Doxa victimaire : Fond de commerce, Modus operandi ou Psy Op ? [2]

| Occident | Kulturkampf | | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Aujourd’hui, sujet générique connu de tous : la Doxa victimaire. Cette gangrène du sens commun qui est l’inépuisable fond de commerce de l’indigénisme racisé. Objet de tous les excès, elle connaît assez peu de limites. Le patriarcat blanc y est, par définition, coupable de tout. Y compris de fautes remontant à plusieurs siècles – quitte à les forger (au sens de forgerie) de toutes pièces –. En revanche ne cherchez pas la plus petite once de culpabilité dans les faits & gestes (pourtant si souvent des crimes) des rejetons de ce même indigénisme racisé. Eux, évidemment, ne sont responsables de rien & bénéficient, en sus, d’étonnantes complicités au sein des pouvoirs européistes, media & réseaux sociaux. Partie 2.

« Votre Europe préférera toujours regarder la misère du bout du monde plutôt que celle du coin de sa rue.‬ Votre Europe bafoue la démocratie, se soumet à la Turquie, abandonne la Grèce face à l’invasion migratoire, reste IMPUISSANTE devant une épidémie ! ».
Jordan Bardella.

« Si Gérald Darmanin mettait un peu moins d’énergie à fliquer les honnêtes citoyens à coup de #PassSanitaire, il pourrait s’occuper d’expulser les clandestins pyromanes avant qu’ils n’assassinent des Français (…) Inexpulsable ? Alors il aurait dû rester en prison ! Que Gérald Darmanin ose la ramener après un tel fiasco de son gouvernement en dit long sur l’absence totale de sens moral (sans même parler de la compétence) du ministre de l’Intérieur  ! ».
Stéphane Ravier.

| Q. Radio J qui se positionne contre Éric Zemmour ?

Jacques Borde. Apparemment, oui. Leur droit, leur choix.

| Q. Vous êtes bref…

Jacques Borde. Oui. Mais, ne vous faites pas de souci, je reviendrai prochainement sur la problématique Zemmour.

| Q. Vous êtes troublé par les comportement de certains réseaux sociaux ?

Jacques Borde. Plus que troublé. Prenez Twitter, par exemple – l’on est en droit de penser ce qu’on veut des deux personnages publics cités, n’ayant rencontré que le premier (Khâmeneî) et pas le second (Messiha), à ce stade du sujet, je me garderai bien de trancher –. Mais, relève Me. Gilles-William Goldnadel, qui est le défenseur de Jean Messiha, banni à vie de Twitter :

« Tandis que le compte de mon client #JeanMessiha est supprimé, je constate que le compte de l’ayatollah l’@fr_Khamenei, dictateur islamiste, est grand ouvert en dépit de ce tweet : ‘Israel n’est pas un pays’. J’avoue avoir du mal à saisir vos critères ».

Il est donc intéressant de voir – « en même temps », comme dirait Emmanuel Te Haka Iki Taaoa1 Macron – que :

-Jean Messiha, qui n’a pas fait de mal à une mouche, s’est ainsi vu frappé d’une damnatio memoriae twitterienne absolue, totale et sans appel.
-le Rahbar-é Enqelâb2 (guide de la révolution), l’Ayatollah Sayyed Ali Hossaini Khâmeneî, peut, lui, s’y exprimer sans la moindre retenue. A contrario, également, de l’ex-président des États-Unis, Donald J. Teflon Trump, lui aussi mis à l’index par Twitter.
-en France, le même réseau social n’a toujours pas fait le ménage concernant ses titulaires compte harcelant et menaçant de mort et de sévices sexuels la jeune Mila.

Sans parler des menaces visant, régulièrement des personnalités comme MM. Bardella, Odoul, Zemmour3.

| Q. Mais, franchement, vous ne trouvez pas que certains exagèrent. On a même vu Macron, dépeint en monarque de l’ancien régime, façon Louis XIV ou Louis XVI ?

Jacques Borde. Là, je vous rejoins sans souci. C’est une déformation éhontée de la réalité historique : sous l’Ancien régime nous disposions de beaucoup plus de liberté et de droits que ceux que nous accorde encore le régime de Paris.

| Q. Mais cette doxa victimaire se fonde sur quelques principes ?

Charlotte Sawyer. Honorables, vous voulez-dire ? Bullshit ! C’est toujours à la tête du client, si vous êtes dans le bon (sic) camp – comprendre celui de la bien-pensance racisée et combattant le patriarcat mâle blanc – tout baigne.

Un exemple, il aura fallu le signal présidentiel donné par Joseph Joe Robinette Biden, Jr., qui a appelé le gouverneur Andrew Cuomo à « démissionner » dans le scandale du harcèlement sexuel le visant, pour que les Tycoons de la Toile et le cloaca mediatica maxima, sonnent enfin un bien modeste hallali. Et encore, pas tous !…

Jacques Borde. La veille, le bonhomme était encore largement épargné, voire soutenu.

Charlotte Sawyer. L’autre souci est que les adeptes de cette doxa s’avèrent être – sauf lorsqu’il s’agit d’agresser un partisan de Trump à dix contre un, ou de détruire en meute des monuments publics, comme cela a été trop souvent le cas – un beau ramassis de grand diseux et des très petits faiseux, lorsqu’il s’agit d’être utile à la société.

Ainsi, comme l’a justement relevé Eber Haddad :

« À Tokyo, les athlètes américains patriotes, celles et ceux qui ne suivent pas BLM en mettant un genou à terre, collectionnent les médailles comme #SydneyMcLaughlin, #DalilahMuhammad et #TamyraMariamaMensahStock, parmi beaucoup d’autres, alors que les ‘Woke’ qui donnent le dos au drapeau ou qui bafouent l’hymne national comme #GwenBerry et #MeganRapinoe, sont à la ramasse, perdent ou arrivent loin derrière…. Amusant, ça doit jouer sur leur mental ».

Jacques Borde. Et, désolé, ça n’a rien à voir avec la couleur de peau ou l’appartenance à une quelconque communauté.

À rappeler, aussi, que le sport de haut niveau est un vrai calvaire. Si vous passez la moitié du temps à donner des conférences de presse ou à choisir votre dernier tatouage, vous n’irez plus très loin en termes de compétition.

| Q. À ce sujet, cet haltérophile transgenre qui a raté ses J.O : ça vous parle ?

Jacques Borde. Brièvement, alors. Laurel Hubbard serait « entrée dans l’histoire », à Tokyo, nous conte le New Zealand Herald. Première sportive ouvertement transgenre-femme à participer à des Jeux olympiques, Laurel-truc n’est pas allé bien loin. « Submergée » par l’émotion, selon ses mots, ça (sic) n’a pu soulever la moindre barre.

Deux remarques simples et terre-à-terre :

1- ce faussaire a, bien évidemment, pris la place d’une vraie sportive, qui eût, très certainement, mieux performé.
2- un(e) moins que rien, reste un(e) moins que rien… !

Charlotte Sawyer. Mais, il n’y a pas que le sport qui se fait avaler par le trou noir du wokisme et du racisme indigéniste

| Q. Vous pense à qui ?

Charlotte Sawyer. Aux Forces de l’ordre (FDO), en fait. Déjà affaiblies par le mouvement Defund the Police, des BLM et Antifas pilotés par notre Gauche financiarisée antisémite démocrate, la San Francisco Deputy Sheriffs’ Association (SFSO) a averti, sur Facebook, que « si les deputy sheriffs sont forcés de se vacciner, un pourcentage d’entre eux partiront plus tôt ou iront chercher du travail ailleurs ».

| Q. Qu’est-ce qui vous choque le plus das ce qui se passe actuellement ?

Jacques Borde. Le plus indécent, c’est, sans doute possible, le double langage du régime de Paris. Un exemple :

-il y a un an, le Conseil constitutionnel jugeait inconstitutionnel d’obliger des ex-détenus pour terrorisme – des Unlawful combatants4 d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)5, pour être clair – à pointer plusieurs fois par semaine.
-dernièrement, le même Conseil a considéré comme légitime le fait de réclamer au Français vacciné de pouvoir tracer le moindre de ses déplacements via le pass sanitaire, et d’assigner à résidence de facto du non-vacciné.

| Q. Mais, il faut bien poser des limites aux choses, tout de même ?

Charlotte Sawyer. Sauf que les limites, il n’y en a plus guère. Et, de toutes façons, désormais, elles ne s’appliquent plus qu’à un seul camp : celui du patriarcat mâle blanc.

Au point que, a contrario, les adeptes de la Gauche financiarisée, n’en ont plus aucune. Et peuvent tout se permettre.

Jacques Borde. Ainsi, le sieur Dijamant, sur, son compte Twitter, d’écrire – à 05h21 le 8 août 2021, soyons précis – : « j’offre 50.000 euro à celui qui tue Damien Rieu ».

Ajoutons-y les appels au meurtre – associés à une apologie du terrorisme takfirî – visant le chroniqueur et polémiste Éric Zemmour. À ma modeste connaissance, le sieur Dijamant dispose toujours de son compte Twitter.

| Q. Qu’entendez-vous par limites ?

Jacques Borde. C’est un partie du problème.

De toute évidence, le cloaca mediatica maxima, a sa petite idée du sujet. Tout particulièrement CNews, la chaîne de l’icône de la Gauche financiarisée Bolloré. Ainsi à un J-F Poisson évoquant « 900 morts pour cause directe de la vaccination en France. Source ? U.E »

Le présentateur de lui sortir aussitôt : « Je ne vous laisserai pas avancer des chiffres qui n’ont pas été vérifiés par la rédaction de CNews ».

Bientôt un ministère de la Pravda, de la Vérité, je veux dire ? Confié à qui, alors ?

| Q. Pas davantage aux États-Unis, ce genre de dérapage ?

Charlotte Sawyer. Non, des deux côtés de l’Atlantique, c’est la même dérive totalitaire. Tout est biaisé, déformé, passé aux moule. Revu, corrigé, forgé, au sens de forgerie, of course.

Jacques Borde. Au point d’atteindre des sommets de ridicule, car touchant tous les sujets.

| Q. Un petit exemple ?

Jacques Borde. Oui, bien sûr. Le héraut de la presse germanopratine, Le Monde, se fendant d’un plutôt grotesque papier (Le Monde, quoi…) sur l’aventure cosmico-commerciale mise en place par Virgin Galactic, nous sort, qu’après cette première tentative réussie, le « premier vol commercial d’astronautes privés » doit avoir lieu  à la fin du troisième trimestre  2022.
sauf que :

1-les rombiers en question ne sont jamais allés dans l’espace, à peine dans la couche inférieure de la ionosphère.
2-Si je prends l’avion pour faire un Paris-Nice en classe éco, deviens-je pour autant, un pilote de ligne ?

Non. Là, c’est pareil. Résultat des courses : Le Monde= 2 Fakes news pour un seul article, garantie Décodex, of course.

[À suivre]

Notes

1 Rebaptisé ainsi aux Îles Marquises, signifierait le petit chef qui va trébucher.
2 Aussi appelé Rahbar-é Moazzam (guide suprême, pas une titulature officielle).
3 Ordre alphabétique…
4 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
5 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Kaboul : La Chute (toute similitude avec un film connu…) ! [1]

| Afghanistan | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Vae victis …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer