Su-75 Checkmate : Solution pour l’IRIAF & la THK, Cauchemar pour d’autres ! [1]

| Iran / Turquie | Défense & Armements | Questions à Jacques Borde |

Doté d’un parc remontant, pour certains appareils, à la Révolution de 1979, le rôle dévolu à l’IRIAF est tout sauf évident. En dépit des efforts méritoires de ses ingénieurs, le fossé reste immense entre les aviations de combat occidentales & celle de Téhéran. & si la solution n’était pas un saut qualitatif notable ? L’adoption du Su-75 Checkmate, par exemple ? Un Su-75, qui, au train où vont les choses entre Washington & Ankara, pourrait aussi voler sous livrée turque. Que nous en dit Jacques Borde ? Partie 1.

« Je ne serais pas étonné de voir la Russie et la Chine agir simultanément en Ukraine et à Taïwan. Elles sentent la faiblesse de l’Administration Biden comme les requins le sang dans l’eau de mer ».
Eber Haddad

| Q. Allons directement dans le vif du sujet, on gagnera du temps, le Checkmate de Sukhoi : du lard ou du cochon ?

Jacques Borde. Non, au stade où nous en sommes, un vrai projet. Mais, un projet, même à un stade aussi avancé, ça peut aussi s’abandonner à un moment donné. On a déjà vu ça.

Dernier coup de grisou entre Berlin et Paris, l’administration Merkel vient de demander à Washington un RFI (Request for Information) sur son hélico d’attaque AH-64E Apache, alors que théoriquement partie prenante au programme Tigre standard 3. Cherchez l’erreur !…

Mais, ce coup-ci, j’y crois assez. Ne serait-ce que parce qu’à l’export, le Su-75 Checkmate correspondra à une vraie demande. Ce qui n’a jamais été le cas de certains projets de l’avionneur MiG, notamment.

Le Su-75 Checkmate, monomoteur russe de 5ème génération, a été présenté pour la première fois en juillet 2021 au salon aéronautique MAKS-2021. « Les principales caractéristiques de l’avion sont sa faible visibilité, son faible coût en heures de vol, son architecture ouverte et ses performances », résume à son propos Air & Cosmos.

Vous remarquerez, toutefois, que nos estimés confrères évitent à son sujet le terme de furtivité.

| Q. Vraie demande ?

Jacques Borde. Celle de tous ceux à qui Moscou refusera l’accès au Su-57 Felon, dont quelque part le Su-75 Checkmate est, si je puis me permettre, un produit dérivé (sic). Qui d’ailleurs, selon nos confrères d’Air & Cosmos, générerait déjà ses propres produit dérivés.

| Q. Lesquels ?

Jacques Borde. Selon, « la nouvelle vidéo », que j’ai aussitôt visionné vous pensez bien, « publiée le 15 novembre 2021 sur les chaînes YouTube de Rostec State Corp. et de United Aircraft Corp. (UAC), ainsi que sur un nouveau site spécialement dédié à l’appareil, ses caractéristiques et performances calculées » une version sans pilote du Checkmate.  « Le protagoniste de la vidéo, le commandant des forces aériennes d’un pays étranger, décrit les avantages de l’avion de 5e génération et la philosophie du projet ».

Habile et bien fait, on s’y croirait.

| Q. Qu’en disent les Russe eux-mêmes ?

Jacques Borde. Simple :

« Il ne s’agit pas d’une maquette mais d’un véritable avion, même si, bien sûr, plusieurs éléments doivent encore être achevés », a indiqué le directeur général de l‘Obyedinyonnaya Aviastroitelnaya Korporatsiya (OAK)1, Yury B. Slyusar, repris par Air & Cosmos.

« Ce projet n’a qu’un peu plus d’un an », a t-il ajouté « et ce n’est que grâce à la modélisation informatique qu’il a été possible de le faire en si peu de temps. Le vol inaugural a été annoncé pour 2023 et l’achèvement des essais préliminaires comme le début de la production sont prévus eux pour 2026-2027 ».

Le Su-75 Checkmate disposera d’un radar type AESA et de viseurs optroniques contre des cibles aériennes et terrestres.

Son armements sera peu ou prou celui du Su-57 Felon, embarqué « dans une soute centrale et deux autres soutes latérales. Lors de la présentation à Joukovski, la soute principale hébergeait la bombe guidée Grom 9A-7759, d’une portée de 120 km, et le missile supersonique antiradar Kh-58UShKE d’une portée de 245 km », note encore Air & Cosmos.

| Q. Diriez-vous que le Su-75 Checkmate, correspond à une certaine mode ?

Jacques Borde. Davantage à certains besoins, plutôt. D’où l’idée de sa dronisation.

| Q. Une piste prometteuse ?

Jacques Borde. Intéressante, en tout cas.

Mais, rien ne nous assure que les drones puissent être un jour la panacée contre des ennemis comme les Tāliban2, ou assimilés, si c’est c’est à ce péril asymétrique que vous pensez.

À ce jour, la plus belle avancée du drone de dernière génération sur le champ de bataille, c’est la guerre qui a opposé les Turco-Azéris aux Arménies. Sauf que, côté Arménie(s), on était armé et on a combattu de manière classique et non-asymétrique.

Quant à savoir si le Su-75 Checkmate dronisé se rapproche du low cost attritable aircraft, attendons d’en connaître le prix auquel in partira avant de trop spéculer.

| Q. Low cost attritable…?

Jacques Borde. … La dernière trouvaille de nos amis américains.

En fait, la bécane bon marché :

-entre 2 et 20 M$US, max ;
-une charge offensive comprise entre 500/600 kg ;
-un rayon d’action de 2.500 km.

Là où la vision russe, telle que prêtée à Yury B. Slyusar, est intéressante, c’est que, dès le début, le Su-75 Checkmate sera proposé dronisé. Des économies d’échelle, déjà.

| Q. Bon, d’accord. Et pourquoi, à part ça, le Checkmate fera-t-il un tabac à l’export?

Jacques Borde. Jamais, la Russie n’acceptera de vendre à la totalité de ses acheteurs potentiels une bête de la gamme du Su-57 Felon. À ce sujet, l’hypothèse de Felon turcs m’a toujours paru assez osée.

C’est, largement (bien que pas seulement) pour ça que le Su-75 Checkmate existe.

| Q. Et comme clients potentiels, vous voyez qui ?

Jacques Borde. Les habituels : Algérie, Égypte, Malaisie, Syrie, etc., liste non-limitative évidemment. Voire Turquie, si y placer du Su-57 s’avérait trop imprudent ou trop clivant, comme on dit aujourd’hui, avec l’hêgêmon thalassocratique étasunien continuant à ruer dans les brancards sur ce dossier et celui des S-400.

Ensuite, Moscou et OAK ont tout intérêt à tenter de faire du Su-75 Checkmate une sucess story à la MiG21 bis Fishbed, avion russe qui a marqué son époque.

| Q. Pourquoi Ankara, qui lorgne déjà sur sur le Su-57 Felon, s’intéressait-il aussi au Su-75 Checkmate ?

Jacques Borde. Je pourrais vous faire un raccourci à la Éric Zemmour en vous disant qu’abondance de biens ne nuit pas. Mais, ça serait un peu réducteur.

En fait pour le Cumhurbaşkanı3, le très Naqshbandi4 Reccep Tayyip Erdoğan, les choses sont déjà suffisamment compliquées avec l’ami américain.

Depuis que dans Face the Nation, une émission de CBS, Erdoğan avait affirmé que le refus des États-Unis de livrer des avions de combat F-35 et des missiles Patriot à son pays obligeait (sic) la Turquie à se tourner vers le S-400 russe ; les choses n’ont fait qu’empirer entre la Turquie, les États-Unis et l’OTAN. L’arrivée de Joseph Joe Robinette Biden, Jr., ne changeant rien à la chose.

Et, Erdoğan a beau clamer qu’« À l’avenir, personne n’aura son mot à dire sur les systèmes de Défense que nous achetons, ni sur les pays fournisseurs ni sur le niveau de notre approvisionnement. Aucune interférence ne sera tolérée. Nous n’acceptons pas que l’on pèse sur nos décisions » ; Le Sultan aimerait que les choses n’aillent pas trop loin non plus avec Washington.

| Q. Et, ça n’est pas le cas ?

Jacques Borde. Pas vraiment. La Turquie :

1- envisage d’acheter un deuxième lot de S-400 russes.
2- exige d’être dédommagée à hauteur de 1,4 Md$US pour les F-35 Lightning II qui n’ont pas été livrés à la Türk Hava Kuvvetleri (THK)5, et pour l’expulsion de la Turquie du consortium international du F-35, dirigé par des États-Unis.

En fait, si le ton et les enjeux grimpent, Erdoğan, tout en jouant la carte Russie, garde espoir d’échapper à de nouvelles sanctions américaines.

Or, de son côté, le bureau du président du US Senate Committee on Foreign Relations6, Robert Bob Menendez, a eu beau jeu de rappeler que la loi américaine oblige à punir « toute entité qui entretient un courant d’affaires significatif avec l’armée ou le Renseignement russes ».

Le US Senate Committee on Foreign Relations ajoutant que « Tout nouvel achat par la Turquie doit entraîner de nouvelles sanctions ».

Une référence à la décision américaine de décembre 2020 d’imposer le Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA)7 à la Turquie pour son acquisition des S-400.

| Q. Et, le Su-75 Checkmate dans tout ce micmac ?

Jacques Borde. À un moment, il faut bien lâcher du lest quelque part. Et, à ce titre, renoncer au Su-57 Felon pour se contenter (sic) du Su-75 Checkmate, serait une option.

Pas très convaincant du point de vue technologique, je vous l’accorde ; mais une cotte mal taillée qui permettrait de sauver la face des deux côtés du banc de touches.

Notes

1 Ou United Aircraft Corporation (UAC).
2 Littéralement : Ceux qui exigent [le savoir], pluriel de Talib (Taliban s’écrit donc sans ‘s’ final) terme pour désigner des étudiants en religion. En ouzbek Tolibon. À traduire plus classiquement par Chercheurs ou encore Séminaristes.
3 Ou président de la République de Turquie.
4 Soit membre de haut vol de la Tariqa naqshbandiyya, une des quatre principales confréries soufies. Elle tire son nom de Khwaja Shâh Bahâ’uddîn Naqshband, qui est considéré comme son maître, bien que ne l’ayant pas fondée. Abû Ya’qûb Yûsuf al-Hamadânî, né en 1140, et ‘Abd al-Khâliq al-Ghujdawânî, né en 1179, sont les fondateurs des principes de cette voie soufie. Le soufisme compte 41 branches initiales de confréries soufies, dont 40 tirent leurs secrets spirituels de Ali ibn-Abi Talib, le gendre du prophète. Les Soufis expliquent ce fait par cette tradition prophétique (hadith) rapportée par Tirmidhi où Mahomet dit : « Je suis la cité de la science et Ali en est la porte ». L’initiation d’Ali a été faite par le dhikr (évocation, mention, rappel, répétition rythmique, du nom de Dieu) Lâ ilâha illa-llâh, en français : Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité autre que Dieu (tawhid).
5 Ou armée de l’Air turque.
6 Ou Commission des Affaires étrangères du Sénat US.
7 Ou Loi sur les sanctions imposées aux adversaires de l’Amérique.

[À suivre]

 

A Propos Jacques Borde

Consulter aussi

Le “Zeursombrisme” : Cache-sexe de la Gauche financiarisée… [1]

| France | Kulturkampf | Questions à Charlotte Sawyer & Jacques Borde | Depuis 1945, …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer