Le “Zeursombrisme” : Cache-sexe de la Gauche financiarisée… [1]

| France | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Depuis 1945, les ficelles de la Gauche financiarisée n’ont guère varié : pour ne pas traiter les problèmes du présent, on enferme le débat dans une rhétorique passéiste destinée à désarmer l’adversaire. Deux avantages : 1-elle bloque intellectuellement toute avancée : combattre pour de vrai la terreur takfirî devient une posture d’un autre âge indigne de tout bon républicain ; 2-reprise stupidement par les fausses droites, qui passent leur temps à se justifier, elle multiplie les obstacles & empêche que soient privilégiées des solutions pragmatiques & efficaces : comme adopter un statut Unlawful combatants &/ou ouvrir des sites GITMO pour traiter la menace terroriste. Les deux exemples cités ayant largement empêché la progression de la terreur takfirî sur le sol étasunien. Une seule question : jusqu’à quand durera cet aveuglement. Partie 1.

« J’adorerais être de gauche, c’est un souhait. Mais je trouve que c’est tellement élevé comme vertu que j’y ai renoncé (…). C’est un gros boulot, c’est un dépassement de soi. C’est une attitude, une présence à l’autre… Faut être exceptionnel, quand t’es de gauche ! Quand t’es pas de gauche, tu peux être moyen. Quand t’es de gauche, c’est l’excellence : le génie moral, le génie de l’entraide… C’est trop de boulot (…) ! Moi, mon fonds de commerce, ça a plutôt été de voir ce qui est petit, moyen, minable chez les êtres humains. Vous savez la phrase de Céline, qu’un jour je vais reprendre, Céline il dit : “Madame Bérange, elle visait bas, elle visait juste”. Alors c’est le contraire d’un homme de gauche. Un homme de gauche, tout est merveilleux dans la nature de l’homme, et moi je n’ai pas de sensation-là ».
Fabrice Luchini.

« Molière, s’il vivait aujourd’hui, écrirait sans doute des pièces qui s’intituleraient:
“L’antiraciste imaginaire”, “Don Juan déconstruit”, “Les inclusives ridicules”, “La misandre” ou encore “Le bourgeois gentilhomme décolonial”. Et Sganarelle y ferait sans doute l’éloge des Français qui fument des clopes: “il n’est rien d’égal au tabac, c’est la passion des honnêtes gens” »…
Jcrp Waza

« Le Soldat n’est pas un homme de violence. Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d’aller sans faillir au bout de sa parole tout en sachant qu’il est voué à l’oubli ».
Antoine de Saint-Exupéry.

| Q. Déjà, Gitmo, vous pouvez préciser ?

Charlotte Sawyer. Il s’agit, tout simplement du Guantanamo Bay detention camp, mis en place par l’armée US pour y enfermer, interroger, voire juger, les Unlawful combatants, tombés aux mains des forces otano-étasunienne.

À son propos sont également usitées les appellations et/ou acronymes suivants :

Centro de detención de la Bahía de Guantánamo, vu que nous sommes à Cuba.
-GTMO, et
Gitmo.

| Q. Pour que les choses soient claires, vous êtes, tous le deux, favorables à une forme d’internement de type Guantánamo, pour nos ennemis dans la guerre contre le terrorisme ?

Jacques Borde. Oui.

Charlotte Sawyer. Indeed (Tout à fait).

| Q. C’est légal ?

Charlotte Sawyer. En droit étasunien, tout à fait. Le cadre légal est celui des Unlawful combatants. Autrement dit, des combattants illégaaux, tels que définis dans le PATRIOT Act – ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush –. Cadre qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme. Et de les interroger de manière, disons, plus proactive.

| Q. Et, vous ne trouvez pas ça un peu radical comme solution ?

Jacques Borde. À un moment donné, il est préférable de disposer d’un cadre et de facilités légales pour gérer la question des ennemis et/ou terroristes tombant entre vos mains.

Après, vous pouvez toujours faire la fine bouche. Mais tout problème appelle une solution. Et, vous vous retrouvez avec ce qu’on a appelé les prisons secrètes de la CIA…

| Q. Désolé, mais à votre air narquois, cette option n’a pas l’air de vous gêner ?

Jacques Borde. Absolument pas. Nécessité fait loi. Mais mon côté légaliste fait que je préfère toute solution officielle.

Après, Asymmetrische Krieg ist Krieg !…

| Q. Les Américains sont plus souples (ou durs, selon le point de vue) que nous ?

Charlotte Sawyer. Oui et non, en fait.

Nos académies militaires ont toujours à leur corpus des auteurs peu populaires en France, bien que Français, je veux dire.

| Q. Là, vous pensez à qui ?

Charlotte Sawyer. Trois noms :

Primo. Roger Trinquier1, qui est un des principaux théoriciens de la guerre subversive et sera abondamment cité dans nos écoles de guerre, en particulier la School of Americas (Panama) et Fort Benning (É-U), où sa Guerre moderne est l’un des manuels de la guerre contre-insurrectionnelle, soulignant l’importance du Renseignement, de la guerre psychologique et du volet politique des opérations armées. Trinquer a été abondamment cité par le général britannique Frank Kitson, qui a travaillé en Irlande du Nord et est l’auteur de Low Intensity Operations: Subversion, Insurgency & Peacekeeping (1971).

Secundo. David Galula2. Ses travaux ont fortement influencé la communauté militaire étasunienne qui considère l’officier comme le principal stratège français du XXe siècle. « Le Clausewitz de la contre-insurrection », a même dit à son sujet le général (CR) David King Petraeus.

Galula est d’ailleurs l‘une des trois références mentionnées dans le manuel de contre-insurrection de l’armée américaine : Headquarter Department of the Army, FM3-24 MCWP 3-33.5: Insurgencies & Countering Insurgencies (mai 2014).

Tertio. Le (largement à tort, selon moi) controversé Paul Aussaresses, qui, pourtant, a enseigné les techniques de contre-insurrection française à Fort Bragg (É-U), et au Centro de Instrução de Guerra Na Selva (CIGS)3.

Jacques Borde. Ça n’est que récemment que les, indispensables selon moi, ouvrages de Trinquier et Galula ont été réédités en France :

Contre-insurrection, Théorie & pratique, Stratégies & doctrines, ISBN 978-2-7178-5509-8.
La Guerre moderne, Stratégies & doctrines, ISBN 978-2-7178-5478-7.

| Q. Vous me dites bien que les Américains apprécient Paul Aussaresses ?

Jacques Borde. Oui, à juste raison, selon moi. Un vrai patriote qui mis sa peau au bout de ses idées. Et fut d’une redoutable efficacité sur le terrain.

J’ai d’ailleurs une anecdote à ce sujet.

| Q. Allez-y, qu’on en profite ?

Jacques Borde. Lors d’un Salon Eurosatory – ne me demandez pas lequel, ni qui était, précisément présent, je ne vous le dirai pas – suite à une présentation de matériel air/sol US, nous fumes conviés à un petit cocktail.

Classique.

Peu de journalistes français, à ce moment-là. Et propos échangés à bâtons rompus. Par courtoisie, le général US (Rangers), se mit à parler des penseurs militaires dont il s’estimait redevables.

Le sourire de ses homologues français s’effaça aussitôt dès qu’il se mit à parler en termes plus qu’élogieux de Paul Aussaresses, qu’il, dixit, « avait eu l’honneur d’écouter » à Fort Bragg.

J’ai dû être le seul Français à acquiescer à ses propos et le féliciter pour la chance qu’il avait eu.

[À suivre]

Notes

1 Roger Trinquier (20 mars 1908-11 janvier 19861) officier supérieur parachutiste, ayant participé à la Guerre d’Indochine, à la Crise de Suez et à la Guerre d’Algérie. En tant que membre de l’état-major de la 10e Division parachutiste de Jacques Massu, il prend part, dans un rôle de premier plan, à la Bataille d’Alger en 1957. Commandeur de la légion d’honneur, titulaire de 14 citations dont 10 à l’ordre de l’armée,Trinquier est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Guerre moderne (La Table Ronde, 1961).
2 David Galula (1919-11 mai 1967), officier et penseur militaire français, théoricien de la Contre-insurrection. De retour d’Algérie où il a participé aux opérations militaires françaises, Galula s’installe aux États-Unis où il théorise une approche renouvelée de la contre-insurrection.
3 Centre d’instruction de la guerre dans la jungle, de Manaus.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Quid des Guerres & des morts “rayés de la carte du temps” (sic) zemmourien ? [2]

| Liban / France | Géostratégie | Questions à Jacques Borde | Affichant des connaissances …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer