Accueil / Actu / Afrique, Levant,

Afrique, Levant,

| Quai d’Orsay | Point de presse du 14 novembre 2017 | Extraits |

Comme cela nous a été suggéré par quelques lecteurs historiques du blog, Nous reprenons une vieille habitude : reposter les Q&R du Point de presse quotidien, tenu au Quai d’Orsay. Ces reprises seront faites sans commentaire de notre part. Bonne lecture à tous. Extraits.

(…)

| Q. Les autorités israéliennes viennent d’annoncer qu’elles n’autoriseraient pas l’accès à leur territoire à plusieurs députés et sénateurs français ainsi qu’à des députés européens. Ces derniers avaient annoncé auparavant qu’ils souhaitaient rencontrer Marwan Barghouti et l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, tous deux emprisonnés. Quelle est la réaction de la France ?

R. Nous avons pris note de cette information.

De manière générale, nous souhaitons que les parlementaires français aient accès à l’ensemble des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information.

Nous y sommes attentifs s’agissant d’Israël comme de tous les pays où les élus français se rendent.

| Q. Quelles perspectives la visite qu’effectue, à partir de mercredi, M. Édouard Philippe au Maroc ouvre-t-elle devant les relations entre les deux pays ?

R. Le Premier ministre Édouard Philippe se rendra à Rabat les 15 et 16 novembre, accompagné d’une délégation de dix ministres. Il co-présidera avec son homologue Salah Eddine El-Othmani la 13ème Rencontre de haut niveau, séminaire intergouvernemental entre la France et le Maroc.

Les participants travailleront sur les thèmes de la jeunesse, de l’innovation et la croissance, de la coopération décentralisée, des migrations et du développement de projets conjoints en Afrique. Des accords de coopération seront signés dans tous les domaines.

M. Jean-Yves Le Drian s’est rendu au Maroc en octobre pour préparer cette «rencontre de haut niveau», qui a pour but de consolider le partenariat d’exception entre la France et le Maroc.

| Q. Une frappe dans la ville d’Atarab aurait tué au moins 29 personnes hier, l’enquête sur les armes chimiques pourrait ne pas être reconduite demain et l’ONU estime que 400.000 civils sont menacés d’une totale catastrophe dans les enclaves rebelles de la Ghouta orientale. Sentez-vous que les grandes lignes françaises sur ce dossier ont produit des résultats concrets  ?

R. La France condamne les bombardements effectués le 13 novembre à Antareb, qui ont causé la mort de plusieurs dizaines de civils. Nous appelons les alliés du régime de Damas à tout mettre en œuvre pour faire cesser ces attaques inacceptables et parvenir à une cessation définitive des hostilités.

Sur le dossier chimique, nous poursuivons nos discussions au Conseil de sécurité des Nations-unies, en vue de renouveler le mandat du mécanisme d’enquête conjoint des Nations-unies et de l’organisation pour l’interdiction des armes chimiques (JIM). Le JIM a effectué un travail d’enquête remarquable. Il est indispensable que son mandat soit prolongé pour qu’il continue à jouer son rôle de dissuasion, à protéger le régime de non-prolifération et à établir la vérité sur les attaques chimiques en Syrie.

L’acheminement de l’aide humanitaire de façon sûre, complète, inconditionnelle et sans entrave à l’ensemble des populations civiles dans le besoin est une nécessité absolue. Il fait l’objet de la plus grande exigence dans les discussions que nous avons avec nos partenaires, notamment russes. Les livraisons qui ont pu avoir lieu sont clairement insuffisantes.

Tous ces éléments confirment l’urgence de parvenir à une solution politique, qui seule permettra de mettre un terme au conflit. La France poursuit ses efforts en ce sens auprès de ses partenaires et au sein des instances internationales. Les négociations de Genève, qui reprendront à la fin du mois, doivent être l’occasion pour les parties d’avancer de façon constructive, dans le cadre du communiqué de Genève et de la Résolution 2254 du Conseil de sécurité qui est la feuille de route agréée par la communauté internationale.

| Q. Est-ce que le Quai d’Orsay aura un rendez-vous aujourd’hui avec le MAE libanais ?

R. Comme vous le savez, M. Jean-Yves Le Drian est aujourd’hui à Dakar, où il participe au forum international sur la paix et la sécurité en Afrique.

(…)

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Afrique, Levant, Asie

| Quai d’Orsay | Point de presse du 13 novembre 2017 | Extraits | Comme …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer