Plantu, Soral, Zemmour : Qui a le droit de dire quoi ? [1]

| Kulturkampf Vs Mémoire | Questions à Jacques Borde |

On avait déjà eu Pétain & ses attentions (sic) pour nos compatriotes juifs, les horions virtuels visant les victimes juives de Merah (pourquoi pas les autres, au fait?). Dernière mise-à-jour (sic) : le Papon zélé mais légaliste serviteur préfectoral de l’État français. Au fait, avec Alain Soral & Éric Zemmour épinglés, l’un comme l’autre, pour leur prose respective (tous deux, par ailleurs, condamnés en appel) & croqués férocement par la caricature (sic), dont, pour “Z” récemment, celle de Plantu, comme, hier, à fortes doses, les Le Pen : Une question me traverse l’esprit : Qui a le droit de dire quoi & sur qui dans ce pays ? Partie 1.

« Quand on voit ce qu’on voit, que l’on entend ce qu’on entend et que l’on sait ce que qu’on sait, on a raison de penser ce qu’on pense ».
Pierre Dac.

« Pour Éric Zemmour, le procès de Maurice Papon n’aurait pas dû avoir lieu, car le secrétaire général de la préfecture de Gironde n’avait fait qu’obéir aux ordres, ce qui était son devoir. À ce compte, il faudra expulser du Panthéon le préfet d’Eure-et-Loir qui avait, lui, désobéi, un certain Jean Moulin. Et réviser le procès de son tortionnaire, Klaus Barbie, qui, lui aussi, obéissait aux ordres ».
Lu sur Marianne.

« Il faut sortir de l’hypocrisie généralisée qui caractérise les discours contemporains. Les musulmans ne peuvent vivre en France que dans la mesure où, dans les faits, ils acceptent de ne pas être musulmans sur une série de points. Il est caractéristique que les quelques intellectuels arabes qu’on croyait jusqu’ici pénétrés par les valeurs de la critique et de la réflexion participent maintenant activement à une mythologisation de l’histoire arabe, dans laquelle les Arabes sont, depuis treize siècles, de blanches colombes et tous leurs maux leur sont infligés par la colonisation occidentale ».
Cornélius Castoriadis.

« Quand l’OPA hostile lancée par le non-candidat que l’on sait aura été écartée, il ne restera face à face que deux M. Le M Moi même narcissique et impuissant de Macron et le M La France de Marine Le Pen.
D’un côté le grand toboggan mortel du renoncement, de l’autre le relèvement ».
Jean-François Touzé.

« Salauds de Français : juger nos tortionnaires (Papon) c’est pas “bien”! & Barbie?… ».
Jacques Borde

« Alors, les durs, les purs, les tatoués de la mouvance natio-radicale, qui récitez inlassablement votre bréviaire anti-Marine, vous dites quoi maintenant que votre champion change de pied et s’aligne sur les positions de la vraie candidate du camp national ? ».
Jean-François Touzé.

| Q. Ceux des pro-Zemmour qui s’offusquent de la caricature de Plantu le visant ?

Jacques Borde. Comme je l’ai noté sur mon mur Facebook : « Assez bon! De plus, si on est en faveur des “caricatures”, Que dire? »

Là, aussi, à un moment donné, il faudrait savoir ce que l’on veut :

-soit, on défend le droit à la caricature, mais ça doit être valable pour tout le monde.
-sur FB, et, j’y suis depuis une bonne dizaine d’années, la plupart de ceux qui s’indignent, aujourd’hui, du dernier dessin de Plantu, se sont accommodé de ses piques visant régulièrement Jean-Marie, puis Marine Le Pen. Une indignation à la tête du client, en quelque sorte.
-à titre personnel, je suis partisan d’une limitation à ce droit au blasphème, qui ne veut plus rien dire, et n’est valide que pour les religions révélées.

| Q. Le Grand rabbin Haïm Korsia qui a jugé bon se prononcer sur Zemmour et ses dires, vous en pensez quoi ?

Jacques Borde. Effectivement le Grand rabbin Haïm Korsia a jugé qu’il était de son rôle de se prononcer sur les postures, propos & ambitions prêtés à Éric Zemmour, tout de même candidat putatif à la présidentielle de 2022. Propos clouant le polémiste au pilori d’un pétainisme plus qu’affiché.

Devait-il ? Devait-il pas ? Un Grand-Rabbin réagissant à :

-des allégations pleuvant sur un membre de sa communauté.
-des paroles tirant de la damnatio memoriae dont la France avait jugé utile d’environner des personnages aussi négatifs que Pétain et Papon.

N’était-ce pas aussi son rôle ? Et que n’eût-on dit si M. le Grand Rabin s’était abstenu ?

| Q. Dixit, Le Parisien : Zemmour aurait touché près d’1,5 M€ grâce à la vente de son dernier essai…

Jacques Borde. Tant mieux ! Pour une fois qu’un auteur arrive à se contenter de plus que des miettes, on ne va pas se plaindre…

| Q. Mais, tout de même, de grandes discussions intra-commautaires autour des propos du Grand Rabbin de France ?

Jacques Borde. Oui, j’ai lu et vu ça.

Une des questions qui motive beaucoup les internautes sur la toile étant : « le Grand rabbin est-il habilité a dire qui est juif et qui ne l’est pas ? » :

1-propos tirés de leur contexte ;
2-plus que le Dalaï Lama, certainement, dirai-je.

| Q. Bon, élargissons : le débat sur l’assimilation ? Notamment celle des Juifs, dont nous parlant tant Zemmour ?

Jacques Borde. Ce point m’étonne de plus en plus dans le débat actuel : Pourquoi est-il, ainsi, demandé à nos compatriotes juifs… de « s’assimiler » ? Ne sont-ils pas des Français comme les autres ? Comme vous et moi, je veux dire.

L’une des rares choses intelligentes, selon moi, à porter au crédit de Napoléon, étant ce qu’il a accompli avec la communauté mosaïque.

Si les Juifs d’Algérie ne sont Français que depuis 1870, les Niçois le sont, eux, depuis 1860 ! Soit dix ans de différence ! Qui a jamais demandé aux Niçois s’ils étaient « assimilés » ou « assimilables » ?

Il se trouve que j’accorde des entretiens réguliers à un radio juive, niçoise justement. Donc, évidemment, on papote pas mal, avant et après l’émission. J’avoue n’avoir jamais pensé à demander à ces Niçois s’ils se sentaient assimilés. Encore une fois – à part Zemmour, et je me demande bien pourquoi – pourquoi se poser pareille question entre Français ?

| Q. Ses propos sur l’Histoire ?

Jacques Borde. À ce stade, et vus ses choix qui ne doivent rien au hasard, plus sur la Kollaboration, je dirai. Après l’outrance de ses allégories pétainistes, il nous faudrait comprendre qu’on n’aurait pas dû juger Papounet qui, préfet zélé pour ne pas dire zélote du maréchalisme, obéissait aux ordres.

À quand la réhabilitation de Goering, condamné par grossophobie, tant que nous y sommes ?

| Q. C’est si gênant que ça ?

Jacques Borde. Plus que gênant. À faire, ainsi, les poubelles de l’Histoire, Zemmour, comme je vous l’ai dit, a arraché de la damnation memoriae où ils étaient à leur juste place, des personnages dont les descendants de déportés et de résistants sont en doit de se demander s’ils n’ont pas assez empuanti nos vies.

Après Pétain, maintenant Papon. On attend la suite…

| Q. Que dire de ceux qui portent leur choix sur lui ?

Jacques Borde. C’est un autre sujet. D’abord s’en réjouir, pardi.

On ne peut pas d’un côté, déplorer qu’ils le fassent, et après, de lamenter du fait que les Français s’éloignent des urnes et de la politique !

À propos de Zemmour, le débat est autre :

-est-il une bulle médiatique ? À noter qu’il commence à lasser jusque dans ce microcosme où beaucoup s’étonnent de sa surexposition et de son agressivité croissante.
-le produit Zemmour, si conforme aux besoins de l’oligarchie, qui bénéficie aujourd’hui de soutiens hétéroclites mais organisés, durera-t-il ?

Au-delà, vraie question, que sont, plus précisément, ceux qui se reconnaissent en lui, je pense là à ceux pour qui la pratique politicienne n’est pas un nouveauté :

-des nationaux égarés par leur haine de Marine Le Pen, voire de la famille, qui ne leur a pas accordé (ou maintenu) ses faveurs ?
-des revanchards de la campagne Fillon ?
-des conservateurs-libéraux révolutionnaires (sic) des beaux quartiers ?
-des apparatchiks républicains, à la recherche d’un emploi, tellement ils sont sûrs de perdre le leur ?
-des financiers du système, suivant les ordres qu’on leur donne ?
-la cohorte des communicants et publicistes blanchis sous le harnais du sarkozisme,
-des demi-soldes des campagnes Villiers, Dupont Gnan-Gnan et Chevénement pour les plus anciens ?

| Q. Mais Zemmour parle aussi de patrie ?

Jacques Borde. Ça ne suffit pas. Alain Soral parle aussi de patrie charnelle. Il a bien fini dûment sanctionné par la justice. Lui aussi, je veux dire.

Pour le reste, avons-nous des leçons de patriotisme à recevoir de quelqu’un qui :

-n’a jamais voté patriote de sa vie ?
-n’a jamais milité patriote de sa vie ?
-affirme que l’organisateur de la Rafle du Vél-d’Hiv, n’aurait pas dû être jugé.
-n’est que l’habile vulgarisateur d’idées prises à d’autres ? Un coucou, comme le notent beaucoup sur la Toile.

[À suivre]

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer