Plantu, Zemmour, Soral : Qui a le droit de dire quoi ? [2]

| Kulturkampf Vs Mémoire | Questions à Jacques Borde |

On avait déjà eu Pétain & ses attentions (sic) pour nos compatriotes juifs, les horions virtuels visant les victimes juives de Merah (pourquoi pas les autres, au fait?). Dernière mise-à-jour (sic) : le Papon zélé mais légaliste serviteur préfectoral de l’État français. Au fait, avec Alain Soral & Éric Zemmour épinglés, l’un comme l’autre, pour leur prose respective (tous deux, par ailleurs, condamnés en appel) & croqués férocement par la caricature (sic), dont, pour “Z” récemment, celle de Plantu. comme, hier, à fortes doses, les Le Pen : Une question me traverse l’esprit : Qui a le droit de dire quoi & sur qui dans ce pays ? Partie 2.

« Lorsque Haïm Korsia qualifie Zemmour d’antisémite et de raciste en le ramenant et le réduisant à sa judéité,
1- Ce sont tous les électeurs de Zemmour qu’il qualifie d’antisémites et de racistes.
2- Ce sont les juifs qu’il prive de leur consciences libre de citoyens et de démocrates Français, en les enfermant dans une pensée unique dogmatique.
Mais pas que,
3- Il offre en plus du pain béni aux réels antisémites durs….
4- Il s’inscrit lui-même dans une démarche politique qui légitime tout autre juif d’avoir sa propre opinion sur son avenir (et sa sécurité) ».
Roland Nabet.

« Quel est ton nazi préféré ?
Hana Harendt : c’ est Heidegger.
Zemmour hésite entre Pétain et Papon et toi ? »
Viviane Pariente.

« Les manifs antifas, les insultes, les menaces contre Zemmour sont inacceptables et doivent être unanimement condamnées.
Mais que disait-il, Zemmour, quand les meetings FN étaient systématiquement attaqués, quand l’effigie empalée de JMLP était trimbalée dans les rues de Paris en présence de Mitterrand pour qui il avait voté, ou quand son ex-patron Ruquier comparait Marine à un étron ? ».
Jean-François Touzé.

« … Justement, ça ne suffit pas ! Cessez de limiter Vichy au SEUL drame des juifs européens… ».
Jacques Borde, réponse à un Internaute.

« Je lui donne des conseils d’ami. Je le soutiendrai quoi qu’il fasse. Même si j’ai soutenu Macron, et que je suis tiraille entre Pécresse et Bertrand. Ça manque d’offrre politique aujourd’hui, Zemmour peut faire un électrochoc et en plus torpiller Marine ».
Frank Tapiro, Libé (11 septembre 2021).

| Q. Mais, Zemmour dit, souvent, les mêmes chose que Renaud Camus ?

Jacques Borde. Qu’est-ce qui vous fait penser que je trouve les propos tenus par M. Camus plus (ou moins) intéressants aux plans géopolitique et géostratégique que ceux de M. Zemmour ?

En revanche, j’avoue me replonger (ou citer) dans les écrit de Pierre Lellouche sur les questions de stratégie et de prolifération nucléaire. Notamment son Rapport n°2788 du 7 décembre 2000, sur la Prolifération des armes de destruction massive & de leurs vecteurs, présenté devant la Commission de la Défense nationale & des Forces armées, en compagnie de Guy-Michel Chauveau et Aloyse Warhouver.

Sinon un excellente nouvelle : assistant à l’office tenu en la synagogue de Marseille par le Grand Rabbin Korsia, des fidèles pro-Zemmour arboraient des kippa avec des “Z” brodés et/ou griffonnés dessus. Que voilà une manière policée et courtoise de manifester entre gens de bonne compagnie.

| Q. Étrangement, la fièvre sondagière, vous inquiète assez peu ?

Jacques Borde. Assez peu, effectivement.

Pour reprendre, Pierre Duriot, on en serait « à 103 % sur 100, selon les sondages »…
« Selon les ‘sondages’, que plus personne ne croit, mais que tout le monde fait semblant de croire, histoire d’avoir quelque chose à dire, Macron est à 23%. Ou 24%, mais jamais moins, pour lui, les sondagistes amis ont inventé le plancher de verre. Ce qui est très drôle, c’est qu’il manque Philippot, Dupont-Aignan, Hidalgo, Lasalle et qu’on est déjà à 103%. C’est à ce genre de détail que l’on s’aperçoit que l’on vit dans un monde totalement bidonné. Il faut aussi se dire que pour les chiffres du COVID-19, de la croissance, de la dette, du nombre de morts sur la route et on en passe, ce doit être le même mode de calcul ».

J’ai cessé de croire à ce viol des foules, pour reprendre le titre de de Serge Tchakhotine1. Le seul souci c’est que trop de gens y croient et que cela peut les influencer, au passage à l’isoloir.

| Q. Vous ne croyez guère aux sondages ? Mais, semble-t-il assez peu également en ce que nous dit Éric Zemmour ?

Jacques Borde. Effectivement. Mais ce qui m’embarrasse plus que ses propos eux-mêmes qui, quelque part, ne sont que ceux du FN, RN redigérés (sic), c’est la conversion, somme toute récente, à ces thèses de zemmouriennes. Autrement dit, en la sincérité même de cette conversion.

| Q. Que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Que le brouet zemmourien Pétain+Papon+Le Pen, même arrosé d’un zeste de Gramsci et passé au Moulinex-napoléonien – chez moi, et je suis loin d’être le seul – a du mal à passer.

Comme l’a noté Maurice Gosseaume :
« N’oublions pas que le fourbe Zemmour, né en 1958, a voté pour François Mitterrand à l’élection présidentielle en 1981 et en 1988, pour Jacques Chirac en 1995, pour Jean-Pierre Chevènement et pour Jacques Chirac en 2002, pour Nicolas Sarkozy en 2007 et en 2012, enfin pour Jean-Luc Mélenchon et pour Emmanuel Macron en 2017.
Le fourbe Zemmour n’a jamais voté pour Jean-Marie Le Pen ou pour Marine Le Pen à la présidentielle ni pour aucun candidat du FN ou du RN aux autres élections.
On voit combien il était préoccupé par l’immigration ».

Ensuite, il y a son côté cavalier sorti de la nuit. Zorro, je veux dire.

| Q. Et…

Jacques Borde. Que vous preniez Marine le Pen, Jean Marie le Pen, le Pr. Bruno Bruno Gollnisch,. On parle bien de personnalités ayant un certain passé, un certaine expérience, politique, universitaire, etc. !

Éric Zemmour, dans tout ça, désolé c’est vraiment peu de choses :

aucune expérience politique.
aucune expérience, ni même trace, dans la sphère économique. À part un talent de boursiciteur nous dit-on pour expliquer sa fortune.
recalé à l’ENA.
indésirable aux Cercle interallié.
même pas conseiller municipal.

C’est ce qu’on appelle un saut dans l’inconnu. Sauf celui de ses soutiens, les mêmes que Macron :
-des Républicains (LR) recyclés.
-la banque d’affaire.

En outre, la prévention à son endroit de certaines personnalités, n’est pas pour me rassurer.

| Q. Des noms ?

Jacques Borde. Un, en tout cas : Alexandre Adler.

Il se trouve que, comme beaucoup d’observateur de ma génération, j’ai pas mal lu et entendu Alexandre Adler donner son avis sur beaucoup de choses. Le 11 Septembre notamment.

L’ayant fort critiqué et m’étant, aussi, fort trompé, j’aurais tendance à ne pas prendre à la légère le peu d’effet que lui fait, positivement, je veux dire, Éric Zemmour et ses outrances d’estrade à répétition.

| Q. Tout ce qui se dit autour du financement d’Éric Zemmour, un peu lassant, non ?

Jacques Borde. En fait, tout ce débat tourne, plutôt, autour du financement de sa campagne présidentielle. L’amusant est bien que le polémiste aurait pu clore le sujet en indiquant qu’il comptait – comme cela se fait, notamment, Outre-Atlantique : Ross Perot, Trump, Sanders,etc. – s’autofinancer sur sa fortune personnelle, évaluée par des media à plus de 400 M€, voire 425 M€, selon certaines sources.

Las,  le polémiste, de lui-même aurait indiqué qu’il n’était pas question qu’il finance sa campagne présidentielle sur ses propres deniers. Petite douche froide pour nombre de ses partisans, persuadés dur comme fer du contraire.

| Q. Dites-moi, le rapport entre Soral et Zemmour il est où ?

Jacques Borde. Oh, c’est simple comme bonjour à comprendre.

Primo, Tous deux ont été condamnés, à des titres divers, pour leurs écrits. Mon blog n’étant pas à vocation juridique, et les éléments objets des poursuites  n’étant ni des questions de géopolitique nide géostratégie, ou si peu, ne me demandez de revenir sur ces choses jugées. Pour l’un comme pour l’autre.

Secundo, tant qu’Éric Zemmour n’a pas fait acte de candidature, ce à quoi nous assistons officiellement, c’est toujours à la massive campagne promotionnelle de son travail d’écrivain. Alain Soral aussi, doit sa notoriété (sic) à ses écrits et à une certaine présence médiatique, passant davantage par les réseaux sociaux. Et tous les deux, je le répète, doivent leurs condamnations à leurs seuls écrits.

L’actuel débat qui agite nos compatriotes juifs – avec des noms sortant de l’ordinaire : BHL, Arno Klarsfeld, Haïm Korsia, Yves Mamou, Alexandre Adler, etc. – est motivé par les propos répétés d’Éric Zemmour sur Pétain, Vichy, la déportation, et maintenant Papon.

Si cela ne pose pas de problème à beaucoup, chacun voyant midi à sa porte, Moi, si !…

Notes

1 Plus complètement : Le Viol des foules par la propagande politique.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Grand jeu en Afrique : Qui y veut Quoi ? [2]

| Afrique / Occident(s) | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Le terme grand …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer