Sarkozisme, Bollorisme, etc. : la Droite alimentaire en marche !… [1]

| France | Présidentielles | | Ils ont dit | BforBORDE |

Plantons un décor : L’ordre de bataille de la Droite alimentaire & de la Gauche financiarisée réunies serait prêt : Écarter la présidente du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen, de la présidence tout court. Comment : en la faisant doubler sur sa droite par le loup Zemmour sorti du bois médiatique ? Sondages taillés sur mesure, media aux ordres & Imbécillité proverbiale d’une certaine droite poussent gentiment notre polémiste vers un second tour où ses excès calculés feront de Macron.2 le candidat de l’antifascisme & la respectabilité. Le tour (électoral) serait ainsi joué. Partie 1.

| Charrue avant les bœufs ?…
« Le “Marine Le Pen ne gagnera jamais, tout le monde le sait en France” rappelle fâcheusement le “Jacques Chirac n’est, dans aucun cas de figure, en situation de l’emporter” de Nicolas Sarkozy soutien d’un Édouard Balladur, phénomène atmosphérique porté par les media, les sondages et le système en 1995. On sait qui l’emporta au final ».
Jean-François Touzé.

| ‘Tite pause ·
« La condamnation de Sarkozy a (au moins) un avantage : pendant quelques heures, les media macronistes vont arrêter de faire de la pub pour Zemmour ».
François Renié.

| Vous avez dit Pétain !…
« Il y a 81 ans, le 3 octobre 1940, Pétain durcissait encore le statut des Juifs voulu par lui et son gouvernement. Il insistait particulièrement pour que les Juif français soient exclus de tout fonction dans la justice et l’enseignement ».
Me. Arno Klarsfed.

| De qui Zemmour est-il le nom ?
« Un beau montage se prépare à quelques mois des élections, comme lors des présidentielles précédentes, avec la complicité active des media d’argent.
Souvenez vous de 2017. Le danger à l’époque pour Hollande, Macron et les socio-libéraux s’appelait Juppé, qui caracolait en tête des sondages à plus de 40%. Qu’à cela ne tienne, en manipulant un peu la primaire de droite (on vient de voir comme il est facile d’influencer une primaire, avec celle des écolos), on faisait sortir de la boite un Fillon, sur lequel on avait des dossiers gros comme le bras. Pour imposer in fine un second tour avec une Le Pen mal préparée, repoussoir et l’emporter haut la main.
En 2022, le montage sera un peu différent. Quel est le risque pour Macron ? Une conjonction des mécontents (GJ, anti-vax, électeurs de gauche fatigués du “front republicain”…) qui profite à une Le Pen dédiabolisée, plus sûre d’elle, dont le programme aseptisé mettrait l’accent sur le social… Apparat alors Zemmour, une vraie caricature, le pire de la droite française, raciste, pétainiste, le repoussoir absolu, même pour les électeurs anti-Macron les plus enragés. Les sondages, les media et imbécillité proverbiale d’une certaine droite le poussent gentiment vers le second tour, Macron se drape dans le costume de l’antifascisme et de la respectabilité. Et le tour est joué.
Certains commencent à s’étonner que des financiers de la campagne Macron de 2017 payent aujourd’hui celle de Zemmour et que les media notoirement macronistes servent en permanence la soupe au “Z”. Pourtant, rien d’étonnant ! ».
François Renié.

| Vent debout.
« Donc, Charline Vanhoenacker n’aime pas Zemmour et le fait savoir avec l’intelligence d’une moule marinière sous Prozac ! Et déjà la gauche bien-pensante de se livrer sûrement à une partouze de rires, exaltant certainement l’impertinence audacieuse de la Vanhoenacker. Imaginez un instant Gabrielle Cluzel ou Ivan Rioufol grimer une affiche d’Anne Hidalgo en Eva Braun. Mais on aurait déjà une marche multicolore contre la bébette immonde qui monte ; Arte ressortirait toutes ses émissions sur le IIIe Reich et j’en passe ».
Rudy Cambier.

| Fourre-tout.
« Éric Zemmour n’est pas encore candidat mais il sait utiliser les armes de ceux qu’il observe professionnellement depuis plus de quarante ans. Celles des ragots, des fonds de tiroirs, des émanations de repas mal digérés, des miasmes putrides sous forme de petites révélations.
Brillant analyste, homme de culture et d’histoire, Zemmour est donc également un journaliste qui ne respecte pas le off confondant sa carte de presse avec le mini-passeport présidentiel qu’il s’est lui même délivré avec le tampon officiel du Système. Les réponses embarassées de ses futurs concurrents embourbés dans la lise d’impuissance qui, depuis des décennies, leur tient lieu de décor naturel ne font qu’ajouter à la noirceur et la petitesse d’une droite révolue dont Zemmour se verrait bien, au final, le sauveur providentiel comme Chevènement se croyait en 2002 le réinventeur eschatologique des républicains des deux bords. Résultat, 5, %.
Ceux de nos amis qui, par déception ou même désespoir, au sens premier du terme, plus que par calcul sont tentés de suivre cette candidature inutile à notre cause mais servie par des intérêts puissants en même temps que par la coalition des aigris, doivent dès maintenant se poser la question des fins ultimes et de la nécessité de l’essentiel ».
Jean-François Touzé.

| Futur proche.
« La ville de Rezé (Nantes) demande de ne plus porter de bijoux dans l’espace public. Bientôt la burqa ? ».
Benoît Roch.

| Autre choix.
« Pendant que Zemmour joue les démagos en conviant les caméras à l’accompagner à un match de foot du club “Qatar” don’t il s’affiche fan, occupe tous les plateaux de télévision, surfe sur les sondages, squatte la Une des hebdos, fait de sa vie privée un argument de vente, volée au secours de Sarkozy condamné à un an ferme, manie les concepts fumeux, use de tous les rites de provocation pour séduire les naïfs, et joue les prestidigitateurs de la cause nationale en tentant de faire réapparaitre De Gaulle dans son chapeau-claque, Marine Le Pen, sans tambour ni trompette parcourt la France profonde et décline les propositions concrètes, non sans, dans la forme évidemment, pas sur le fond, rappeler le Chirac de 1995 face à l’illusion Balladur mise en scène par l’oligarchie. On sait qui, au final, l’emporta. La seule différence c’est que, elle, mettra fin à la fracture nationale dès 2022, ce que Chirac ne sut, ne put, ne voulut pas faire face à la “fracture sociale” ».
Jean-François Touzé.

| Bientôt.
« Immigration pour Zemmour, réchauffement climatique pour Melenchon : En fait, ils nous expliquent tous les deux qu’en 2050, la France ressemblera au Maghreb ».
Hadrien Mathoux, journaliste à Marianne.

| Antisémitisme systémique.
« L’humoriste Charline Vanhoenacker s’est distinguée sur les réseaux sociaux en détournant une affiche de campagne d’Éric Zemmour d’un ‘Zob’ doublé d’une moustache hitlérienne. L’antisémitisme de cette pseudo humoriste doit être sanctionné. Il y avait fort à parier que la candidature (toujours hypothétique) d’Éric Zemmour à la présidentielle allait exciter les trublions de France Inter, promoteurs d’un humour transgressif – à condition d’être de la ‘bonne’ gauche.
Lorsqu’une conseillère régionale du RN porte une pancarte avec des écrits un peu douteux, cela fait la une des media durant au moins 8 jours, nous verrons bien ce qu il en sera pour Charline Vanhoenacker, présentatrice de Par Jupiter sous la direction de France Inter, payé par nos impôts ».
Pascal Verrelle.

| Charrue avant les bœufs ?…
« Le “Marine Le Pen ne gagnera jamais, tout le monde le sait en France” rappelle fâcheusement le “Jacques Chirac n’est, dans aucun cas de figure, en situation de l’emporter” de Nicolas Sarkozy soutien d’un Édouard Balladur, phénomène atmosphérique porté par les media, les sondages et le système en 1995. On sait qui l’emporta au final ».
Jean-François Touzé.

| Tout sauf Sarkozy.
« Je n’ai jamais pu me résoudre à voter pour Sarkozy. J’ai toujours été exaspéré par son côté voyou, voyou des quartiers chics mais voyou quand même. Toujours considéré comme insupportables ses mauvaises manières, ses gesticulations ridicules, ses mensonges et ses palinodies, ses façons de bateleur de foire de chef-lieu de canton, son inculture spectaculaire, sa faconde frelatée, sa vulgarité crasse, sa religion du fric, son comportement de potentat au petit pied mais à talonnettes... ».
Alain Roger Scheer.

| Incohérent.
« Le problème de Zemmour, contrairement à Hollande et Macron, c’est qu’il n’est pas cohérent sur le plan libéral. Il prône un libéralisme économique de droite sans prendre son corollaire sociétal de gauche (les deux faces d’une même pièce). Car, comment la caste oligarchique va continuer de s’en mettre plein les poches si on freine les facteurs d’émancipations économiques (GPA, immigration, etc.) ? ».
Calogero Rizzo.

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Anathèmes, noms d’oiseau, etc. : La Guerre des droites (sic) a commencé ? [2]

| France | Présidentielles | Ils ont dit | BforBORDE | Plus de fleurets mouchetés …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer