Le “Zeursombrisme” : Cache-sexe de la Gauche financiarisée… [2]

| France | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde |

Depuis 1945, les ficelles de la Gauche financiarisée n’ont guère varié : pour ne pas traiter les problèmes du présent, on enferme le débat dans une rhétorique passéiste destinée à désarmer l’adversaire. Deux avantages : 1-elle bloque intellectuellement toute avancée : combattre pour de vrai la terreur takfirî devient une posture d’un autre âge indigne de tout bon républicain ; 2-reprise stupidement par les fausses droites, qui passent leur temps à se justifier, elle multiplie les obstacles & empêche que soient privilégiées des solutions pragmatiques & efficaces : comme adopter un statut d’Unlawful combatants &/ou ouvrir des sites GITMO pour traiter la menace terroriste. Les deux exemples cités ayant largement empêché la progression de la terreur takfirî sur le sol étasunien. Une seule question : jusqu’à quand durera cet aveuglement. Partie 2.

« Prenez un enfant.
Apprenez lui que son pays est raciste, intolérant, impérialiste, malfaisant. Apprenez lui aussi que la science c’est de la suprématie blanche qui doit être décolonisée.
Apprenez lui que ce qui définit les sexes est une vieille construction antiquisante.
Apprenez lui que les frontières racistes doivent être abolies, que le mérite au travail relève de la suprématie blanche. Rappelez lui que LA perception d’un individu est plus importante que la réalité.
Apprenez lui que son Histoire n’existe pas.
Apprenez lui que toutes les cultures se valent, sauf la sienne.
Ça c’est pour le jour 1 à la maternelle. À partir de là, répétez ces leçons jusqu’à son doctorat d’épistémologie en genre intersectionnel à Tolbiac.
Assurez vous de produire de la sorte des milliers d’individus qui occuperont des postes clés dans les universités, les media, la politique, le journalisme, le monde de la culture, le high-tech….
C’est ainsi qu’une société implose. C’est ainsi qu’une civilisation s’effondre.
Ça ne se produit pas en une nuit. Mais sur 50, 100, 150 ans ».
Gad Saad.

« Triste anniversaire des décrets antisémites (concernant même les juifs français) de 1940 signés et aggravés par le collaborationniste et traître Pétain, que les nazis n’avaient même pas exigés ! Heureusement, les historiens sont là pour défendre l’histoire contre les charlatans ».
Patricia Darmon.

« … le FN puis le RN a affronté le politiquement correct pendant des années ! des hyènes sur les plateaux TV harcelaient Marine et elle faisait face. Maintenant qu’il est prouvé qu’elle avait raison, les hyènes se calment, et Zemmour prend la relève dans un climat beaucoup moins haineux même s’il n’est pas amical ».
Catharina Segurana.

| Q. Ce que vous nommez, cyniquement, le “Zeursombrisme”, c’est seulement français ?

Charlotte Sawyer. Non, pas du tout. C’est global, si l’on peut dire.

Un exemple, le Prix Nobel de la paix 2018, Nadia Murad Basee Taha, était invitée à présenter son ouvrage La Dernière fille mon histoire de captivité & mon combat contre l’État islamique devant des élèves torontois. Le Conseil scolaire de Toronto – qui s’est, à l’entendre, engagé dans un combat contre la littérature « offensante » – en a décidé autrement et a retiré son soutien au club de lecture dédié aux jeunes filles.

La raison invoquée ? Le livre de Nadia Murad, pourrait favoriser (sic) l’islamophobie, a rapporté The Globe & Mail.

C’est oublier que la jeune irakienne de 28 ans a été, durant trois mois, l’esclave sexuelle de pas moins de 13 Unlawful combatants1 d’Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)2 en 2014, avant qu’elle ne parvienne à s’enfuir.

Choquée par l’échange avec la patronne du Conseil, Helen Fisher, Tanya Lee, la fondatrice du club de lecturen dit lui avoir alors envoyé des informations détaillées sur DA’ECH, sourcées BBC et CNN. « C’est ce que signifie l’État islamique. C’est une organisation terroriste. Cela n’a rien à voir avec les musulmans ordinaires. Le Conseil scolaire de Toronto devrait être conscient de la différence ».

Pour réponse, Tanya Lee se serait vu adresser par Helen Fisher une copie de la Charte politique (sic) du Conseil, concernant la sélection de « matériel de lecture équitable, culturellement pertinent et adapté » (re-sic).

À part ça, comme vous dites en français : tout va bien madame la Marquise !…

| Q. Sinon, vous me disiez avoir essuyé pas mal d’insultes de partisans d’Éric Zemmour , suite, notamment à vos commentaires sur son passage à Milipol ?

Jacques Borde. Oh, je ne suis pas le seul. Ainsi, l’un d’entre eux s’est cru autorisé à traiter une Lepéniste de… « conne ». Tout environnement politique se compose d’individualités, je n’en tirerai donc aucun enseignement sur le courant lui-même.

Primo, j’échange régulièrement et sans souci avec pas mal d’amis pro-Zemmour, que je salue bien chaleureusement.

Secundo, les gens qui vous attaquent ad personam, sans vraiment vous connaître sont rarement le dessus du panier.

Tertio, les réseaux sociaux sont des media comme les autres. Au plan des réactions, s’y manifestent principalement les mécontents. Il serait donc absurde de tirer de cette bile un trait de caractère à appliquer aux sympathisants d’Éric Zemmour qui sont, très majoritairement, des personnes respectables. Et dont le choix de vote, quoi qu’on en pense, est le leur et mérite d’être respecté.

Après que certains atrabilaires “Zdistes” n’aient aucun humour, c’est un autre sujet. Pour revenir au sujet proprement dit – Éric Zemmour et son comportement à Milipol – on notera, toutefois que, coller littéralement le canon d’une arme de fort calibre comme l‘Ultima ratio, sur la poitrine de quelqu’un à aussi courte distance ajoute à l’irresponsabilité du geste. Même dans le cas où une munition à blanc eût pu se trouver dans la chambre et que le percuteur n’ait pas été retiré, aussi près, les dégâts (suivant la mun, évidemment) auraient été réels.

Charlotte Sawyer. Et, back to basics, on ne pointe jamais une arme sur quelqu’un.

| Q. Le débat autour de l’escorte policière allouée à Zemmour, à Drancy ?

Jacques Borde. Effectivement, de plus en plus de gens ont pu se poser des questions. Dans l’état de mes connaissances sur la question, je peux simplement dire que :

-nous parlons là de l’ancien Service de protection des hautes personnalités (SPHP) devenu,en 2013, Service de la protection (SDLP).
-c’est, très précisément le service de la Police nationale (PN) chargé de missions de protection rapprochée et d’accompagnement de sécurité au profit des :

1-dirigeants ou ex-dirigeants de la République ;
2-hôtes étrangers de la France ;
3-personnes spécifiquement menacées.
4-là, huit éléments, selon des sources croisées, du SDLP auraient été vus assurant la protection de Éric Zemmour à Drancy.

La question est donc de savoir à quel titre Éric Zemmour s’est vu attribuer une telle protection, qui, vous vous en doutez bien, ne s’accorde pas sur simple demande ou claquement de doigt.

| Q. Et, vous expliquez ça comment ?

Jacques Borde. S’il s’agit d’une protection ponctuelle, liée au fait que Drancy peut être considéré comme un territoire perdu de l’A-République (sic), l’affaire n’a rien de choquant. J’imagine que dans l’entourage du ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, personne n’a eu vraiment envie de se retrouver avec un situation type Sarcelles 2014 où Zemmour et son équipe auraient pris des coups. Voire plus.

Là, je dirai, rien à dire. L’Intérieur a mécaniquement et normalement répondu à une situation précise avec les moyens à sa disposition. On peut supposer dans un temps assez court. Et ce de manière efficace.

Si, a contrario, Éric Zemmour bénéficie d’une protection pérenne autour de sa personne, on peut, alors, légitimement s’interroger sur les raisons qui motivent cette protection :

-depuis combien de temps dure-t-elle ?
-est-ce une protection liée à ses déplacements ? À sa seule personne ? À qui d’autres ?
-est-ce une protection 24h/24h ?
-combien de personnels du SDLP sont concernés par cette mission ? Je vous rappelle que c’est nous, c’est-à-dire les contribuables, qui payons ce déploiement de personnes et de moyens.
protec 24/24 à huit (soit 2/8, voire plus), ça commence à chiffrer.
-en quoi le non-encore-candidat Zemmour mérite-t-il d’être mieux protégé que des candidats dûment déclarés, eux ?

| Q. La République ne devrait pas agir de la sorte ?

Jacques Borde. Cela dépend de l’état des menaces.

Il existe d’autres moyens de se protéger sans impliquer les deniers de l’État. Ce, je crois bien, que c’est comme cela qu’est organisé la sécurité, qui est permanente, autour de présidente du Rassemblement National (RN), Marine Le Pen. Si besoin est, je crois même avoir quelques bonnes adresses à disposition de M. Zemmour.

Pourquoi le contribuable français devrait-il financer des déplacements liés, officiellement, à la seule promotion du dernier ouvrage d’un écrivain plutôt que d’autres ?

| Q. Donc, pour vous, Zemmour ne devait pas aller à Drancy ?

Jacques Borde. C’est un tout autre sujet et ça n’est pas ce que je dis. Je m’interroge quant aux moyens mis – à son corps défendant, ou non – à sa disposition à cette occasion.

Bien sur que M. Zemmour a le droit d’aller où bon lui semble sur le territoire de la République. Reconnaissons-lui, aussi, le mérite de l’avoir fait. On n’est jamais à l’abri d’un excité ou d’un Takfir.

Mais, arrêtons-là les frais. Dans ces conditions, ça n’était pas, non plus, la Bataille de la Somme.

| Q. Ces déplacements ne sont-ils pas le moyen de forcer le passage, face à l’attitude de media ?

Jacques Borde. (Éclat de rire) Qui est la personne à qui notre cloaca mediatica maxima, ouvre le plus les bras ?

Même lorsque Roland Jacquard a sorti chez notre ami Picollec son Au nom d’Oussama Ben Laden, qui était le premier livre sur feu Oussāma Bin-Mohammed Bin-Awad Bin-Lāden, à sortir après le 11 Septembre, il ne s’est pas fait que des amis, loin de là, et n’a jamais eu cette couverture. Et n’a pas été davantage protégé. Pas plus que Picollec (et Jacquard, que je salue bien bas tous les deux).

In fine, Jusqu’où l’État doit-il s’engager ? Ponctuellement ? Auprès de qui ? Sur quel critère ? Jusqu’à favoriser un candidat au détriment de l’autre ?

Notes

1 Traduite par combattant illégal, combattant ennemi ou encore combattant ennemi illégal. Défini dans le PATRIOT Act, ou plus précisément le Uniting & Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept & Obstruct Terrorism Act of 2001, pris sous la présidence de George W. Bush, qui permet de soustraire au droit commun les combattants armés capturés dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Idlib Ou la Partie nulle de Moscou…

| Guerre de Syrie | Questions à Yves Bataille | Est-il encore utile de présenter …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer