Nouveau Toofan ou simplement SeaCobra repeint ?

| Iran | Défense | Questions à Jacques Borde |

Dotée de moyens militaires classiques, assez conséquents au demeurant, la RI d’Iran souffre cependant de l’ancienneté, pour ne pas dire de la vétusté, de ses équipements, notamment au plan de ses aéronefs, dont une part encore trop importante vient de ses achats auprès des Américains, c’est tout dire. Sont apparues, assez récemment, sur des sites iraniens, des vues d’hélicos de combat arborant une livrée pixelisée (sic) du plus bel effet. Alors, simple coup de peinture ou énième retrofit ?

| Q. Donc un nouvel hélico de combat, côté iranien ?

Jacques Borde. Ah, les Cobra avec leur nouveau camo. Possible, mais pas sûr.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Pour l’instant, les seules choses qui soient certaines et incontestables sont que :

-les Iraniens ont appliqué à une partie de leur parc de AH-1J SeaCobra une nouvelle livrée pixélisée du plus bel effet.
-de visu, mais il faudrait examiner les photo à la loupe, les modèles repeints n’affichent pas d’amélioration notables, hormis cette livrée.
-Fin 2021, le AH-1J SeaCobra est effectivement, le principal hélico d’assaut en service, à la fois, au sein de l’Artesh et du Sêpah-é Pâsdâran-é Enqelâb-é Eslâmi1.

En fait, c’est en 2012 que le patron de la Nīrūhā-é Zemini-é Artesh-é Jomhūri-é Eslāmi-é Īrān (NEZAJA)2, le brigadier-général Kioumars Heyderi, avait annoncé que l’Iran allait produire sa version du Bell Model 209 AH-1J Cobra, dont la RII disposait en nombre.

Passés ces propos martiaux, qu’aurait l’Iran en magasin ?

-le Panha 209 ou Shabaviz 209, qui est la remise à niveau du Bell AH-1J International, version bi-turbine pour l’exportation du AH-1J SeaCobra, hélicoptère d’attaque acheté avant la Révolution islamique de 1979. Ce programme de révision et de remise à niveau (retrofit) est connu sous le nom de Projet n°209 au sein de la Iranian Helicopter Support & Renewal Company.
-le IAIO Toofan (Typhon) est la série d’hélicoptères de combat que l‘Iran Aviation Industries Org. (IAIO) a produit.

Basé sur l’AH-1J SeaCobra, le Toofan existe en deux versions :

-le Toofan I dévoilé en mai 2010.
-le Toofan II amélioré et dévoilé en janvier 2013. Probablement, donc la merveille annoncée par le brigadier-général Heyderi.

La production totale des Toofan I et Toofan II n’excéderait pas les 67 exemplaires. Quant au AH-1J SeaCobra, une cinquantaine serait encore en parc.

À rappeler que l’ensemble des voilures tournantes de la Nīrūhā-é Zemini-é Artesh-é Jomhūri-é Eslāmi-é Īrān (NEZAJA) opèrent au sein de l’Havānīrūz (IRIAA)3.

À noter que le nom Toofan a également été attribué à un drone. Qui, apparemment, serait un de ces drones-suicide récemment mis en service. Et, également, mais il faudrait que je vérifie, à un missile anti-navire.

Pas de quoi bouleverser l’équilibre régional. À moins que…

| Q. À moins que ?…

Jacques Borde. Téhéran a toujours adoré brouiller les cartes dès qu’il s’agit d’évoquer ses moyens de Défense.

De manière générale, tant les annonces de la Nīrūhā-é Mosallah-é Jomhūri-é Eslāmi-é Īrān (AJA)4 que des Pâsdâran, sont toujours à lire entre les lignes. Or, il y a, tout de même, quelque chose qui me chagrine dans les chiffres sont nous disposons.

Cela va bientôt faire dix ans (9, en fait) que les Iraniens s’échinent à cloner et produire des versions, améliorées ou pas, du AH-1J SeaCobra Et, il n’en seraient qu’à 67 exemplaires sortis d’usine ? Cela me semble extrêmement peu. Le AH-1J SeaCobra étant connu pour sa simplicité ? Y compris au niveau de la maintenance.

| Q. Vous pensez qu’il y en a davantage ?

Jacques Borde. Entre nous, ça ne m’étonnerait pas. À rappeler qu’un total de 202 machines avaient été commandées.

| Q. Les Iraniens, en ce cas, n’auraient-ils pas intérêt à grossir leur nombre plutôt que de le minimiser ?

Jacques Borde. Je me demande. Serré de près par les marines occidentales dans le Golfe Persique, pointés du doigt par les SR israéliens et Tsva Haganah Ley’Israel (IDF)5, les Iraniens ont-ils autant intérêt à nous faire le numéro de la grenouille voulant se faire aussi grosse que le bœuf ?

Je me souviens qu’un jour Jean-Marie Le Pen, nous avait dit qu’il y avait stratégiquement, deux manières de se présenter vis-à-vis de l’ennemi :

-en mettant des chocolats dans une caisse de dynamite, ou
-en mettant des bâtons de dynamite dans une boite de chocolats. L’image m’avait marqué.

Comprenez que la 1ère version ne représentant qu’une dissuasion seulement théorique ; la caisse étant vide de tout vrai matériel, vous n’avez, en réalité que du verbe à opposer à votre adversaire. Et, au pied du mur, vous êtes les mains vides et sans défense. La seconde est qu’en cas de passage à l’acte, vous avez autre chose que des chocolats à lancer à votre adversaire.

Là, j’aurai plus tendance à croire que les Iraniens nous font le coup de la boite de chocolats.

| Q. Donc, plus de machines à disposition ?

Jacques Borde. Possiblement.

Le AH-1J SeaCobra est une excellente machine, les Marines en ont encore en parc. Ils ont même préféré, en octobre 2020, passer du AH-1W SuperCobra au Bell AH-1Z Viper, restant fidèle à leur voilure tournante.

La seule chose est qu’il est assez difficile d’estimer est si la version made in Iran a beaucoup évolué.

| Q. Les images ne vous disent rien ?

Jacques Borde. Pas assez. Les ingénieurs iraniens sont de remarquables cloneurs et bidouilleurs. Ils ont réussi à monter du MICA français sur leurs F-5 Tiger II. MICA pour Missile d’Interception, de Combat & d’Auto-défense, engin conçu pour remplacer à la fois le Super 530D (moyenne portée) et le Matra R550 Magic II (courte portée), équipant les Mirage 2000 et le Rafale.

Là, leur SeaCobra pixélisé, semble simplement être une copie conforme du modèle original et rien d’autre. Alors, un Toofan modernisé ou un AH-1J SeaCobra simplement repeint lors de sa révision ? Allez savoir…

L’un des plus du AH-1J SeaCobra reste sa taille et son empreinte radar minimale par rapport à des systèmes de Défense antiaériens.

| Q. Un choix cohérent, cloner le AH-1W SuperCobra ?

Jacques Borde. Déjà, on clone ce qu’on a sous la main. Ensuite, plusieurs raisons font que le AH-1J SeaCobra est encore opérationnel un peu partout dans le monde.

1-sa maintenance est plus simple que la plupart des machines de ce type.
2-il est moins large que l’AH-64 Apache avec, pour les premières versions un fuselage de seulement 76 cm de large, ou le EC665 Tigre (1,10 m). Son étroitesse en fait une cible très difficile à toucher de face ou de dos par les affûts antiaériens.
3-la version AH-1J SeaCobra dont dispose l’Havānīrūz (IRIAA), est particulièrement robuste, ayant été renforcée pour le service en mer.
4- les AH-1J SeaCobra iraniens, par dessus tout, sont combat proven.

| Q. Jusqu’à quel point ?

Jacques Borde. Le AH-1J SeaCobra a, d’abord, servi dans l’armée impériale durant la Guerre du Dhofar, à Oman dans les années 1970.

Lors de la Jang-é Tahmîli (Guerre imposée, nom officiel de la Guerre Iran-Irak en Iran), Téhéran a même utilisé ses SeaCobra lors de combats aériens.

La Guerre Iran-Irak, qui a vu l’utilisation la plus intensive d’hélicoptères dans toutes les guerres conventionnelles. Les AH-1J SeaCobra iraniens ont ont à leur actif trois victoires confirmées contre des MiG-21bis Fishbed irakiens, ont revendiqué un Su-20 Fitter et ont participé à la destruction d’un MiG-23 Flogger, tous engagements menés à l’aide du canon Gatling M197 (20 mm), qui est une version allégées du M61 Vulcan.

Au plan du combat antichar, en raison de l’embargo occidental sur les armes, les Iraniens ont équipé leurs AH-1J SeaCobra d‘AGM-65 Maverick.

Des photos récentes diffusées par la Defense Intelligence Agency (DIA) montrant clairement des IAIO Toufan armées d’engins air/sol de la masse du Maverick, mais passablement modifiés.

En revanche, il ne semble pas que les Iraniens aient tenté de lui adapter un pièce de type bitube 23mm, préférant continuer à cloner le canon Gatling M197 original.

Apparemment, quelle que soit la version du AH-1J SeaCobra, le bestiau est parti pour servir des années encore au sein de l’Havānīrūz (IRIAA). Qu’on se le dise.

Notes

1 Ou Corps des Gardiens de la révolution islamique.
2 Ou armée de Terre de la République islamique d’Iran (Artesh).
3 Ou Islamic Republic of Iran Army Aviation. Aviation de l’armée de Terre de la République islamique d’Iran, en français.
4 Ou Forces armées de la République islamique d’Iran (AJA ).
5 Ou צְבָא הַהֲגָנָה לְיִשְׂרָאֵל; acronyme Tsahal, צה”ל, en anglais, Israel Defense Forces.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Doxa victimaire : Fond de commerce, Modus operandi ou Psy Op ? [3]

| Occident | Kulturkampf | | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Aujourd’hui, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer