Afghanistan : Fiasco, lâchetés & conséquences [2]

| Afghanistan | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Le vainqueur d’un conflit l’emporte par ses qualités propres mais aussi en raison des faiblesses de l’ennemi. S’il est évident d’admettre que les Tāliban sont d’excellents combattants & tacticiens – leurs qualités (sic) morales étant un tout autre sujet, mais ce blog ne traite pas de philo ou de morale –. Quid de ceux de l’autre camp ? À se parer de toutes les vertus, militaires & autres, les Occidentaux que nous sommes ont-ils été à la hauteur de leur verbe toujours haut & suffisant ? Simple exemple : à nous vautrer dans notre onanisme moralisateur, pompeux & moderniste, ce sont, nous, les militaires occidentaux, qui décidions qui faire monter à bord de nos avions (pas les Tāliban, que je sache), comment se fait-il que nous ayons laissé autant de femmes & d’enfants derrière nous ? Poser la question, c’est, largement y répondre. Mais de Napoléon à Churchill, abandonner ceux qui se sont engagés à nos côtés à toujours été la honte de l’Occident. Partie 2.

« On ne peut pas surveiller l’intégralité des ressortissants qui sont présents sur le territoire national. On ne peut pas surveiller d’ailleurs les 4.000 étrangers qui sont sur notre sol et qui sont fichés pour islamisme ».
Julien Odoul.

« Nous craignons que nos forces, qui sont nouvelles et n’ont pas encore été très bien formées, ne maltraitent les femmes (…). Nous ne voulons pas que nos forces, à Dieu ne plaise, fassent du mal aux femmes ou les harcèlent ».
Ẕabīḥullāh Mujāhid, porte-parole du Da Afghanistan Islami Amarat (DAIA).

« Traitement désastreux du dossier de l’Afghanistan par l’administration démocratique Biden. Les Tāliban reprennent facilement Kaboul et l’ensemble de la nation afghane, entrant même en possession d’armes et de moyens occidentaux. Des alliés locaux de l’Occident abandonnés à leur sort. Un folie pour tout l’Occident qui fomentera les intégristes et qui aura aussi de graves répercussions sur notre sécurité. Il n’était tout simplement pas possible de faire pire que cela. Nous sommes revenus à la doctrine cynique d’Obama-Clinton-Biden : “si vous ne pouvez pas gagner, créez le chaos” ».
Giorgia Meloni1.

« Biden a échoué face à la pandémie et maintenant, il est en train de voir la plus grande humiliation de politique étrangère de l’histoire des États-Unis. C’est la plus grande humiliation que j’ai jamais vue ».
Donald J. Teflon Trump.

| Q. L’armée afghan a été aussi lamentable que d’aucuns le disent ?

Charlotte Sawyer. C’est une litote, un understatement. L’Afghan National Army (ANA) n’a assumé aucune, et je dis bien aucune de ses missions.

Jacques Borde. Comme l’a noté Jean Di Caro :

« … lorsque les Tāliban ont lancé leur offensive, Ils ont été maîtres du pays en 10 jours, capitale comprise. L’armée afghane a perdu toutes les batailles ? Non ! Pire ! Elle n’a jamais livré bataille…
En 2013, les Américains ont réalisé un sondage qui révélait que 99% des Afghans étaient favorables à la Charia (loi islamique), 85% approuvaient la lapidation des femmes convaincues d’adultères, 80% sont d’accord pour la mise à mort de ceux qui quittaient l’islam. Alors ? On les reçoit ? Les Tāliban ne sont pas là par hasard… »2.

Mais, il serait opportun de ne pas accabler les Tāliban. Au fond, valons-nous mieux qu’eux.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Je vous rappelle que ce sont, nous, les Occidentaux, qui décidons de qui monte à bord de nos avions. Pas les Tāliban.

Or, note encore Jean Di Caro :

« Ceux qui sont réellement en danger dans ce pays ce sont les femmes, mais les femmes n’ont même pas eu un strapontin dans les avions américains ni dans les avions français »3.

Ou de manière tellement insuffisante que c’en serait presque risible. Même si les images, forcément triées en amont, des 15ème et 16ème rotations entre l’Afghanistan et les Émirats Arabes Unis (EAU) dans le cadre de l’Opération Apagan, nous montrent bien quelques familles.

Près de 400 personnes évacuées. Dès l’atterrissage à Abou Dabi, ces supposés réfugiés ont été pris en charge par les Forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU), avant d’être acheminés vers Paris dans la soirée.

| Q. Dites-moi, pourquoi, dans des cas pareils, ces personnes ne sont-elles pas prises en charge par les Émiratis, eux-mêmes musulmans ?

Jacques Borde. Et disposant de ce « pognon de dingue » dont nous a parlé Macron. Vous touchez, là, au fond du problème.

Primo, pour quelles obscures raisons les ploutocraties golfiques, dégoulinant de pétrodollars, refusent-elles d’accueillir – à la manière de leur voisin l’Iran, qui le fait depuis la Guerre Chouravi-Moudjahiddin – le moindre réfugié (sic) ?

Secundo, pour quelles autres raisons, encore plus inavouables, le régime de Paris n’arrête-t-il pas cette noria, à la fois inutile et menaçante pour la France, une fois nos A400M Atlas atterris aux EAU ?

Bis repetitas, ces réfugiés – au-delà d’une poignée de familles, et encore – en sont-ils vraiment. Et, pourquoi, grand Dieu, doivent-ils à tout prix être réfugiés chez nous. Au point où nous en sommes, seules la Turquie et les Philippines ont consenti à faire venir de ces réfugiés chez-eux.

Charlotte Sawyer. Ce qui, concernant Ankara, n’est pas très rassurant. Le Cumhurbaşkanı4, Reccep Tayyip Erdoğan, peut fort bien avoir à l’esprit, à un moment ou à un autre, de vous5 en faire cadeau !…

| Q. Mais, Paris l’a dit, et répété : pas de risque dans l’arrivée de ces réfugiés qui ont débarqué de Kaboul par avions entiers ?

Jacques Borde. Effectivement, le régime de Paris communique de manière inquiétante. En effet, on nous sort qu’il n’y a eu aucune faille dans le système. Mais ce « tout est normal », à bien le lire entre les lignes, signifierait davantage que le ver talib est bien dans le fruit, en effet :

1- on ne peux corriger des failles que si on est conscient de leur présence, visiblement, ce n’était pas le cas
2- les procédures en fait sont laxistes, poreuses, inadaptées, mais en absence d’acceptation de ces erreurs, aucune correction n’est possible. Puisque, officiellement, elles n’existent pas.

Donc dormez tranquille, braves gens ! Ces réfugiés (sic) ne sont ni les premiers, ni les derniers.

| Q. J’ai l’air d’énoncer une lapalissade, mais est-ce vraiment nouveau ?

Jacques Borde. Hélas, oui. Il y aune chose qui a changé depuis 2015, à l’époque, les terroristes venaient par leurs propres moyens, aujourd’hui, c’est notre gouvernement qui envoie des avions directement sur place pour les chercher !

On ne sait jamais, ces gentils réfugiés afghans (sic) pourraient se perdre en route.

| Q. Apparemment, Kaboul n’est guère favorable aux exfiltrations telles que nous les menons actuellement ?

Jacques Borde. Effectivement. Sur ce point, le porte-parole du Da Afghanistan Islami Amarat6 (DAIA), Ẕabīḥullāh Mujāhid, a même haussé le ton, notant que les Occidentaux « ont des avions, ils ont l’aéroport, ils devraient emmener leurs ressortissants (…) hors d’ici. Mais ils ne devraient pas encourager les Afghans à fuir l’Afghanistan (…). Nous leur demandons d’arrêter cela (…). Ce pays a besoin de son expertise » et ces gens qualifiés « ne devraient pas être emmenés vers d’autres pays ».

| Q. Vous n’avez pas l’air très surpris par ces propos ?

Charlotte Sawyer. Non. Pourquoi l’être, d’ailleurs ?

Nous sommes en plein dans l’ossature de la doxa tālibane, qui, n’en déplaise à beaucoup, reste un discours essentiellement national-religieux et afghan. Le même qu’ils tiennent depuis la naissance de leur mouvement. Alors, quittons nos airs de ravis, comme vous dîtes dans le Sud-Ouest, à chaque fois qu’ils disent ou font quelque-chose.

[À suivre]

Notes

1 Présidente de Fratelli d’Italia (FdI).
2 Democcident.
3 Democcident.
4 Ou président de la République de Turquie.
5 Les Européens, veut dire Charlotte Sawyer.
6 Ou Émirat islamique d’Afghanistan. Dont la devise est classiquement la Aš-šahāda (Chahada) : Lā ʾilāha ʾillà l-Lāh, Muḥammadun rasūlu l-Lāh (Il n’est point de divinité si ce n’est Dieu, Muhammad est le messager de Dieu).

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Afghanistan : Mélange des genres & logorrhée [2]

| Occident | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Défaite afghane …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer