Mister “Z” en politique ! Divide & impera, disait l’autre… [3]

| France | Kulturkampf | Questions à Jacques Borde |

A existé, dans des temps anciens, un site de droite non-parlementaire (comme on disait à l’époque) intitulé Tout Sauf Sarkozy. L’idée avait du sens. Éric Zemmour se mêlant (assez mal) de géopolitique & de géostratégie, le concept d’un Tout sauf Zemmour appliqué à sa personne, qui semble réserver 99% de ses coups à la patronne du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen & non au régime de Paris, me semble, dès lors, aussi avoir du sens. Pendant ce temps-là, le wokisme, dernière mode de la Gauche financiarisée, avance à grand pas. Alors, comment aborder & régler les vraies priorités ? Dans les pas d’un chroniqueur se rêvant un destin national. Est-ce bien sûr ? Partie 3.

« C’est en soi une nouvelle assez déprimante. Mais la consternation ne doit pas faire oublier que cela ne date pas d’hier. Plus de 1.200 personnes avaient payé pour assister à la conférence de Zemmour se livrant à un éloge appuyé du pétainisme dès 2016 à la grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, en compagnie du grand rabbin Gilles Bernheim : une onction partielle lui avait déjà été fort malencontreusement accordée ».
Jean Stern.

« Comme disait Coluche : “on vit une époque formidable !” : Pleins d’ex du FN vont voter pour un juif d’origine maghrébine !
Comme quoi, ils ne sont pas aussi bornés que ça ou surtout l’intérêt de la France prévaut ! Ce qui est remarquable ».
Lionel Gaudin.

« … j’ai été vacciné (…) et j’ai mon pass sanitaire et ça ne me dérange pas plus que çà ».
Éric Zemmoour (11 octobre 2021) Sud Radio.

« D’un côté la liberté de choix vaccinal et l’opposition frontale au pass sanitaire avec Marine. De l’autre côté l’acceptation des règles du système avec Zemmour ».
Christian Perez.

« Antagonisme de salon sur l’immigration, connivence réac et compèrage ultralibéral sur les questions sociales et de pouvoir d’achat, fleurets mouchetés pour le tout entre gens du même monde… Le système sait entretenir son pouvoir et créer ses propres oppositions. Sous contrôle ».
Jean-François Touzé.

| Q. Mais, là, la plus belle forgerie qu’on vient de nous sortir de dessous des fagots, c’est bien celle du prétendu massacre (sic) du 17 octobre 1961 ?

Jacques Borde. Oui, tout à fait.

En fait, une forgerie de haut niveau élaborée par les communistes de l’époque, leurs porteurs de valises et leurs amis du FLN. Qui, aujourd’hui devient quasi vérité officielle par la l’entremise opportune du président Emmanuel Jupi-Atlas1 Macron.

Or, cette forgerie fut réduite à néant en 1998, quand le Premier ministre de l’époque, le socialiste Lionel Jospin constitua une commission d’enquête. Présidée par le conseiller d’État Dieudonné Mandelkern, elle fut chargée de faire la lumière sur ce qui s’était réellement passé le 17 octobre 1961 à Paris.

Fondé sur l’ouverture d’archives jusque-là fermées, le rapport remis par cette commission fit litière de la légende du prétendu massacre du 17 octobre 1961 (sic).

Le Paragraphe 2.3.5 du Rapport intitulé Les Victimes des manifestations est particulièrement éloquent car il parle de sept morts, tout en précisant qu’il n’y eût qu’un mort dans le périmètre de la manifestation, les six autres victimes n’ayant aucun lien avec cet événement, ou ayant perdu la vie postérieurement à la dite manifestation dans des circonstances parfaitement détaillées dans le rapport.

| Q. Quel est donc l’état des connaissances aujourd’hui ?

Jacques Borde. Le 17 octobre 1961 à Paris, la seule victime est à déplorer dans le périmètre de la manifestation… ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h00 devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ? L’enquête semble attribuer cette mort à des coups de crosse de mousqueton. Arme réglementaire au sein des groupes d’intervention.

Donc, effectivement, les Forces de l’ordre (FDO).

| Q. Zemmour qui, citons-le, admet être vacciné et avoir son pass sanitaire et affirme : « ça ne me dérange pas plus que çà…

Jacques Borde. Mais, enfin, à quoi vous attendiez-vous ? Éric Zemmour est un journaliste, émargeant sur les pays rolls (comme on dit à la CIA) médiatiques du Tycon du cloaca mediatica maxima, Vincent Bolloré.

Sinon, pas plus tard que ce matin, Zemmour a encore changé d’idée. Maintenant, il faut contrôler l’immigration pas la réduire à zéro. Qui, comme moi, pense aux promesses, jamais tenues, de Kärcher-Sarko (sic) ?

| Q. Plus géopolitque, Zemmour affirmant que la nation palestinienne est une invention du KGB ?

Jacques Borde. Là, ça vire au grotesque ! Effectivement, selon “Z” : « Les Palestiniens sont une nation qui n’existe pas, inventée de toutes pièces par le KGB. Ils étaient jadis jordaniens et égyptiens ».

Une fois encore, notre polémiste raconte n’importe quoi, et, là, je pèse mes mots.

Le Komitet Gossoudarstvennoï Bezopasnosti (KGB)2 – qui est, avant toute chose, un Service de Renseignement extérieur, passées les frontières de l’URSS, des Espions, quoi – est une création soviétique. Il est créé le 13 mars 1954 et fonctionne jusqu’au 6 novembre 1991. Son quartier-général était situé à la trop fameuse Loubianka (2, place Félix-Dzerjinski, Moscou).

Sans vouloir sembler tatillon et manquer de respect au phare de la pensée bolloriste, il me semble qu’on a entendu parler des Palestiniens avant 1954/1955. Sauf à prendre pour fait acquis que la Palestine eût été une telle priorité du moment en ces premières heures des SR extérieurs soviétiques, l’affaire me semble mal partie pour notre révisionniste historique algéro-franco-berbère.

En fait, les Palestiniens n’ont pas vraiment attendu les Cocos pour se manifester en tant que tels.

Au passage, “Z” oublie (sic) les tragiques événement de 1929, opposant Arabes de Palestine aux Juifs.

Notamment, le Teva’h ’Hevron Tarpat (dit massacre d’Hébron)3 de 1929. Quant aux rapports supposément tissés entre la Palestine et les Soviets, à la rigueur la Tchéka, qui remonte au 20 décembre 1917, aurait pu inventer (sic) les Palestiniens en tant que Nation, mais même pas le Narodniï Komissariat Vnoutrennikh Diel (NKVD)4, qui dût attendre 1934, pour voir le jour.

Dernier rappel : l’URSS est un des premiers pays à voter oui à la création de l’État hébreu, en 1948.

| Q. Zemmour pointant une arme sur des journalistes ?

Jacques Borde. Photos prises à Milipol, « Événement mondial de la sûreté et de la sécurité intérieure des États », comme il se nomme lui-même. Salon (extrêmement) professionnel où je me rendais systématiquement avant de quitter Paris.

Rassurons immédiatement nos estimés collègues : les armes exposées sur les stands (généralement factices et/ou impropres au tir) sont toutes examinées à intervalles réguliers et AUCUNE n’a jamais été mise en place sur un stand approvisionnée. 99% d’entre elles sont également attachées au stand. Et, pour tirer, une arme non-factice a besoin de son… percuteur ! Sur les stands de munitionnaires, les lots exposés sont, bien évidemment, des munitions factices.

Les salons tels que Milipol, IDEF, etc. sont, probablement, les endroits les plus sûrs au monde pour manipuler une arme. Sauf à se la faire tomber sur le pied5.

Pour le reste, la prestation d’Éric Zemmour, hilare, se retournant en direction de journalistes en pointant vers eux un Ultima ratio (un régal, j’ai tiré avec6), accompagné d’un : « ça rigole plus là » et/ou « reculez, reculez ! », est, disons-le, particulièrement inappropriée, irresponsable et infantile. Et, en tout cas, indigne de la fonction que l’homme envisage d’incarner.

Ah, oui. Dernier détail : TOUTES les armes que vous me voyez brandir sur les pages de mon blog, ont été prises sur des salons pros type Milipol. Armes toutes déchargées, inopérantes et avec lesquelles j’avais procédé, par réflexe, aux vérifications d’usage.

Notes

1 Selon les surnoms que, selon la légende élyséo-macronienne, que lui aurait trouvé sa moitié, dame Brigitte.
2 Ou Comité pour la Sécurité de l’État, ou Комитет государственной безопасности, SR soviétique, crée le 1er janvier 1954. Devise officielle : Loyauté au Parti, loyauté à la Patrie.
3 En arabe, le Mudhabbahat al-Khalil.
4 Ou Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, l’organisme d’État équivalent à un ministère, duquel relevait la police politique « chargée de combattre le crime et de maintenir l’ordre public ».
5 Ce qui arrive plus qu’on le croit.
6 Pas à Milipol, évidemment.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Doxa victimaire : Fond de commerce, Modus operandi ou Psy Op ? [2]

| Occident | Kulturkampf | | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Aujourd’hui, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer