Kulturkampf & Djihâd intérieur : Partie intégrante du Endkampf… [3]

| France | Endkampf | Ils ont dit | BforBORDE |

Dans une posture à peu près aussi nauséeuse que celle qui nous fera accepter la trahison de Munich, puis anima Vichy, ses héritiers les plus direct, la Gauche financiarisée antisémite (& ses proxies médiatiques) refusent obstinément de nommer clairement & (suite logique) de combattre l’ennemi : les Unlawful combatants projetés sur notre sol par DA’ECH, Al-Qaïda & consorts. Certain (supposé) humoriste versés en uchronie souhaitant même un avatar du Bataclan à un polémiste bien connu. Pourtant, il n’est plus une semaine sans que tombent sous leurs coups des Français innocents. La France est donc dans une curieuse position : ses troupes combattent les terroristes takfirî chez les autres, mais baissent leur garde & leur laissent toute liberté de mouvement sur un territoire de moins en moins national & de plus en plus acquis à la Charia & la doxa takfirî. Ce aux prix de pertes de plus en plus régulières. Au moment où Paris se demande si le Mali est encore la guerre à mener, n’est-ils pas temps de se demander si ça n’est pas la France elle- même qui est notre guerre ? Partie 3.

| Repentance uber alles ?…
« Le Prix Nobel de littérature a été décerné à Abdulrazak Gurnah pour son œuvre sur le colonialisme et le ‘manque de compassion’ envers les migrants. Plus politiquement correct tu meurs ! Le Prix Nobel, autant celui de littérature que celui de la paix, est devenu un festival de Cannes bis où quelques minutes après l’annonce des lauréats on ne se souvient plus de qui il s’agit, à part pour Obama, devenu accidentellement président des États-Unis, tombé des nues quand il apprit qu’on le lui avait attribué et, aux dires d’un proche, trouvait même cela embarrassant tellement il savait qu’il ne le méritait pas, conscient qu’on le lui donnait seulement en raison de la couleur de sa peau.
Le Prix Nobel sera galvaudé comme le festival de Cannes ou quelques autres organisations de la sorte devenues tremplins de la bien-pensance, de la culture woke et du racisme à rebours.
C’est plus difficile pour les Prix Nobel de médecine, physique, etc… de se rabaisser à ce niveau. Heureusement il y a eu quelques Nobel de littérature ou de la paix véritablement mérités comme l’écrivain turc Orhan Pamuk ou encore l’avocate iranienne Shirin Ebadi et quelques autres…
Peu de gens avaient entendu parler de cet auteur tanzanien, d’Avdulrazak Gurnah et encore moins de personnes l’avaient lu. Il permettra d’enfoncer encore plus le clou de la repentance permanente, la culpabilité frénétique et la victimisation à outrance… si tant est qu’il trouve beaucoup de lecteurs ce dont je doute. Peu nombreux seront ce qui achèteront ses livres et la plupart de ceux qui le feront s’en serviront de décoration de bibliothèques ».
Eber Haddad.

| Futur proche ?
« Creil (60) : Shaïna, 15 ans, a été violée dans une tournante, tabassée pour avoir porté plainte, poignardée et brûlée vive dans un cabanon parce qu’enceinte. ‘C’est comme en Afghanistan’, lâche sa mère ».
Ariane Chemin.

| Rien entre eux.
« Civilisation, souffle de l’histoire franco-africaine, peine de mort… À Montpellier hier comme au Panthéon ce samedi, Emmanuel Macron, sans jamais le nommer, tente d’installer le débat entre lui et Éric Zemmour dont il pense désormais qu’il est, par ses excès, sa fébrilité, son catastrophisme et ses positions clivantes — mais aussi par ce que l’on peut entrevoir de ses positions ultra-libérales et très modérément sociales —sa meilleure garantie de réélection en avril prochain, son passeport déjà visé pour un second mandat élyséen.
Macron qui a compris depuis plusieurs mois qu’un face à face avec Marine Le Pen qui a appris de ses erreurs et est en phase réelle avec les préoccupations des Français, ne lui donnait plus aucun totem d’immunité et qu’une confrontation de deuxième tour avec la candidate nationale pouvait cette fois tourner à son détriment, a donc changé son fusil d’épaule et entend faire de Zemmour dont il perçoit les faiblesses et le potentiel de rejet par le peuple son meilleur atout pour 2022.
Ne laissons pas s’installer cette manœuvrette. Entre Macron et Marine, il n’y a rien ».
Jean-François Touzé.

| Faux culs.
« Les gauchistes sont les pires hypocrites, certains mettent leurs gosses dans des écoles catholiques, se plaignent de la messe et des cours de catéchisme mais par contre défendent l’immigration et les quartiers populaires où ils refusent de mettre leurs enfants ».
Ancilla Christi.

| “Z” n’est que “Z”.
« … Encore faut-il avoir conscience que ce qui se joue actuellement n’est pas du même ordre. D’abord parce qu’Éric Zemmour hystérise des journalistes empressés à traquer les dérapages racistes et des humoristes dont la subversion se résume à dessiner des moustaches de Hitler sur les affiches des ‘méchants’, mais aussi parce qu’il n’entend absolument pas faire ‘turbuler le système’. Comme le montrait notre enquête, il veut au contraire se le concilier, en assurant les puissants qu’ils pourront dormir sur leurs deux oreilles. Le pouvoir d’achat des classes moyennes et des classes populaires, la reconstitution d’un tissu économique qui évite à la communauté nationale de se déliter, la promesse républicaine de progression sociale et de récompense au mérite, l’équilibre entre les territoires, la vie concrète des gens, ça n’est pas son problème. C’est bien en cela qu’Éric Zemmour n’est pas Donald Trump, qui s’était fait élire sur des promesses de création d’emplois et de grand plan d’investissement dans les infrastructures ».
Natacha Polony.

| À revoir.
« La peine de mort est vouée à disparaître de ce monde parce qu’elle est une honte pour l’humanité”, déclare Robert Badinter, 40 ans après l’abolition en France Une question » que pense t il des victimes, des familles touchées de ces assassins ? ».
Cosimo Principale.

| Vide.
« Horizons selon le dictionnaire : “Limites circulaire de la vue, pour un observateur qui en est le centre”. Mais de quelle opération systémique Édouard Philippe est il le centre ? Et de quoi est il le nom ? ».
Jean-François Touzé.

| Peine de mort.
« Abolir la peine de mort en 81, pourquoi pas ? Même s’ils l’ont abolie pour des raisons morales, il n’empêche que pour des raisons matérielles il n’était pas idiot d’arrêter de prendre le risque de liquider des innocents victimes d’erreurs judiciaires.
Mais c’était en 81. Depuis, quarante années se sont écoulées pendant lesquelles les techniques de la police scientifique ont été largement perfectionnées. Il y a maintenant les recherches ADN d’une part et, autre élément qui n’était pas vrai il y a quarante ans, il y a aussi maintenant un maillage technologique de la société plus important : je parle de la vidéosurveillance, du pistage des téléphones mobiles, des traces informatiques qu’un assassin peut laisser sur son passage, etc. Chaque jour on passe tous plusieurs fois sans le savoir et sans le voir devant des caméras publiques (voix publique) ou privées (…). Matériellement, le scrupule de l’erreur judiciaire n’est plus du tout un argument valable de nos jours. Ne reste que l’argument éthique ou moral. Et là concrètement, à propos d’un tueur d’enfants, d’un terroriste, d’un tueur en série, on peut m’exposer tous les arguments éthiques ou moraux possibles, je n’en retiendrais aucun ».
Jonathan Sturel.

| Question sans réponse.
« “La peine de mort est vouée à disparaître de ce monde parce qu’elle est une honte pour l’humanité”, déclare Robert Badinter, 40 ans après l’abolition en France.
Une question : que pense t il des victimes, des familles touchées de ces assassins ? ».
Cosimo Principale.

| Pax systema.
« Faut il s’inquiéter ?d’un maire PS qui traficote avec des dealers d’héroïne et des trafiquants d’armes de guerre pour acheter la paix sociale. Combien sont-ils en France ?! ».
Louis Montpellier.

| Autre minorité visible ?…
« Quand des élus PS / EELV implantent des trafiquants de drogues, ça finit par se voir : 2 élus dont la maire de Cantilever Normandie, vice-présidente de la Métropole et tête de liste de EELV PS aux régionales en garde à vue ».
Franck Chauvet.

| La Démocratie, tout simplement.
« Comme il y a eu naguère les démocraties populaires (l’Union soviétique et ses satellites) qui étaient, en réalité, des totalitarismes, il y a aujourd’hui la démocratie droits-de-l’hommiste, qui est une forme plus feutrée mais bien réelle de totalitarisme. Dans nos démocraties perverties par la religion des droits de l’homme, comme naguère dans la prétendue démocratie qu’était le monde soviétique, les citoyens sont écrasés par des tabous idéologiques et privés de leur souveraineté. Mais il suffit de revenir à une vraie démocratie pour que devienne possible le rétablissement de la peine de mort ».
Jean-Louis Harouel, professeur émérite à l’Université Paris II (Panthéon-Assas).

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Manip !

| France | Présidentielles | Vu du Droit | Me. Régis de Castelnau Très bonne …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer