Abysse ou Golpe : Où va la Macronie ? [1]

| France | Géopolitique | Questions à Jacques Borde |

Beaucoup, moi le premier, s’interrogent sur les objectifs réels (le Hidden agenda disent les Anglo-Saxons) du régime de Paris & son primus inter pares, Emmanuel Te Haka Iki Taaoa Macron, dans leur gestion (volontairement?) calamiteuse de la Pandémie (sic) COVIDomorphe. De toute évidence le pass sanitaire qu’on nous a sorti de dessous les fagots, n’est qu’un accessoire indécent qui n’est imposé qu’à certains, n’a de validité qu’en certains endroits, mais pas d’autres – les lieux de pouvoirs médiatiques (le Festival de Cannes) & politiques (assemblées) en sont ainsi dispensés, selon le fait du prince & les lubies de Big pharma –. Bizarre, non ? & si son véritables usage était tout autre : être l‘ultima ratio pour barrer l’entrée des bureaux de vote & l’accès aux isoloirs à ces Français soupçonnés de mal voter ? Si Santiago du Chili a valu un Golpe en bonne & due forme, Paris vaudra-t-il un QR code pour sauver la Macronie du désastre ? Partie 1.

« Et pendant ce temps-là Jupiter part en Polynésie…
Pas de masque, gestes barrières, distanciation sociale (sauf pour les Gaulois réfractaires) continuant à faire sa campagne impunément, à nos frais, alors que les manifs grondent contre le pass sanitaire ! ».
Delphine Roque.

« Pour ce vote historique qui instaure en France un apartheid avec des citoyens dotés de privilèges et des sous-citoyens, seulement 60% des députés ont participé à ce vote (346 sur 577)… Donc 40% des députés n’ont pas considéré ce vote important alors que c’est la fin officielle du fameux ‘Libérté, égalité, fraternité’ et ne sont donc pas allé voter alors qu’ils sont payés pour ça… Ensuite ils viennent faire la morale aux abstentionnistes… ».
Bernard Floriot.

« Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde ». Cette observation d’Albert Camus n’a jamais été aussi pertinente.
Il n’y a aucune pandémie de COVID-19.
Il n’y a jamais eu de pandémie de COVID-19.
Une pandémie, c’est des dizaines de millions de morts, des morts partout, dans les rues, dans les maisons, dans les lieux publics, et les malades ne sont pas soignés parce que les médecins sont morts, et les morts ne sont pas enterrés parce que les fossoyeurs sont morts.
En aucun cas un tout petit virus qui épargne 99,95% de l’humanité.
À ce taux, c’est même pas une épidémie.
Il va vraiment falloir arrêter avec la dictature de l’émotionnel qui entretient une terreur qui fait perdre la tête et le sens de la mesure et des proportions et fait les délices et l’hilarité des Big (Big Pharma, Big Tech et Big Funds) qui sont en train de réaliser le plus gigantesque casse de tous les temps.
Et il ne cassent pas que nos porte-monnaie. Ils cassent jusqu’à notre constitution biologique, pour faire de nous des moutons à tondre et des vaches à traire pour le restants de nos vies et celles de nos descendants ».
Daniel N. Sebban.

| Q. Restons un peu dans l’actu : cet élu italien accusé d’avoir abattu un Marocain ?

Jacques Borde. C’est le media-caniveau germanopratin AFP qui nous sort cette forgerie médiatique de l’« élu d’extrême-droite » qui « abat un Marocain sur une place publique ».

Que se cache-t-il derrière cette indécente forgerie ?

Primo. Ce que le titre ne dit pas : le Marocain en question était en train d’agresser une femme, l’élu « d’extrême droite » (sic), de la Lega en fait, est donc intervenu pour défendre cette femme et a appelé la police. Du coup le Marocain s’est retourné contre lui et l’a agressé. En dernier recours, cet élu leghiste a tiré en légitime défense, avec son arme détenue le plus légalement du monde.

Donc, un fait divers de plus, et un délinquant probablement sexuel de moins. Excellente chose.

Secundo. La Lega – contrairement aux fantasmes de notre cloaca mediatica maxima – n’a pas de critères ethniques (sic) pour adhérer, ni pour gravir ses échelons : l’un de ses plus farouches sénateurs, l’Onorevole Iwobi, est né au Nigeria et est noir comme de l’anthracite…

| Q. In fine que pensez-vous du pass sanitaire ?

Jacques Borde. Comme le nuage de Tchernobyl, la dictature sanitaire (sic) – comprendre le pass sanitaire + les sacro-saints gestes-dits-barrière – s’est arrêté tout net aux portes du Festival de Cannes. Stop, Halt, streng verboten, on ne passe pas !

Portes chaudes (sic) comme dirait Léonidas1, auxquelles il convient d’ajouter celles du Palais Bourbon (l’Assemblée nationale) et du Palais du Luxembourg (le Sénat).

Que du beau linge : comment dire : le COVID-19 fait preuve d’une empathie marquée pour Ploutos, Népos et tutti quanti.

Nos gentils Festivaliers, eux, ont pu s’entasser, se papouiller et s’entre-lêcher sans que le moindre flicaillon ne vint les appréhender ou, simplement, les verbaliser.

Les Forces (dites) de l’ordre (FDO), faisant leur office là où les traîne la laisse de leur maître, le régime de Paris, rien que de très normal, elles n’y auront donc fait rien qui relevât de leur nouvelle fonction : appliquer le ius sanitarium tel qu’exigé par Big pharma.

Les Gueux d’un côté et les pas-Gueux de l’autre.

| Q. Selon quelle logique ?

Jacques Borde. On se le demande ! Mystère et boules de gomme, disait-on à l’École communale.

Là, où je m’interroge davantage, c’est sur la nature surhumaine, voire nietzschéenne, de l’Homo festivalus cannensis qui, sans faiblir, s’est astreint à plus d’une semaine de frottis (sic) variés et divers sans le moindre masque, gel hydro-truc, pourtant plus qu’au fait des informations sur les risques covidiens encourus.

Un courage digne des amants thébains de la Phalange sacré affrontant, le sourire aux lèvres, les lignes hoplitiques de Sparte.

Et, soit dit en passant, un c…l bordé de nouilles comme disent les militaires. En effet, point de cluster cannois à déclarer, oncques covidé ou asympto-machin en vue.

C’est donc bien ça : comme le nuage de Tchernobyl avait eu le tact de s’arrêter aux frontières de l’Hexagone, l’infâme virus qui nous pourrit l’existence a eu le bon goût de s’arrêter pile aux marches du Palais. Ouf !

Un doute m’assaille : quelque part ne nous prendrait-on pas pour des cons ?

Sa létalité, qui plus est, étant résiduelle, à quoi servent donc ces tartufferies qu’on nous pond et impose depuis des mois ?

Pourquoi un pass sanitaire qui, de toute évidence :

-ne visera que certaines catégories de personnes : le quidam festif ou faisant ses emplettes, mais pas la flicaille le contrôlant.
-ne sera exigé qu’en certains lieux et pas d’autres : les centres commerciaux mais pas l’Assemblée nationale.
-ne sera appliqué qu’à certains moments et pas d’autres : surtout pas les transports en commun aux heures de pointe. Faut bin qu’le gueux aille bosser !

| Q. Je note que, dernièrement, vous nous parlez aussi peu de l’Allemagne ?

Jacques Borde. C’est vrai : je devrais. Parce qu’en terme d’alliance, le choix de Berlin est pire que tout.
Tenez, un petit exemple qui vous éclairera sur la confiance (sic) que nous pouvons accorder à Berlin et à ses créatures géopolitiques :

La présidente de la Commission européenne, l’ex-Bundesminister der Verteidigung (BMVg)2 Ursula G. von der Leyen, notre acheteuse en chef (désintéressée bien entendu) de vaccins par centaines de millions d’unités, a un mari, Heiko, qui dirige Orgenesis une entreprise de biotechnologie spécialisée dans les thérapies géniques.

Ach! Comme ça, z’est blus clair, ou il vous faut un dessin ?

Mais, au fond, France, Allemagne, qu’importe. Mais quelle déception.

Sinon, comme le dit Sébastien Jallamion : « Je me mets à la place de ceux qui, parmi les réfugiés politiques, ont choisi la France pour fuir une dictature… J’imagine ce qu’ils doivent ressentir en ce moment ».

| Q. Macron qui porte plainte contre le Varois qui l’a portraituré en Hitler ?

Jacques Borde. So what ? Déjà fait, et à de nombreuses reprises, avant. Vs le Front national (FN) et Jean-Marie Le Pen et… Milosevic, lui-même chef d’État, à l’époque. Alors, pourquoi prendre ainsi la mouche ? Parce que c’est le président français, Emmanuel Te Haka Iki Taaoa3 Macron, qui est visé par cette reductio ad hitlerum inattendue et new look ?

Un peu de distance Votre élyséenne Immensité !…

[À suivre]

Notes

1 Jeu de mots avec les Thermopyles.
2 Ou ministre allemand de la Défense.
3 Rebaptisé ainsi aux Îles Marquises, signifierait le petit chef qui va trébucher.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Du Karcher à Dreyfus : La Fausse droite Vs DA’ECH… [2]

| France | Endkampf | Questions à Jacques Borde | Audiard nous avait averti : « les …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer