Sahel : Des Russes pour durer ? Allez savoir…

| Mali| Géostratégie | Jacques Borde |

Les cadors de l’Union européiste (UE)sont de vrais génies. Opposés (on se demande bien pourquoi, d’ailleurs) à la présence du Groupe Wagner au Mali, ont sorti leur arme favorite : les sanction ? Résultat des courses : Moscou déploiera au Mali, non pas des contractors, mais sa propre armée. Bravo Bruxelles !…

D’ailleurs, comme l’a indiqué notre excellent confrère François Kao, « des instructeurs russes sont déjà au #Mali ».

En effet, alors que les tensions géopolitiques et diplomatiques entre Paris et Bamako s’enveniment sur l’arrivée du Groupe Wagner au Mali, le ministre des Affaires étrangère malien, Abdoulaye Diop, a confirme la présence des instructeurs russe au Mali.

« Nous confirmons la présence des instructeurs russe au Mali », a indiqué Abdoulaye Diop lors d’une conférence de presse, le 15 novembre 2021.

Les instructeurs Russe sont au Mali pour aider à la formation, de l’armée malienne, l’utilisation des matériels achetés à la Russie, le pilotage des avions de combat et hélicoptères d’attaque « dans l’accord de notre partenariat stratégique et militaire », a précisé Diop.

Cette confirmation vient renforcer l’annonce faite par ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï V. Lavrov, la semaine passée sur le remplacement du Groupe Wagner par l’armée russe au Mali.

En outre, souligne François Kao, « Moscou a déjà envoyé une centaine d’instructeurs russe au Mali pour préparer le terrain avant le déploiement des militaires dans les semaines avenir ».

« Face à cette situation », poursuit François Kao sur AGORA Actualités, « l’UE et de Washington sont contre l’arrivée du groupe Wagner accusé de grave exactions, #Moscou change de stratégie au dernières nouvelles en annonçant, le déploiement de ces forces armées au lieu et place du groupe Wagner ».

Si l’opposition de fond de l’hêgêmon thalassocratique étasunien peut se comprendre, Washington n’a jamais aimé, où que ce soit d’ailleurs, la concurrence, la posture à courte vue de la voyoucratie européiste en poste à Bruxelles pose quelques problèmes :

-quand les chiffes molles européistes – soucieuses, par avance, des modi operandi des troupes russes – que nous sommes comprendront-elles que la guerre contre le terrorisme et ses Unlawful combatants1, n’est pas une partie de plaisir et se fait à outrance ?
-allons-nous renouveler nos erreurs vis-à-vis des Russes comme nous l’avons fait avec nos alliés de l’Armée nationale tchadienne (ANT), critiqués au moindre accrochage avec des Unlawful combatants ?
-si la situation au Mali et, plus globalement au Sahel, vous préoccupe tant – et,là, je pense très, très fort à présidente de la Commission européenne, l’ex-Bundesminister der Verteidigung (BMVg)2 Ursula G. von der Leyen – pourquoi avoir laissé la France y combattre si seule les groupes terroristes takfirî ?
-à rappeler que le pays qui aide le plus la Français au Sahel est le Royaume-Uni, avec ses hélicos lourds Chinook HC.2 et HC.2A, à partir d’avril 2019/20 (Opération Barkhane). Oups, mais les Brits ne sont plus de True Europeans
-que comptent faire nos Eurocrates impénitents, pour aider le Mali à combattre le terrorisme nazislamiste, si, à les entendre, les vilains Russes n’y ont pas leur place ?
-quel martiale initiative compte y prendre le Haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères & la politique de sécurité3, Josep Borrell i Fontelles, peu brillant (eh, oui, c’était possible) successeur de Federica Mogherini4.

Rien ? Alors, qu’ils ferment leurs clapets européistes. Ça nous fera des vacances.

Notes

1 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
2 Ou ministre allemand de la Défense.
3 En moins ronflant, chef de la diplomatie européenne.
4 Membre du Parti démocrate (PD, ex-communistes notamment), a été ministre des Affaires étrangères du gouvernement Renzi avec délégation aux Affaires européennes.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Les Frontières sont-elles des armes & pour Qui ? [2]

| Europe | Kulturkampf | Ils ont dit | BforBORDE | Soubrette docile de la …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer