Big Pharma : Business classique ou Affaires de famille ?

| Occident | Santé | Jacques Borde |

Puisque nous en sommes à parler de la supposée pandémie covido-politico-médiatique (sic) & de ceux qui y sont intiment & familialement mêlés (sic) restons-y donc.

« Surréaliste. Le gouvernement dit NON aux tampons gratuits parce qu’ils seraient dissuasifs à la vaccination. Mais l’objectif de la campagne gouvernementale est-il d’arrêter la contagion ou de marketing pour les entreprises pharmaceutiques ? ».
Giorgia Meloni1.

« J’ai fait 14 ans de recherche en immunologie dans un labo classé dans le top 5 des labos de recherche mondiaux dans cette discipline, nous avons eu le prix Nobel de médecine en 1980. Tous les jours je reçois par mail un avertissement disant que l’une de mes publications est encore citée plus de 42 ans après.
Je refuse de me faire vacciner, certainement pas par anti-science mais parce que je sais où mène, cette hystérie, imposée par un pouvoir criminel, justement en contradiction avec la Science mais en accord avec un pouvoir seulement politique et mondialiste ».
Alain Benajam.

« Les polémiques, les débats sans fin, les discussions byzantines, les querelles entre chaque camp, chacun persuadé d’avoir raison à 100%, les controverses de toutes sortes, le manque total de doutes ou de pragmatisme, sont le résultat dramatique de la fin de la crédibilité de toutes les institutions, gouvernements, services de Santé et surtout des media qui ont pris la très vilaine habitude de mentir et de tromper sur les sujets les plus importants. Et c’est très grave pour la pérennité des démocraties qui montrent ainsi qu’elles sont au bout du rouleau. C’est un changement sismique qui va laisser de lourdes conséquences ».
Eber Haddad.

« Et comme par hasard ceux qui ont créé l’épidémie/fausse pandémie (personne ne connaît personne vraiment mort de la COVID) sont ceux qui ont des intérêts financiers sur le vaccin. Si ça, ça ne s’appelle pas un conflit d’intérêts alors je suis curé.
On est dirigés par une oligarchie haïssable et immorale ».
Viviane Pariente.

| Q. Donc, vous campez sur vos positions : vous niez encore et toujours le terme de pandémie ?

Jacques Borde. Soyons sérieux : oui, je récuse totalement ce terme. Y compris, au stade où nous en sommes arrivés celui d’épidémie. Examinons les éléments factuels à notre disposition.

Michel Ramel nous a donné des chiffres intéressants et révélateurs :

-40 millions de -50 ans ;
-557 décès COVID-19 en 2021 ;
-Taux de mortalité : 0,0013%.

Maintenant, histoire de nous faire une idée de ce qu’est une épidémie, une vraie de vraie, et non le Business lethal plan mis en place par le Crime organisé pharmaceutique, passons en revue les épidémies les plus marquantes de l’histoire :

-165-180 : Peste antonine, 5 millions de morts, cause : virus de la variole.
-541-542 : Peste de Justinien, 30 à 50 millions de morts, cause : bacille de la peste.
-735-737 : Épidémie de variole au Japon, 1million de morts, cause : virus de la variole.
-1347-1351 : Peste noire, 75 à 200 millions de morts, cause : bacille de la peste.
-1520 : Épidémie européenne de variole, 56millions de morts, cause : virus de la variole
-1817-1923 : Pandémies de choléra, millions de morts, cause : bibrion cholérique
-1855-1920 : 3ème Pandémie de peste, 12 millions de morts, cause : Bacille de la peste.
-1889-1890 : Grippe russe, 1 million de morts, cause : H3N8 – Grippe A.
-1918-1919 : Grippe espagnole, 50 à 100 millions de morts, cause : H1N1 – Grippe A.
-1957-1958 : Grippe asiatique, 1,1million de morts, cause : H2N2 – Grippe A.
-1968-1970 : Grippe de 1968 (ou de Hong Kong), 1million de morts, cause : H3N2 – Grippe A.

Vous aurez noté que, bien que ça ne fasse pas partie de la définition des termes épidémie/pandémie, le point commun à toutes ces horreurs est le nombre et le pourcentage de morts. Qui, généralement se comptent en millions.

Or, désolé de le dire, ce qui nous frappe actuellement tue extrêmement peu. Il serait donc plus honnête de parler de maladie.

| Q. Une épidémie qui tue peu, pour vous n’en est pas une ?

Jacques Borde. En tout cas, elle nous épargne les létalités que toutes les autres ont laissé dans l’Histoire.

« Quelles que soient l’évolution de l’épidémie et les mesures prises », nous rappelle le Dr. Jacques Michel Lacroix, « il faut garder en mémoire que cette maladie, pour l’instant, n’entraîne ‘que’ un peu moins de 1% de décès, et garder la tête froide face à des chiffres, tels qu’ils sont présentés dans les media, qui ne peuvent qu’effrayer la population »2.

| Q. Aussi une crise qui se gère entre amis ?

Jacques Borde. C’est surtout ça, en fait. Quelques petites coïncidences, en passant, puisque nous y sommes :

L’un des fils von der Leyen, David (34 ans), fut associé chez McKinsey de 2015 à 2019. McKinsey est présent dans le monde entier et « accompagne les grands acteurs de l’Industrie pharmaceutique et des dispositifs médicaux afin de les aider à anticiper les évolutions du secteur, concevoir des approches innovantes et développer les compétences qui garantiront leur performance durable et leur croissance rentable ».

Pour que les choses soient claires, nous parlons là d’un des rejetons de la présidente de la Commission européenne, l’ex-Bundesminister der Verteidigung (BMVg)3 Ursula G. von der Leyen.

| Q. Une curieuse personnalité Mme. der Leyen ?

Jacques Borde. Comme vous le dites.

Avant de quitter précipitamment Berlin pour Bruxelles en juillet 2019, où elle fut nommée présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen était donc la ministre de la Défense de la Bundeskanzlerin4 Angela D. Merkel.

Or, un rapport a été rédigé par les députés d’opposition, qui ont activement participé à la commission d’enquête parlementaire portant sur la gestion du BMVg. Un an de travail, et ces conclusions pour le moins accablantes.

Extrait :

« Sous Ursula von der Leyen, la gestion du ministère » a été un « échec complet » avec « des procédures de contrôle des contrats de consulting qui n’étaient pas respectées, et cachaient souvent des liens de copinage, de connivence entre hauts fonctionnaires et lobbyistes privés ».

De même, pour le chef du Service investigation de Die Welt, Wolfgang Büscher :

« Il n’y a plus guère de doute sur la raison véritable qui a poussé Ursula Von der Leyen à fuir à Bruxelles » et l’ex-patronne de la Bundeswehr, pour lui, est bien coupable « d’avoir laissé ces oiseaux parasites que sont les consultants privés faire leur nid au ministère de la Défense, d’avoir donné les clés de la Défense nationale, à travers ces lobbyistes, aux intérêts des grandes compagnies du secteur de l’armement en particulier ».

Last but not least, Ursula von der Leyen est à la ville l’épouse du Dr. Heiko von der Leyen, médecin et directeur médical d’Orgenesis Inc., société biopharmaceutique qui développe, fabrique et transforme des technologies et des services dans le domaine cellulaire et de la thérapie génique.

Rappelons aussi que McKinsey conseille au plus près l’exécutif français sur la stratégie vaccinale, à prix d’or.

Ô surprise, Victor Fabius, fils du président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius y est directeur associé. Il accompagne les clients McKinsey dans l’identification de relais de croissance fondés sur une compréhension fine des consommateurs.

 

Notes

1 Présidente de Fratelli d’Italia (FdI).
2 Boulevard Voltaire.
3 Ou ministre allemand de la Défense.
4 Chancelière fédérale.

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Ensemble contre la Terreur takfirî… [2]

| France / Algérie | Géostratégie | Jacques Borde | Comme nous l’a confirmé François …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer