Quid des Guerres & des morts “rayés de la carte du temps” (sic) zemmourien ? [2]

| Liban / France | Géostratégie | Questions à Jacques Borde |

Affichant des connaissances du niveau CM2, le candidat putatif Éric Zemmour, n’en finit pas de réécrire l’Histoire, de la France d’abord : 1- dynamitage en règle de la damnation memoriae qui nous avait, à bon compte, débarrassé de Pétain : 2- tentative de nous faire passer Papon pour un gentil (sic) fonctionnaire ; 3- accuser les femmes de France de passer leur temps à se taper de l’occupant puis du libérateur ; voilà que “Zéro-Éric” s’attaque à l’Histoire du Liban, où il oublie (sic), entre autres, les Quatre guerres de facto menées par son puissant voisin du Sud, Israël… Partie 2.

« “Les femmes se sont bien amusées à l’arrière pendant la Guerre de 1914” [dixit Zemmour]. Quand tu lis ça et que ton arrière grand-père, trépané après Douaumont, a perdu sa femme et son fils (en Gironde) de la tuberculose en 1916… ».
Christine France Chassin.

« C’est une justice politique. Les fonctionnaires de Vichy n’étaient pas coupables, ils devaient obéir à l’État. Sinon il n’y a plus d’autorité, plus d’obéissance, vous vous rendez compte ? ».
Éric Zemmour.

| Q. Autre chose à ajouter ?

Jacques Borde. Oui. Plusieurs, en fait. Il est évident que simple compilateur de fiches à la manière de Sciences-Po (qu’il n’a pourtant pas réussi à intégrer), Zemmour, a un problème majeur avec :

-l’actualité. Notre grand donneur de leçons médiatiques, s’il continue à sabrer le camp national, n’a toujours pas eu un mot pour commenter la dernière prestation télévisée de Emmanuel Te Haka Iki Taaoa1 Macron. Pourquoi cette différence de traitement ? Mystère et boules de gomme comme on disait à l’école.
-l’Histoire. À commencer par celle de France. Ainsi affirmer que « Les femmes se sont bien amusées à l’arrière pendant la Guerre de 1914 », est, à la fois, faux, irrespectueux et, n’ayons pas peur des mots, abject.

Mais c’est cela l’approche zemmourienne de l’Histoire :

-prendre un fait isolément ;
-en extrapoler une vérité (sic).
-la jeter en pâture au public.

Foulant aux pieds, la règle qu’on vous enseigne à votre premier T.D d’Histoire (Sorbonne, Paris IV) qu’il n’y pas pas de clé d’explication unique, Zemmour prend un fait somme tout exact : des femmes « se sont bien amusées à l’arrière », le tord dans tout les sens et nous vomit sa généralité misogyne  : « Les femmes se sont bien amusées à l’arrière ».

-Quid de celles qui travaillaient à l’effort de guerre, dans nos usines ?
-Quid de celles, dans nos campagnes, qui la peur au ventre, attendaient la nouvelle de leur père, frère, mari ou ami tombé sur le front. Il suffit d’aller consulter le moindre monument au mort de tout village de France, pour se fait une idée de la gangrène ainsi propagée par la rhétorique zemmourienne.

Ah, non pardon, verbatim “Z” : fallait pas juger Papon, qui obéissait aux ordres. Comme a su le rappeler Me. Arno Klasfeld, le 6 octobre 2021 sur le plateau de Pascal Praud :

« En 1940, il y avait 190.000 juifs français sur le territoire et 130 000 juifs étrangers. À la fin de la guerre 80.000 juifs auront été déportés, plus de 50.000 juifs étrangers, et 24 ?000 juifs français (…). Si un quart des juifs de France a péri, c’est en raison de la complicité de Vichy avec l’occupant nazi. Si les trois quarts ont survécu, c’est grâce à la population française et à l’Église ».

Mais, non je m’égare, voyons !

Vichy, Pétain, Papon, la Carlingue2 etc., ont tellement su protéger nos compatriotes juifs. Allant, la plupart du temps au-delà des demandes de l’occupant (comme lors de la Rafle du Vél-d’Hiv, ou brilla… Papon, justement) en :

-les recensant, en les fichant, facilitant d’autant la tâche de leurs bourreaux.
-leur collant une étoile jaune sur le revers, innocente facétie vestimentaire, sans doute.
-leur interdisant l’accès à l’essentiel des lieux publics.
-leur interdisant l’exercice de multiples professions.
-les faisant arrêter, rafler et détenir par des gendarmes et non des feld gendarmes.
-organisant les convois de trains vers l’Allemagne.

Ad nauseam.

| Q. Excusez-moi : pourquoi, parler de la Feldgendarmerie  ?

Jacques Borde. En, fait, on parle là de la Geheime Feldpolizei (GFP), l’équivalent allemand de la Sûreté française aux armées,  qui va réaliser une part massive des arrestations et des interrogatoires imputés à l’Occupant. Techniquement, la branche active de l’Abwehr, les SR militaires, dans son rôle de Contre-espionnage (CE), de lutte contre la résistance intérieure et extérieure. Les cadres étaient des policiers de métier (Kripo, Gestapo) mobilisés dans la Wehrmacht.

| Q. Et, pour terminer notre aparté sur le Liban ?

Jacques Borde. Pour revenir à notre sujet libanais, on rappellera la longue présence d’Israël (1982-2000) en ce même Sud Liban, où Jérusalem sera obligé de créer une milice à sa dévotion pour servir, assez efficacement d’ailleurs, de force-tampon. Force dénommée Jayš al-Lubnān al-Janūbiyya (ALS)3.

Évidemment, impossible de vous parler du Sud-Liban sans vous parler de Marjayoun (à 10 km de la frontière avec Israël) et qui illustre bien :

-la complexité du problème libanais.
-l’infinie cécité, donc incompétence, d’Éric Zemmour en ces affaires internationales.

| Q. Je vous écoute…

Jacques Borde. Marjayoun est, ville chrétienne, considérée comme la capitale des communautés chrétiennes du Sud Liban. Soit, de rite grec-orthodoxe, maronite et catholique romain, avec une minorité de musulmans, druzes pour la plupart. C’est à Marjayoun que se trouve la Cathédrale Saint-Pierre, que j’ai failli visiter en compagnie d’élus du… Hezbollah.

Lorsque les gusses de l’ALS, la ville abritant le QG de la milice pro-israélienne, eurent à déguerpir de Marjayoun, cela signifie, suivez-moi bien, que :

-des miliciens chî’îtes (donc… musulmans) commandés par des officiels maronites (donc… chrétiens) de l’ALS, occupaient une ville à majorité chrétienne.
-cette ville, chrétienne donc, fut débarrassée de cette présence encombrante par les forces de ceux que le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Cheikh Na’ïm Qâssem4 (que j’ai personnellement rencontré) nomme depuis des années la Résistance croyante.

Soit, en l’espèce :

1- le Hezbollah chî’îte (donc… musulman) ;
2- le Jabhah al-Sha`biyyah li-Taḥrīr Filasṭīn (FPLP), ou Front populaire de libération de la Palestine, fondé en 1967 sous la direction de Georges Habache, un… Chrétien ;
3- le Hizb as-Sūrī al-Qawmī al-Ijtimā`ī (PSNS)5, fondé par Antoun Saadé, un Chrétien.

Les deux formations (2 & 3) étant à composantes chrétiennes, mais aussi musulmanes.

Histoire de dire que lorsqu’on parle du Liban, c’est toujours un brin plus complexe que la bouillie pour chat pondue par le sieur “Zéro-Zemmour”. Qui, ne respecte rien ni personne, comme toujours.

À commencer par les morts qui, de tous les camps auxquels ils ont appartenu, mériteraient un peu moins de mépris de la part de quelqu’un qui oublie que les guerres où ils sont tombés ont même existé.

Notes

1 Rebaptisé ainsi aux Îles Marquises, signifierait le petit chef qui va trébucher.
2 Surnom d’une des officines de la Gestapo française, installée au 93, rue Lauriston dans le XVIe arrondissement de Paris entre 1941 et 1944, durant l’occupation, dirigé par Henri Lafont et Pierre Bonny.
3 Ou Armée du Liban Sud ou Tzvá Dróm Levanón (Tzadál, en hébreu).
4 Auteur de Hezbollah, la voie, l’expérience, l’avenir, Albouraq, 2008, 376 p. Ou Hizbullah. Al-Manhaj, al-Tajriba, al-Mustaqbal, dans sa version originale parue chez Dār al-Hādī, 2008.
5 Parti social national syrien, connu aussi sous le nom donné par la France de Parti populaire syrien, PPS, ou de Parti saadiste ou encore au Liban de Parti nationaliste.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Plantu, Zemmour, Soral : Qui a le droit de dire quoi ? [2]

| Kulturkampf Vs Mémoire | Questions à Jacques Borde | On avait déjà eu Pétain …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer