Mister “Z” en politique ! Divide & impera, disait l’autre… [2]

| France | Kulturkampf | Questions à Jacques Borde |

A existé, dans des temps anciens, un site de droite non-parlementaire (comme on disait à l’époque) intitulé Tout Sauf Sarkozy. L’idée avait du sens. Éric Zemmour se mêlant (assez mal) de géopolitique & de géostratégie, le concept d’un Tout sauf Zemmour appliqué à sa personne, qui semble réserver 99% de ses coups à la patronne du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen & non au régime de Paris, me semble, dès lors, avoir aussi du sens. Pendant ce temps-là, le wokisme, dernière mode de la Gauche financiarisée, avance à grand pas. Alors, comment aborder & régler les vraies priorités ? dans les pas d’un chroniqueur se rêvant un destin national. Est-ce bien sûr ? Partie 2.

« Le sondage BFMTV/Eliade publié ce mardi dissipe toutes les illusions de ceux qui voulaient croire qu’une candidature Zemmour, en prenant des voix autant à la droite républicaine qu’à Marine Le Pen, pourrait constituer un apport non négligeable pour le second tour.
Sans la présence de Zemmour, Marine le Pen est créditée de 23% et talonne Emmanuel Macron, créant ainsi les conditions d’une dynamique de second tour.
Dans le cas où Zemmour (donné ici à 8%) obtiendrait les 500 signatures, ce qui n’est certes pas gagné pour lui, Marine Le Pen perdrait 5 points, tombant à 19% frisant les zones grises de la marge d’erreur entre elle et Xavier Bertrand (15%).
Preuve est donc faite de ce que nous affirmons depuis plus de trois mois : une candidature Zemmour serait un véritable coup de poing dans le dos porté à celle qui, quels que soient le jugement que l’on porte sur elle et quelles que soient les erreurs qu’elle ait pu commettre dans le passé, incarne aujourd’hui, seule, l’espoir d’une victoire de notre camp en avril prochain et la possibilité de mettre en œuvre une politique de reconstruction nationale. Si cette chance n’était pas saisie, si la bulle Z ne se perçait pas, ou si réussissaient les manœuvres conjointes de l’Élysée et des milieux financiers qui espèrent beaucoup d’une candidature perturbatrice permettant à Marine de figurer au second tour mais de justesse et loin de Macron, c’en serai fini. C’est 2022 ou jamais
Zemmour a désormais le choix. Soit il retrouve ses esprits et agit comme le patriote qu’il est, soit il pourrait être au regard de l’Histoire, le Iago de notre camp. Quant à ses soutiens, il est plus que temps pour eux de réfléchir fortement à leurs responsabilités ».
Jean-François Touzé.

« Sébastien Auzière, le fils aîné de Brigitte Macron, est devenu vice-président de la société Kantar Health, elle possède l’institut de sondage Kantar Sofres Onepoint. C’est l’institut de sondage qui annonce des chiffres en faveur de Macron. La course à l’Élysée étant une véritable affaire de famille, c’est lui qui s’était occupé des réseaux sociaux d’En Marche en 2017, pendant toute la durée de la campagne ».
Michel Thoraval.

« D’un côté la liberté de choix vaccinal et l’opposition frontale au pass sanitaire avec Marine. De l’autre côté l’acceptation des règles du système avec Zemmour ».
Christian Perez.

| Q. Pas de Black Blocs, pour perturber les réunions-dédicaces d’Éric Zemmour ?

Jacques Borde. Oui, tant mieux. Pourvu que ça dure.

| Q. Vous en déduisez quelque-chose ?

Jacques Borde. (Rires) Je vous vois venir ! Rien pour l’instant.

Certes, je ne me fais pas beaucoup d’illusions quant à l’indépendance tactique des Blacks Blocs et des Antifas par rapport au régime de Paris. Mais d’un manière générale, je vous en ai déjà parlé, ces milices de la Gauche financiarisée sont assez peu actives, depuis quelques temps. Mais, je vous rappelle également que la campagne présidentielle n’a pas encore, officiellement du moins, commencé. Je pense que les BB risquent de se, ou plutot d’être réactivité, lorsque la campagne officielle prendra sa vitesse de croisière.

| Q. Zemmour insiste beaucoup sur son assimilation ?

Jacques Borde. À l’évidence notre polémiste adore occuper le devant de la scène. Quitte à écrire la pièce lui-même. Comme si il était le deus ex machina de cette assimilation (sic) daignant descendre de son empyrée pour nous toiser et nous narrer la bonne parole.

Comme si il était le seul dans ce cas.

Rappelons-lui qu’est récité, tous les vendredis si je ne trompe pas, dans toutes les synagogues de France une prière contenant ces mots :

« Que la France vive heureuse et prospère. Qu’elle soit forte et grande par l’union et la concorde. Amen.
Que les rayons de Ta lumière éclairent ceux qui président aux destinées de l’État et font régner l’ordre et la justice. Amen.
Que la France jouisse d’une paix durable et conserve son rang glorieux au milieu des nations. Amen.
Que l’Éternel accorde sa protection et sa bénédiction pour nos soldats qui s’engagent partout dans le monde pour défendre la France et ses valeurs. Les forces morales, le courage et la ténacité qui les animent sont notre honneur. Amen ».

Nos compatriotes juifs n’ont donc pas attendu son babil pour se manifester et manifester leur amour de la patrie.

À noter que le jour où la même prière sera dite dans les églises, les temples et les mosquées de France, on pourra dire que nous sommes sur la bonne voie. Mais, ne prenons pas nos désirs pour des réalités.

| Q. Zemmour qui se veut Pied-Noir, désormais ?

Jacques Borde. Entre autres, oui.

En fait, l’assimilé “Z” s’est décrété, motu proprio, en moins de deux semaines – je le cite – : Berbère, Juif & Pied-Noir et (j’ajoute) aussi Français !

Un authentique et indiscutable Cosmopolite, dans le sens noble du terme, alors.

| Q. Zemmour n’est pas Pied-noir ?

Jacques Borde. Stricto sensu, non.

D’abord, il est né à Montreuil en banlieue parisienne, ce qui pose, quand même un petit problème de distance.

En fait, comme toujours, “Z” fait dans l’approximation et joue sur les mots. Semble-t-il à des fins bassement électoralistes. Ah, pardon, il n’est pas candidat !

Deux définitions qui s’opposent de Pied-noir indiquent assez bien l’imprécision de ce terme.

D’après le Larousse, Pied-noir est un nom et un adjectif qui signifie : « Français d’origine européenne installé en Afrique du Nord jusqu’à l’époque de l’indépendance ».

D’après le Grand Robert, Pied-noir est un nom masculin, dont le sens moderne, apparu vers 1955, serait :

« Français vivant en Algérie (et considérant l’Algérie française comme sa patrie) ; puis Français originaire d’Algérie. Les Pieds-noirs rapatriés ».
Concernant nos compatriotes juifs, Hubert Hannoun, d’écrire, de son côté, que « … l’expression de Pieds-noirs ne peut être employée pour désigner les Juifs originaires d’Algérie. Les Pieds-noirs sont les descendants de tous les Européens – majoritairement français – qui, à partir de 1830, se sont installés en Algérie pour en faire une colonie de peuplement. Les Juifs, eux, sont présents dans le pays dès le IIe ou IIIe siècle, donc bien avant les Français, les Turcs et les Maghrébins (Maures). Leur histoire n’est pas celle des Pieds-noirs »1.

Une exception, cependant : les Juifs venus de France, du Portugal ou d’Espagne principalement pour s’établir comme colons (sic) en Algérie. Ce qui n’est pas le cas d’Éric Zemmour, Algérien de souche (sic), si je puis m’exprimer ainsi, par ses parents ! Donc, pas plus Pied-noir que je ne suis Monégasque.

Notons qu‘a contrario de l’Algérien Zemmour, Jean Messiha assume parfaitement son origine égyptienne.

Las, les Péruviens ont eu leur Sentier lumineux, nous faudra nous contenter du Chemin vicinal éclairé d’un Pied-noir de circonstance…

| Q. Mais pourquoi ce cirque incessant ? Ça devient grotesque à la fin…

Jacques Borde. Je dirai que c’est assez français.

Ainsi, Emmanuel Te Haka Iki Taaoa2 Macron qui accuse Papon… Papon était qui copain avec qui, si ce n’est de Francisque3 Mitterrand, président issu du PS ? Et Macron était ministre de qui ? Et, à l’époque Zemmour, avait voté pour qui ?…

La boucle est bouclée !

[À suivre]

Notes

1 La Déchirure historique des Juifs d’Algérie, in Le quotidien d’Oran (24 juin 2004), sur www.sefarad.org.
2 Rebaptisé ainsi aux Îles Marquises, signifierait le petit chef qui va trébucher.
3 Surnom donné par Jean-Edern Hallier.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Doxa victimaire : Modus operandi ou Psy Op ? [1]

| Occident | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Aujourd’hui, sujet …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer