Du Karcher à Dreyfus : La Fausse droite Vs DA’ECH… [2]

| France | Endkampf | Questions à Jacques Borde |

Audiard nous avait averti : « les cons, ça ose tout & c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Hérault de cette fausse droite karchériste, qui aura tout raté, sauf, accordons-lui au moins ça, l’éclatement & la destruction de la Libye, Éric Ciotti a appelé la France à rendre justice à Alfred Dreyfus en l’élevant au grade de général à titre posthume. D’entrée, deux choses à noter sur l’idée elle-même : 1-, pourquoi pas ? 2- l’idée n’est pas de lui, mais de, « rendons à César, ce qui est à Jules », comme le dit Astérix, mais de la ministre des Armées, Florence Parly. Alors à quoi rime cette idée à deux balles qui fait autant avancer, notre guerre VS la terreur takfirî que le karcher (faussement) promis aux racailles par le (rappel utile) mis-en-examen Sarkozy ? Partie 2.

« Une question m’interpelle : Les migrants et les clandestins auront-ils l’obligation de se faire vacciner pour entrer en FRANCE ? ».
Claude Promonet.

« En ces temps de ruptures, où l’Orient et l’Occident s’affrontent si souvent sur des questions de principe ou d’intérêt, les derniers chrétiens d’Orient sont sur la défensive. A leurs compatriotes musulmans qui contestent parfois leur loyauté et les comparent même aux envahisseurs que furent à leurs yeux les ‘croisés’, ils répondent : ‘Nous sommes d’Orient ! Nous étions présents sur ces terres avant le Prophète Mahomet ‘. Le christianisme a effectivement grandi entre l’Asie Mineure, où prêcha saint Paul, et l’Égypte, où apparut la vie monastique. Il s’y est aussi morcelé jusqu’à former cette diversité d’Églises dont les rivalités étonnent et irritent. L’irruption de l’islam, les massacres, le fondamentalisme et les guerres ont dramatiquement réduit la présence des chrétiens en Orient. Alternant les mises en perspective historiques et les anecdotes glanées le long des routes, mettant en scène hommes d’État et hommes d’Église, brisant enfin nombre d’idées reçues, ce livre offre un tableau à la fois complet, nostalgique et inattendu de la vie et de la survie des chrétiens, de la Turquie au Soudan, de l’Iran à l’Égypte, de Jérusalem à l’Arabie Séoudite. Certaines communautés sont protégées par leur masse démographique, mais d’autres menacées de disparaître. Incrédules ou indifférents, les chrétiens d’Occident assistent, sans toujours bien les comprendre, à ces évolutions qui façonnent le destin de quelques millions de leurs ‘frères’ ».
De Bouillon Godefroy.

« Quelle excuse va-t-on trouver au Sénégalais, auteur de coups de couteau mortels ?Cannabis ? Déséquilibré ? Indigéniste désargenté ? ».
J-F-. Charles.

| Q. À vous lire, on a aussi l’impression que vous n’accordez aucun crédit à ceux qui font profession de défendre l’Islam ?

Jacques Borde. Pas du tout,je n’ai jamais dit ça. Par exemple, je tiens en haute estime les dirigeants de la Naqshbandiyya en France. Leurs avis sur les questions de l’Orient compliqué, m’ont toujours été d’un grand secours.

Je vous parle de ce courant soufi dont ont fait et font partie quelques figures dominantes dudit Orient compliqué. Vous ne connaissez pas ? Allez, deux qui me viennent à l’esprit :

-Ezzat Ibrahim al-Duri1, secrétaire général du Parti Ba’ath arabe & socialiste, fondateur et chef d’Al-Jayš Rajal al-Tariqa al-Naqshbandiyya (JRTN, Armée des hommes de la Naqshbandiyya),.
-le Cumhurbaşkanı2, et très Naqshbandi3 Reccep Tayyip Erdoğan. Dont, entre nous, il serait temps pour quelques-uns de nos intellos de plateaux TV, de cesser de le prendre pour un agent de la Jamiat al-Ikhwan al-Muslimin4.

En revanche, ne comptez pas sur moi pour trouver le moindre mérite à Ihsane Haouach, glauque Commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les hommes & les femmes. Cette autoproclamée féministe belge, outre qu’elle défend le port du voile, entretiendrait des liens avec, justement, les Frères musulmans.

Au-delà, le souci ne réside pas dans l’Islam pris isolément. Mais dans sa déviance takfirî, la pire qui soit. Et dont la doxa perverse anime ceux qui nous frappent avec cette régularité de métronome.

| Q. Vous ne partagez pas les analyses d’Éric Zemmour?

Jacques Borde. Évidemment que non, dans son rapport avec l’Islam, Zemmour, est trop approximatif et, surtout, trop marqué par ses origines algériennes qui lui brouillent constamment la vue. Il n’a aucun recul sur ces questions, seulement des œillères.

Allez donc dire à un (ou une) soldat d‘Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)5 qu’il est un terroriste. Il serait temps pour certains d’arrêter de raconter n’importe quoi.

Au passage, ajoutons que cette résilience de la terreur takfirî n’aurait pas été possible en Syrie sans le soutien des Occidentaux eux-mêmes. Pensons là à Al-Jayš al-Fateh (Armée de la conquête)6, et avant elle à Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām7, dont le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, estimait qu’elle faisait du « bon travail ».

| Q. Quid de ceux qui minorent la portée du terrorisme takfirî en France ?

Jacques Borde. Simple, je leur rappellerai, comme l’a fait Olivier Monteil.que :

« Le 14 juillet 2016, l’islamiste Tunisien Mohammed Lahouaiej tue assassine 86 personnes et en blesse 458 autres en les écrasant avec un camion, le long de la promenade des Anglais à Nice ».

544 personnes fauchées et laissées pour mortes en une seule journée me semble assez parlant.

| Q. Et les méthodes algériennes face à ses Afghans ?

Jacques Borde. De bon aloi. Mais beaucoup moins rapides que le modus operandi de Tatmadaw. Plus l’exemple à suivre, selon moi.

Mais sur l’Algérie, je pense que Éric Zemmour, devrait cesser ses attaques imbéciles visant Alger. Que cela lui plaise ou non, face au terrorisme takfirî :

1- Alger et nous sommes bien dans le même camp.
2- les Algériens ont beaucoup plus performé que nous dans leur guerre contre le terrorisme. C’est plus à eux de nous donner des conseils et à nous de les écouter, que l’inverse.

Le laïus passéiste de l‘immigré algérien (sic) que reste, sur ce point, Éric Zemmour est de plus en plus inaudible et insupportable.

| Q. Mais, dans leur combat, les Algériens ont commis de lourdes erreurs ?

Jacques Borde. Oui, effectivement, l’Art de la guerre dont nous ont parlé Sun-Zu, Clausewitz, Bouthoul8 et quelques autres n’est pas une science exacte. Si c’était la cas, ça se saurait.

De lourdes erreurs, mais dont les Algériens ont appris. À nous d’en profiter, au lieu de brasser de l’air inutilement. À propos d’erreurs : sont-ce les seuls ?

Les Occidentaux que nous sommes viennent bien de passer vingt ans en Afghanistan. Pour rien, sauf à y perdre de braves soldats. Et à en partir au premier claquement de doigts de l’hêgêmon thalassocratique étasunien du moment qu’il a jugé plus utile de se rabibocher avec les Tāliban9, ou plus juridiquement et plus justement le Da Afghanistan Islami Amarat10.

Quant aux autres (nous, quoi) qu’ils comptent leurs morts. Et, au passage, comme l’a fait la France, qu’ils abandonnent à leur sort ces Afghans qui on fait le choix de nous aider face aux Tāliban.

Abandonner ses hommes et ses liges, une vielle habitude française, semble-t-il. Celle de Napoléon, en tout cas. À quatre reprises, si ma mémoire est bonne : Égypte, Espagne, Russie et Waterloo…

[À suivre]

Notes

1 Désigné comme le Roi de trèfle dans le jeu de cartes diffusé par les Américains sur les responsables du régime de Saddam Hussein, Al-Duri feu l’un des artisans du coup d’État de 1968, amenant les Ba’athistes au pouvoir. En 1979, al-Duri soutient Saddam Hussein lorsque ce dernier renverse Ahmad Hassan al-Bakr.
2 Ou président de la République de Turquie.
3 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
4 Ou Association de la Confrérie des musulmans, autrement dit les Frères musulmans (FM).
5 Ou Armée arabe syrienne.
6 Coalition articulée autour d’an-Nusrah li-Ahl ach-Chām (Front Al-Nosra), le bras armé d’Al-Qaïda en Syrie. Se compose, pour être complet, de : Ahrār ach-Chām (Mouvement islamique des hommes libres du Cham), Jund al-Aqsa (Les soldats de Jérusalem), Liwāʾ al-Haqq, Jayš al-Sunna, Ajnad ach-Chām et de la Légion de Cham.
7 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
8 Gaston Bouthoul, Traité de Polémologie, Sociologie des guerres, Payot, 1991, ISBN 262286883626x ;
9 Littéralement : Ceux qui exigent [le savoir], pluriel de Talib (Taliban s’écrit donc sans ‘s’ final) terme pour désigner des étudiants en religion. À traduire plus classiquement par Séminaristes.
10 Ou Émirat islamique d’Afghanistan. Dont la devise est classiquement la Aš-šahāda (Chahada) : Lā ʾilāha ʾillà l-Lāh, Muḥammadun rasūlu l-Lāh (Il n’est point de divinité si ce n’est Dieu, Muhammad est le messager de Dieu). Ne se récite qu’en arabe classieuse.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Entre (im)Pass & Reich sanitaire ? [2]

| France | Endkampf | Questions à Jacques Borde | Big Pharma en rêvait, Jupi-Atlas …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer