Doxa victimaire : Fond de commerce, Modus operandi ou Psy Op ? [3]

| Occident | Kulturkampf | | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Aujourd’hui, sujet générique connu de tous : la Doxa victimaire. Cette gangrène du sens commun qui est l’inépuisable fond de commerce de l‘indigénisme racisé. Objet de tous les excès, elle connaît assez peu de limites. Le patriarcat blanc y est, par définition, coupable de tout. Y compris de fautes remontant à plusieurs siècles – quitte à les forger (au sens de forgerie) de toutes pièces –. En revanche ne cherchez pas la plus petite once de culpabilité dans les faits & gestes (pourtant si souvent des crimes) des rejetons de ce même indigénisme racisé. Eux, évidemment, ne sont responsables de rien & bénéficient, en sus, d’étonnantes complicités au sein des pouvoirs européistes, media & réseaux sociaux. Partie 3.

« Ah! Je me disais bien…C’était donc un déséquilibré… voilà qui explique tout: pourquoi malgré les injonctions répétées de quitter le territoire, ce clandestin n’avait pas été expulsé ; pourquoi, après avoir brûlé une cathédrale, ce criminel n’était pas en prison ; pourquoi un prêtre charitable est mort d’avoir cru bon d’héberger ce pyromane sauvage et anti-chrétien.
La France de Macron et l’Église de François aiment et protègent les fous ».
Jean-François Touzé.

« Absurde. Parmi les immigrés clandestins qui ont débarqué en Italie dans ces heures, il y a aussi plusieurs cas positifs au COVID.
Mais les limitations et contrôles imposés par ce gouvernement ne sont valables que pour les citoyens et les entreprises ?! ».
Giorgia Meloni1.

« Où l’on a confirmation qu’une bonne partie de l’Église de France s’est transformée en Ordre du Temple Lunaire, avec pour gourou Bergoglio et pour évangile la théologie de la Libération. Les murs de Rome étaient déjà bien ébranlés depuis Vatican II. François en a fait tomber les derniers pans. Ses adeptes œuvrent à l’achèvement du processus dans nos paroisses ».
Jean-François Touzé.

« Triste hommage à un prêtre hébergeur, Olivier Maire, mort bêtement par angélisme, pratiquant la charité sans discernement, et que d’aucuns présentent comme “martyr de l’hospitalité”, dans la droite ligne du parti vaticanesque…
Comme si accueillir l’étranger signifiait laisser venir à nous nos ennemis. Comme si couver une vipère en son sein était une vertu chrétienne. Comme si le Christ avait offert le gîte et le couvert aux démons au lieu de les chasser ! ».
Yves Castel.

| Q. Charlotte évoquait la violence des BLM et Antifas aux USA ? A contrario, comment expliquez-vous la présence, nettement en baisse, de ces mêmes Antifas et Black-Blocs (BB) dans les manifs, en France, notamment depuis la rentrée ?

Jacques Borde. J’y vois en fait plusieurs raisons, qui se recoupent plus ou moins :

1- ces mouvements ne sont pas si spontanés qu’ils le prétendent. Il est quasiment certain qu’ils ont été instrumentalisé par le pouvoir aux tous débuts des Gilets jaunes. Pour qu’ils agissent, quelque part, il faut qu’ils soient sollicités et instrumentalisés.
2- la mollesse des Forces de l’ordre (FDO) à leur endroit : pas d’usage des LBD-40 ou des grenades de désencerclement (usités massivement, et souvent, n’importe comment) contre les Gilets jaunes et les personnels soignants) ne pouvait qu’inciter à leur présence. Quand on ne risque pas grand-chose…
3- a contrario, le déploiement de plus en plus fréquent des BAC – des personnels assez jeunes, expérimentés, très mobiles et n’ayant ni peur de prendre des coups ni d’en donner – a dû refréner beaucoup d’ardeurs chez ces nervis essentiellement issus de la bourgeoisie de gauche financiarisée : agresser un quinqua des manifs pour la famille à cinq, six contre un, c’est autre chose que de se faire corriger à la télesco2 par un BACman aguerri !
4- pour, peu ou prou la même raison, les manifs actuelles sont truffées et/ou encadrées de militants politiques ayant, de longtemps, la pratique des chocs (sic) avec la lie d’extrême-gauche. Eux rendent coup pour coup, voire plus.
5- last but nos least, un nervi sévit là où la laisse de ses maîtres le conduit. Quels ont été, quels sont et quels seront les instructions du régime à l’endroit de ces grandes compagnies de la Gauche financiarisée ? Mystère et boules de gomme, comme on disait à l’École communale !…

| Q. Pourquoi ce sourire ?

Jacques Borde. Je pense à cette blague qui court, notamment, parmi les Forces de l’ordre (FDO) :

-Chef, chef, des BB, on charge ?
-P…, ça va pas : tu veux taper sur les collègues !…

| Q. Ceux qui font des liens avec d’autres périodes de notre histoire ?

Jacques Borde. Pourquoi, pas ?

Éric Martouni, sur sa page FB a écrit que « L’histoire n’est qu’éternel recommencement (…). Ceux qui s’insurgent que certains fassent référence à la période 1940-1944 devraient retourner dans les livres et les études approfondies. Ce sont les mêmes mécanismes à la différence c’est que ce n’est pas une occupation de la France par une autre nation mais par un microbe invisible et comme il est muet, c’est notre pouvoir qui le fait parler et comme il serait très très méchant, le sommet de l’État doit essayer de le ménager et de ‘protéger’ les Français, les bons et vrais Français.
Pour cela il faut la concentration du pouvoir dans les mains d’une personne, une presse et des media aux ordres et la répression des séditieux. Et est-ce qu’il y a un rejet massif de la majorité ? Henri Amouroux a écrit un livre dont le titre résume tout et donne une réponse. Il s’appelait ‘Quarante millions de pétainistes’ ».

En sommes-nous là ? De qui sont ces mots, selon vous :

« Critiquer, récriminer, c’est agir sciemment contre la France et inconsciemment contre soi-même (…) Notre chef a la volonté de rétablir une France nouvelle, suivons-le. Taisons-nous ».

Du chef de l’État français (sic) : Philippe Pétain. Tout commentaire superflu, je pense !…

| Q. Autre sinistre routine : encore un prêtre égorgé, si je comprends bien ?

Jacques Borde. Oui, par le clandestin takfirî déjà pyromane – donc criminel, en droit français – qu’il avait choisi d’aider et d’héberger, si j’ai bien capté et suivi le fil des événements.

Donc, désolé, victime de son penchant doloriste pour la doxa victimaire.

À ce stade, permettez-moi de considérez cette affaire comme un fait divers de peu d’intérêt géopolitique et/ou géostratégique. A contrario, des Chrétiens d’Orient, eux, que la diplomatie d’un certain Laurent Fabius a abandonné à nos ennemis communs. En ce cas d’espèce Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām3.

À eux, je réserve mes larmes et ma solidarité. Pas à un idiot utile de la traite humaine du XXe siècle.

| Q. Certaines voix l’ont présenté comme un « martyr de la charité » ?

Jacques Borde. C’est un avis. Certainement pas le mien…

Plus sérieusement, comme l’a, alors, souligné Yves Thréard :

« Au-delà de ses motifs, cette tragédie suscite, à juste titre, l’indignation. Jamais elle n’aurait dû se produire. Elle illustre, jusqu’à la caricature, la faillite de la France dans la lutte contre la criminalité et l’immigration illégale. Deux sujets qui, n’en déplaise aux professeurs de morale, sont souvent liés. Dans cette histoire, l’impensable le dispute à l’absurde (…). Une chose est sûre: les autorités françaises sont responsables, et coupables, de sa présence illégale sur notre sol ».

Charlotte Sawyer. Un fait divers « caricatural », pour conclure.

| Q. Un pays où la doxa victimaire n’est pas de mise, c’est bien la Chine : un Canadien y a récemment écopé de la peine capitale ?

Charlotte Sawyer. Indeed.

Lors de son procès en appel du 10 août 2021, Robert Lloyd Schellenberg a vu sa peine de mort confirmée. L’individu avait déjà été reconnu coupable de trafic de drogue lors de son premier procès à Dalian, en janvier 2019. Deux ans après, le tribunal de la province du Liaoning, au nord-est du pays, a confirmé sa culpabilité et – pourquoi l’aurait-il fait, d’ailleurs – n’a pas amoindri la sentence.

Pour être tout à fait franche avec vous :

Primo. Excellente nouvelle, un criminel de moins.

Secundo. Une affaire intérieure chinoise. Et comme disent nos amis italiens : Boia chi molla4 !…

Notes

1 Présidente de Fratelli d’Italia (FdI).
2 Matraque télescopique.
3 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
4 Expression italienne pouvant être traduit par : « Qui abandonne [la lutte] est un traître ». Considérée d’ordinaire comme étant un slogan typiquement fasciste. Historiquement faux, dans la mesure où elle aurait déjà été inscrite sur les barricades de la République parthénopéenne en 1799 et pendant les Cinq Jours de Milan en 1848. Mot d’ordre des Arditi (corps d’élite italien, de la 1ère Guerre mondiale).

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Kaboul : La Chute (toute similitude avec un film connu…) ! [2]

| Afghanistan | Géostratégie | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Vae victis ! …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer