courtoisie (sic) aux gauchistes de Science-Po Paris, nous avons un peu discuté, pris un verre (après ma visite à une pharmacie, suite aux aléas de la vie de militant). Peu après, il repartait pour ne plus revenir. Une sacré perte pour la cause nationaliste. RIP.

| Q. Pas de Séoudiens, côté palestinien ?

Jacques Borde. Je n’ai pas d’infos spécifiques sur ce sujet. Les Séoudiens – voyez leur engagement au Yémen – ne passent pas pour des foudres de guerre. Certes, ils ont le portefeuille bien garni, mais leur genre c’est plutôt : Armons nous et partez, si vous voyez ce que je veux dire.

Exception notable, des Séoudiens se sont bien engagés en nombre en Afghanistan, puis ont été vus dans les rangs d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)12.
Sans parler de leur rôle lors du 11 Septembre, évidemment.

Notes

1 Ou Premier ministre de l’État d’Israël, ראש הממשלה.
2 Bennett est le leader de Ha’Yamin He’Hadash (Yamina), parti sioniste-religieux, sur l’échiquier politique hiérosolymitain.
3 Ou Mouvement de résistance islamique, l’acronyme signifie également zèle en arabe.
4 Ou Autorité nationale palestinienne.
5 Ou Soviétiques, par extension les Russes. Vient du persan, du mot Shura (conseil ou consultatif, lorsqu’associé à assemblée).
6 Ou Institut Central de Renseignements & des Opérations Spéciales, MOSSAD signifiant l’Institut.
7 SR militaires israéliens.
8 Ou Munadhamat al-Tahrir al-Filastiniyah, منظمة التحرير الفلسطينية, Palestine Liberation Organization (PLO), rapidement contrôlée pat, notamment, par Yasser Arafat (Mohamed Abdel Raouf Arafat al-Qoudwa al-Husseini, pour l’état civil) et connu aussi sous son nom de guerre (kounya) Abou Ammar.
9 Ou Parti National Libéral.
10 Charles Saint-Prot, Les mystères syriens : la politique au Proche-Orient de 1970 à 1984, Albin Michel.
11 Mohamed Abdel Raouf Arafat al-Qoudwa al-Husseini, pour l’état civil. Connu aussi sous son nom de guerre (kounya) Abou Ammar.
12 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Téhéran, Riyad : De qui les Palestiniens sont-ils la variable d’ajustement ? [2]

| Orient compliqué| Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Aux lendemains de sa victoire …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer